Deux raid éclairs contre les organisations scientologues parisiennes: agression de deux passants rue Jules César

Le
xenufrance
Nous sommes allés raider le CC rue Legendre, avec un petit-porte-voix
efficace vers 15h, pendant environ une demi-heure, accompagnés d'un
journaliste. Tout s'est passé normalement, on a eu le temps de leur rappeler
que si des staffs et le patron de l'org avaient été condamnés, c'était à
cause de la secte et de ses règlements et techniques.

Ils sont à peine apparus aux fenètres avec un ou deux appareils, mais très
discrets. Presque personne n'est entré ou sorti de l'org, ça paraissait très
très peu actif.

=

Plus tard, à la tombée de la nuit, on a rejoint l'org du 7 rue Jules César
pour le second flash raid :

A peine avions nous sorti le porte-voix que la secte éjectait "en trombe"
une dizaine de personnes probablement venues se faire draguer par un
conférencier; l'épisode de ces départs précipités démontre l'efficacité
d'avoir d'une part gagné un gros procès, et d'autre part, l'efficacité de
venir annoncer les délits de la secte devant chez elle.

Dommage, comme c'est la première fois qu'on constate cette réaction, on
aurait dû suivre les gens pour les informer avant de revenir rappeler les
faits à l'org, je parie qu'aucun de ces nouveaux ne serait revenu, sauf pour
demander son remboursement, si c'était payant.

Après, les affaires se sont corsées:

un scientologe fort connu est d'abord sorti sur le devant pour nous filmer,
et n'a pas cessé de se rapprocher, au point qu'il dépassait le bout de mon
bras: c'est une technique imbécile et malotrue hubbardienne inventée pour
intimider les gens et les faire fuir. (trois autres appareils étaient
visibles sur la façade de l'org). Je le lui ai fait très clairement
remarquer (que c'était abusif et idiot)

Ce scientologue a aussi craché à la figure de Nono (un petit crachat), mais
manque de chance pour lui, j'ai les yeux en face des trous et je l'ai
immédiatement rabroué publiquement pour cette agression , certes pas grave,
mais au minimum très insultante et idiote, d'autant que c'est la cinquième
agression sciento contre Nono.

Autant dire que ça ne nous dérange pas qu'on nous filme, tant qu'ils ne
viennent pas faire ce que faisait exprès une agressive petite dame en vert,
d'un âge certain, qui collait pratiquement son appareil de photo sur le nez
de Nono la papate, à quelques centimètres, espérant sans nul doute
déclencher un geste brusque qu'elle aurait ensuite dénoncé comme une
"agression physique". La dame doit peser les riz et haricots scientologues
qu'on accepte de lui donner de temps à autre en échange de ses bons et
loyaux services!

Mais Nono ne risque pas de rentrer dans ce genre de comportement bruqsue,
depuis le temps qu'il connaît les méthodes stupides qu'emploient les
scientos.

Après avoir délivré notre message, on a décidé qu'on avait fini la manif, et
on a commencé à s'éloigner.

C'est là que ça s'est gâté.

Deux messieurs accompagnés d'un beau lévrier sont venus discuter à
l'impromptu sur le trottoir à quelques mètres de l'org.

Pendant ce temps, la dame scientologue semblerait être venue coller son
appareil de photo sous le nez d'un des deux; (j'étais tourné de l'autre côté
à cet instant) - ça colle avec ce que je l'avais vue faire contre Nono, puis
la dame est tombée juste à côté de moi, et s'est relevée sans difficulté
apparente en ramassant quelque chose sous la voiture garée là, j'ai cru
comprendre que le passant, agressé ainsi, l'avait repoussée.

Et là, (ça, je l'ai vu) le grand sciento a attrapé le type beaucoup plus
léger que lui à la gorge en le poussant sous un porche. L'autre s'est
défendu (j'ignore comment, mais le scientologue l'a laché), ceci pendant que
j'étais en train d'engueuler le scientologue qui poussait le gars en le
tenant par la gorge.

PS: le scientologue avait retrouvé la parole, il voulait nous retenir pour
qu'on parle avec les flics pendant qu'il criait à je ne sais qui au-dessus
d'appeler la police. Nous avons brièvement continué la conversation avec ces
messieurs en avançant tranquillement vers la rue de Lyon, et n'avions aucune
raison d'attendre les flics, on avait assez bossé, ne restait plus qu'à
aller casser lacroûte.

On se demande pourquoi les scientos sont venus s'en prendre à ce deux
passants qui certes, n'étaient pas de chauds partisans de la secte, mais ne
faisaient rien d'autre que nous exprimer leur opinion en privé, dans la rue,
Ils ne s'adressaient en aucune manière à ces deux manipulés sectaires.

Ca ne regardait donc pas les séïdes de la secte, s'agissant d'une discussion
privée.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Tabarnak
Le #24226041
On 5 fév, 10:36, "xenufrance"
Nous sommes allés raider le CC rue Legendre, avec un petit-porte-voix
efficace vers 15h, pendant environ une demi-heure, accompagnés d'un
journaliste. Tout s'est passé normalement, on a eu le temps de leur rap peler
que si des staffs et le patron de l'org avaient été condamnés, c' était à
cause de la secte et de ses règlements et techniques.

Ils sont à peine apparus aux fenètres avec un ou deux appareils, mais très
discrets. Presque personne n'est entré ou sorti de l'org, ça paraissa it très
très peu actif.

====

Plus tard, à la tombée de la nuit, on a rejoint l'org du 7 rue Jules César
pour le second flash raid :

A peine avions nous sorti le porte-voix que la secte éjectait "en tromb e"
une dizaine de personnes probablement venues se faire draguer par un
conférencier; l'épisode de ces départs précipités démontre l' efficacité
d'avoir d'une part gagné un gros procès, et d'autre part, l'efficacit é de
venir annoncer les délits de la secte devant chez elle.

Dommage, comme c'est la première fois qu'on constate cette réaction, on
aurait dû suivre les gens pour les informer avant de revenir rappeler l es
faits à l'org, je parie qu'aucun de ces nouveaux ne serait revenu, sauf pour
demander son remboursement, si c'était payant.

Après, les affaires se sont corsées:

un scientologe fort connu est d'abord sorti sur le devant pour nous filme r,
et n'a pas cessé de se rapprocher, au point qu'il dépassait le bout d e mon
bras: c'est une technique imbécile et malotrue hubbardienne inventée pour
intimider les gens et les faire fuir. (trois autres appareils étaient
visibles sur la façade de l'org). Je le lui ai fait très clairement
remarquer (que c'était abusif et idiot)

Ce scientologue a aussi craché à la figure de Nono (un petit crachat) , mais
manque de chance pour lui, j'ai les yeux en face des trous et je l'ai
immédiatement rabroué publiquement pour cette agression , certes pas grave,
mais au minimum très insultante et idiote, d'autant que c'est la cinqui ème
agression sciento contre Nono.

Autant dire que ça ne nous dérange pas qu'on nous filme, tant qu'ils ne
viennent pas faire ce que faisait exprès une agressive petite dame en v ert,
d'un âge certain, qui collait pratiquement son appareil de photo sur le nez
de Nono la papate, à quelques centimètres, espérant sans nul doute
déclencher un geste brusque qu'elle aurait ensuite dénoncé comme un e
"agression physique". La dame doit peser les riz et haricots scientologue s
qu'on accepte de lui donner de temps à autre en échange de ses bons e t
loyaux services!

Mais Nono ne risque pas de rentrer dans ce genre de comportement bruqsue,
depuis le temps qu'il connaît les méthodes stupides qu'emploient les
scientos.

Après avoir délivré notre message, on a décidé qu'on avait fini la manif, et
on a commencé à s'éloigner.

C'est là que ça s'est gâté.

Deux messieurs accompagnés d'un beau lévrier sont venus discuter à
l'impromptu sur le trottoir à quelques mètres de l'org.

Pendant ce temps, la  dame scientologue semblerait être venue coller son
appareil de photo sous le nez d'un des deux; (j'étais tourné de l'aut re côté
à cet instant) - ça colle avec ce que je l'avais vue faire contre Non o, puis
la dame est tombée juste à côté de moi, et s'est relevée sans d ifficulté
apparente en ramassant quelque chose sous la voiture garée là, j'ai c ru
comprendre que le passant, agressé ainsi, l'avait repoussée.

Et là, (ça, je l'ai vu) le grand sciento a attrapé le type beaucoup plus
léger que lui à la gorge en le poussant sous un porche. L'autre s'est
défendu (j'ignore comment, mais le scientologue l'a laché), ceci pend ant que
j'étais en train  d'engueuler le scientologue qui poussait le gars en le
tenant par la gorge.

PS: le scientologue avait retrouvé la parole, il voulait nous retenir p our
qu'on parle avec les flics pendant qu'il criait à je ne sais qui au-des sus
d'appeler la police. Nous avons brièvement continué la conversation a vec ces
messieurs en avançant tranquillement vers la rue de Lyon, et n'avions a ucune
raison d'attendre les flics, on avait assez bossé, ne restait plus qu' à
aller casser lacroûte.

On se demande pourquoi les scientos sont venus s'en prendre à ce deux
passants qui certes, n'étaient pas de chauds partisans de la secte, mai s ne
faisaient rien d'autre que nous exprimer leur opinion en privé, dans la rue,
Ils ne s'adressaient en aucune manière à ces deux manipulés sectair es.

Ca ne regardait donc pas les séïdes de la secte, s'agissant d'une dis cussion
privée.



Désolée je suis, mais encore une fois, pas vraiment compris ce que
raconte Monsieur Roger. Ya pas de fotes d'aurtographe, ça c'est bien,
mais difficile de comprendre qui a fait quoi et qui est qui.
Pourtant le récit a l'air intéressant.
t
Publicité
Poster une réponse
Anonyme