Débat : ta fin de vie et ta mort

Le
foo
Bonsoir.
Alors comment envisagez-vous *votre* fin de vie et votre mort ? Et pas
la peine de me parler des autres, des grands-mères, des grands-pères,
des nourrissons, non, non, non : toi, juste toi, toi tout seul face à
toi-même.
Exprime-toi, parle de toi !
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 3
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
DanMr
Le #26343565
avait soumis l'idée :
Bonsoir.
Alors comment envisagez-vous *votre* fin de vie et votre mort ? Et pas
la peine de me parler des autres, des grands-mères, des grands-pères,
des nourrissons, non, non, non : toi, juste toi, toi tout seul face à
toi-même.
Exprime-toi, parle de toi !



tout simplement dans mon sommeil
voir_le_reply-to
Le #26343572

Alors comment envisagez-vous *votre* fin de vie et votre mort ? Et pas
la peine de me parler des autres



Je pense que SI, c'est la peine ! Principalement parce que plus
personne, à part quelques profession bien spécifiques, n'a l'occasion
d'en être le témoin. Il faut donc bien, désormais, témoigner quand on le
peut.

Avant même que ça ne commence, j'aimerais donc parler non pas de la mort
mais de ce qui la précède : L'AGONIE. Avant de s'autoriser à parler de
la mort, même de la sienne fantasmée (forcément ! ce qui démontre les
limites d'une telle question !), je pense qu'il faudrait avoir fait, une
fois au moins, l'expérience d'accompagner l'agonie, parfois longue, de
quelqu'un.

Une idée quand même, sur la base d'une expérience multiple et de longue
durée en la matière : quand j'imagine ma mort j'imagine une DOULEUR
énorme. Et je pense qu'il n'existe pas de mort qui ne soit douloureuse.
Il n'y a pas de phrase plus idiote que "il n'a pas eu le temps de
souffrir". Ce temps même objectivement court, mais démultiplié à
l'infini par la circonstance (cf. "Les choses de la vie") ne me semble
devoir être qu'infiniment douloureux, à l'aune de l'instinct de survie.
Il n'y a pas de solution de continuïté entre ces quasi instantanés et
des agonies de plusieurs jours et dont l'expression de la douleur est
visible.

Partant de là, la SÉDATION PROFONDE constitue un réel espoir. Mais
malheureusement *en aucun cas une certitude* !

Une suggestion sur un des plus beaux témoignages de désespoir face à la
mort immanente : réécouter la Chanson de Craonne :

--
Gérald
dmkgbt
Le #26343588
Gerald
je pense qu'il faudrait avoir fait, une fois au moins, l'expérience
d'accompagner l'agonie, parfois longue, de quelqu'un.



J'ai fait et c'est terrifiant.
En même temps, c'est un soulagement et un apaisement quand ça s'arrête
_enfin_

Je ne souhaite à personne d'accompagner ainsi l'agonie d'un proche.
Parce qu'on est impuissant et qu'on ne peut pas "accompagner" : on
regarde, on écoute mais l'agonisant est toujours seul devant sa propre
mort.

Moi j'espère avoir le courage de partir avec une curiosité intacte :-)

--
Blanc-seing
foo
Le #26343600
On Thu, 12 Mar 2015 19:53:20 +0100, Dominique G. wrote in Message-ID:
Moi j'espère avoir le courage de partir avec une curiosité intacte :-)





Bernanos.
Cl.Massé
Le #26343618
a écrit dans le message de groupe de discussion : mdsic5$43a$

Bonsoir.
Alors comment envisagez-vous *votre* fin de vie et votre mort ? Et pas la
peine de me parler des autres, des grands-mères, des grands-pères, des
nourrissons, non, non, non : toi, juste toi, toi tout seul face à toi-même.
Exprime-toi, parle de toi !



Quelle est la question de droit?

-- ~~~~ clmasse chez libre Hexagone
Liberté, Egalité, Sale assisté.
foo
Le #26343611
On Thu, 12 Mar 2015 19:16:04 +0100, Gerald
Message-ID:
:

Alors comment envisagez-vous *votre* fin de vie et votre mort ? Et pas
la peine de me parler des autres





Je pensais "à l'agonie" et je ne l'ai pas écrit.

Je pense que SI, c'est la peine ! Principalement parce que plus
personne, à part quelques profession bien spécifiques, n'a l'occasion
d'en être le témoin. Il faut donc bien, désormais, témoigner quand on le
peut.

Avant même que ça ne commence, j'aimerais donc parler non pas de la mort
mais de ce qui la précède : L'AGONIE. Avant de s'autoriser à parler de
la mort, même de la sienne fantasmée (forcément ! ce qui démontre les
limites d'une telle question !), je pense qu'il faudrait avoir fait, une
fois au moins, l'expérience d'accompagner l'agonie, parfois longue, de
quelqu'un.



Justement, les agonies sont très différentes et les expériences qui s'y
rapportent multiples et bine différentes : voir agoniser quelqu'un dans
une maison de campagne ce n'est pas voir cette mourir cette personne à
l'hôpital ou à domicile en ville, avec ou sans traitement palliatif.


Une idée quand même, sur la base d'une expérience multiple et de longue
durée en la matière : quand j'imagine ma mort j'imagine une DOULEUR
énorme. Et je pense qu'il n'existe pas de mort qui ne soit douloureuse.
Il n'y a pas de phrase plus idiote que "il n'a pas eu le temps de
souffrir". Ce temps même objectivement court, mais démultiplié à
l'infini par la circonstance (cf. "Les choses de la vie") ne me semble
devoir être qu'infiniment douloureux, à l'aune de l'instinct de survie.



C'est plus qu'un instinct, ce sont les organes qui se révoltent. C'est
ce que j'ai chaque fois vu dans le dernier spasme, un choc et un
soubresaut. Mais est-ce une souffrance ?


Il n'y a pas de solution de continuïté entre ces quasi instantanés et
des agonies de plusieurs jours et dont l'expression de la douleur est
visible.
Partant de là, la SÉDATION PROFONDE constitue un réel espoir. Mais
malheureusement *en aucun cas une certitude* !



Tout doit dépendre du cocktail. Là dessus c'est flou. Qu'utilisent les
suisses ? Dans un film avec Vincent Lindon sa mère boit un "sirop" et
dans un documentaire la personne qui va mourir "s'autoinjecte" quelque
chose.


Une suggestion sur un des plus beaux témoignages de désespoir face à la
mort immanente : réécouter la Chanson de Craonne :



Ça va bientôt recommencer.
.
Le #26343610
Le 12/03/2015 19:16, Gerald a écrit :



Une idée quand même, sur la base d'une expérience multiple et de longue
durée en la matière : quand j'imagine ma mort j'imagine une DOULEUR
énorme. Et je pense qu'il n'existe pas de mort qui ne soit douloureuse.


Il n'y a pas de phrase plus idiote que "il n'a pas eu le temps de
souffrir".



Une 5.56 au milieu du front c'est loin d'être idiot
et c'est relativement bref




V
foo
Le #26343616
On Thu, 12 Mar 2015 21:17:31 +0100, .
Le 12/03/2015 19:16, Gerald a écrit :





Une idée quand même, sur la base d'une expérience multiple et de longue
durée en la matière : quand j'imagine ma mort j'imagine une DOULEUR
énorme. Et je pense qu'il n'existe pas de mort qui ne soit douloureuse.




Il n'y a pas de phrase plus idiote que "il n'a pas eu le temps de
souffrir".



Une 5.56 au milieu du front c'est loin d'être idiot
et c'est relativement bref




Mais c'est égoïste sauf bien sûr si personne ne va devoir t'identifier
ou te ramasser et nettoyer derrière toi.



V


foo
Le #26343680
On Thu, 12 Mar 2015 21:09:53 +0100, Cl.Massé wrote in Message-ID:
a écrit dans le message de groupe de discussion : mdsic5$43a$

Bonsoir.
Alors comment envisagez-vous *votre* fin de vie et votre mort ? Et pas la
peine de me parler des autres, des grands-mères, des grands-pères, des
nourrissons, non, non, non : toi, juste toi, toi tout seul face à toi-même.
Exprime-toi, parle de toi !



Quelle est la question de droit?



C'est une question d'actualité, comme à l'assemblée, qui te concerne
*personnellement* *pour une fois*

-- ~~~~ clmasse chez libre Hexagone
Liberté, Egalité, Sale assisté.


.
Le #26343700
Le 12/03/2015 21:31, a écrit :



Il n'y a pas de phrase plus idiote que "il n'a pas eu le temps de
souffrir".



Une 5.56 au milieu du front c'est loin d'être idiot
et c'est relativement bref




Mais c'est égoïste sauf bien sûr si personne ne va devoir t'identifier
ou te ramasser et nettoyer derrière toi.



V
..../....





L'usage de ce calibre en toute légalité suppose un environnement humain
donc rien " d'égoïste " et d'idiot
Mourir c'est implicitement faire preuve d'égoïsme...
ce sera MA mort
Comme nous ne maîtrisons pas les autres espaces temps
personne ne peut affirmer que le manque d'activité
des cellules dans notre dimension n'engendre pas le " réveil "
d'un éventuel doublon dans une autre ....
[ la double carnation ].....
A soumettre au législateur


Je me rends compte qu'en utilisant une voiture de petite cylindrée
passée de mode et en respectant strictement les limitations de vitesse
plutôt qu'en utilisant la berline récente
aux mêmes limitations
- je suis moins respecté sur mes priorités
- les dépassements de mon véhicule sur ligne continue sont multiples
J'émets donc des doutes sur la continuité de mon existence
et une volonté d'autrui de m'imposer le passage de vie à fin de vie

[ le doute mortuaire ]
à soumettre au législateur



la mort
ou
[ le droit d'être peinard ]
à soumettre au législateur

Le + tard hein !, c'est juste pour faire avancer le schmilblick


V







Publicité
Poster une réponse
Anonyme