La couleur ? Mais c'est très simple

Le
Charles Vassallo
Bonjour à tous

Ceux qui se sont plu à lire Aisberg dans le texte ne doivent plus être
légion, et ses ayant-droits me pardonneront de singer ses titres pour
appâter le chaland.

Bref, c'est un nouveau tuto sur la théorie de la couleur et la gestion
d'icelle, appliquée à la photo numérique. Sans math (ouais, enfin).
Tout ce que vous avez voulu savoir sans jamais le demander, etc, etc.

http://www.oitregor.com/numeric/gestion/villeneuve.html

Charles
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 9
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Yannick Patois
Le #23530481
Le 03/07/2011 17:14, Charles Vassallo a écrit :
http://www.oitregor.com/numeric/gestion/villeneuve.html



Super travail dont je n'ai encore lu attentivement que le début.

Quelques critiques:

- Page 5 "A noter que ces rayonnements n’ont pas vraiment de couleurs
par eux-mêmes!; ce sont les couleurs qui apparaissent si ces
rayonnements frappent un objet blanc."

=> "ce sont les couleurs qui apparaissent si ces rayonnements frappent
un*e rétine*". En quoi ils n'ont pas de couleurs par eux même? La seule
chose que fera un objet blanc sera de diffuser et réfléchir les rayons
sans en modifier la couleur, en quoi ces rayons réfléchis ont-ils
quelque chose de plus que l'original?

- Page 5 "On ne peut pas physiquement créer un rayonnement strictement
monochromatique, qui ne contiendrait qu’une seule onde élémentaire sur
une longueur d’onde unique.", puis page suivante "On peut aussi
rencontrer des rayonnements quasi-monochromatiques, avec des spectres
extrêmement resserrés autour d’une longueur d’onde, comme la lumière des
lasers, ou, dans une moindre mesure mais plus familièrement, la lumière
jaune des lampes à vapeur de sodium utilisées dans certains éclairages
urbains.". Ca me semble pas cohérent, ou trop complexe si on veut
expliquer l'étendue spatiale d'un photon.



Ensuite une grosse critique générale: il manque un chapitre essentiel
sur la vision humaine, sinon on ne peut rien comprendre à la trichromie
que tu introduis ensuite ainsi qu'aux discutions sur la représentation
trichomique d'une onde monochromatique (on peut pas), mais OSEF (mais on
ne peut pas comprendre pourquoi vu que tu ne les dis pas), etc.

Donc, après avoir expliqué que les ondes électromagnétique possèdent un
spectre en fréquence, et que ce spectre en impressionnant la rétine est
vue comme une "couleur", il faudrait:
- Montrer que la vue humaine est limitée par construction de l'œil à
ne discriminer qu'un nombre très limités de spectres de fréquences car
ne disposant que de 3 capteurs intégrants de larges zones de spectres.
- En déduire que si l'œil ne distingue que 3 couleurs, on peut réduire
l'ensemble des impressions visuelles de spectres à seulement 3
paramètres distincts de couleurs. Et donc, utiliser 3 couleurs
primaires, qui feront illusion parfaitement [1].

En conclure que l'on peut laisser la spectrométrie au laboratoire, et
dans la suite ne s'occuper que de trichromie, étant entendu que l'œil
humain ne fera pas la différence entre un spectre complexe et un spectre
beaucoup plus simple ayant la même intégrale sur les 3 composantes
primaires.

La trichromie n'est rendue possible que grâce aux imperfections de la
vision humaine, et ne s'applique correctement qu'à eux. Je suppose que
nombres d'autres animaux dotés d'une bonne vision couleur utilisent des
capteurs différent, auquel cas, nos photos criantes de vérités pour un
humain leur apparaissent sans doute comme de la bouillie d'un point de
vue de la couleur. Cas pratique: j'ai assisté à une présentation
réalisée par un daltoniens qui avait choisi les couleurs harmonieusement
à ses yeux. Aux miens, le résultat était un brouet rose-brun très étranges.

Yannick



[1] Si tu veux approfondir, tu peux parler des 2 verts ainsi que du
glissement de sensibilité suivant la localisation du cône dans la
rétine, et en conclure que la trichromie a des limites qui explique en
particulier la difficulté - l'impossibilité - de restituer parfaitement
certaines nuances de peau.

--
_/ Yannick Patois ___________________________________________________
| web: http://feelingsurfer.net/garp/ | Garp sur irc undernet |
| email: | |
Charles Vassallo
Le #23531171
Yannick Patois a écrit :
Le 03/07/2011 17:14, Charles Vassallo a écrit :
http://www.oitregor.com/numeric/gestion/villeneuve.html



Super travail dont je n'ai encore lu attentivement que le début.



Merci.

Je pense que la plupart de tes remarques sauteront d'elles-même quand tu
seras plus loin.

— je me suis peut-être mal exprimé, mais oui, les rayonnements n'ont pas
de couleur en eux-mêmes ; c'est l'oeil qui leur en prête une. Cependant,
pour voir l'ensemble des couleurs de l'arc-en-ciel à la sortie d'un
prisme, il ne sert à rien de mettre l'oeil dans le faisceau, il faut
mettre un papier blanc dans celui-ci.

— J'insiste, pas de rayonnement **strictement** monochromatique mais
**quasi** monochromatique, oui. J'insiste. Tout laser a une largeur
spectrale.

— je sais bien que c'est une tradition, mais on n'a absolument pas
besoin d'un chapitre sur le fonctionnement de la rétine pour expliquer
ce qu'on fait avec la synthèse trichrome : il suffit de se baser sur des
expériences élémentaires -- et de faire un peu confiance aux enquêtes de
la CIE.

Charles
Bour-Brown
Le #23531311
Charles Vassallo a écrit
( 4e11d352$0$30758$ )

on n'a absolument pas besoin d'un chapitre sur le fonctionnement de la
rétine pour expliquer ce qu'on fait avec la synthèse trichrome



C'est que la *seule* justification de cette synthèse, c'est justement la
rétine et son fonctionnement.


faire un peu confiance aux enquêtes de la CIE.



Dans ce cas il n'y a ni besoin de comprendre, ni d'expliquer.
(ouf, ça va m'éviter des efforts)
Yannick Patois
Le #23531681
On 07/04/2011 04:50 PM, Charles Vassallo wrote:
Yannick Patois a écrit :
Le 03/07/2011 17:14, Charles Vassallo a écrit :
http://www.oitregor.com/numeric/gestion/villeneuve.html




Je pense que la plupart de tes remarques sauteront d'elles-même quand tu
seras plus loin.



J'ai quand même tout survolé :)

— je me suis peut-être mal exprimé, mais oui, les rayonnements n'ont pas
de couleur en eux-mêmes ; c'est l'oeil qui leur en prête une.


Mais ceci est vrais aussi bien pour le rayon incident que les rayons
réfléchis.
Cependant,
pour voir l'ensemble des couleurs de l'arc-en-ciel à la sortie d'un
prisme, il ne sert à rien de mettre l'oeil dans le faisceau



Si tu le focalise proprement dans une optique, c'est tout à fait possible.

il faut mettre un papier blanc dans celui-ci.



C'est une commodité expérimentale,; pas un requis: voir une étoile dans
le ciel peut se faire directement, je n'ai pas besoin d'un papier.

— J'insiste, pas de rayonnement **strictement** monochromatique mais
**quasi** monochromatique, oui. J'insiste. Tout laser a une largeur
spectrale.




Cela ne me conviens pas. C'est comme de mettre dans un manuel de
géométrie "il est impossible de tracer un trait droit". Puis "pour
tracer un trait quasi-droit, on peut prendre une règle".

Effectivement, d'un pt de vue mathématique, une droite ne peut être
représentée parfaitement pas un objet physique, mais est-ce vraiment le
problème?


On peut faire une onde aussi monochromatique que l'on souhaite, par
exemple une source n'hémetant qu'un seul photo de longueur d'onde lamda
sera assez monochromatique. Évidemment, comme ce photon n'a pas été créé
à l'origine de l'univers et ne durera pas jusqu'à sa fin, c'est pas
exactement monochromatique, mais... Quel intéret de pinailler là dessus?


— je sais bien que c'est une tradition, mais on n'a absolument pas
besoin d'un chapitre sur le fonctionnement de la rétine pour expliquer
ce qu'on fait avec la synthèse trichrome : il suffit de se baser sur des
expériences élémentaires -- et de faire un peu confiance aux enquêtes de
la CIE.



C'est pas une tradition, c'est, comme le dit BB, la *seule*
justification de ce modèle tordu. Pourquoi 3 couleurs et pas 4, 100 ou
2? Pourquoi on ne peut pas représenter les couleurs de l'arc en ciel
avec ce modèle (tu insistes là-dessus), et pourquoi même si c'est pas
possible on s'en fout (parce que nos yeux ne peuvent pas les voir non plus).

Tout cela est très contre-intuitif et demande à être expliqué, c'est
bien plus important que l'étroitesse du spectre d'un laser...

Bon, c'est ton boulot, c'est un gros travail, y'a plein de choses dedans
que j'ignorais et je vais le lire attentivement, je me contente de
donner mon modeste avis sur un point...


Yannick

--
_/ Yannick Patois ___________________________________________________
| web: http://feelingsurfer.net/garp/ | Garp sur irc undernet |
| email: | |
Charles Vassallo
Le #23531931
Bour-Brown a écrit :
Charles Vassallo a écrit
on n'a absolument pas besoin d'un chapitre sur le fonctionnement de la
rétine pour expliquer ce qu'on fait avec la synthèse trichrome



C'est que la *seule* justification de cette synthèse, c'est justement la
rétine et son fonctionnement.



On n'a absolument rien à justifier. On a juste à constater que ça
marche, puis, pour la gestion de la couleur, étudier *comment* ça
marche. L'oeil considéré comme une boîte noire, quoi.

Il est certes intéressant d'essayer de comprendre pourquoi il en
est ainsi, mais c'est une tout autre histoire.

En théorie des circuits, on ne cherche pas à savoir comment une boite
noire fonctionne, mais simplement de savoir comment elle répond aux
entrées.

Charles
Charles Vassallo
Le #23531921
Yannick Patois a écrit :

C'est une commodité expérimentale,; pas un requis: voir une étoile dans
le ciel peut se faire directement, je n'ai pas besoin d'un papier.



Ton expérience prouve que tu ne comprends pas ce que j'ai voulu dire. Ce
n'est pas grave, ce point n'a pas beaucoup d'importance et peut être
supprimé, échappant de ce fait à toute critique
:-)


On peut faire une onde aussi monochromatique que l'on souhaite, par
exemple une source n'hémetant qu'un seul photo de longueur d'onde lamda
sera assez monochromatique. Évidemment, comme ce photon n'a pas été créé
à l'origine de l'univers et ne durera pas jusqu'à sa fin, c'est pas
exactement monochromatique, mais... Quel intéret de pinailler là dessus?



C'est toi qui pinailles et qui introduit des subtilités ésotériques là
où je ne mets que deux mots. Le point important dans le document est de
faire comprendre que toute source de lumière a un spectre.


C'est pas une tradition, c'est, comme le dit BB, la *seule*
justification de ce modèle tordu. Pourquoi 3 couleurs et pas 4 [...]
Tout cela est très contre-intuitif et demande à être expliqué, c'est
bien plus important que l'étroitesse du spectre d'un laser...



Seuls les peintres habitués à la synthèse soustractive sont surpris. La
synthèse additive est un fait d'ordre expérimental tout de même très
facile à observer. Et pour ce qu'on veut en faire (la gestion de la
couleur) on n'a absolument pas à comprendre pourquoi il en est ainsi ;
voir ma réponse àBB


Bon, c'est ton boulot, c'est un gros travail, y'a plein de choses dedans
que j'ignorais et je vais le lire attentivement, je me contente de
donner mon modeste avis sur un point...



Les réactions des uns et des autres m'intéressent, surtout dans un essai
de grande vulgarisation où il y a quand même quelques tours de passe-passe.

Charles
apd
Le #23533121
Charles Vassallo a écrit :
...

En théorie des circuits, on ne cherche pas à savoir comment une boite
noire fonctionne, mais simplement de savoir comment elle répond aux
entrées.

Charles



Bonjour Charles,

en théorie des circuits, on a aussi parfois besoin de synthèse et de
construire la boiboite (théorème des résidus, Laplace, ...). Enfin, je
le faisais à la mano à une certaine époque ;-) .

apd.
a
Le #23533561
Charles Vassallo
Tout ce que vous avez voulu savoir sans jamais le demander, etc, etc.



Et j'en redemande
J'en redemanderai encore.

Merci beaucoup Charles pour ce patient et magnifique travail.

Bonne journée
--
@rian autodidacte encore et pas matheux, c'est trop tard ;-)
benoit.sansspam
Le #23537321
Charles Vassallo
Bonjour à tous

Ceux qui se sont plu à lire Aisberg dans le texte ne doivent plus être
légion, et ses ayant-droits me pardonneront de singer ses titres pour
appâter le chaland.

Bref, c'est un nouveau tuto sur la théorie de la couleur et la gestion
d'icelle, appliquée à la photo numérique. Sans math (ouais, enfin...).
Tout ce que vous avez voulu savoir sans jamais le demander, etc, etc.

http://www.oitregor.com/numeric/gestion/villeneuve.html



Merci beaucoup.

--
"La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La
pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et
personne ne sait pourquoi !" [ Albert Einstein ]
Bour-Brown
Le #23545821
Charles Vassallo a écrit
( 4e120ce3$0$30748$ )

On n'a absolument rien à justifier. On a juste à constater que ça marche,
puis, pour la gestion de la couleur, étudier *comment* ça marche. L'oeil
considéré comme une boîte noire, quoi.



Pour moi - photographe - c'est la gestion de la couleur qui devrait être une
boîte noire, pas le reste.

Autrement dit j'aimerais qu'elle fonctionne de façon transparente, et en ce
qui me concerne je suis davantage dans l'attente de solutions simples et
effectives que de longues explications sur la physique de la couleur ou sur
les choix des instances internationales.

Ton travail plait à la plupart des gens, c'est la seule chose qui compte, et
c'est la plus belle des récompenses.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme