De la d

Le
Jacques DASSI
Définition image en fonction de la distance d'observation.
Rappel
Lors d'échanges, peut-être sur ce même forum, il y a quelques années,
j'avais publié cette étude et préconisé l'utilisation du PR pour
répondre à cette question simple : "Quelle définition nécessaire, mais
suffisante, doit avoir un document d'expo pour paraitre absolument net,
sachant qu'il ne sera jamais observé à moins de x mètres".

La limitation de distance pouvant venir de la balustrade d'un musée, de
tréteaux de foire aussi bien que de la glissière de sécurité sur
autoroute. Il me semble qu'à l'époque, Noëlle se posait des questions
en ce sens. D'aucuns, parmi les caustiques (peut-être bien BB, après
tout) m'ont accusé de sortir ce chiffre de mon chapeau… Et voila-t-il
pas que je recommence…

L'explication est simple : rien ne sort d'un chapeau mais d'enquêtes
faites avec les moyens dont nous disposons. Et il se trouve que les
recherches ophtalmologiques progressent toujours et que de nouveaux
chiffres apparaissent concernant tant la composition et les
caractéristiques du groupe optique (dioptre cornéen plus dioptre
cristallin) que de l'épineuse question du centre optique et de sa
position.

La focale équivalente est mieux définie et les chiffres cités s'étagent
entre 15 et 17 mm. C'est pour cette raison que j'ai retenu la valeur de
16 mm, qui vient ipso facto modifier la valeur du PR qui passe ainsi de
75 à 80 ! Ce qui en soit ne change pratiquement rien. On obtient
toujours aussi facilement un ordre de grandeur.

Structure de l'œil
Les spécialistes distinguent deux types de rétine, on pourrait presque
dire trois :
- La rétine périphérique.
Composée exclusivement de bâtonnets. C'est la plus grande partie, celle
qui nous sert à voir par faible luminosité et surtout à détecter les
mouvements jusqu'au bord de notre champ visuel. Elle comprend
effectivement environ 120 millions de bâtonnets, qui ne donnent pas
d'image nette mais augmentent la sensibilité au détriment de la
résolution spatiale. Elle sert "à voir".
- La rétine centrale. C'est le domaine de la vision en pleine lumière.
Elle a une bonne résolution spatiale, au détriment de la sensibilité.
Elle comprend environ 6 millions et demi de cônes et bâtonnets, mais
les cônes sont largement dominants Sa forme est une ellipse
horizontale de 1,5 mm de largeur sur 1 mm de hauteur.
C'est elle qui détermine le champ de 1° environ, appelé "champ de
vision nette". Elle sert "à regarder".
- La fovea. C'est le centre de la vision d'analyse, le plus précis.
Elle fait environ 200 µ de diamètre. Composée exclusivement de cônes
groupés en mosaïque hexagonale régulière, c'est sur elle que le système
de commande des yeux va orienter et focaliser l'image de l'objet. Mais
son champ est faible : environ 3 minutes d'arc C'est elle qui permet
de définir expérimentalement le pouvoir séparateur de l'œil standard,
généralement admis comme égal à 1 minute d'arc.
Elle sert "à analyser".

Définition rétinienne (DR) :
La surface sensible contenant la zone de plus haute définition est la
fovea centralis, dont la définition rétinienne DR dépend des cônes de 5
µ de diamètre (0,005mm) à la base, valeur généralement admise, elle est
de : DR = 1 mm / 0,005 = 200 points par millimètre = 5000 DPI.

Définition visuelle
A partir de ces deux chiffres, la définition rétinienne et la focale de
l'œil, nous pouvons définir un produit remarquable PR.

PR = Focale œil x Définition rétinienne = 16 x 200 = 3200. Ce chiffre :
3200, est valable pour ces mesures physiques, avec des longueurs
exprimées en mm.
Pour les informaticiens, plus accoutumés aux DPI, si nous exprimons la
définition rétinienne en DPI et les distances en mètres, nous obtenons
:
PR = 5000 x 0,016 = 80. C'est ce chiffre que nous utiliserons, en
précisant son rôle à l'aide d'exemples.

Le PR permet de calculer la définition nécessaire et suffisante d'un
objet pour qu'il apparaisse parfaitement NET à l'observation usuelle.
Une augmentation de la définition ne pourrait être utile, à cette
distance d'observation, car elle produirait sur la macula des détails
inférieurs à la dimension des cônes. Dn = 80 / Do (m).

Définition nécessaire, en DPI = 80 / Distance d'Observation, en mètres
Représentation du PR : Définition x focale de l'œil, avec deux
applications classiques, sur le lien ci-après :

http://cjoint.com/?BCtkhJohcka

Entendu dans le métro :

- Au fait, un diamètre de cône de 5 microns et une focale de 16 mm, ça
déterminerait pas un angle, par hasard ?
- Ben si, tout juste, vous avez gagné !

- Ah oui, et combien qu'y fait c't'angle ? Hein, dites ?

- Tout juste une minute d'arc, mon petit

Curieuse coincidence, n'est-il pas ? Ah, ça, c'est ben vrai !

--
Jacques DASSIÉ
http://archaero.com/
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 7
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Midway
Le #24334011
Jacques DASSIÉ a écrit :
Définition image en fonction de la distance d'observation.
Rappel
Lors d'échanges, peut-être sur ce même forum, il y a quelques années, j'avais
publié cette étude et préconisé l'utilisation du PR pour répondre à cette
question simple : "Quelle définition nécessaire, mais suffisante, doit avoir
un document d'expo pour paraitre absolument net, sachant qu'il ne sera jamais
observé à moins de x mètres".



Il manque à ton exposé le lien entre le "PR" et la question que tu
poses ci-dessus.

Une autre analyse intéressante, de Jean-Marie Sépulchre:
http://www.pictchallenge-archives.net/TESTNUM/A2mesuresBXU.html

"On s'accorde généralement à penser que l'on peut tirer un A3 à 240
dpi, un A2 à 220 dpi et un A1 à 180 voire 150 dpi."
Stephane Legras-Decussy
Le #24334031
Le 19/03/2012 13:23, Midway a écrit :

"On s'accorde généralement à penser que l'on peut tirer un A3 à 240 dpi,
un A2 à 220 dpi et un A1 à 180 voire 150 dpi."



ya un truc encore plus simple :

si on considère qu'on regarde un tirage à une distance
égale à son plus grand côté, alors 6Mpix suffisent pour
n'importe quel tirage.
Papy Bernard
Le #24334081
De Jacques DASSIÉ
...
Lors d'échanges, peut-être sur ce même forum, il y a quelques années,
j'avais publié cette étude et préconisé l'utilisation du PR pour


...

Tu peux traduire : "PR" ? ? ? ?
Bour-Brown
Le #24334211
Jacques DASSIÉ a écrit
( 4f67009b$0$6782$ )

D'aucuns, parmi les caustiques (peut-être bien BB, après tout) m'ont
accusé de sortir ce chiffre de mon chapeau…



Le standard de la minute d'arc ne convient pas. Il s'agit d'un seuil minimum
en deça duquel on corrige, pas d'un maximum théorique.

Si on souhaite une limite acceptable, c'est-à-dire une limite qui englobe
l'ensemble de la population, elle est de l'ordre des trente secondes d'arc :
http://www.gatinel.com/recherche-formation/acuite-visuelle-definition/
http://www.gatinel.com/recherche-formation/acuite-visuelle-definition/acuite-visuelle-resolution-et-pouvoir-separateur-de-loeil/
http://www.gatinel.com/recherche-formation/acuite-visuelle-definition/qualite-de-vision/

Mais bon...
Jacques DASSIÉ
Le #24334201
Le 19/03/2012, Papy Bernard a supposé :
De Jacques DASSIÉ
j'avais publié cette étude et préconisé l'utilisation du PR pour


...

Tu peux traduire : "PR" ? ? ? ?



Ah, Papy, faut suivre... ou plus simplement voir la rubrique
correspondante sur mon site :

http://archaero.com/definitions.htm#Produit

--
Jacques DASSIÉ
http://archaero.com/
Midway
Le #24334321
Jacques DASSIÉ a écrit :
Le 19/03/2012, Papy Bernard a supposé :
De Jacques DASSIÉ


j'avais publié cette étude et préconisé l'utilisation du PR pour


...

Tu peux traduire : "PR" ? ? ? ?



Ah, Papy, faut suivre... ou plus simplement voir la rubrique correspondante
sur mon site :

http://archaero.com/definitions.htm#Produit



La question de Papy Bernard est légitime. Le "PR" n'a rien d'une
grandeur évidente et les explications de cette rubrique sont
bienvenues.

Tu écris: "René Bouillot (1) exprime à juste titre l'angle de champ
seulement dans le plan horizontal."
Pourquoi cela ? Il me semblait qu'on considérait plutôt la diagonale de
l'image...
Charles Vassallo
Le #24334361
Bour-Brown a écrit :
Jacques DASSIÉ a écrit
( 4f67009b$0$6782$ )

D'aucuns, parmi les caustiques (peut-être bien BB, après tout) m'ont
accusé de sortir ce chiffre de mon chapeau…



Le standard de la minute d'arc ne convient pas. Il s'agit d'un seuil
minimum en deça duquel on corrige, pas d'un maximum théorique.

Si on souhaite une limite acceptable, c'est-à-dire une limite qui englobe
l'ensemble de la population, elle est de l'ordre des trente secondes
d'arc :
http://www.gatinel.com/recherche-formation/acuite-visuelle-definition/
http://www.gatinel.com/recherche-formation/acuite-visuelle-definition/acuite-visuelle-resolution-et-pouvoir-separateur-de-loeil/

http://www.gatinel.com/recherche-formation/acuite-visuelle-definition/qualite-de-vision/

Mais bon...



1 minute, trente secondes... pour un vieux physicien, à 3 dB près, c'est
tout bon !

Un ennui est que ce monsieur gatinel base tous ses développements
théoriques sur un diamètre de 2,5 microns pour les cones, alors que J.
Dassié préfère 5 microns. On trouve les deux chiffres sur le web (et
même quelques autres). Aussi qu'il y a trois types de cônes si on avait
une matrice de Bayer au fond des yeux... Je sens que ça va nous ramener
dans l'empoignade sur le Foveon

Charles
Jacques DASSIÉ
Le #24334471
Midway a exprimé avec précision :
Jacques DASSIÉ a écrit :
Définition image en fonction de la distance d'observation.
"Quelle définition nécessaire, mais suffisante, doit avoir un
document d'expo pour paraitre absolument net, sachant qu'il ne sera
jamais observé à moins de x mètres".



Il manque à ton exposé le lien entre le "PR" et la question que tu
poses ci-dessus.



Tu as sans doute raison mais c'était suite à un historique.
D'ailleurs, dans le cours du texte, j'explique :
"Le PR ( Produit remarquable ) permet de calculer la définition
nécessaire et suffisante d'un objet pour qu'il apparaisse parfaitement
NET à l'observation usuelle", en fonction de la distance d'observation.

Son seul intérêt réside dans sa simplicité biblique... Dans cette expo,
le publique est canalisé à un mètre des sujets. Quelle définition
doivent avoir les tirages ? La réponse est PR/D, soit 80 / 1 = 80 DPI

Une autre analyse intéressante, de Jean-Marie Sépulchre:
http://www.pictchallenge-archives.net/TESTNUM/A2mesuresBXU.html



Je connais l'étude de Sépulchre, mais elle n'a rien à voir avec le
sujet de ce fil.

"On s'accorde généralement à penser que l'on peut tirer un A3 à 240
dpi, un A2 à 220 dpi et un A1 à 180 voire 150 dpi."



C'est une habitude, je te l'accorde.
Mais c'est exclusivement la distance d'observation qui joue sur la
définition nécessaire... La surface du document est indifférente.

Par contre, je suis bien d'accord que les dimensions étant en rapport
direct avec la facilité de manipulation, entre un bouquin et une pub de
4m x 3m, y a pas photo quand à la distance d'observation confortable...

Prends un bouquin d'art en A4, sur papier glacé, et ces chiffres ne
tiennent plus. Un type de 25-30 ans positionnera instinctivement son
livre à 25-30 cm...
(Nan !!! N'en faites pas une loi !) Le PR te dit :

Définition nécessaire pour D = 0,25 m : Dn = 80 / 0,25 = 320 DPI.
Va discuter avec un imprimeur professionnel et tu verras son opinion.

http://archaero.com/definitions.htm#Produit

--
Jacques DASSIÉ
http://archaero.com/
Bour-Brown
Le #24334501
Charles Vassallo a écrit
( 4f67506b$0$21496$ )

Un ennui est que ce monsieur gatinel base tous ses développements
théoriques sur un diamètre de 2,5 microns pour les cones, alors que J.
Dassié préfère 5 microns.



Un ennui pour qui, à ton avis ?

Soit dit en passant, quand on mesure un écart entre les barres et qu'on les
place ensuite à une certaine distance, on sait exactement l'angle que ça
fait :
http://www.gatinel.com/recherche-formation/acuite-visuelle-definition/mar-angle-minimum-de-resolution/

Si ce monsieur écrit « De fait, on mesure chez certains patients une acuité
proche ou égale à 20/10, sans ou avec correction optique », vu les
références du site, pour moi c'est du béton.
Jacques DASSIÉ
Le #24334651
Midway avait énoncé :
Jacques DASSIÉ a écrit :
Le 19/03/2012, Papy Bernard a supposé :
De Jacques DASSIÉ

voir la rubrique correspondante sur mon site :

http://archaero.com/definitions.htm#Produit



La question de Papy Bernard est légitime. Le "PR" n'a rien d'une
grandeur évidente et les explications de cette rubrique sont
bienvenues.

Tu écris: "René Bouillot (1) exprime à juste titre l'angle de champ
seulement dans le plan horizontal."
Pourquoi cela ? Il me semblait qu'on considérait plutôt la diagonale
de l'image...


Chacun fait comme il l'entend.
Je voudrais te répondre le plus simplement possible. Exemple souvent
vécu : toi qui fait de la photo... (ça commence toujours mal quand ça
commence comme cela !), peut-tu me photographier ma nouvelle salle à
manger ? (ou salle de bain ou cave ou la cathédrale de Quimper ou un
autre truc carrément pas possible !).

Ma première réaction est de visiter les lieux, de voir la largeur que
doit englober la photo (oui, oui, il faut absolument que l'on voit le
vaisselier de Mamie et le vase offert par tante Amélie...) et le recul
dont je peux disposer.

Un tout petit coup de calculette me donne aussitôt l' ANGLE HORIZONTAL
nécessaire. C'est la seule information dont j'ai besoin, connaissant
déjà les angles horizontaux de mes différentes combinaisons d'appareils
et objectifs.

L'angle de champ de la diagonale, mais je m'en tape... à un point !
Pour ces problèmes, il ne me concerne pas.

--
Jacques DASSIÉ
http://archaero.com/
Publicité
Poster une réponse
Anonyme