config impression pour CS3

Le
alsace
Bonjour,
Souci d'impression.
Pas hyperspécialiste en réglage imprimante merci de vos conseils.
Imprimant parfois qq photos je n'ai aucun souci sous PSPX2, Capture NX.
Mais sous CS3 j'ai environ +2 en densité.
Mon moniteur est étalonné et me convient et je n'envisage pas de rentrer dans
les détails du calibrage, sonde
Perdu dans les différents profils (gestion des couleurs,profil imprimante,
document,épreuve,)
Merci aux contributeurs (trices) de m'indiquer les réglages basiques pour
imprimer ce que j'ai à l'écran.
Cordialement
andré



--

pour me répondre sur BAL perso
remplacer Wurst par aliceadsl
Questions / Réponses high-tech
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 3
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Charles VASSALLO
Le #21128341
alsace wrote:
Bonjour,
Souci d'impression.
Pas hyperspécialiste en réglage imprimante merci de vos conseils.
Imprimant parfois qq photos je n'ai aucun souci sous PSPX2, Capture NX.
Mais sous CS3 j'ai environ +2 en densité.
Mon moniteur est étalonné et me convient et je n'envisage pas de rentrer
dans les détails du calibrage, sonde...
Perdu dans les différents profils (gestion des couleurs,profil
imprimante, document,épreuve,)
Merci aux contributeurs (trices) de m'indiquer les réglages basiques
pour imprimer ce que j'ai à l'écran.



+2 quoi ? 2 EV ? Ce serait énorme.

La seule façon stable d'imprimer ce qu'on a l'écran consiste à faire
l'effort de comprendre les histoires de gestion de la couleur. Il n'y a
aucune raison pour que CS3 imprime différemment des autres sinon que
tous ne suivent pas le même chemin vis à vis de ces principes. Donc ton
cas soulève plusieurs questions

Tu mentionnes PSP donc tu dois être sous Windows. Beaucoup de logiciels
sous Windows ont la sale manie de ne pas prendre en compte les profils
ICC des images. Lesquels des tiens les prennent en compte, lesquels s'en
abstiennent ?

Si tous prennent ces profils en compte pour l'affichage, que font-ils au
moment de l'impression ? Prennent-ils en compte un éventuel profil de
l'imprimante ou pas ?

Sinon, si tu ne veux pas te casser la tête avec ces salades, je te suggères
(i) de veiller à rester en profil sRGB pour tes images. Eh oui, il
faudra que tu trouves où chercher l'information, et le cas échéant,
comment revenir à ce profil ; on ne peut pas ignorer complètement le sujet.
(ii) dans le cadre "gestion de la couleur" du dialogue d'impression de
CS3, demander "Laisser l'imprimante gérer les couleurs" dans la première
liste déroulante. Ensuite, ce sera à toi de jouer avc l'imprimante.

Charles
La gestion de la couleur sans se casser la tête
http://www.oitregor.com/numeric/gestion/intro.html
Bour-Brown
Le #21129131
alsace a écrit
( news:4b6acbee$0$8275$ )

Merci aux contributeurs (trices) de m'indiquer les réglages basiques pour
imprimer ce que j'ai à l'écran.



Il n'y a pas de réglages basiques.

Si t'es assez pointu pour chercher une correspondance, tu vas être assez
pointu pour ne jamais la trouver. C'est la seule leçon à retenir de la
gestion de couleur pour le particulier.
alsace
Le #21129321
Bonjour,



"Charles VASSALLO" de news: 4b6adc1d$0$17502$
alsace wrote:
Bonjour,
Souci d'impression.
Pas hyperspécialiste en réglage imprimante merci de vos conseils.
Imprimant parfois qq photos je n'ai aucun souci sous PSPX2, Capture NX.
Mais sous CS3 j'ai environ +2 en densité.
Mon moniteur est étalonné et me convient et je n'envisage pas de rentrer
dans les détails du calibrage, sonde...
Perdu dans les différents profils (gestion des couleurs,profil
imprimante, document,épreuve,)
Merci aux contributeurs (trices) de m'indiquer les réglages basiques
pour imprimer ce que j'ai à l'écran.



+2 quoi ? 2 EV ? Ce serait énorme.

La seule façon stable d'imprimer ce qu'on a l'écran consiste à faire l'effort
de comprendre les histoires de gestion de la couleur. Il n'y a aucune raison
pour que CS3 imprime différemment des autres sinon que tous ne suivent pas le
même chemin vis à vis de ces principes. Donc ton cas soulève plusieurs
questions

Tu mentionnes PSP donc tu dois être sous Windows. Beaucoup de logiciels sous
Windows ont la sale manie de ne pas prendre en compte les profils ICC des
images. Lesquels des tiens les prennent en compte, lesquels s'en abstiennent ?



sous XP et Vista

Si tous prennent ces profils en compte pour l'affichage, que font-ils au
moment de l'impression ? Prennent-ils en compte un éventuel profil de
l'imprimante ou pas ?



Oui

Sinon, si tu ne veux pas te casser la tête avec ces salades, je te suggères
(i) de veiller à rester en profil sRGB pour tes images. Eh oui, il faudra que
tu trouves où chercher l'information, et le cas échéant, comment revenir à ce
profil ; on ne peut pas ignorer complètement le sujet.
(ii) dans le cadre "gestion de la couleur" du dialogue d'impression de CS3,
demander "Laisser l'imprimante gérer les couleurs" dans la première liste
déroulante. Ensuite, ce sera à toi de jouer avc l'imprimante.



J'ai fait qq essais avec sRGB,couleurs de l'écran,...

Charles
La gestion de la couleur sans se casser la tête
http://www.oitregor.com/numeric/gestion/intro.html



je vais potasser.merci des réponses
Cordialement
andré





Bour-Brown
Le #21129311
Charles VASSALLO a écrit
( news:4b6adc1d$0$17502$ )

La seule façon stable d'imprimer ce qu'on a l'écran consiste à faire
l'effort de comprendre les histoires de gestion de la couleur.



Cela veut bien dire qu'il n'y a *pas* de réglages basiques.

Pour le moment il faut mettre les mains dans le cambouis. Il faut savoir
calibrer son moniteur, profiler son imprimante, configurer son système
d'exploitation, paramétrer ses logiciels, établir son éclairage, choisir son
papier tout ça.

De toute façon, laisser entendre à quelqu'un qu'il va avoir les compétences
d'un tireur ou d'un imprimeur avec son imprimante et Photoshop, euh...


Beaucoup de logiciels sous Windows ont la sale manie de ne pas prendre en
compte les profils ICC des images. Lesquels des tiens les prennent en
compte, lesquels s'en abstiennent ?



Quand on ne sait pas ce que ça veut dire, quand on ne sait pas où chercher,
et quand on ne sait pas comment le vérifier, on ne va pas être plus avancé.

La gestion de la couleur sans se casser la tête
http://www.oitregor.com/numeric/gestion/intro.html



Imprimé ça fait déjà une bonne quinzaine de pages. On est loin du feuillet
qui dirait « faites ça et ça marche ».
alsace
Le #21129441
Bonjour,

"Bour-Brown" 4b6af1e9$0$17509$
Charles VASSALLO a écrit
( news:4b6adc1d$0$17502$ )

La seule façon stable d'imprimer ce qu'on a l'écran consiste à faire
l'effort de comprendre les histoires de gestion de la couleur.



Cela veut bien dire qu'il n'y a *pas* de réglages basiques.

Pour le moment il faut mettre les mains dans le cambouis. Il faut savoir
calibrer son moniteur, profiler son imprimante, configurer son système
d'exploitation, paramétrer ses logiciels, établir son éclairage, choisir son
papier tout ça.



j'avais compris

De toute façon, laisser entendre à quelqu'un qu'il va avoir les compétences
d'un tireur ou d'un imprimeur avec son imprimante et Photoshop, euh...



Pris par d'autres occupations je n'ai pas l'envie ni la prétention de vouloir
être tireur ou imprimeur.


Beaucoup de logiciels sous Windows ont la sale manie de ne pas prendre en
compte les profils ICC des images. Lesquels des tiens les prennent en
compte, lesquels s'en abstiennent ?



Quand on ne sait pas ce que ça veut dire, quand on ne sait pas où chercher,
et quand on ne sait pas comment le vérifier, on ne va pas être plus avancé.

La gestion de la couleur sans se casser la tête
http://www.oitregor.com/numeric/gestion/intro.html



Imprimé ça fait déjà une bonne quinzaine de pages. On est loin du feuillet
qui dirait « faites ça et ça marche ».



Comme dit plus haut, je vais mettre les mains dans le cambouis, et sans chercher
la facilité,
je souhaitais avoir qq éléments sur les choix de profils RVB,CMNJ dans la
gestion des couleurs et espace de travail.
Merci des réponses
cordialement
andré
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #21129431
Bour-Brown a écrit :
Charles VASSALLO a écrit
( news:4b6adc1d$0$17502$ )

La seule façon stable d'imprimer ce qu'on a l'écran consiste à faire
l'effort de comprendre les histoires de gestion de la couleur.



Cela veut bien dire qu'il n'y a *pas* de réglages basiques.


Rester en sRGB, ne pas supprimer les profils non concordants et laisser
la gestion de la couleur à l'imprimante, c'est basique.
Si ladite imprimante imprime au poil avec les autres softs, il y a de
bonnes chances que ça fonctionne.

Pour le moment il faut mettre les mains dans le cambouis. Il faut savoir
calibrer son moniteur, profiler son imprimante, configurer son système
d'exploitation, paramétrer ses logiciels, établir son éclairage, choisir
son
papier tout ça.



Ben oui, tout s'apprend.

Noëlle Adam
Bour-Brown
Le #21131021
alsace a écrit
( news:4b6af487$0$17801$ )

je souhaitais avoir qq éléments sur les choix de profils RVB,CMNJ dans la
gestion des couleurs et espace de travail.



Première des choses, le CMNJ ne nous concerne pas.

Pour ce que j'en sais les imprimantes photo et les boutiques de tirages
veulent du RVB. Impossible de dire la quantité de cyan ou de magenta que tu
veux sur ta feuille. C'est débile, mais c'est comme ça.

Deuxième des choses, les couleurs. On peut coder n'importe quelle couleur
visible avec seulement trois composantes - rapport à notre oeil et ses trois
types de cône. Comme avec trois coordonnées on peut représenter un volume,
on parle d'espace. Et on a donc créé l'espace de toutes les couleurs par
nous visibles avec trois composante L, a et b. C'est l'espace Lab.

Par ailleurs nos trois types de cône réagissent à des couleurs bien
précises, un rouge, un vert, un bleu. On a donc créé des moniteurs avec ces
trois couleurs primaires qui suffisent pour recomposer la perception de
toutes les autres. Je dis la perception, parce que le spectre - la
composition réelle des couleurs dans la nature - est infiniment plus
complexe que ces trois lumières monochromatiques avec lesquelles le moniteur
reconstitue notre perception.

Sur ce moniteur, la couleur d'un point est codé en RVB. Faut donc trouver
une formule de conversion. Comme l'espace des couleurs affichables par un
moniteur est bien plus petit que l'espace Lab, faudrait une formule de
conversion qui ne couvre qu'une partie de l'espace Lab avec toute
l'amplitude des composantes RVB. On a donc créé un espace sRVB correspondant
à l'affichage des moniteurs. Et comme les premières imprimantes couleurs
arrivaient à peine à couvrir toutes les couleurs sRVB, c'était pratique d'y
rester : tout ce qu'on faisait était affichable et était imprimable.

Là où ça se complique, c'est que les moniteurs ont fait des progrès et
débordent cet espace sRVB. Et que les imprimantes ont fait des progrès et
débordent aussi cet espace sRVB. Et qu'en plus l'espace des couleurs
affichables ne correspond pas exactement aux couleurs imprimables.

On a donc à la fois besoin d'espace plus grands, par exemple Adobe98 qui
commence à être lui-même atteint par les bons matos, et à la fois besoin de
formules pour quand les deux espaces ne se recouvrent pas, par exemple quand
il faut passer de l'espace des couleurs affichables à l'espace des couleurs
imprimables. Qu'est-ce qu'on fait ? On écrête ? On déforme ?

Voilà. On se trouve aujourd'hui avec sur les bras des espaces à choisir, des
périphériques à corriger, et des formules à sélectionner.

Charles VASSALLO soutient que c'est facile. Je soutiens que c'est difficile,
d'autant qu'un autre paramètre fait son entrée : l'impression ne dépend pas
seulement des composantes RVB, mais également de la lumière réelle qui tombe
sur la feuille, c'est à dire un spectre d'une complexité effarante auquel
les pigments réagissent de façon incontrôlable.
Bour-Brown
Le #21131091
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle a écrit
( news:4b6af567$0$899$ )

Rester en sRGB



Aujourd'hui, à la fois les moniteurs, les imprimantes et les apn peuvent
mieux. S'il faut diminuer les possibilités pour que ça marche, autant faire
du noir et blanc.


Si ladite imprimante imprime au poil avec les autres softs, il y a de
bonnes chances que ça fonctionne.



Les probabilités maintenant. Après tout pourquoi pas...


Ben oui, tout s'apprend.



Comme le débugage des pilotes d'imprimante ou la reprise d'accents dans
l'intitulé des threads, tu veux dire ?
Delestaque
Le #21131261
Bour-Brown wrote:

Charles VASSALLO soutient que c'est facile. Je soutiens que c'est
difficile, d'autant qu'un autre paramètre fait son entrée :
l'impression ne dépend pas seulement des composantes RVB, mais
également de la lumière réelle qui tombe sur la feuille, c'est à dire
un spectre d'une complexité effarante auquel les pigments réagissent
de façon incontrôlable.



Bon, les conditions d'examen d'une impression, comme d'une photo, si on
n'est pas sous un éclairage contrôlé, stable, ça se termine comme ça, c'est
sûr
il est certain que sous une émission de lumière au sodium, ça va pas aller.

--
G.Ricco
Charles VASSALLO
Le #21131511
Bour-Brown wrote:
alsace a écrit
( news:4b6af487$0$17801$ )

je souhaitais avoir qq éléments sur les choix de profils RVB,CMNJ dans la
gestion des couleurs et espace de travail.





Bon, vous allez encore avoir droit aux célèbres duettistes BB/CV sur le
grand numéro des couleurs pour les nuls. En piste !


Première des choses, le CMNJ ne nous concerne pas.



Oh oui !

Pour ce que j'en sais les imprimantes photo et les boutiques de tirages
veulent du RVB. Impossible de dire la quantité de cyan ou de magenta que tu
veux sur ta feuille. C'est débile, mais c'est comme ça.



Pourquoi débile ? On nous simplifie la vie en nous masquant le détail
des choses et tu râles ? Plus loin tu vas râler derechef en disant que
ce qui reste est encore trop compliqué.


Deuxième des choses, les couleurs. On peut coder n'importe quelle couleur
visible avec seulement trois composantes - rapport à notre oeil et ses
trois types de cône. Comme avec trois coordonnées on peut
représenter un volume, on parle d'espace. Et on a donc créé
l'espace de toutes les couleurs par nous visibles avec trois
composante L, a et b. C'est l'espace Lab.



J'ai déjà eu l'occasion de le dire : le système Lab n'est qu'une
représentation parmi d'autres des couleurs et il ne se limite pas aux
seules couleurs visibles. Celles-ci peuvent très bien se représenter
dans n'importe quel autre espace (sRGb ou Adobe-98, par exemple) ;
simplement les couleurs hors-gamut y ont des composantes non physiques,
c.à.d. négatives ou supérieures à 255.

Par ailleurs nos trois types de cône réagissent à des couleurs bien
précises, un rouge, un vert, un bleu. On a donc créé des moniteurs avec ces
trois couleurs primaires qui suffisent pour recomposer la perception de
toutes les autres. Je dis la perception, parce que le spectre - la
composition réelle des couleurs dans la nature - est infiniment plus
complexe que ces trois lumières monochromatiques avec lesquelles le
moniteur reconstitue notre perception.



Exposé incorrect. Les cones ne réagissent pas à trois couleurs bien
précises, mais, plus ou moins, à la totalité des radiations visibles.
De leur côté, les couleurs émises par les phosphores RVB des moniteurs
n'ont aucun rapport avec les spectres d'absorption des cônes ; on a
simplement choisi leurs compositions afin de pouvoir reconstituer un
maximum de couleurs visibles.


Sur ce moniteur, la couleur d'un point est codé en RVB. Faut donc trouver
une formule de conversion. Comme l'espace des couleurs affichables par un
moniteur est bien plus petit que l'espace Lab, faudrait une formule de
conversion qui ne couvre qu'une partie de l'espace Lab avec toute
l'amplitude des composantes RVB. On a donc créé un espace sRVB
correspondant à l'affichage des moniteurs. Et comme les premières
imprimantes couleurs arrivaient à peine à couvrir toutes les couleurs
sRVB, c'était pratique d'y rester : tout ce qu'on faisait était
affichable et était imprimable.

Là où ça se complique, c'est que les moniteurs ont fait des progrès et
débordent cet espace sRVB. Et que les imprimantes ont fait des progrès et
débordent aussi cet espace sRVB. Et qu'en plus l'espace des couleurs
affichables ne correspond pas exactement aux couleurs imprimables.



Il y a longtemps (plus de 10 ans) que les imprimantes ont des couleurs
qui sortent parfois de sRGB (même de Adobe-98), donc des profils des
moniteurs, mais il s'agit là d'une question marginale. Quand on cherche
à comprendre il ne faut pas s'arrêter à des détails périphériques, mais
se concentrer sur l'essentiel du problème, c.à.d. sur le gros des
couleurs qui sont à la fois imprimables et visibles à l'écran.

On a donc à la fois besoin d'espace plus grands, par exemple Adobe98 qui
commence à être lui-même atteint par les bons matos, et à la fois besoin de
formules pour quand les deux espaces ne se recouvrent pas, par exemple
quand il faut passer de l'espace des couleurs affichables
à l'espace des couleurs imprimables. Qu'est-ce qu'on fait ?
On écrête ? On déforme ?



Ce qu'on fait quand les différents espaces colorimétriques de la chaîne
graphique ne se recouvrent pas est un problème important, mais ce ne
n'est pas le problème central. Ce qui importe au premier chef est de
traiter correctement les couleurs communes, c.à.d. les couleurs de
l'écrasante majorité des images à traiter. Commençons par répondre aux
questions de tout le monde avant de nous intéresser aux cas marginaux.


Voilà. On se trouve aujourd'hui avec sur les bras des espaces à choisir,
des périphériques à corriger, et des formules à sélectionner.

Charles VASSALLO soutient que c'est facile. Je soutiens que c'est
difficile, d'autant qu'un autre paramètre fait son entrée :
l'impression ne dépend pas seulement des composantes RVB,
mais également de la lumière réelle qui tombe
sur la feuille, c'est à dire un spectre d'une complexité effarante auquel
les pigments réagissent de façon incontrôlable.



Facile... je n'ai jamais dit que c'était facile, simplement que ce
n'était pas incompréhensible, que ça pouvait s'expliquer beaucoup plus
logiquement que ce qu'on peut lire ailleurs et finalement que ça valait
la peine de faire l'effort. Et surtout il n'y a aucune formule à
choisir, aucun calcul à faire.

Mais en ce qui concerne la lumière d'examen, c'est facile : c'est connu
depuis le début, toute la gestion de la couleur est faite dans
l'hypothèse qu'on observe les couleurs sous un éclairage à 5000 K.
Commençons par résoudre ce problème et on verra la suite après.

Charles
Publicité
Poster une réponse
Anonyme