Essais de stacking

Le
Jacques Dassié
Bonjour, mes petits camarades,

Suite à mon premier essai de stacking, assez minable, je viens de
reprendre les essais, mais toujours en MAP manuelle et Photoshop.

http://www.cijoint.fr/cj201110/cijry1v7R2.jpg Stacking avant
http://www.cijoint.fr/cj201110/cijkI7yfnN.jpg Stacking terminé

Ça parle déjà un peu mieux. J'attends mon plateau micrométrique pour
faire d'autres essais, selon les règles de l'art. Donc, à suivre.

[HS] Pour les seuls entomochoses : on trouve actuellement en
Poitou-Charentes, quantité de frelons asiatiques (vespa velutina), morts
ou en train de crever, auxquels il manque le tiers final de l'abdomen
Quelqu'un aurait-il une explication ?
Je n'ose pas évoquer des luttes intestines Bon, ça va, je sors !

--
Jacques DASSIÉ
http://archaero.com/
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 6
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #23922751
Le 31/10/11 15:40, Jacques Dassié a écrit :
Bonjour, mes petits camarades,

Suite à mon premier essai de stacking, assez minable, je viens de
reprendre les essais, mais toujours en MAP manuelle et Photoshop.

http://www.cijoint.fr/cj201110/cijry1v7R2.jpg Stacking avant
http://www.cijoint.fr/cj201110/cijkI7yfnN.jpg Stacking terminé


C'est l'idée, mais tu as quand même beaucoup de flou, il faudrait plus
d'images.

Ça parle déjà un peu mieux. J'attends mon plateau micrométrique pour
faire d'autres essais, selon les règles de l'art. Donc, à suivre.

[HS] Pour les seuls entomochoses : on trouve actuellement en
Poitou-Charentes, quantité de frelons asiatiques (vespa velutina), morts
ou en train de crever, auxquels il manque le tiers final de l'abdomen...
Quelqu'un aurait-il une explication ?


Aucune mais j'ai assisté un jour, assez horrifiée, au spectacle d'une
énorme libellule mâchant une guêpe vivante, en la dévorant par l'abdomen
comme si c'était le croûton.
Tu es bien placé pour connaître des entomologistes, pour savoir le fin
mot de l'histoire !
J'ai regardé dans mon jardin, on trouve encore des coccinelles, bien
engourdies mais en vie.

Noëlle Adam
Ghost-Rider
Le #23922841
Le 31/10/2011 15:40, Jacques Dassié a écrit :

Bonjour, mes petits camarades,



Bonjour Monsieur Dassié,

Suite à mon premier essai de stacking, assez minable, je viens de
reprendre les essais, mais toujours en MAP manuelle et Photoshop.

http://www.cijoint.fr/cj201110/cijry1v7R2.jpg Stacking avant
http://www.cijoint.fr/cj201110/cijkI7yfnN.jpg Stacking terminé



C'est pas mal du tout. C'est même très réussi.

Ça parle déjà un peu mieux. J'attends mon plateau micrométrique pour
faire d'autres essais, selon les règles de l'art. Donc, à suivre.

[HS] Pour les seuls entomochoses : on trouve actuellement en
Poitou-Charentes, quantité de frelons asiatiques (vespa velutina), morts
ou en train de crever, auxquels il manque le tiers final de l'abdomen...
Quelqu'un aurait-il une explication ?
Je n'ose pas évoquer des luttes intestines... Bon, ça va, je sors !



Ah bon ? Le tiers final de l'abdomen ? Bizarre.
Une maladie ? Un parasite ? Les hyménoptères en transportent souvent.

Ici dans la région parisienne, tous les insectes ou presque ont disparu.
Je vais avoir plusieurs mois pour trier mes photos.

--
Ghost Rider
MELMOTH
Le #23923141
Ce cher mammifère du nom de Jacques Dassié nous susurrait, le lundi
31/10/2011, dans nos oreilles grandes ouvertes mais un peu sales tout
de même, et dans le message
suivants :

[HS] Pour les seuls entomochoses : on trouve actuellement en
Poitou-Charentes, quantité de frelons asiatiques (vespa velutina),
morts ou en train de crever, auxquels il manque le tiers final de
l'abdomen...
Quelqu'un aurait-il une explication ?



Très probablement une épidémie de *fièvre aphteuse*...

--
Car avec beaucoup de science, il y a beaucoup de chagrin ; et celui qui
accroît sa science accroît sa douleur.
[Ecclésiaste, 1-18]
MELMOTH - souffrant
Bour-Brown
Le #23923491
Jacques Dassié a écrit
( )

J'attends mon plateau micrométrique pour faire d'autres essais



Le seul problème, il faut un bon recouvrement. Ne pas hésiter à en prendre
plusieurs dizaines pour un seul résultat, de toute façon ce sont les
logiciels qui moulinent, pas nous.

Perso, je me suis fait piéger une paire de fois par la mise au point en
butée : si on commence par le point le plus proche en étant déjà au milieu
de la plage de mise au point, on va se retrouver en fin de plage avant la
moitié de la cible...

Ce qu'il y a de bien, c'est que ça marche pas seulement pour la macro.

Allez, ma coccinelle à moi, posée derrière un vide-poche représentant une
souris en train de grignoter quelques épis :
http://cjoint.com/11oc/AJFtyh2Degy_...llon_1.jpg

Bon, la profondeur de champ n'est pas très grande. Une quinzaine de prises :
http://cjoint.com/11oc/AJFtyXN2LvN_...erie_1.jpg
(en manuel, je tourne simplement la bague d'un petit angle, toujours le
même)

Et ça donne ?
http://cjoint.com/11oc/AJFtAvWqyGx_...elle_1.jpg

Même chose avec avec la coccinelle seule :
http://cjoint.com/11oc/AJFtBu242vc_...erie_2.jpg

ce qui donne :
http://cjoint.com/11oc/AJFtGKuUr3r_...elle_2.jpg

Tu vas voir, tu vas t'amuser, c'est cool.
Jacques DASSIE
Le #23924711
On Mon, 31 Oct 2011 19:43:18 +0100, "Bour-Brown" wrote:

Le seul problème, il faut un bon recouvrement. Ne pas hésiter à en prendre
plusieurs dizaines pour un seul résultat, de toute façon ce sont les
logiciels qui moulinent, pas nous.



Bien entendu, c'est comme cela que je fais.

Mais tu n'as pas précisé avec quel logiciel tu as opéré.
Ni a quel diaphragme ? (moi, j'avais volontairement choisi une grande
ouverture). Cela pourrait en intéresser quelques uns.


Perso, je me suis fait piéger une paire de fois par la mise au point en
butée : si on commence par le point le plus proche en étant déjà au milieu
de la plage de mise au point, on va se retrouver en fin de plage avant la
moitié de la cible...


Pas de problème à prévoir, le Manfrotto 454 choisi a une course très
importante, 6 cm.

Ce qu'il y a de bien, c'est que ça marche pas seulement pour la macro.



En théorie, il n'y aucun empêchement. Mais je n'ai jamais eu
l'occasion d'essayer.

Même chose avec avec la coccinelle seule :
http://cjoint.com/11oc/AJFtGKuUr3r_...elle_2.jpg



Ça, c'est excellent, il ne te reste plus qu'à faire la même chose sur
un véritable insecte... Non ! Je n'ai pas dit vivant !

Une vieille idée pour cette histoire de profondeur de champ :
- illuminer le sujet par un balayage laser ponctuel.
- recueillir l'énergie globale réflêchie (de façon synchrone)
- la coder et redistribuer en mémoire, de façon toujours synchrone
- les n cellules mémoire de chaque point-image correspondent à chaque
pixel d'affichage, ce qui devrait éliminer ipso-facto la
défocalisation de l'énergie réfléchie, selon sa position.

Ah, si j'avais encore accès au laboratoire de photomicrographie de
Thalès...

"On n'est pas hors-charte du numérique, dis, monsieur le censeur de
service ? " (Ça, c'est pas pour toi (:o|)
Bour-Brown
Le #23925051
Jacques DASSIE a écrit
( )

Mais tu n'as pas précisé avec quel logiciel tu as opéré.



Au début, j'ai essayé avec Photoshop CS4, avec les mêmes fonctions que tu
utilises.

Ce qui est bien, c'est que même si les images ne sont pas superposables
(chez moi le grossissement varie avec la mise au point et le déclenchement
déplace l'appareil de quelques pixels entre les prises), CS4 est capable de
les pivoter, de les zoomer et de les déplacer pour aligner tout ça.

Ce qui est moins bien, c'est qu'il patauge sur certaines zones, et qu'il a
du mal avec de gros empilements.

Je me suis donc tourné vers un logiciel spécialisé pas trop cher (et gratuit
pendant un mois), Zerene Stacker, qui est efficace avec des empilements
énormes, et vraiment simple dans l'utilisation : glisser / déposer les
fichiers, choisir empiler, sauver l'image obtenue.

On peut trouver des images sur leur site :
http://www.zerenesystems.com/stacke...allery.php

et aussi des explications (en anglais ) :
http://www.zerenesystems.com/cms/st...utorial001
http://www.zerenesystems.com/cms/st...utorial002
http://www.zerenesystems.com/cms/st...utorial003

Trop excellent.

Pour les passionnés comme toi (moi je resterai toujours un dilettante) il y
en a qui ont testé différentes choses avec des insectes :
http://www.insecte.org/forum/viewto...d4e91f961e

(lien court : http://is.gd/6XUzyp )
Bour-Brown
Le #23925041
Jacques DASSIE a écrit
( )

à quel diaphragme ?



Pour ne pas empiler trop d'images, F8 pour le vide-poche et F11 pour le gros
plan sur la coccinelle.


(moi, j'avais volontairement choisi une grande ouverture).



Pour les essais, c'est ce qu'il faut faire, cela permet de tester vu qu'en
macro avec un très fort grossissement, la profondeur de champ devient
vraiment minuscule.


Pas de problème à prévoir, le Manfrotto 454 choisi a une course très
importante, 6 cm.



Ah oui, très bien.

En plus tu vas pouvoir installer ça au jardin et t'amuser avec tout ce qui
est plus ou moins immobile.


Mais je n'ai jamais eu l'occasion d'essayer.



On peut le faire sur une scène quelconque, mais c'est comme tu dis, en
théorie seulement.

Dès qu'il y a des reliefs importants, on commence à avoir des problèmes,
parce que les zones défocalisées du premier plan affecteront les zones plus
en arrière, et cela quoi qu'on fasse.
Bour-Brown
Le #23925271
Jacques DASSIE a écrit
( )

Une vieille idée pour cette histoire de profondeur de champ :
- illuminer le sujet par un balayage laser ponctuel.



Ok, alors un truc qui devrait te plaire, la macro à balayage.

L'idée, c'était d'éclairer la cible par une lame de lumière, tout le reste
étant dans le noir, et appareil en longue pose, déplacer la cible de telle
façon que tout ait été éclairé à la fin de l'expo.

Exemples :
http://sebaw.online.fr/fr/technique.htm
http://sebaw.online.fr/fr/galerie.htm

http://kazilek.com/pages/gallery3.htm

http://mapage.noos.fr/comiti/index.html

etc.

On notera qu'à l'époque les programmes permettant de faire les choses
beaucoup plus simplement n'existaient pas encore...

(dix ans seulement)
Charles Vassallo
Le #23925321
Jacques DASSIE a écrit :


Une vieille idée pour cette histoire de profondeur de champ :
- illuminer le sujet par un balayage laser ponctuel.
- recueillir l'énergie globale réflêchie (de façon synchrone)
- la coder et redistribuer en mémoire, de façon toujours synchrone
- les n cellules mémoire de chaque point-image correspondent à chaque
pixel d'affichage, ce qui devrait éliminer ipso-facto la
défocalisation de l'énergie réfléchie, selon sa position.

Ah, si j'avais encore accès au laboratoire de photomicrographie de
Thalès...

"On n'est pas hors-charte du numérique, dis, monsieur le censeur de
service ? " (Ça, c'est pas pour toi (:o|)



Bien sûr qu'on est en charte. Même qu'on appellerait ça la macroscopie
(ou proxy-photographie) à balayage.

Charles
Charles Vassallo
Le #23925701
Bour-Brown a écrit :

Au début, j'ai essayé avec Photoshop CS4, avec les mêmes fonctions que tu
utilises.

Ce qui est bien, c'est que même si les images ne sont pas superposables
(chez moi le grossissement varie avec la mise au point et le déclenchement
déplace l'appareil de quelques pixels entre les prises), CS4 est capable de
les pivoter, de les zoomer et de les déplacer pour aligner tout ça.

Ce qui est moins bien, c'est qu'il patauge sur certaines zones, et qu'il a
du mal avec de gros empilements.




Moi aussi, je peux jouer ?

Sans attendre la réponse, avec CS5 et 13 poses (en jouant sur la bague
de focus d'un objectif manuel)

une des poses : http://cjoint.com/11nv/AKbmFhBOWAB_partiel.jpg
la totale : http://cjoint.com/11nv/AKbmGr2tltR_empilage.jpg

Encourageant, je trouve. Bien sûr à l'abri du vent.

Charles
Publicité
Poster une réponse
Anonyme