Entretien avec l'employeur et reclassement

Le
legardon
Mon épouse malade vient d'être déclarée inapte au poste d'éducatr=
ice
par le médecin du travail qui demande d'envisager un reclassement à un
poste de bureau sans contact direct avec les enfants.
Un entretien réglementaire est prévu avec l'employeur, où le salari=
é
peut se faire assister "par une personne de son choix appartenant au
personnel de l'établissement".
J'ai 2 questions :

1) Le mari a t-il le droit d'être présent à l'entretien ? Quels sont
les textes à ce sujet ?
2) Mon épouse est-elle obligée d'accepter le poste de bureau proposé =
?
Quels sont là aussi les textes de référence ?
Il me semblait que l'on pouvait refuser si le nouveau poste
présente"une modification substantielle par rapport au contrat de
travail initial".
Évidemment ce reclassement c'est pour ne pas payer la prime de
licenciement.
Avec mes sincères remerciements,
Très cordialement.
Jules
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
moisse
Le #23819531
legardon vient de nous annoncer :
Mon épouse malade vient d'être déclarée inapte au poste d'éducatrice
par le médecin du travail qui demande d'envisager un reclassement à un
poste de bureau sans contact direct avec les enfants.
Un entretien réglementaire est prévu avec l'employeur, où le salarié
peut se faire assister "par une personne de son choix appartenant au
personnel de l'établissement".
J'ai 2 questions :

1) Le mari a t-il le droit d'être présent à l'entretien ? Quels sont
les textes à ce sujet ?



Non
Exclusivement un membre du personnel ou, s'il n'existe pas de
représentants du personnel, un assistant inscrit sur une liste spéciale
et disponible en mairie par exemple. La lettre de convocation doit
donner l'adresse complète de l'endroit où cette liste est déposée.
Code du travail.
2) Mon épouse est-elle obligée d'accepter le poste de bureau proposé ?


Non
Quels sont là aussi les textes de référence ?


La déclaration des droits de l'homme : liberté.
Il me semblait que l'on pouvait refuser si le nouveau poste
présente"une modification substantielle par rapport au contrat de
travail initial".


Peu importe le motif du refus, l'employeur est dans l'obligation de
proposer un reclassement, y compris un poste de balayeur s'il exsite,
et le salarié n'a aucune obligation d'accepter le reclassement.
Évidemment ce reclassement c'est pour ne pas payer la prime de
licenciement.


Là encore tout faux.
Au contraire la procédure va déboucher, en cas de refus, sur un
licenciement pour inaptitude au poste de travail.
Pour la simple raison que si l'employeur ne conduit pas à son terme la
procédure dans un délai précis, il devra continuer à rémunérer le
salarié.
Pour info : la procédure de reclassement est une véritable corvée pour
la plupart des employeurs, il suffit de vous souvenir des propositions
de reclassement (aujourd'hui ce n'est plus la même obligation) aux
sidérurgistes d'aller travailler aux Indes, avec un contrat et des
salaires indiens.
Avec mes sincères remerciements,
Très cordialement.
Jules
Publicité
Poster une réponse
Anonyme