Debian vs PCLOS

Le
none
Bon, au Québec, la St-Jean, c'est la fête de notre très cher saint
patron, donc, le temps de sortir de l'ornière, de voir neuf. Alors,
après mure réflexion, ayant quelques DD à ma disposition, j'ai voulu
savoir de quoi avaient l'air Debian et PCLinuxOS.

Hé, super Debian, après bientôt 14 ans de développement! D'abord. lors
de l'installation, pas de vérification des bad blocks. Bah, je suppose
qu'il n'y a qu'à ouvrir une autre console et, comme on connaît le man
page par coeur, no problemo. Seulement, comme, moi, je ne le connais pas
par coeur, j'ai dû passer tout droit. (Bizarre, le correcteur ne reconna
ît pas le mot coeur!)

C'est pas grave, le bit manquant va certainement tomber sur un bit
couleur de KDE, pas dans ssh. Après tout, on a affaire à une
distribution professionnelle: il faut s'y fier! Il y a juste les distros
amateur comme PCLinuxOS pour offrir ça. (Option advanced ou expert,
mais c'est même pas en français.)

Ensuite, si vous avez téléchargé 21 CDs: erreur! L'installation ne
demande que le premier. Ensuite, elle se fait du net sauf pour
shorewall, si je me souviens bien: là, il faut avoir le CD le CD1,

Reste ensuite À installer synaptic, parce que, chez Debian, ils ne sont
pas encore branchés, ils ont installé aptitude au lieu de synaptic.
Qu'importe, on connaît la commande, apt-get install synaptic.

Va bene! Sauf que, lors de l'ouverture de Synaptic, on reçoit le
message: "Xlib: connection to ":0.0" refused by server" etc., etc.

Google is your friend. Il y a des dizaines de milliers de discussions
là-dessus chez Google qui ne correspondent pas exactment au problème,
qui n'apportent pas de solution, qui sont décrites comme dangereuses,
etc. Des heures de plaisir en perspective sur lists.debian.org et
people.debian.org .

Bon. On se dit que si le problème est si commun, il doit y avoir la
solution sur www.debian.org -- évidemment, il ne fallait pas compter
avoir doc.debian,org , techniquement, www.debian,org/doc, aide
tellement la recherche. De toute façon, L'affaire est vite dite, il n'y
a rien, selon Google en tout cas. Hé! On en parle assez, ils n'étaient
pas pour remettre ça dans la doc!

Bon, bon. Il y avait bien les news, mais là le serveur de mon
fournisseur ne fonctionnait pas, et j'en aurais probablement eu comme
tout le monde pour deux semaines de discussions avant d'en arriver
peut-être à une solution.

Bon, bon, bon. Chez Gentoo, on finit par trouver un message qui dit que
lorsque si root veut se servir d'une application X, il faut faire sux.
Sauf que, évidemment. sux n'est pas installé. apt-get install.
Évidemment, comme il n'y a pas de firewall instalé par défaut, la
plupart des gens vont connecter quelques fois à l'internet sans
firewall. Peu imnporte, les crackers (biscuits?) aiment Linux!

Etc., etc. etc. Tout est à l'avenant, un truc de marioles prétentieux.
On entre dans Thunderbird, et "Don't import anything" est noté par un
radio button. UN. Pas de choix. J'avais pourtant tout sur un CD!

Une fois, dans le boot "single use" -- c'est celui à choisir, je suppose
-- ça passe tout droit à "Give root password for maintenance" (mais
qu'est-ce ça fout là!) et ça bloque à Debian IPv6 over IPv4 tunneling
driver. L'autre fois, ça arrête, on presse CTRL+D -- que c'est anusant
de devoir rester près de son cher ordi lors du boot! -- et ça continue.
Lors d'un reboot -- peut-être le premier -- l'heure s'est déréglée. J'ai
4 heures de retard. Je dois être en plein milieu du Pacifique!

14 ans de développement pour en arriver à ce désastre, c'est pas un peu
incroyable?

PCLinuxOS L'outil pour le partitionnement manuel fonctionne une
fois que vous avez compris ce qu'il est prêt à accepter. Les partitions
swap au début, il a pas l'air de trop aimer, malgré que ce soit ce qui
est suggéré par défaut.

Une fois, après avoir rebooté après le partitionnement -- oui, parce
qu'il faut rebooter! -- il ne reconnaissait qu'une partition à
formatter. (Pourtant, il y avait un bouton Format dans l'interface avant
le reboot, mais ce format ne formattait pas.)

Je me suis dit "Allez, vogue la galère!" Je suis allé à la cuisine et,
quand je suis revenu, l'installation semblait terminée. En fait, elle
avait avorté, probablement parce qu'elle s'était faite dans la partition
/home et qu'il n'y avait pas assez d'espace. (DD de 3.3 G pour essais.)
En d'autres mots, il n'y a aucun contrôle d'erreurs.

Dire que cfdisk et, quant à moi fdisk, fonctionnement tellement bien!

Selon ce que j'ai lu, l'apt-get de PCLOS n'enlève pas les dépendances
qui ne sont plus nécessaires comme celui de Debian. Mais si les rpm
étaient des deb, PCLOS serait Debian! Bah, qu'importe tout le monde a
des disques de 250 GB de nos jours.

J'ai dit que PCLOS avait un outil pour configurer un firewall. Le petit
problème, c'est que, par défault, il est tout grand ouvert. Faudrait pas
que les sysadmins se demandent pourquoi Apache ne fonctionne pas si le
port est pas ouvert, hein! Et puis, bon, va-t-on donner une instruction
aux dummies pour passer par là quand on ne le fait pas pour les
sysadmins? Qu'importe que les 3/4 d'entre eux se promènent sur le net
les fesses à l'air. Et puis, bon, Debian n'a même pas de fichier
rc.firewall au départ, il ne faudrait pas prendre trop d'avance.

Autrement, ça va. Même pas besoin de se fendre en quatre pour le
multimedia: c'est sur les miroirs de PCLOS. Ça va tellement bien qu'on
finit par se demander si c'est pas Microsoft qui se cache derrière tous
ces pseudonymes.

Évidemment, pas plus cette distro que n'importe quelle autre nouvelle,
n'offre le clavier CA. Il n'y a que le CF, que PCLOS nomme correctement,
si je me souviens bien. (Les autres distros l'ont renommé CA et ont fait
disparaître CA.) C'est pas grave, il n'y a qu'à réapprendre à taper. Je
me demande si Microsoft offre toujours les deux

Allez, allez, il ne faut pas désespérer! Linux est encore jeune, surtout
quand on sait que Microsoft a fait ses premiers pas en 1881! Et puis,
Linux, c'est le kernel, et il fonctionne bien le kernel sur le
desktop, en tout cas.

Finalement, je suis content de ne pas avoir perdu ma fin de semaine
là-dessus. Vu que j'ai téléchargé trois CDs -- deux pour Debian --, et
qu'on compte au moins dix nouveaux utilisateurs pour chaque CD
téléchargé, c'est certain que j'ai fait grimper les stats d'au moins 30.
Avec tous les CD que j'ai téléchargés depuis cinq ans, ça doit faire au
moins 1000!

Il s'agit seulement de ne pas désespérer. Je suis certain que, d'ici 50
ans, Debian devrait sortir une distro utilisable sans casse-tête,
surtout avec notre bon ami Sam Hicevar à sa tête(1). Donnons en 20 à
PCLOS. À moins que les choses n'aillent en empirant, ce qui est bien
possible: cf. fdisk, cfdisk, le nouveau outil de partitionnement de PCLOS.

(1) Ne manquez pas le fil où il explique combien il a perdu de temps
pour garder chez Debian quelqu'un qui l'accusait de l'avoir mis à la
porte. C'est sublime! Surtout quand Julien Blache vole à son secours. On
constate tout de suite tout le travail qui s'accomplit chaque jour chez
Debian.

De toute façon, si jamais, dans 20 ans, Linux n'a pas disparu de la
carte, ce sera moi. "Alleluia, alleluia, pourrez vous crier, un ranter
de moins."

Longue vie à Linux, c'eest magnifique!
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 9
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Stephane TOUGARD
Le #5830801
none wrote:
Bon, au Québec, la St-Jean, c'est la fête de notre très cher saint
patron, donc, le temps de sortir de l'ornière, de voir neuf. Alors,
après mure réflexion, ayant quelques DD à ma disposition, j'ai voulu
savoir de quoi avaient l'air Debian et PCLinuxOS.


...

C'est drole, bien raconte et tellement vrai. Ca me rappelle comment j'en
ai bave aujourd'hui.

Enfin, Linux est un Unix et Unix, ben c'est complique a apprehender.

none
Le #5830791
Stephane TOUGARD wrote:
none wrote:
Bon, au Québec, la St-Jean, c'est la fête de notre très cher saint
patron, donc, le temps de sortir de l'ornière, de voir neuf. Alors,
après mure réflexion, ayant quelques DD à ma disposition, j'ai voulu
savoir de quoi avaient l'air Debian et PCLinuxOS.


...

C'est drole, bien raconte et tellement vrai. Ca me rappelle comment j'en
ai bave aujourd'hui.

Enfin, Linux est un Unix et Unix, ben c'est complique a apprehender.


Pourtant, si tu mets PCLOS, avec CFDISK, l'outil de partition de
Slackware, t'es pas tellement loin du compte, je te jure.

Allez, pour cette journée où tu en as bavé, je t'offre ceci: une
guitare, deux voix, un pur délice.

http://www.youtube.com/watch?v7uSAIahho

Texte à mettre à côté de l'image:


He deals the cards as a meditation
And those he plays never suspect
He doesn't play for the money he wins
He don't play for the respect

He deals the cards to find the answer
The sacred geometry of chance
The hidden laws of a probable outcome
The numbers lead a dance

I know that the spades are the swords of a soldier
I know that the clubs are weapons of war
I know that diamonds mean money for this art
But that's not the shape of my heart

He may play the jack of diamonds
He may lay the queen of spades
He may conceal a king in his hand
While the memory of it fades

I know that the spades are the swords of a soldier
I know that the clubs are weapons of war
I know that diamonds mean money for this art
But that's not the shape of my heart
That's not the shape, the shape of my heart

And if I told you that I loved you
You'd maybe think there's something wrong
I'm not a man of too many faces
The mask I wear is one

Those who speak know nothing
And find out to their cost
Like those who curse their luck in too many places
And those who fear are lost

I know that the spades are the swords of a soldier
I know that the clubs are weapons of war
I know that diamonds mean money for this art
But that's not the shape of my heart
That's not the shape, the shape of my heart


François Girault
Le #5830751
[ Linux rentre chez toi ! ]


Pourquoi Debian vs PCLinuxOS. et pas Ubuntu ? De là à résumer Linux à
un duel de 2 distros qui finit par le dénigrement total de linux ...

J'aime beaucoup la notion du temps et le "Microsoft a fait ses premiers
pas en 1881" ... Que faisait Microsoft face aux unices à l'époque ? Du
basic et du Dos ? Ce n'est pas Microsoft qui a fait le premier os 32 bits.

On se rappelle encore la médiocrité de win95. Mais cela suffisait à
capter le grand public à cause du multimédia qu'on nous rabâchait à
l'époque. Pendant ce temps les premières slackware tournaient ... On ne
pouvait pas jouer, ni faire du word ; ce n'était pas grand public mais
ça a réjoui toute une communauté, entre autre universitaire, qui pouvait
enfin avoir un unix à la maison, car les unix proprio n'étaient pas
abordables au particulier. Ya eu du chemin de parcouru depuis.

Pour tester des distros, mieux vaudrait utiliser une machine virtuelle
... ça permet d'explorer un peu l'install d'un os qu'on connait pas sans
galérer avec des disques. VirtualBox est par exemple très simple à utiliser.

--
FG

François Girault
Le #5830741

C'est drole, bien raconte et tellement vrai. Ca me rappelle comment j'en
ai bave aujourd'hui.



Drôle, je sais pas, c'est de l'amertume d'utilisateur pris dans la
tourmente de la sainte spirale, avec un arrière goût de fud. C'est comme
la pluie : on râle toujours quand on rentre trempé. Mais on finit par
sécher.

Enfin, Linux est un Unix et Unix, ben c'est complique a apprehender.



Compliqué ou complexe ? c'est un abus de langage courant ;) Unix est
complexe mais intelligible. Par contre, les gestionnaires de paquets
schizophrènes et bloatwares en tout genre : c'est compliqué.

--
FG

Yugo
Le #5830731
François Girault wrote:

[ Linux rentre chez toi ! ]



Pourquoi Debian vs PCLinuxOS. et pas Ubuntu ?


Parce que je ne peux pas sentir Gnome. J'ai essayé Kubuntu, et ça n'a
pas été concluant. je préfère PCLOS.

De là à résumer Linux à
un duel de 2 distros qui finit par le dénigrement total de linux ...


J'ai essayé des tas de "petites distros ben l'fun", le genre où du
arrive au screen login et où guest ne fait pas comme mot de passe pour
guest. Le mot de passe est caché quelque part sur le site et ça te
prend une demi-heure pour le trouver. Ou, dans une distribution
anglo-canadienne. le clavier CF est absent. Etc. Il y en a une peste
qui n'ont aucun besoin de VirtualBox.

J'aime beaucoup la notion du temps et le "Microsoft a fait ses premiers
pas en 1881" ... Que faisait Microsoft face aux unices à l'époque ? Du
basic et du Dos ? Ce n'est pas Microsoft qui a fait le premier os 32 bits.


C'est exactement mon point de vue. Linux a commencé plus tard, mais
sur des bases beaucoup plus solides. Pourtant, on n'en est toujours
pas à 1% du marché. Pourquoi? Parce que des vantards continuent de se
gargariser de leurs imbécilités.

Ils sont 1000 développeurs, apparemment, chez Debian. Comment se
fait-il qu'il n'y en ait pas un seul qui ait pensé à créer
doc.debian.org pour éliminer des recherches les discussions
interminables sur les listes? Quand il y a des dizaines de milliers de
messages sur un problème, ne serait-il pas le temps de le
résoudre... ou d'en discuter dans la doc?

Dans l'interminable fouillis de la doc d'installation, quand vient le
temps de discuter de la vérification des signatures gpg -- tu
m'excuseras, je ne retrouve pas l'endroit -- il y a un lien vers un
keyring de 12 Mo. Qu'est-ce que tu veux qu'un débutant foute avec ça?
Tu as vu le man page de gpg?

Alors, quelle serait un eprocédure abordable? Tu dis au débutant,
lorsqu'il télécharge son CD, de vérifier le md5sum sur trois miroirs
différents. À moins que les 3 miroirs aient été hackés, si le md5sum
correspond, l'intégrité devrait être garantie. si trois miroirs on
tété hackés, ça devrait se savoir assez vite. sinon, mieux vaut fermer
boutique.

Ensuite, tu mets la clé de Debian, celle de Debian-Multimedia sur le
CD, etc., et vogue la galère. Qelque part dans la doc, tu expliques
que, si tu as besoin de clés pour Debian, tu vas sur tel serveur *avec
une connexion sécure* et tu prélèves les clés avec:

gpg --keyserver [nom_du_serveur] --recv-keys [key ID]

Tu obtiens le key-id en faisant:

gpg --verify [nom_de_fichier]

C'est pas complet du tout comme doc, mais c'est tout ce que le
débutant a besoin de savoir. Pourquoi le mettre en rage en lui disant
de lire un man page auquel il ne comprendra rien?

Et c'est partout, partout, partout pareil. Tout est fait pour
occasionner d'effroyables pertes de temps. Si la majorité des gens,
qui ont un boulot autre que l'informatique, qui ont des enfants, des
loisirs, autre chose à faire que de perdre leur temps à pitonner et à
lire des man pages, ignorent complètement Linux, c'est à cause de cela
et de rien d'autre. Pourquoi, contrairement à ce qui se passe dans les
compagnies qui ne donnent pas les résultats escomptés, n'y a-t-il
jamais de remise en question chez Linux? Pourquoi prétend-on que c'ets
le newbie qui ne fait pas les efforts? Faut être complètement débile
pour soutenir de telles inepties!

Arrive PCLOS. Ils ne disent pas de vérifier 3 fois le md5sum, mais la
signature pour vérifier les paquets est sur le CD. La doc est ici:

http://www.pclinuxonline.com/wiki/HomePage

Tu regardes les titres, tout de suite, tu comprends qu'on ne veut pas
te faire perdre ton temps. Cette doc-là, n'est pas à jour pour la
nouvelle version, mais c'est un début.

Alors, si tu veux installer une distro dont le nom de tous les
contributeurs est inconnu, si les pseudonymes font ton affaire, tu as
ce qu'il te faut.

On se rappelle encore la médiocrité de win95.


Je l'ai utilisé pendant six ans avec un seul problème; un shareware ma
bousillé le registre.

Mais cela suffisait à
capter le grand public à cause du multimédia qu'on nous rabâchait à
l'époque. Pendant ce temps les premières slackware tournaient ... On ne
pouvait pas jouer, ni faire du word ; ce n'était pas grand public mais
ça a réjoui toute une communauté, entre autre universitaire, qui pouvait
enfin avoir un unix à la maison, car les unix proprio n'étaient pas
abordables au particulier. Ya eu du chemin de parcouru depuis.


Du chemin parcouru? Tu veux rire? Pas pour Slackware, en tout cas.
Slackware, à ses débuts, c'était la seule distribution Linux.
Aujourd'hui, si on peut se fier à Distrowatch, elle siège au 13e rang.
Pourquoi? Il y a trois ans, avec Swaret, les affaires allaient bon
train. Il y avait plusieurs didacticiels qui expliquaient comment
l'utiliser simplement.

Seulement, il y a eu une querelle organisée autour de Luc Cottyn, qui
avait tout à fait raison de prétendre que des manoeuvres de diversion
étaient organisées pour détourner l'attention de son projet.
Soudainement, à ce qu'on dit, il a perdu les pédales.

Cela faisait bien l'affaire de Volkerding d'éliminer un développeur
qui s'était présenté sans qu'on lui demande. Lui, il n'a jamais fait
de développement, à part les ridicules outils de gestion qu'il fournit
pour ses tgz.

Alors, les dérivés de Slackware qui, Dieu sait pourquoi, se servaient
de l'inepte slapt-get comme point de départ -- hé, ce n'était pas un
simple script! -- ont commencé à fuser de toutes parts, tous côtés.
Des p'tites distributions ben l'fun, toute saussi ineptes les unes que
les autres. Un temps perdu effroyable.

Distrowatch weekly explqiue cette semaine un problème d'ego froissé
chez Puppy. La moindre anicroche fait dérailler les distros. Regarde
ce qui s'est passé chez Mandrake.

Dis que je trolle tant que tu veux parce que j'ai autre chose à dire
que "Hourra, hourra, hourra!", ça finit par être décourageant. Ce ne
sont pas les séminaires sur l'open source qui vont convaincre les gens
de ses vertus, c'est le fait de l'utliser.

Et là, après quinze, le verdict est clair, le modèle de développement
ne marche juste pas.


Nina Popravka
Le #5830711
On Tue, 26 Jun 2007 17:42:29 -0400, Yugo wrote:

Ils sont 1000 développeurs, apparemment, chez Debian. Comment se
fait-il qu'il n'y en ait pas un seul qui ait pensé à créer
doc.debian.org pour éliminer des recherches les discussions
interminables sur les listes?


Parce que coder, c'est amusant, et faire une doc compréhensible et à
jour, c'est chiant :-)
Accessoirement, un développeur est parfaitement incapable de faire une
doc correcte, en général.
--
Nina

Nina Popravka
Le #5830691
On 26 Jun 2007 21:56:07 GMT, Ed
Donc, une doc correcte n'est jamais faite par le dévéloppeur.
Note: se méfier d'une doc correcte :-)


Une doc correcte (vue côté public) est en effet un objet diabolique
pour le développeur, puisqu'elle ne se noie pas dans des subtilités
techniques dont le public n'a rien à battre pour une prise en main du
produit.
En général, dans une doc tu as une section "getting started", puis une
autre "for administrators" pour la suite. C'est une solution efficace
et éprouvée.
--
Nina

Stephane TOUGARD
Le #5830681
François Girault wrote:
Compliqué ou complexe ? c'est un abus de langage courant ;) Unix est
complexe mais intelligible. Par contre, les gestionnaires de paquets
schizophrènes et bloatwares en tout genre : c'est compliqué.


Complique, pas complexe.

Stephane TOUGARD
Le #5830671
Yugo wrote:
Ce serait bien si c'était toujours comme ça mais, chez Debian, ce
n'est certainement pas le cas. Il se sentent apparemment obligés de
tout foutre sur la même page. Et, plus c'est long et alambiqué, plus
c'est apparemment complet.

C'est comme si le html ne permettait pas de présenter l'information en
couches successives, chacune adaptée à un pubic cible. La plus pure
enfance de l'art dans la rédaction technique est complètement ignorée.


C'est un peu une habitude de maniere generale chez Debian. Les editeurs
Unix habituels pas installes par defaut, les options alambiquees, les
reglages par defauts, les chemins des applications ... il y a pas grand
chose qu'est fait dans l'enfance de l'art.

Yugo
Le #5830661
Nina Popravka wrote:
On 26 Jun 2007 21:56:07 GMT, Ed

Donc, une doc correcte n'est jamais faite par le dévéloppeur.
Note: se méfier d'une doc correcte :-)



Une doc correcte (vue côté public) est en effet un objet diabolique
pour le développeur, puisqu'elle ne se noie pas dans des subtilités
techniques dont le public n'a rien à battre pour une prise en main du
produit.
En général, dans une doc tu as une section "getting started", puis une
autre "for administrators" pour la suite. C'est une solution efficace
et éprouvée.


Ce serait bien si c'était toujours comme ça mais, chez Debian, ce
n'est certainement pas le cas. Il se sentent apparemment obligés de
tout foutre sur la même page. Et, plus c'est long et alambiqué, plus
c'est apparemment complet.

C'est comme si le html ne permettait pas de présenter l'information en
couches successives, chacune adaptée à un pubic cible. La plus pure
enfance de l'art dans la rédaction technique est complètement ignorée.


Publicité
Poster une réponse
Anonyme