Écoute messagerie vocale ou répondeur professionnel par l’employeur ?

Le
gilles
Bonjour,

Un employeur, une chef de service peuvent-ils écouter la messagerie
vocale d’un collaborateur pendant une absence RTT ou des congés ?

C’est mon répondeur professionnel, mais il me semble que cela était
interdit.

J’ai fouillé le guide du travail de la CNIL, mais je n’ai rien trouv=
é
sur ce sujet.

Quelqu’un a-t-il des informations ?

Merci
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
mexx
Le #19097871
Bonjour,
Sur le site de la CNIL, il existe un paragraphe consacré à l'utilisation du
téléphone au travail et qui parait répondre à votre question. Je vous
communique l'adresse directe :
http://www.cnil.fr/index.php?id88&print=1
gilles
Le #19098341
On 11 avr, 13:05, "mexx"
Bonjour,
Sur le site de la CNIL, il existe un paragraphe consacré à l'utilisat ion du
téléphone au travail et qui parait répondre à votre question. Je vous
communique l'adresse directe :http://www.cnil.fr/index.php?id88&prin t=1



Hélas ce texte ne parle absolument pas de la boite vocale...
Je l'avais consulté avant de poser cette question.
moisse
Le #19099441
Dans le message
,
On 11 avr, 13:05, "mexx"
Bonjour,
Sur le site de la CNIL, il existe un paragraphe consacré à
l'utilisation du téléphone au travail et qui parait répondre à votre
question. Je vous communique l'adresse directe
:http://www.cnil.fr/index.php?id88&print=1



Hélas ce texte ne parle absolument pas de la boite vocale...
Je l'avais consulté avant de poser cette question.



Sur le groupe spécialisé en droit du travail vous avez eu la réponse
d'un magistrat, peut-être avec quelques ricanements, mais tout de même.
Le texte de la CNIL que vous avez consulté mentionne la possibilité pour
un employeur d'intercepter une conversation téléphonique en direct.
Alors la consultation d'un répondeur professionel en l'absence du
salarié sera toujours considéré ciomme un besoin absolu du bon
fonctionnement de l'entreprise qui doit pouvoir répondre à toute
interrogation.
A+

--
www.juristprudence.c.la
Le #19099531
"moisse" 49e0ba46$0$3532$
Sur le groupe spécialisé en droit du travail vous avez eu la réponse d'un
magistrat, peut-être avec quelques ricanements, mais tout de même.
Le texte de la CNIL que vous avez consulté mentionne la possibilité pour
un employeur d'intercepter une conversation téléphonique en direct.
Alors la consultation d'un répondeur professionel en l'absence du salarié
sera toujours considéré ciomme un besoin absolu du bon fonctionnement de
l'entreprise qui doit pouvoir répondre à toute interrogation.



Bonjour Moisse
tu devrais retourner sur fmdt, cela vire maintenant au : hors sujet, à
propos d'un système de surveillance des salariés ;

mais où vont-ils chercher tout ça ? ;o}
faitmoipeur
Le #19100281
On 11 avr, 18:00, "www.juristprudence.c.la" wrote:
"moisse" 49e0ba46$0$3532$

> Sur le groupe spécialisé en droit du travail vous avez eu la répo nse d'un
> magistrat, peut-être avec quelques ricanements, mais tout de même.
> Le texte de la CNIL que vous avez consulté mentionne la possibilité pour
> un employeur d'intercepter une conversation téléphonique en direct.
> Alors la consultation d'un répondeur professionel en l'absence du sal arié
> sera toujours considéré ciomme un besoin absolu du bon fonctionneme nt de
> l'entreprise qui doit pouvoir répondre à toute interrogation.

Bonjour Moisse
tu devrais retourner sur fmdt, cela vire maintenant au : hors sujet, à
propos d'un système de surveillance des salariés ;

mais où vont-ils chercher tout ça ?   ;o}



Super, j'y retourne ! :o)


X.
gilles
Le #19101911
On 11 avr, 17:42, "moisse"
Dans le message
,

> On 11 avr, 13:05, "mexx" >> Bonjour,
>> Sur le site de la CNIL, il existe un paragraphe consacré à
>> l'utilisation du téléphone au travail et qui parait répondre à votre
>> question. Je vous communique l'adresse directe
>> :http://www.cnil.fr/index.php?id88&print=1

> Hélas ce texte ne parle absolument pas de la boite vocale...
> Je l'avais consulté avant de poser cette question.

Sur le groupe spécialisé en droit du travail vous avez eu la répons e
d'un magistrat, peut-être avec quelques ricanements, mais tout de mêm e.
Le texte de la CNIL que vous avez consulté mentionne la possibilité p our
un employeur d'intercepter une conversation téléphonique en direct.
Alors la consultation d'un répondeur professionel en l'absence du
salarié sera toujours considéré ciomme un besoin absolu du bon
fonctionnement de l'entreprise qui doit pouvoir répondre à toute
interrogation.
A+

--
Moisse



super,

donc du moment que l'employeur avertit qu'il écouteras les répondeurs
des salariés il peut ??
sans autre obligation que d'avertir les salariés ?

ça me suffis si j'ai bon ??
Alain Montfranc
Le #19101951
moisse a écrit
Dans le message
,
On 11 avr, 13:05, "mexx"
Bonjour,
Sur le site de la CNIL, il existe un paragraphe consacré à
l'utilisation du téléphone au travail et qui parait répondre à votre
question. Je vous communique l'adresse directe
:http://www.cnil.fr/index.php?id88&print=1



Hélas ce texte ne parle absolument pas de la boite vocale...
Je l'avais consulté avant de poser cette question.



Sur le groupe spécialisé en droit du travail vous avez eu la réponse d'un
magistrat, peut-être avec quelques ricanements, mais tout de même.



Oh, vous savez des magistrats j'en cotoie tous les jours, et il y a des
bons mais aussi des très mauvais....

Le texte de la CNIL que vous avez consulté mentionne la possibilité pour un
employeur d'intercepter une conversation téléphonique en direct.



Je nuancerai :
- dans des cas exceptionnels
- à condition d'avertir

Alors la consultation d'un répondeur professionel en l'absence du salarié
sera toujours considéré ciomme un besoin absolu du bon fonctionnement de
l'entreprise qui doit pouvoir répondre à toute interrogation.



Donc la messagerie (courriel) aussi ? Et le courrier papier aussi ?
moisse
Le #19102651
Dans le message , Alain Montfranc

Je nuancerai :
- dans des cas exceptionnels
- à condition d'avertir

Alors la consultation d'un répondeur professionel en l'absence du
salarié sera toujours considéré ciomme un besoin absolu du bon
fonctionnement de l'entreprise qui doit pouvoir répondre à toute
interrogation.



Donc la messagerie (courriel) aussi ? Et le courrier papier aussi ?


Et même vider son compte en banque, violer sa fille et détourner
l'héritage.
Cela va comme extension et amalgame ??



--
Alain Montfranc
Le #19102641
moisse a écrit
Dans le message , Alain Montfranc

Je nuancerai :
- dans des cas exceptionnels
- à condition d'avertir

Alors la consultation d'un répondeur professionel en l'absence du
salarié sera toujours considéré ciomme un besoin absolu du bon
fonctionnement de l'entreprise qui doit pouvoir répondre à toute
interrogation.



Donc la messagerie (courriel) aussi ? Et le courrier papier aussi ?





Et même vider son compte en banque, violer sa fille et détourner l'héritage.
Cela va comme extension et amalgame ??




Si votre grandeur est est persuadée...
Cyrano
Le #19111011
"Alain Montfranc"
moisse a écrit
Dans le message
,





>Et le courrier papier aussi ?




Ah bon, on a le droit de reçevoir du courrier perso, maintenant ?
De mon temps c'était interdit dans les entreprises.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme