Distro 'à la Windows'

Le
grunt
Y'a un truc bien saoulant avec toutes (?) les distros GNU/Linux: on est
obligé d'avoir soit des applications obsolètes, soit un système instable.

Problème qu'on n'a pas sous Windows.

Je m'explique: sous Windows, on peut prendre une version qui date et qu'on
aime bien (genre, Win 2000 NT), et installer dessus la toute toute dernière
version de, par exemple, Firefox.

Sous GNU/Linux c'est franchement plus compliqué. Le jeu des dépendances (sur
les distros à paquets) fait qu'on a le choix entre:
- garder un système vieux (donc stable), donc qui utilise des vieilles libs,
donc se coltiner les vieilles applications qui vont avec,
- ou alors utiliser des applis récentes, donc des libs récentes, donc un
système récent qui plante.

Serait-ce envisageable et pertinent de voir des distributions effectuer une
séparation entre 'le coeur du système' et 'les applications utilisateur'?

Parce que bon, le modèle tout intégré était parfaitement adapté au monde de
bidouilleurs qui a vu naître GNU/Linux. Mais il me semble que maintenant, il
y a suffisamment de linuxiens qui seraient intéressés par la possibilité de,
par exemple, essayer les toutes dernières versions de Firefox ou OpenOffice,
sans pour autant mettre en péril la stabilité de leur machine de travail.

Je sais, y'a des gruïkeries comme le 'packet pinning' sous Debian, mais ça
ne résoud pas le problème de fond: au final, il n'y a qu'une seule version
de chaque lib qui est installée.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 5
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Yliur
Le #21651251
Le Thu, 29 Apr 2010 01:02:56 +0200
a écrit :

Y'a un truc bien saoulant avec toutes (?) les distros GNU/Linux: on
est obligé d'avoir soit des applications obsolètes, soit un système
instable.

Problème qu'on n'a pas sous Windows.

Je m'explique: sous Windows, on peut prendre une version qui date et
qu'on aime bien (genre, Win 2000 NT), et installer dessus la toute
toute dernière version de, par exemple, Firefox.

Sous GNU/Linux c'est franchement plus compliqué. Le jeu des
dépendances (sur les distros à paquets) fait qu'on a le choix entre:
- garder un système vieux (donc stable), donc qui utilise des
vieilles libs, donc se coltiner les vieilles applications qui vont
avec,
- ou alors utiliser des applis récentes, donc des libs récentes, donc
un système récent qui plante.

Serait-ce envisageable et pertinent de voir des distributions
effectuer une séparation entre 'le coeur du système' et 'les
applications utilisateur'?

Parce que bon, le modèle tout intégré était parfaitement adapté au
monde de bidouilleurs qui a vu naître GNU/Linux. Mais il me semble
que maintenant, il y a suffisamment de linuxiens qui seraient
intéressés par la possibilité de, par exemple, essayer les toutes
dernières versions de Firefox ou OpenOffice, sans pour autant mettre
en péril la stabilité de leur machine de travail.

Je sais, y'a des gruïkeries comme le 'packet pinning' sous Debian,
mais ça ne résoud pas le problème de fond: au final, il n'y a qu'une
seule version de chaque lib qui est installée.





Déjà chez Archlinux ils veulent pas le faire, je leur ai demandé.

Sinon je ne m'y connais pas trop dans la gestion des bibliothèques,
mais il me semble que tu peux très bien avoir plusieurs versions
simultanées, les fichiers coexistent avec un suffixe différent.

Pour ce qui est des applis : sous Windows ce n'est pas toujours facile
d'avoir plusieurs versions simultanées, ça dépend des logiciels. Et je
pense que ça pourrait exister dans la distribution, mais il faudrait
que les paquets correspondant aux différentes versions soient installés
dans des répertoires séparés, avec un lien symbolique pour désigner
celui utilisé par défaut. Ça fait plus de travail de maintenir tout ça,
mais je ne sais pas estimer combien.
Hugolino
Le #21651681
Le 28-04-2010,
Y'a un truc bien saoulant avec toutes (?) les distros GNU/Linux: on est
obligé d'avoir soit des applications obsolètes, soit un système instable.

Problème qu'on n'a pas sous Windows.



Puisqu'avec Windows le système est forcément instable, tu peux mettre
n'importe quoi comme applications : ça simplifie beaucoup le problème :))

Je m'explique: sous Windows, on peut prendre une version qui date et qu'on
aime bien (genre, Win 2000 NT), et installer dessus la toute toute dernière
version de, par exemple, Firefox.

Sous GNU/Linux c'est franchement plus compliqué.



Meuh non...

Le jeu des dépendances (sur les distros à paquets) fait qu'on a le
choix entre:
- garder un système vieux (donc stable), donc qui utilise des vieilles libs,
donc se coltiner les vieilles applications qui vont avec,
- ou alors utiliser des applis récentes, donc des libs récentes, donc un
système récent qui plante.



Si le seul problème, c'est les bibliothèques, tu compiles les
applications statiquement et basta.


--
Passe que moi, au départ, j'avais fait informatique comme études, pas
NT, et je voudrais revenir à mon métier premier.
Hugo (né il y a 1 451 916 038 secondes)
JKB
Le #21651911
Le 28-04-2010, ? propos de
Distro 'à la Windows',
?crivait dans fr.comp.os.linux.debats :
Y'a un truc bien saoulant avec toutes (?) les distros GNU/Linux: on est
obligé d'avoir soit des applications obsolètes, soit un système instable.

Problème qu'on n'a pas sous Windows.

Je m'explique: sous Windows, on peut prendre une version qui date et qu'on
aime bien (genre, Win 2000 NT), et installer dessus la toute toute dernière
version de, par exemple, Firefox.



Non. J'ai des tas de logiciels chez des clients qui tournent sous
NT4 ou W2K/XP et qui refusent de fonctionner sous Vista ou 7. J'ai
aussi l'exemple contraire (sinon, pourquoi est-ce que Mickeysoft
aurait ajouté une virtualisation de XP dans 7 ultimate ?).

Sous GNU/Linux c'est franchement plus compliqué. Le jeu des dépendances (sur
les distros à paquets) fait qu'on a le choix entre:
- garder un système vieux (donc stable), donc qui utilise des vieilles libs,
donc se coltiner les vieilles applications qui vont avec,
- ou alors utiliser des applis récentes, donc des libs récentes, donc un
système récent qui plante.



Ma debian/testing ne plante _pas_. Mauvaise distribution, changer
distribution.

Serait-ce envisageable et pertinent de voir des distributions effectuer une
séparation entre 'le coeur du système' et 'les applications utilisateur'?



Dans ce cas, tu installes un NetBSD et tu files sur fcob.

Parce que bon, le modèle tout intégré était parfaitement adapté au monde de
bidouilleurs qui a vu naître GNU/Linux. Mais il me semble que maintenant, il
y a suffisamment de linuxiens qui seraient intéressés par la possibilité de,
par exemple, essayer les toutes dernières versions de Firefox ou OpenOffice,
sans pour autant mettre en péril la stabilité de leur machine de travail.

Je sais, y'a des gruïkeries comme le 'packet pinning' sous Debian, mais ça
ne résoud pas le problème de fond: au final, il n'y a qu'une seule version
de chaque lib qui est installée.



Peut-être chez toi... Pas chez moi !

JKB

--
Le cerveau, c'est un véritable scandale écologique. Il représente 2% de notre
masse corporelle, mais disperse à lui seul 25% de l'énergie que nous
consommons tous les jours.
leeed
Le #21652141
Le 28-04-2010, grunt
Y'a un truc bien saoulant avec toutes (?) les distros GNU/Linux: on est
obligé d'avoir soit des applications obsolètes, soit un système instable.




J'utilise ArchLinux, distro en rolling release, donc qui utilise
toujours les dernières versions de softs, j'ai des uptimes de plus d'un
mois et sans plantage aucun - d'ailleurs, je n'ai *jamais* eu de soft
qui plante sous Arch depuis un an que je suis dessus. Ceci dit, je
n'utilise pas la branche testing/, qui porte bien son nom. Ça s'applique
aussi à Debian: soit tu utilises la stable et tu as des softs un peu
moins récents, soit tu utilises testing et tu as l'équivalent d'une Arch
(pour simplifier), soit tu utilises unstable et dans ce cas tu es un dev
qui sait ce qu'il fait.

Problème qu'on n'a pas sous Windows.




Tu t'avances bien vite.

Je m'explique: sous Windows, on peut prendre une version qui date et qu'on
aime bien (genre, Win 2000 NT), et installer dessus la toute toute dernière
version de, par exemple, Firefox.




Ouais, essaye d'installer la dernière version de Microsoft Live
Messenger sur Windows 2000, tu m'en diras des nouvelles…

Sous GNU/Linux c'est franchement plus compliqué. Le jeu des dépendances (sur
les distros à paquets) fait qu'on a le choix entre:
- garder un système vieux (donc stable), donc qui utilise des vieilles libs,
donc se coltiner les vieilles applications qui vont avec,
- ou alors utiliser des applis récentes, donc des libs récentes, donc un
système récent qui plante.




Cliché. cf 1er paragraphe.

Serait-ce envisageable et pertinent de voir des distributions effectuer une
séparation entre 'le coeur du système' et 'les applications utilisateur'?




C'est ce qu'Arch fait entre les dépôts core/, extra/, community/, AUR.
Se renseigner avant de poster, c'est bien.

Parce que bon, le modèle tout intégré était parfaitement adapté au monde de
bidouilleurs qui a vu naître GNU/Linux. Mais il me semble que maintenant, il
y a suffisamment de linuxiens qui seraient intéressés par la possibilité de,
par exemple, essayer les toutes dernières versions de Firefox ou OpenOffice,
sans pour autant mettre en péril la stabilité de leur machine de travail.




Un exemple concret? J'utilise les dernières versions de FF et OOo sans
problème, que ce soit sous debian (testing), Arch, Ubuntu. Après si tu
utilises les versions des branches "unstable" ou "testing", ne t'en
prends qu'à toi même si ça plante. Ce sont des versions de
développement, justement pour traquer les bugs.

Je sais, y'a des gruïkeries comme le 'packet pinning' sous Debian, mais ça
ne résoud pas le problème de fond: au final, il n'y a qu'une seule version
de chaque lib qui est installée.




Et? compatibilité ascendante, ça te dit quelque chose? Au pire, tu as
toujours la possibilité d'utiliser plusieurs versions de la même
bibliothèque. LD_PRELOAD est ton ami dans ce cas.
Les idées reçues ont vraiment la vie dure.
Jolie tentative de troll, sinon.
debug this fifo
Le #21652131
wrote:
Y'a un truc bien saoulant avec toutes (?) les distros GNU/Linux: on est
obligé d'avoir soit des applications obsolètes, soit un système instable.



faux.

Problème qu'on n'a pas sous Windows.



faux.
Jo Kerr
Le #21652211
leeed a utilisé son clavier pour écrire :

Ouais, essaye d'installer la dernière version de Microsoft Live
Messenger sur Windows 2000, tu m'en diras des nouvelles…




Ou simplement IE8. Le site MS propose d'acheter une nouvelle version de
Windows.

--
In gold we trust (c)
Bruno Ducrot
Le #21652421
On 2010-04-28, wrote:
Serait-ce envisageable et pertinent de voir des distributions effectuer une
séparation entre 'le coeur du système' et 'les applications utilisateur'?



Sous un GNU/Linux ? Non(1). C'est aussi l'une des raisons qui font que
l'on passe a un BSD, justement pour avoir une separation entre le
systeme et les applications tiers.

1: Pour etre honnete, certaines distributions tentent de se rapprocher
a ce genre de separation. Par exemple Gentoo, ArchLinux, voire, pour
les plus aventureux une Slackware avec pkgsrc de NetBSD (VoltaLinux
me vient a l'esprit). Mais aucune de ces distributions ne m'ont
convaincu a 100%, lorsque je les compare a l'un des BSD.

--
Bruno Ducrot

-- Which is worse: ignorance or apathy?
-- Don't know. Don't care.
JKB
Le #21652561
Le 29-04-2010, ? propos de
Re: Distro 'à la Windows',
Bruno Ducrot ?crivait dans fr.comp.os.linux.debats :
On 2010-04-28, wrote:
Serait-ce envisageable et pertinent de voir des distributions effectuer une
séparation entre 'le coeur du système' et 'les applications utilisateur'?



Sous un GNU/Linux ? Non(1). C'est aussi l'une des raisons qui font que
l'on passe a un BSD, justement pour avoir une separation entre le
systeme et les applications tiers.

1: Pour etre honnete, certaines distributions tentent de se rapprocher
a ce genre de separation. Par exemple Gentoo, ArchLinux, voire, pour
les plus aventureux une Slackware avec pkgsrc de NetBSD (VoltaLinux
me vient a l'esprit). Mais aucune de ces distributions ne m'ont
convaincu a 100%, lorsque je les compare a l'un des BSD.



Ouaips, enfin, BSD, ce n'est pas la panacée non plus. Je préfère de
loin un Linux correct à un truc comme OpenBSD qui sous prétexte
d'être sécurisé n'est conforme à rien sauf à lui-même. Les petits gars
de FreeBSD sont réactifs, mais il y a des problèmes sérieux dans la
gestion des paquets par pkgsrc. Seul NetBSD ne m'a pas encore posé
de problème.

JKB

--
Le cerveau, c'est un véritable scandale écologique. Il représente 2% de notre
masse corporelle, mais disperse à lui seul 25% de l'énergie que nous
consommons tous les jours.
Bruno Ducrot
Le #21652531
On 2010-04-29, JKB wrote:
Le 29-04-2010, ? propos de
Re: Distro 'à la Windows',
Bruno Ducrot ?crivait dans fr.comp.os.linux.debats :
On 2010-04-28, wrote:
Serait-ce envisageable et pertinent de voir des distributions effectuer une
séparation entre 'le coeur du système' et 'les applications utilisateur'?



Sous un GNU/Linux ? Non(1). C'est aussi l'une des raisons qui font que
l'on passe a un BSD, justement pour avoir une separation entre le
systeme et les applications tiers.

1: Pour etre honnete, certaines distributions tentent de se rapprocher
a ce genre de separation. Par exemple Gentoo, ArchLinux, voire, pour
les plus aventureux une Slackware avec pkgsrc de NetBSD (VoltaLinux
me vient a l'esprit). Mais aucune de ces distributions ne m'ont
convaincu a 100%, lorsque je les compare a l'un des BSD.



Ouaips, enfin, BSD, ce n'est pas la panacée non plus. Je préfère de
loin un Linux correct à un truc comme OpenBSD qui sous prétexte
d'être sécurisé n'est conforme à rien sauf à lui-même. Les petits gars
de FreeBSD sont réactifs, mais il y a des problèmes sérieux dans la
gestion des paquets par pkgsrc. Seul NetBSD ne m'a pas encore posé
de problème.



Je suis bien force de reconnaitre que les ports sous FreeBSD ne sont pas
terribles. Mais j'ai aussi d'autres raisons qui m'ont pousse a utiliser
FreeBSD plutot que NetBSD. En particulier, j'estime que la communaute
des developpeurs est moins elitiste que celle de NetBSD.

--
Bruno Ducrot

-- Which is worse: ignorance or apathy?
-- Don't know. Don't care.
debug this fifo
Le #21652521
JKB wrote:

à un truc comme OpenBSD qui sous prétexte
d'être sécurisé n'est conforme à rien sauf à lui-même.



ça tourne un peu à l'obsession, non ?
Publicité
Poster une réponse
Anonyme