Éric Gonzalès diffamé avec la complicité d'Yves Gourgaud 4

Le
2011
Depuis plus d’un an, deux patriotes occitans sont quotidiennement
diffamés sur les forums Usenet soc.culture.occitan, fr.soc.politique
et soc.culture.belgium : Jean-François Blanc et Éric Gonzalès.

À Jean-François Blanc, on fait l’outrage de le traiter de « fils de
collabo », on feint de croire qu’il est le fils du milicien Maurice
Blanc qui sévissait dans l’Aude dans les dernières années de la
seconde Guerre mondiale, et dont Alibert parle dans une lettre qu’il
écrivit au préfet de l’Aude en 1943. On le traite de « nazi » et
également de « séparatiste ».

D’Éric Gonzalès, on essaie de propager une rumeur selon laquelle il
aurait été révoqué de l’Éducation Nationale pour avoir violé =
une
collégienne (de 14 ans, précise-t-on), sans expliquer pourquoi, alors,
il n’a pas été condamné à une peine de prison. On va même jusqu=
’à
affirmer qu’il aurait « reconnu les faits » sur soc.culture.occitan !
On l’accuse également d’être antisémite.

Éric Gonzalès n’a pas été révoqué de l’Éducation National=
e. Son casier
judiciaire est vierge. Il n’est pas antisémite et la seule « preuve =
»
de son prétendu antisémitisme qu’avance la personne qui le calomnie
est qu’il porte souvent un keffieh (!).

Quant à Jean-François Blanc, le seul fait réel qui lui y est reproch=
é
est une lettre publiée il y a des années dans la revue Lo Lugarn, dans
laquelle il défend le point de vue selon lequel il peut être dangereux
de revenir sur le passé collaborationniste de Louis Alibert, parce que
cela peut profiter aux adversaires de l’occitanisme.

L’auteur des calomnies envers Jean-François Blanc et Éric Gonzalès =
est
un provençaliste fanatique dont, de son propre aveu, la seule raison
de la présence sur soc.culture.occitan est de « casser de
l’occitaniste », tous les occitanistes étant accusés de « nazisme=
» à
cause de l’attitude d’Alibert pendant la guerre ! Il utilise divers
pseudonymes (« Bèstio del Giboudan », « Kwy = refilh de collabo =
», «
Judex », « Beowulf »… ou encore celui de « Elifodep el Sélaznog=
»,
calomniant ainsi jusque dans son pseudonyme).


Cet individu reste anonyme et c’est ce qui lui permet d’insulter et de
diffamer. C’est également un malade mental qui a fini par prendre ses
mensonges pour des réalités et « pète un câble » chaque fois qu=
’on lui
démontre qu’il a tort, se lançant alors à publier des dizaines et d=
es
dizaines de messages diffamants pour celui qui le lui a démontré.

Depuis des années, il publie, au mépris de toute Netiquette, l’adress=
e
postale de Jean-François Blanc sur soc.culture.occitan, ce qui
constitue manifestement une atteinte à la vie privée, mais il ne
publiait pas celle d’Éric Gonzalès. Depuis quelques semaines, il s’=
est
également mis à publier celle-ci, alors qu’Éric Gonzalès n’est =
pas sur
l’annuaire.

Comment s’est-il procuré cette adresse ? Au début de l’année, É=
ric
Gonzalès a acheté un livre auprès des éditions Aigo Vivo dirigées=
par
Yves Gourgaud, un autre provençaliste fanatique. Le calomniateur
anonyme, qui est proche d’Yves Gourgaud – celui-ci intervient souvent
sur son blog Mistralenc –, ne peut s’être procuré l’adresse d’=
Éric
Gonzalès que par Yves Gourgaud. J’accuse donc solennellement Yves
Gourgaud d’être complice des messages diffamants postés
quotidiennement par le calomniateur anonyme d’Usenet.

J’accuse également Serge Goudard, militant provençaliste de Bouzigues
dans l’Hérault, d’être complice de cette campagne par sa passivit=
é
puisqu’il ne fait rien pour faire cesser ce torrent de calomnies alors
qu’il intervient sur les mêmes blogs (Info d’Oc, Mistralenc, Marsyas2
dont il est propriétaire) que le calomniateur anonyme.

J’accuse enfin Alain Broc (qui lui a bien été révoqué de l’Éd=
ucation
Nationale), qui a eu cet aveu sur soc.culture.occitan : « Nous vous
l’[le calomniateur anonyme] avons envoyé », de complicité puisque l=
ui
aussi ne fait rien pour faire cesser cette situation et ferme les yeux
lors de ses interventions sur soc.culture.occitan.

Cette campagne de diffamation anonyme nous montre à quels coups bas
sont prêts certains provençalistes pour nuire à des gens connus (un
écrivain et un militant connu à l’I.E.O. Paris et sur Wikipedia) dans
ce qu’il est convenu d’appeler l’« occitanisme » : il n’ont pas=
de
morale, ils sont prêts à utiliser des méthodes dignes de la presse
d’extrême-droite de l’Entre-deux-guerres. Car il s’agit bien, en
vérité, d’une campagne politique, de basse politique, et pas d’une
simple guéguerre de forum.

C’est pourquoi nous avons décidé de diffuser ce texte le plus
largement possible : afin de répondre sur Internet à des propos
publiés sur Internet.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Jean-Luc Simon
Le #23784111
AIDE AU SPAM :
On 21 sep, 09:03, 2011
Depuis plus d’un an, deux patriotes occitans sont quotidiennement
diffamés sur les forums Usenet soc.culture.occitan, fr.soc.politique
et soc.culture.belgium : Jean-François Blanc et Éric Gonzalès.

À Jean-François Blanc, on fait l’outrage de le traiter de « fils de
collabo », on feint de croire qu’il est le fils du milicien Maurice
Blanc qui sévissait dans l’Aude dans les dernières années de la
seconde Guerre mondiale, et dont Alibert parle dans une lettre qu’il
écrivit au préfet de l’Aude en 1943. On le traite de « nazi » e t
également de « séparatiste ».

D’Éric Gonzalès, on essaie de propager une rumeur selon laquelle il
aurait été révoqué de l’Éducation Nationale pour avoir viol é une
collégienne (de 14 ans, précise-t-on), sans expliquer pourquoi, alors ,
il n’a pas été condamné à une peine de prison. On va même jus qu’à
affirmer qu’il aurait « reconnu les faits » sur soc.culture.occitan !
On l’accuse également d’être antisémite.

Éric Gonzalès n’a pas été révoqué de l’Éducation Nation ale. Son casier
judiciaire est vierge. Il n’est pas antisémite et la seule « preuve »
de son prétendu antisémitisme qu’avance la personne qui le calomnie
est qu’il porte souvent un keffieh (!).

Quant à Jean-François Blanc, le seul fait réel qui lui y est reproc hé
est une lettre publiée il y a des années dans la revue Lo Lugarn, dan s
laquelle il défend le point de vue selon lequel il peut être dangereu x
de revenir sur le passé collaborationniste de Louis Alibert, parce que
cela peut profiter aux adversaires de l’occitanisme.

L’auteur des calomnies envers Jean-François Blanc et Éric Gonzalè s est
un provençaliste fanatique dont, de son propre aveu, la seule raison
de la présence sur soc.culture.occitan est de « casser de
l’occitaniste », tous les occitanistes étant accusés de « nazis me » à
cause de l’attitude d’Alibert pendant la guerre ! Il utilise divers
pseudonymes (« Bèstio del Giboudan », « Kwy = refilh de collabo », «
Judex », « Beowulf »… ou encore celui de « Elifodep el Sélazn og »,
calomniant ainsi jusque dans son pseudonyme).

Cet individu reste anonyme et c’est ce qui lui permet d’insulter et d e
diffamer. C’est également un malade mental qui a fini par prendre ses
mensonges pour des réalités et « pète un câble » chaque fois qu’on lui
démontre qu’il a tort, se lançant alors à publier des dizaines et des
dizaines de messages diffamants pour celui qui le lui a démontré.

Depuis des années, il publie, au mépris de toute Netiquette, l’adre sse
postale de Jean-François Blanc sur soc.culture.occitan, ce qui
constitue manifestement une atteinte à la vie privée, mais il ne
publiait pas celle d’Éric Gonzalès. Depuis quelques semaines, il s ’est
également mis à publier celle-ci, alors qu’Éric Gonzalès n’es t pas sur
l’annuaire.

Comment s’est-il procuré cette adresse ? Au début de l’année, Éric
Gonzalès a acheté un livre auprès des éditions Aigo Vivo dirigé es par
Yves Gourgaud, un autre provençaliste fanatique. Le calomniateur
anonyme, qui est proche d’Yves Gourgaud – celui-ci intervient souvent
sur son blog Mistralenc –, ne peut s’être procuré l’adresse d ’Éric
Gonzalès que par Yves Gourgaud. J’accuse donc solennellement Yves
Gourgaud d’être complice des messages diffamants postés
quotidiennement par le calomniateur anonyme d’Usenet.

J’accuse également Serge Goudard, militant provençaliste de Bouzigu es
dans l’Hérault, d’être complice de cette campagne par sa passivit é
puisqu’il ne fait rien pour faire cesser ce torrent de calomnies alors
qu’il intervient sur les mêmes blogs (Info d’Oc, Mistralenc, Marsya s2
dont il est propriétaire) que le calomniateur anonyme.

J’accuse enfin Alain Broc (qui lui a bien été révoqué de l’ Éducation
Nationale), qui a eu cet aveu sur soc.culture.occitan : « Nous vous
l’[le calomniateur anonyme] avons envoyé », de complicité puisque lui
aussi ne fait rien pour faire cesser cette situation et ferme les yeux
lors de ses interventions sur soc.culture.occitan.

Cette campagne de diffamation anonyme nous montre à quels coups bas
sont prêts certains provençalistes pour nuire à des gens connus (un
écrivain et un militant connu à l’I.E.O. Paris et sur Wikipedia) da ns
ce qu’il est convenu d’appeler l’« occitanisme » : il n’ont p as de
morale, ils sont prêts à utiliser des méthodes dignes de la presse
d’extrême-droite de l’Entre-deux-guerres. Car il s’agit bien, en
vérité, d’une campagne politique, de basse politique, et pas d’un e
simple guéguerre de forum.

C’est pourquoi nous avons décidé de diffuser ce texte le plus
largement possible : afin de répondre sur Internet à des propos
publiés sur Internet.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme