Conservation des supports optiques (expérience personnelle sur les CD-R)

Le
Aboli Bibelot
En effectuant une sauvegarde (bien tardive) sur disque dur externe de
plusieurs centaines de CD-R gravés depuis fin 2002, j'ai observé la chose
suivante.

=> Sur tous les disques (585 si j'ai bien compté) conservés dans des
"cloches" (boîtes rondes contenant 50 disques empilés), et dont la
sauvegarde est à présent terminée, seuls 5 ont posé problème à la relecture
:
- 3 disques de marque Intenso de capacité 800Mo (les CD-R de cette capacité
sont manifestement plus fragiles) dont le bord a jauni (fichiers tout de
même récupérés à 97-98%),
- 2 disques de marque Verbatim (700Mo, comme tous les autres dont il est
question ici sauf indication contraire) présentant une éraflure ou un défaut
visible de la couche sensible (à chaque fois un seul fichier comporte des
secteurs illisibles).
La plupart de ces disques sont de marque Verbatim, il y a aussi quelques
Memorex.

=> En revanche, pour les disques conservés en boîtiers individuels (format
"slim", les plus fins), c'est l'hécatombe : sur une quarantaine extraits
(sur un total d'environ 230) pour l'instant il y en a déjà 15 qui présentent
des secteurs illisibles, parfois dès 44% (sachant que le vieillissement des
disques optiques commence généralement par le bord) ;
- tous les disques défectueux sont de marque Verbatim (et tous je crois
certifiés 48x), tous ont été manipulés avec soin et ne comportent pas de
rayures ;
- tous ont été gravés en 16x (idem pour les 585 autres) avec un graveur
Lite-On 24-10-40 ;
- les disques "DataLife" blancs côté face à couche réfléchissante de couleur
bleu clair semblent avoir bien tenu, ceux également blancs ayant une couche
très claire de couleur jaune-vert sont largement touchés, de même que les
"DataLifePlus Super Azo Crystal" (à vos souhaits) de couleur argentée côté
face ;
- les disques étaient utilisés indifféremment pour tous types
d'enregistrements, selon le stock disponible, donc des disques de même série
que celles des disques corrompus (conservation en boîtiers) se trouvent
vraisemblablement parmi ceux conservés avec succès (en cloches de 50) ;
- la plupart des disques défectueux ont été gravés entre mars et juin 2003
(date retrouvée lors de l'extraction par IsoBuster) ; plusieurs des disques
conservés en cloches ont été gravés à la même période (et probablement avec
des disques de même série, cf. point précédent) ;
- pour l'instant les disques gravés après juin 2003 semblent ne pas avoir de
problème.

Par chance, les données présentes sur les disques conservés en boîtiers sont
les moins importantes, ou les plus aisées à retrouver (musique en formats
compressés). A cette époque, j'avais la fâcheuse habitude de faire sécher du
linge dans la pièce où étaient entreposés les disques, ceux-ci ont donc
probablement été exposés régulièrement à un assez fort taux d'humidité. La
canicule de l'été 2003 a peut-être été un facteur aggravant (il faisait
chaud à Toulouse). Mais ce qui ressort de cette expérience bien fortuite,
c'est que :
- contrairement à ce qui a souvent été affirmé dans des articles à ce sujet
(presse et internet), les disques optiques semblent plutôt moins bien
protégés quand ils sont conservés en boîtiers individuels que quand ils sont
empilés en cloches de 50,
- les marques les plus réputées ne sont pas forcément celles qui s'en
sortent le mieux sur le long terme, et dans des conditions difficiles
(quelques Memorex ont bien tenu dans les mêmes conditions en boîtiers
individuels).
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Christophe Bachmann
Le #20010501
Aboli Bibelot a écrit :
En effectuant une sauvegarde (bien tardive) sur disque dur externe de
plusieurs centaines de CD-R gravés depuis fin 2002, j'ai observé la chose
suivante.



[...]

- contrairement à ce qui a souvent été affirmé dans des articles à ce sujet
(presse et internet), les disques optiques semblent plutôt moins bien
protégés quand ils sont conservés en boîtiers individuels que quand ils sont
empilés en cloches de 50,



Légère modification : Tout dépend de ce qu'on fait des CD en question.

- Les CD en cloche de 50 ou de 100 sont mieux compressés les uns par les
autres et donc moins sujet à la délamination et la corruption par
l'humidité.

- Les CD en cloche de 50 ou de 100 sont empilés avec toute leur surface
en contact, ce qui augmente les frictions si la pile est bougée, et
génère une catastrophe si les disques ne sont pas très propres, un grain
de sable suffit.
De plus pour accéder au 41ème il faut manipuler les 40 premiers, avec
tous les risques que cela comporte, frictions, rayures...

Donc pour des sauvegardes ou des archives en volume destinées à ne pas
être manipulées il vaut mieux les stocker en tour, mais pour tous les CD
qui doivent être manipulés régulièrement il vaut mieux les conserver
dans des boitiers individuels (et en faire des sauvegardes).

Autres idées tangentes :

Les CD en plastique sont de petites choses fragiles et il ne faut pas
les soumettre à des variations trop brusques de température, ni a des
taux d'humidité trop élevés.

Ils ont aussi des durées de vie moyenne de l'ordre de 5 ans. Il vaut
mieux les revérifier et éventuellement les regraver tous les trois ans
pour ne pas risquer de tout perdre.

Il existe des CD en verre dont la durée de vie est plus longue, mais le
prix ...

Il existe des utilitaires freeware pour lire les fichiers abimés et
récupérer toutes les données accessibles dedans. Suivant le type de
fichier ça peut sauver la mise.

Vu la masse de CD gravés, est-ce qu'un graveur de DVD n'aurait pas été
un achat intéressant, divisant par 7 la taille des piles ?
--
Greetings, Salutations,
Guiraud Belissen, Château du Ciel, Drachenwald,
Chris CII, Rennes, France
Jacques Dassié
Le #20011111
Le Sat, 29 Aug 2009 03:29:45 +0200, "Aboli Bibelot"

En effectuant une sauvegarde (bien tardive) sur disque dur externe de
plusieurs centaines de CD-R gravés depuis fin 2002,...



C'est curieux, mais je fais exactement l'inverse. Un répertoire trop gros et
presque plein, hop, sur disque... Ça dégage. Comme je fais beaucoup de
photos, je totalise 2,5 To de HD et ils sont presque pleins !

Mais ce qui ressort de cette expérience bien fortuite,
c'est que :
- contrairement à ce qui a souvent été affirmé dans des articles à ce sujet
(presse et internet), les disques optiques semblent plutôt moins bien
protégés quand ils sont conservés en boîtiers individuels que quand ils sont
empilés en cloches de 50,



C'est une observation intéressante.

Pourtant, je ne peux pas bien juger : quelques centaines de CD (Verbatim)
depuis 1994 et quelques dizaines de DVD même marque.
Un SEUL problème avec un CD qui ne voulait pas se relire (mais qui a fort
gentiment accepté de se copier intégralement sur un autre qui, lui, se lit
bien ???).
Peut-être du bol, mais chez moi, ce sont ces supports les plus fiables
depuis une quinzaine d'années, ce qui est encore peu comme recul !
Nota : je grave toujours à vitesse mini et je conserve au sec.

Il y a belle lurette que je ne sais plus lire les riquiquis HD de cette
époque (le premier faisait tout de même 20 Mo... avec mon premier PC-AT et
Windows 3.0 et ses 36 disquettes... de 1987) : ils bloquent les PC actuels.

Mais nous parlons bien d'archivage !
Pour les sauvegardes courantes, mon disque principal partitionné en 4, est
clôné sur deux autres HD identiques et Acronis me fait au moins trois
éditions, sur deux autres disques, se succédant à une semaine d'intervalle,
de chacune de ses partitions.
Je vais d'ailleurs aller m'y coller. Allez, au boulot !
C'est le prix que j'accepte de payer pour une sécurité que je considère
comme suffisante pour mes images.
--
Jacques Dassié
http://archaero.com/
Aboli Bibelot
Le #20015151
"Christophe Bachmann" 4a98d689$0$23445$
Aboli Bibelot a écrit :
En effectuant une sauvegarde (bien tardive) sur disque dur externe de
plusieurs centaines de CD-R gravés depuis fin 2002, j'ai observé la chose
suivante.



[...]

- contrairement à ce qui a souvent été affirmé dans des articles à ce
sujet (presse et internet), les disques optiques semblent plutôt moins
bien protégés quand ils sont conservés en boîtiers individuels que quand
ils sont empilés en cloches de 50,



Légère modification : Tout dépend de ce qu'on fait des CD en question.

- Les CD en cloche de 50 ou de 100 sont mieux compressés les uns par les
autres et donc moins sujet à la délamination et la corruption par
l'humidité.

- Les CD en cloche de 50 ou de 100 sont empilés avec toute leur surface en
contact, ce qui augmente les frictions si la pile est bougée, et génère
une catastrophe si les disques ne sont pas très propres, un grain de sable
suffit.



Mais il faut vraiment faire des choses bizarres (voire blizzard, ou sirocco
et ses frères) pour avoir du sable dans ses CD. Et les rayures peuvent se
récupérer (ou se récurer), contrairement aux altérations chimiques.


De plus pour accéder au 41ème il faut manipuler les 40 premiers, avec tous
les risques que cela comporte, frictions, rayures...



Certes, mais à moins d'être très fréquentes de telles manipulations
n'endommagent pas sérieusement les disques de qualité correcte (sauf, comme
vous l'évoquez plus haut, en cas de présence de particules abrasives).



Donc pour des sauvegardes ou des archives en volume destinées à ne pas
être manipulées il vaut mieux les stocker en tour, mais pour tous les CD
qui doivent être manipulés régulièrement il vaut mieux les conserver dans
des boitiers individuels (et en faire des sauvegardes).

Autres idées tangentes :

Les CD en plastique sont de petites choses fragiles et il ne faut pas les
soumettre à des variations trop brusques de température, ni a des taux
d'humidité trop élevés.

Ils ont aussi des durées de vie moyenne de l'ordre de 5 ans. Il vaut mieux
les revérifier et éventuellement les regraver tous les trois ans pour ne
pas risquer de tout perdre.




Les revérifier tous ? Ou en prendre quelques-uns au hasard, de différentes
marques/séries ?



Il existe des CD en verre dont la durée de vie est plus longue, mais le
prix ...

Il existe des utilitaires freeware pour lire les fichiers abimés et
récupérer toutes les données accessibles dedans. Suivant le type de
fichier ça peut sauver la mise.




Si IsoBuster plante, y a-t-il encore des utilitaires capables de (mieux) «
sauver la mise » ? En l'occurrence ce sont surtout des fichiers audio (MP3,
MPC, OGG...) et quelques images et vidéos.



Vu la masse de CD gravés, est-ce qu'un graveur de DVD n'aurait pas été un
achat intéressant, divisant par 7 la taille des piles ?




C'était encore fort cher en 2003 il me semble (non seulement les graveurs
mais surtout les supports vierges -- comme le BD actuellement). J'ai acheté
un graveur de DVD en 2005.
Et la division est plutôt par six : un DVD contient non pas 4,7Go comme
affiché mais 4.36Go, et j'ai lu qu'il était conseillé de ne pas dépasser
4,25 voire 4Go, pour éviter justement la "zone dangereuse" du bord extérieur
(non seulement plus exposée à la dégradation, mais souvent moins homogène au
départ).
http://www.macetvideo.com/OptimiserDVDR/dvdr.html

Un autre article pertinent (PDF de 2Mo) :
http://www.lne.fr/compteur/download_etude-vieillissement-CD-R.asp


--
Greetings, Salutations,
Guiraud Belissen, Château du Ciel, Drachenwald,
Chris CII, Rennes, France


Aboli Bibelot
Le #20015261
"Jacques Dassié" message de news:
Le Sat, 29 Aug 2009 03:29:45 +0200, "Aboli Bibelot"

En effectuant une sauvegarde (bien tardive) sur disque dur externe de
plusieurs centaines de CD-R gravés depuis fin 2002,...



C'est curieux, mais je fais exactement l'inverse. Un répertoire trop gros
et
presque plein, hop, sur disque... Ça dégage.




Sur disque... dur ? compact ? Je n'ai pas compris en quoi c'était «
exactement l'inverse ».


Comme je fais beaucoup de
photos, je totalise 2,5 To de HD et ils sont presque pleins !

Mais ce qui ressort de cette expérience bien fortuite,
c'est que :
- contrairement à ce qui a souvent été affirmé dans des articles à ce
sujet
(presse et internet), les disques optiques semblent plutôt moins bien
protégés quand ils sont conservés en boîtiers individuels que quand ils
sont
empilés en cloches de 50,



C'est une observation intéressante.

Pourtant, je ne peux pas bien juger : quelques centaines de CD (Verbatim)
depuis 1994 et quelques dizaines de DVD même marque.
Un SEUL problème avec un CD qui ne voulait pas se relire (mais qui a fort
gentiment accepté de se copier intégralement sur un autre qui, lui, se lit
bien ???).
Peut-être du bol, mais chez moi, ce sont ces supports les plus fiables
depuis une quinzaine d'années, ce qui est encore peu comme recul !
Nota : je grave toujours à vitesse mini et je conserve au sec.

Il y a belle lurette que je ne sais plus lire les riquiquis HD de cette
époque (le premier faisait tout de même 20 Mo... avec mon premier PC-AT et
Windows 3.0 et ses 36 disquettes... de 1987) : ils bloquent les PC
actuels.

Mais nous parlons bien d'archivage !
Pour les sauvegardes courantes, mon disque principal partitionné en 4, est
clôné sur deux autres HD identiques



A quelle régularité ?


et Acronis me fait au moins trois
éditions, sur deux autres disques, se succédant à une semaine
d'intervalle,
de chacune de ses partitions.
Je vais d'ailleurs aller m'y coller. Allez, au boulot !
C'est le prix que j'accepte de payer pour une sécurité que je considère
comme suffisante pour mes images.




C'est à relativiser, sachant que le prix moyen d'un disque dur (la capacité
standard du moment) a été divisé par 3 ou 4 ces dernières années. Quand un
seul disque dur de 40Go coûtait plus de 1000 balles, multiplier les
sauvegardes était un luxe que peu s'autorisaient.


--
Jacques Dassié
http://archaero.com/


Yannick Palanque
Le #20015911
On Sat, 29 Aug 2009 20:56:31 +0200
"Aboli Bibelot"
un DVD contient non pas 4,7Go comme
affiché mais 4.36Go



Cela fait bien 4,7 Go = 4 700 000 000 octets
Mais comme on s'amuse à utiliser 1 Ko pour 1024 octets...

--
« Quand je serai grand, je ferai des bug reports sur la LKML »
-- Octane in fcolm
Aboli Bibelot
Le #20016291
"Christophe Bachmann" 4a98d689$0$23445$
[...]


Il existe des utilitaires freeware pour lire les fichiers abimés et
récupérer toutes les données accessibles dedans. Suivant le type de
fichier ça peut sauver la mise.




J'ai aussi lu des choses au sujet de logiciels permettant de créer des
fichiers "PAR2", permettant d'après ce que j'ai compris de reconstituer des
fichiers partiellement illisibles à partir d'informations de parité de bits,
kekchoz dans le genre, mais je n'ai pas approfondi. Évidemment dans mon cas
c'est trop tard, mais de manière générale est-ce efficace, pratique ? Quel
proportion (en volume) de fichiers "PAR2" faut-il pour avoir de bonnes
chances de tout récupérer en cas de disque devenu partiellement illisible ?
Marauder
Le #20016681
"Aboli Bibelot" :
[...]
- contrairement à ce qui a souvent été affirmé dans des articles à ce
sujet (presse et internet), les disques optiques semblent plutôt moins
bien protégés quand ils sont conservés en boîtiers individuels que quand
ils sont empilés en cloches de 50, [...]



"Personnellement", donc, c''et assez violent :
Mes disques empilés en cloches de 50 finissement coagulées en masse les uns
avec les autres.
Ce en hauteur (chaleur ??), mais dans un bureau parfaitement sec à 22° (T°
de la pièce à hauteur d'homme)"environ.

La conservation des données selon gravage sur disque optique est désormais,
après bien des déboires, une méthode d'archivage que j'ai abandonné depuis
longtemps, même si dans des boîtes individuelles dans le noir, ca se passe
dans ce cas on va dire heueueu.....un peu mieux, mébon, pas en tout cas pour
ce que je demande à de l'archivage fiable.

Slt les ptis loups.
Jacques Dassié
Le #20016721
Le Sat, 29 Aug 2009 21:10:01 +0200, "Aboli Bibelot"

Sur disque... dur ? compact ? Je n'ai pas compris en quoi c'était «
exactement l'inverse ».



J'ai dû mal m'exprimer...
Ce sont les répertoires trop pleins du disque dur principal que je
sauvegarde à long terme sur des CD et DVD.

Pour les sauvegardes courantes, mon disque principal partitionné en 4, est
clôné sur deux autres HD identiques



A quelle régularité ?



J'essaie de faire un clônage chaque samedi soir. Je le lance avant de me
coucher. Un 500 Go prend 7 H avec Acronis. Et le lendemain matin, l'ordi
ronronne toujours avec affiché : "Opération réussie". Et c'est vrai ! Avec 2
HD réservés à cela (un en interne et un externe USB) ces clones sont ainsi
vieux au maximum d'une semaine et de 2 semaine.

Quand un seul disque dur de 40Go coûtait plus de 1000 balles, multiplier les
sauvegardes était un luxe que peu s'autorisaient.



Oui, mais en Septembre 2009, chez Topachat, un Sata II de 500 Go coûte 44 ¤
et le 1 To est à 68 ¤. La donne est complètement changée.

Pour moi les HD sont la sécurité absolue et l'assurance de retrouver ce
fonctionnement que j'avais mis tant de temps à paufiner...

Et les DVD sont la sauvegarde à long terme et même très long terme, puisque
quinze ans en informatique, c'est énorme !

J'ai des sauvegardes bien plus anciennes, de 1987, sur disquette 5 1/4 (et
j'ai toujours le lecteur-graveur qui fonctionne parfaitement ). Mais elles
ne faisaient que 1.2 Mo... J'ai encore plus vieux : des cassettes
magnétiques spéciales de sauvegarde sur bande pro. Mais ça ne fait que 400
Mo. Encore plus ancien, des cassettes magnétiques ordinaires, des
sauvegardes du Tandy TRS 80 de 1977... Mais je n'ai plus de TRS et de toutes
façons leur lecture était très aléatoire... C'était il y a ... 32 ans !

Tiens, puisqu'on est Dimanche, une petite photo pour sourire... :

http://www.cijoint.fr/cj200908/cijVSurjVN.jpg

--
Jacques Dassié
http://archaero.com/
Aboli Bibelot
Le #20019691
"Jacques Dassié" message de news:
Le Sat, 29 Aug 2009 21:10:01 +0200, "Aboli Bibelot"

Sur disque... dur ? compact ? Je n'ai pas compris en quoi c'était «
exactement l'inverse ».



J'ai dû mal m'exprimer...
Ce sont les répertoires trop pleins du disque dur principal que je
sauvegarde à long terme sur des CD et DVD.



Ben, c'est ce que j'avais fait au moment de graver lesdits CD, mais comme
mon expérience le montre il est préférable que ça ne "dégage" pas pour
autant du disque dur, ou que ce soit simultanément copié sur un autre disque
réservé au stockage. D'ailleurs il va sans doute rapidement m'en falloir un
plus gros car quand j'aurai transféré tous les CD et DVD sur le disque de
1To celui-ci sera quasiment plein. J'attends que ça passe sous les 60E, ça
ne saurait tarder.


Pour les sauvegardes courantes, mon disque principal partitionné en 4,
est
clôné sur deux autres HD identiques



A quelle régularité ?



J'essaie de faire un clônage chaque samedi soir. Je le lance avant de me
coucher. Un 500 Go prend 7 H avec Acronis. Et le lendemain matin, l'ordi
ronronne toujours avec affiché : "Opération réussie". Et c'est vrai ! Avec
2
HD réservés à cela (un en interne et un externe USB) ces clones sont ainsi
vieux au maximum d'une semaine et de 2 semaine.




Fichtre, 7h ça me paraît bien long. Mais un logiciel spécialisé comme True
Image est-il nécessaire pour ce qui est, si j'ai bien compris, une simple
copie d'un disque sur un autre ? Ou sinon, si ce sont bien des "images"
créées par le logiciel, ne serait-il pas beaucoup plus rapide et moins
dispendieux en volume de données de sauvegarder uniquement ce qui a changé
(sauvegarde incrémentielle ou différentielle) ?



Quand un seul disque dur de 40Go coûtait plus de 1000 balles, multiplier
les
sauvegardes était un luxe que peu s'autorisaient.



Oui, mais en Septembre 2009, chez Topachat, un Sata II de 500 Go coûte 44
¤
et le 1 To est à 68 ¤. La donne est complètement changée.

Pour moi les HD sont la sécurité absolue et l'assurance de retrouver ce
fonctionnement que j'avais mis tant de temps à paufiner...

Et les DVD sont la sauvegarde à long terme et même très long terme,
puisque
quinze ans en informatique, c'est énorme !




Hélas ! aucune solution n'est garantie sur la durée... Ça peut durer 15 ans
et plus, mais ça peut lâcher en 2 semaines, d'où la nécessité d'utiliser au
moins deux supports différents et complémentaires pour maximiser les
chances.



J'ai des sauvegardes bien plus anciennes, de 1987, sur disquette 5 1/4 (et
j'ai toujours le lecteur-graveur qui fonctionne parfaitement ). Mais elles
ne faisaient que 1.2 Mo... J'ai encore plus vieux : des cassettes
magnétiques spéciales de sauvegarde sur bande pro. Mais ça ne fait que 400
Mo. Encore plus ancien, des cassettes magnétiques ordinaires, des
sauvegardes du Tandy TRS 80 de 1977... Mais je n'ai plus de TRS et de
toutes
façons leur lecture était très aléatoire... C'était il y a ... 32 ans !

Tiens, puisqu'on est Dimanche, une petite photo pour sourire... :

http://www.cijoint.fr/cj200908/cijVSurjVN.jpg




Euh, c'est fort joli mais je ne saisis pas le rapport avec le présent débat
!
markorki
Le #20024361
Christophe Bachmann a écrit :

Il existe des utilitaires freeware pour lire les fichiers abimés et
récupérer toutes les données accessibles dedans. Suivant le type de
fichier ça peut sauver la mise.



Perso, je n'en ai trouvé aucun (ni même en logiciel commercial à prix
raisonnable) qui lise les CD en "raw", c'est-à-dire sans passer par la
reconnaissance du CD par l'OS (et à ma connaissance, c'est vrai entre
autres d'Isobuster).

Or, d'après mon expérience, 90% au moins des cas de données
inaccessibles sur CD ou DVD provient de la perte du **début** du
support, c'est-à-dire de la TOC (vers le centre, après la zone dédiée
aux infos fabricant et à la zone d'essais pour le logiciel de gravage).
Dans ce cas, les utilitaires de récup prétendent qu'il n'y aucun Cd/DVD
dans l'unité et ne font donc rien..

Même sous linux, je n'ai trouvé aucun logiciel (gratuit ou de prix
raisonnable) traitant le contenu comme des donnée brutes et sachant
retrouver les fichiers comme le fait par exemple ZARFAT dans un DD qui
n'a plus de tables de partitions, juste en trouvant des chainages et en
retrouvant les limites de fichiers (mais qu'il faut renommer, puisqu'on
les a trouvés sans passer par le catalogue).

J'aimerais que quelqu'un me détrompe si ce genre d'outils existe, parce
que j'ai 2 DVD de sauvegarde , hélas de même origine que je garde
toujours au cas où, qui m'ont laché moins d'un mois après gravage à
vitesse 1, et qui avaient été vérifiés immédiatement après gravage par
CDcheck, par contrôle en MD5.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme