du bitume

Le
Octave
Pour signaler une page. Je suis toujours à la
poursuite de l'image.
Voilà, à vous de voir :

http://www.octav.fr/quotidien/07-05-26/26mai07.html

Octave
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 4
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Vincent Becker
Le #3578421
Pour signaler une page. Je suis toujours à la
poursuite de l'image.


Minimaliste. La démarche est intéressante. J'apprécie bien les 2, 5, 8
et 14. Le reste manque de substance à mon goût.


--
Vincent Becker
Photographies et appareils anciens - Photography and classic cameras

filh
Le #3578321
Octave
Pour signaler une page. Je suis toujours à la
poursuite de l'image.
Voilà, à vous de voir :

http://www.octav.fr/quotidien/07-05-26/26mai07.html


Il y en a un qui me rappelle mes vacances à Bedous quand j'avais 8 ou 9
ans.

Mais j'aime beaucoup les failles du début.

FiLH

--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org

Jean Chris
Le #3578181
FiLH

Il y en a un qui me rappelle.......


encore du radotage issu des abimes....

Mais j'aime beaucoup les failles du début.


normal que tu aimes les failles puisque t'en es une grosse, toi !...
....avec une petite quéquette rabougrie :)))))))

filh
Le #3578151
Jean Chris
FiLH

Il y en a un qui me rappelle.......


encore du radotage issu des abimes....

Mais j'aime beaucoup les failles du début.


normal que tu aimes les failles puisque t'en es une grosse, toi !...


Oui les failles permettent à la lumière de pénétrer dans les lieux.

Alors que toi t'es étanche....

....avec une petite quéquette rabougrie :)))))))


Hum... t'en es encore à jouer à mesurer la taille de ta bite ?

Tu vois je disais que t'étais étanche...

Maintenant tu rend le clavier à ton père, tu vas encore faire des
conneries...

FiLH

--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org


Octave
Le #3578121
Vincent Becker a couché sur son écran :

Minimaliste. La démarche est intéressante. J'apprécie bien les 2, 5, 8 et 14.
Le reste manque de substance à mon goût.


C'est déjà beaucoup!
Je ne sais pas trop si ça peut avoir un intérêt. J'essaye d'imaginer
une
de ces photos en poster dans la chambre d'un adolescent ?! pas évident
quand-même...
(mes préférées : 9-16-17. La 17 me fait penser à de la calligraphie ?!)

Octave

Octave
Le #3578111
FiLH a formulé ce vendredi :

Il y en a un qui me rappelle mes vacances à Bedous quand j'avais 8 ou 9
ans.



Oui, je t'écoute...


Mais j'aime beaucoup les failles du début.



Bon, finalement le sujet a de l'importance, par la négation. Là, le
bitume joue le rôle du sujet quelconque, commun, sans aucun attrait
visuel. Le meilleur bitume, c'est le plus plat, le plus lisse. En plus,
c'est sale, avec des tâches d'huile, avec toutes sortes de choses ou
d'animaux tombés dessus et écrasés, imprimés avec le temps et les
pneus.
Le jeu c'est de trouver plein de signes de vie (herbes), de signes
graphiques (tâches), des signes de vie et d'usure de ce bitume
lui-même,
etc... sur ce non-espace.


Octave

Octave
Le #3578101
Jean Chris a pensé très fort :


encore du radotage issu des abimes....



normal que tu aimes les failles puisque t'en es une grosse, toi !...
....avec une petite quéquette rabougrie :)))))))



et sinon, pour les photos de bitume, Jean Chris ?!

Octave

Ricco
Le #3578081

Pour signaler une page. Je suis toujours à la
poursuite de l'image.
Voilà, à vous de voir :

http://www.octav.fr/quotidien/07-05-26/26mai07.html

Octave


ca pourrait servir a faire des textures pour les softs de retouche, sans
avoir a se deplacer, quoiqu en vingt mètres dans n'importe quelle rue, tu en
fais trois cent cinquante

--
Ricco
d.francoise32[NOPouriel]@aliceadsl.fr

Octave
Le #3578061
Ricco avait prétendu :

quoiqu en vingt mètres dans n'importe quelle rue, tu en
fais trois cent cinquante


C'est sûr, c'est comme l'herbe au bord des routes ou chemins, toujours
pareille et toujours différente. Et encore, on pourrait laisser
l'appareil sur pied et faire des dizaines de photos au cours de la
journée du même carré de bitume.

Octave

Ricco
Le #3578051

Ricco avait prétendu :

quoiqu en vingt mètres dans n'importe quelle rue, tu en
fais trois cent cinquante


C'est sûr, c'est comme l'herbe au bord des routes ou chemins, toujours
pareille et toujours différente. Et encore, on pourrait laisser
l'appareil sur pied et faire des dizaines de photos au cours de la
journée du même carré de bitume.

Octave


oui, on peut le faire
et puis ?

--
Ricco
d.francoise32[NOPouriel]@aliceadsl.fr


Publicité
Poster une réponse
Anonyme