- Le Droit du sol, matrice de la co-nationalité

Le
Christian Benammar
- Le Droit du sol, matrice de la co-nationalité -

Ce n'est pas tant les difficultés juridiques d'acquisition
de la nationalité qui posent problème (au Juge, aux intéressés)
que les implications culturelles et religieuses du droit du sol.

Que dire ainsi d'une laïcité qui entoure le droit du sol
d'apparences trompeuses ? Quelle autre solution existe pour
les immigrés que le droit du sol ? Peut-on parler du droit du
sol sans parler des pays parties prenantes sur la question ?

La 5ème République s'est mis à fabriquer dans un délire
surréaliste d'intégration une co-nationalité destinée aux immigrés,
fast-food de la citoyenneté française.

Dans ce débat-vérité (génant à plus d'un titre), le cap gardé
sur les écueils du droit plutôt que sur la feuille de route de la
démocratie, n'est-il pas un enfer pavé de bonnes intentions ?
.. suite sur blog..>

http://www.legavox.fr/blog/benammar-christian/
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Broc_Ex_Co
Le #23859071
"Christian Benammar" 4e95b96f$0$5057$
| - Le Droit du sol, matrice de la co-nationalité -
|
| Ce n'est pas tant les difficultés juridiques d'acquisition
| de la nationalité qui posent problème (au Juge, aux intéressés)
| que les implications culturelles et religieuses du droit du sol.

Si je comprends bien votre pensée à partir de vos deux interventions:
- vous réclamez un statut spécial pour les pieds-noirs, que vous considérez comme non totalement intégrés
puisque revenus d'afrique il y a plus de 50 ans (votre précédente intervention);
- un effort d'intégration quasi immédiate de ceux qui prétendraient à notre nationalité (votre intervention
d'aujourd'hui).

il me semble qu'il y a un gros déséquilibre de traitement ..
Christian Benammar
Le #23860981
Dommage d'avoir censuré le message initial sans le comprendre !


Votre lecture trop rapide vous amène à des conclusions inversées :

1 - il y a pour tous ceux qui ont fui les pays de
l'ex-Empire et qu'il convient de rassembler dans "la Province manquante",
un très gros effort de défense, représentation et promotion à faire en leur
faveur et leurs familles, considérant que, pour ce faire, la "Province
manquante" est à placer sur le même pied d'égalité et de traitement que les
autres provinces de France. C'est ne pas connaître ni comprendre ces
minorités exilées que d'ignorer la sanction qui leur a été infligée dans la
dérive de la décolonisation depuis 50 ans. Malheureusement, les PN, ou
meurtris se taisent, ou ne pensent qu'à célébrer les drames et les guerres
qu'ils ont vécu au lieu de reconstruire un meilleur avenir pour leurs
enfants dans le souvenir de ce qu'ils chérissent.

2 - la nationalité accordée aux immigrés par le droit du sol
n'est en réalité qu'une sous-citoyenneté (une "co-nationalité") puisque
les Français immigrés d'origine sont en butte à de nombreux handicaps de
reconnaissance sociale, culturelle et politique, mais que ces handicaps
sont
la conséquence d'une identité originelle que la laïcité pousse, par fausse
interprétation, à s'affirmer dans ses différences (langue, religion,
coutumes, mode de vie) en France, combat de dupes qui ne mène qu'à des
affrontements (le communatarisme) et plus de rejet au lieu d'être poussé
vers une nouvelle grande oeuvre de coopération entre pays qui conduirait
les émigrés à rester chez eux chez eux.

Ma mixité me porte à soutenir simultanément les deux thèses résumées
dans "Coparentalité sans conjugalité".


----- Original Message -----
From: "Broc_Ex_Co" To: Sent: Wednesday, October 12, 2011 6:30 PM
Subject: Re: - Le Droit du sol, matrice de la co-nationalité


"Christian Benammar" 4e95b96f$0$5057$
| - Le Droit du sol, matrice de la co-nationalité -
|
| Ce n'est pas tant les difficultés juridiques d'acquisition
| de la nationalité qui posent problème (au Juge, aux intéressés)
| que les implications culturelles et religieuses du droit du sol.

Si je comprends bien votre pensée à partir de vos deux interventions:
- vous réclamez un statut spécial pour les pieds-noirs, que vous
considérez
comme non totalement intégrés
puisque revenus d'afrique il y a plus de 50 ans (votre précédente
intervention);
- un effort d'intégration quasi immédiate de ceux qui prétendraient à
notre
nationalité (votre intervention
d'aujourd'hui).

il me semble qu'il y a un gros déséquilibre de traitement ..




Publicité
Poster une réponse
Anonyme