Deux sur trois [statistique]

Le
Sylvain
Avant hier en regardant une émission de télé sur la justice, sur direct 8,
j'ai été surpris par les propos d'un policier qui prétendait qu'en matière
de viol, deux plaintes sur trois étaient mensongères, d'où toutes les
vérifications effectuées.

J'ai vérifié par une petite recherche sur internet, ce chiffre est tout à
fait réaliste, corroboré par plusieurs sites, certains parlent de deux sur
trois d'autres entre 50 et 80 % de plaintes mensongères.
(sauf site féministes qui prétendent vaguement que les fausses accusations
sont très rares sans donner de chiffres)

A savoir que quasiment toutes personnes accusées à tord se prend au minimum
une garde à vue de 48h le temps des vérifications, ce qui est largement
autant traumatisant qu'un viol.

Que l'article 226-10 du code pénal n'est jamais appliqué ( dénonciation
calomnieuse => 5 ans de prison et 45 000 euros d'amendes)

Ces accusations mensongères sont aussi une attaque envers les personnes qui
ont réellement subies un viol, leurs plaintes étant systématiquement
considérées comme douteuse.

Voila comment un truc trés utile comme la justice, permétant à chacun de
vivre librement en sécurité, devient pour certains, un outil de nuisance.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 3
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Séb.
Le #24764442
Le 07/09/2012 15:18, Sylvain a écrit :
Avant hier en regardant une émission de télé sur la just ice, sur direct 8,
j'ai été surpris par les propos d'un policier qui préten dait qu'en matière
de viol, deux plaintes sur trois étaient mensongères, d'où toutes les
vérifications effectuées.

J'ai vérifié par une petite recherche sur internet, ce chiffr e est tout à
fait réaliste, corroboré par plusieurs sites, certains parle nt de deux sur
trois d'autres entre 50 et 80 % de plaintes mensongères.
(sauf site féministes qui prétendent vaguement que les fausse s accusations
sont très rares sans donner de chiffres)

A savoir que quasiment toutes personnes accusées à tord se pr end au minimum
une garde à vue de 48h le temps des vérifications, ce qui est largement
autant traumatisant qu'un viol.

Que l'article 226-10 du code pénal n'est jamais appliqué ( dà ©nonciation
calomnieuse => 5 ans de prison et 45 000 euros d'amendes)

Ces accusations mensongères sont aussi une attaque envers les pers onnes qui
ont réellement subies un viol, leurs plaintes étant systé matiquement
considérées comme douteuse.

Voila comment un truc trés utile comme la justice, permétant à chacun de
vivre librement en sécurité, devient pour certains, un outil de nuisance.





bon sachant cela, comment se "couvrir" :

faire signer un papier à la personne comme quoi elle est consentante ?
autre ?




--
Séb.
Christian Navis
Le #24764802
"Séb." a émis l'idée suivante :

bon sachant cela, comment se "couvrir" :

faire signer un papier à la personne comme quoi elle est consentante ?
autre ?



Oui, et si vous êtes un gros dragueur, pensez au carnet à souches.
C'est plus économique ! lol

--
Mort du journalisme citoyen :
http://christian.navis.over-blog.com
Jean-Marc Desperrier
Le #24764752
Sylvain a écrit :
ce qui est largement autant traumatisant qu'un viol.



Une GaV traumatisante oui, voir le cas de Vittorio de Filippis.

Autant qu'un viol, faut quand même pas pousser mémé dans les orties

Que l'article 226-10 du code pénal n'est jamais appliqué



Jamais ? S'il a les moyens de *prouver* que l'accusation est mensongère,
il n'y a aucune raison que la victime hésite à se porter partie civile.

Puisqu'il a été aussi traumatisé que par un viol, on se demande vraiment
pourquoi il ne le fait pas très régulièrement.
Séb.
Le #24764862
Le 07/09/2012 17:17, Jean-Marc Desperrier a écrit :
Sylvain a écrit :
ce qui est largement autant traumatisant qu'un viol.



Une GaV traumatisante oui, voir le cas de Vittorio de Filippis.

Autant qu'un viol, faut quand même pas pousser mémé dans les orties

Que l'article 226-10 du code pénal n'est jamais appliqué



Jamais ? S'il a les moyens de *prouver* que l'accusation est mensongà ¨re, il
n'y a aucune raison que la victime hésite à se porter partie civile.

Puisqu'il a été aussi traumatisé que par un viol, on se demande vraiment
pourquoi il ne le fait pas très régulièrement.




bonjour l'ambiance à table avec son "officielle" ensuite...


--
Séb.
Anne G
Le #24765322
Le 07/09/12 07:18, Sylvain a écrit :
Avant hier en regardant une émission de télé sur la justice, sur direct 8,
j'ai été surpris par les propos d'un policier qui prétendait qu'en matière
de viol, deux plaintes sur trois étaient mensongères, d'où toutes les
vérifications effectuées.

J'ai vérifié par une petite recherche sur internet, ce chiffre est tout à
fait réaliste, corroboré par plusieurs sites, certains parlent de deux sur
trois d'autres entre 50 et 80 % de plaintes mensongères.
(sauf site féministes qui prétendent vaguement que les fausses accusations
sont très rares sans donner de chiffres)

A savoir que quasiment toutes personnes accusées à tord se prend au minimum
une garde à vue de 48h le temps des vérifications, ce qui est largement
autant traumatisant qu'un viol.



C'est vrai aussi pour les accusations de voies de fait.
Même si c'est un homme qui porte plainte.

J'imagine que ça ne vous scandalise pas autant.

Que l'article 226-10 du code pénal n'est jamais appliqué ( dénonciation
calomnieuse => 5 ans de prison et 45 000 euros d'amendes)

Ces accusations mensongères sont aussi une attaque envers les personnes qui
ont réellement subies un viol, leurs plaintes étant systématiquement
considérées comme douteuse.



Comme tous les parents dont un enfant meurt accidentellement : ils sont
tous, dans un premier temps, soupçonnés.

J'imagine que ça ne vous scandalise pas autant.

Voila comment un truc trés utile comme la justice, permétant à chacun de
vivre librement en sécurité, devient pour certains, un outil de nuisance.
Sylvain
Le #24765622
Anne G wrote:


C'est vrai aussi pour les accusations de voies de fait.
Même si c'est un homme qui porte plainte.

J'imagine que ça ne vous scandalise pas autant.




Ce n'est pas le fait qu'il existe des accusations mensongéres de viol qui me
scandalise, c'est le fait qu'il y a deux fois plus de plaintes mensongéres
que de plaintes avérées, c'est énorme.

Il y a deux fois plus de personnes traumatisées par une garde à vue de 48
heures que de personnes traumatisées par un viol. Le reméde fait plus de
dégats que le mal.

Que l'article 226-10 du code pénal n'est jamais appliqué (
dénonciation calomnieuse => 5 ans de prison et 45 000 euros
d'amendes)

Ces accusations mensongères sont aussi une attaque envers les
personnes qui ont réellement subies un viol, leurs plaintes étant
systématiquement considérées comme douteuse.



Comme tous les parents dont un enfant meurt accidentellement : ils
sont tous, dans un premier temps, soupçonnés.

J'imagine que ça ne vous scandalise pas autant.




Rien à voir, il s'agit d'un accident. Dans le cas d'accusation mensongére,
il s'agit d'une volonté de nuire.
Sylvain
Le #24765612
Jean-Marc Desperrier wrote:
Sylvain a écrit :
ce qui est largement autant traumatisant qu'un viol.



Une GaV traumatisante oui, voir le cas de Vittorio de Filippis.

Autant qu'un viol, faut quand même pas pousser mémé dans les orties




Vous vous êtes fait et violer et vous avez déja été en garde à vue, ce qui
vous a permis de faire une comparaison ?
Sylvain
Le #24765602
Anne G wrote:


C'est vrai aussi pour les accusations de voies de fait.
Même si c'est un homme qui porte plainte.

J'imagine que ça ne vous scandalise pas autant.




On se demande aussi pourquoi cette statistique est aussi peut divulguée
jr
Le #24765712
Le 07/09/2012 17:17, Jean-Marc Desperrier a écrit :


Sylvain a écrit :
ce qui est largement autant traumatisant qu'un viol.



Une GaV traumatisante oui, voir le cas de Vittorio de Filippis.

Autant qu'un viol, faut quand même pas pousser mémé dans les orties

Que l'article 226-10 du code pénal n'est jamais appliqué



Jamais ? S'il a les moyens de *prouver* que l'accusation est mensongère,
il n'y a aucune raison que la victime hésite à se porter partie civile.



C'est plus compliqué que ça. Jusqu'à très récemment, le simple fait de
bénéficier d'un non-lieu ou d'être relaxé suffisait pour assurer la
condamnation de l'accusateur, même si la relaxe était au bénéfice du
doute. Il n'y avait rien à prouver. Heureusement c'est fini.


--
http://rouillard.org/s.jpg
Anne G
Le #24766032
Le 07/09/12 12:47, Sylvain a écrit :
Anne G wrote:

C'est vrai aussi pour les accusations de voies de fait.
Même si c'est un homme qui porte plainte.

J'imagine que ça ne vous scandalise pas autant.



Ce n'est pas le fait qu'il existe des accusations mensongéres de viol qui me
scandalise, c'est le fait qu'il y a deux fois plus de plaintes mensongéres
que de plaintes avérées, c'est énorme.



Je disais donc que c'est aussi le cas des plaintes pour voies de fait.
Même lorsque les plaintes sont faites par des hommes.

Ces accusations mensongères sont aussi une attaque envers les
personnes qui ont réellement subies un viol, leurs plaintes étant
systématiquement considérées comme douteuse.



Comme tous les parents dont un enfant meurt accidentellement : ils
sont tous, dans un premier temps, soupçonnés.

J'imagine que ça ne vous scandalise pas autant.



Rien à voir, il s'agit d'un accident. Dans le cas d'accusation mensongére,
il s'agit d'une volonté de nuire.



Il y a apparence de délit, on enquête.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme