une décision d'un agent entraine-t-elle engagement de l'administration ?

Le
moi
Bonjour,
Je suis fonctionnaire. Par email, un agent de la DRH m'a accordé un avant=
age : reclassement avec reprise de l'ancienneté en raison du service mili=
aire (article 63 du code service national : Le temps de service national ac=
tif est compté, dans la fonction publique, pour sa durée effective dans=
le calcul de l'ancienneté de service exigée pour l'avancement et pour =
la retraite)

4 moi après, par LR avec AR, le maire rejette ma demande ( je pourrais ex=
poser le motif)

Ma question est : la décision prise par courriel par l'agent (qui accepte=
ma demande) peut-elle engager l'administration ? A-t-elle le droit de reve=
nir en arrière (meme si les raisons qu'elle a invoqué sont légitimes)=
?
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
zita.b.b.zb
Le #26381753
Les raisons ont elle été découvertes avant ou après?
moi
Le #26381767
Le samedi 19 décembre 2015 12:59:37 UTC+1, a écrit :
Les raisons ont elle été découvertes avant ou après?



Je ne sais pas si j'ai bien compris
En juillet l'agent de la DRH m'envoie le courriel qui m'accorde l'avantage (l'email est sur mon PC au bureau)
Après plusieurs échanges verbaux, le Maire me fait savoir qu'il rejette ma demande en novembre.
Le motif du rejet de ma demande m'a été notifié en novembre. Auparava nt, la DRH avait invoqué d'autres motifs qui ne sont évoqués que dan s les emails que j'ai envoyés à la DRH qui invoquait des motifs verbale ment et je rétorquais par email.
patrick.K1600GTLcazaux
Le #26381785
moi
Ma question est : la décision prise par courriel par l'agent (qui
accepte ma demande) peut-elle engager l'administration ?



Pas de manière irrévocable. Cet e-mail n'est pas une décision
officielle, et quand bien même ce serait le cas, elle peut toujours être
révoquée par une instance supérieure, si les raisons sont valables et
selon les modalités prévues.

A-t-elle le droit de revenir en arrière (meme si les raisons qu'elle a
invoqué sont légitimes) ?



Bien entendu. Peut-être les formes ne sont-elles pas respectées, mais le
fait de se tromper n'est pas un cas d'engagement forcé, même pour
l'administration. J'en connais qui ont payé (voire qui continuent) des
salaires à des gens ayant quitté leur poste depuis des mois. Les gens en
question ont dû bien entendu rembourser.

Au final, c'est le TA qui tranche, si jamais tu veux aller jusque là.
--
Tardigradus
e^iπ=-1 c'est magnifique
moi
Le #26381795
Le dimanche 20 décembre 2015 09:02:30 UTC+1, Tardigradus a écrit :

Au final, c'est le TA qui tranche, si jamais tu veux aller jusque là.



Merci pour la réponse
Grand dilemme que d'aller devant le TA, c'est se faire griller
Le Pépé à chênes
Le #26381847
moi a écrit :
Je suis fonctionnaire. Par email, un agent de la DRH m'a accordé un avantage : reclassement avec reprise de l'ancienneté en raison du service miliaire (article 63 du code service national : Le temps de service national actif est compté, dans la fonction publique, pour sa durée effective dans le calcul de l'ancienneté de service exigée pour l'avancement et pour la retraite)

4 moi après, par LR avec AR, le maire rejette ma demande ( je pourrais exposer le motif)

Ma question est : la décision prise par courriel par l'agent (qui accepte ma demande) peut-elle engager l'administration ? A-t-elle le droit de revenir en arrière (meme si les raisons qu'elle a invoqué sont légitimes) ?



Le courriel ne constitue pas une décision, il s'agit juste d'une
information concernant votre dossier, et il est comparable en fait à une
quelconque note de service.
Ce qui compte, dans votre cas, c'est le recommandé. Soit la décision
notifiée est conforme au droit, et vous avez intérêt à passer à autre
chose, soit elle ne l'est pas, et vous avez alors la possibilité de
saisir le tribunal administratif pour statuer sur ce différend.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme