FACE à la CRISE MONDIALE, POSITION du POI (France) du 29/09/2008 :

Le
wen.kroy
FACE à la CRISE MONDIALE, POSITION du POI (France) :
Pour information, les aristoloches et autres thuriféraire de l’exploitation de
l’homme par l’homme, ne sont pas obligés de lire ce « post » :
************************************************************************************************
Dans « Informations ouvrières » n° 16 du 02 au 08 Octobre 2008, on peut lire :

FACE à la CRISE MONDIALE, la POSITION du POI (France), dans
une déclaration des Secrétaires Nationaux du Parti Ouvrier Indépendant :

Ce 29 septembre restera un jour noir pour les travailleurs du monde entier.
Effondrement des Bourses : En quelques mois, la Bourse de Paris a perdu
40 % de sa valeur.
De grandes institutions bancaires, comme Fortis ou DEXIA, sont déclarées en
faillite et sauvées « de justesse » par le rachat par les gouvernements
nationaux.
Plus d'un an après l'éclatement de la crise dite des « subprimes », la crise
ne fait que s'approfondir.

Travailleurs, n'accordez aucune confiance aux analyses et commentaires des
représentants du gouvernement et à leurs soutiens qui vous disent que les choses
vont s'améliorer :

C'est l’INVERSE !

N'accordez aucune confiance à ceux qui vous appellent à forger une « Union Sacrée
Européenne », comme le fait le journal capitaliste « Les Echos », ne leur accordez
aucune confiance, car une telle « union sacrée » ne vise qu'à intégrer les organisations
ouvrières aux politiques anti-ouvrières de l'État et de l'UE (Union Européenne).

Le POI (Parti Ouvrier Indépendant) l’affirme sur la base des faits :
Contrairement aux déclarations des uns et des autres, cette crise ne résulte ni des
« excès » de déréglementation, ni des « erreurs », des imprudences, des négligences.
Cette crise découle du fonctionnement même du système capitaliste fondé sur la
propriété privée des moyens de production.
- Un système qui considère comme légitime et normal que des milliards et des milliards
s'accumulent à un pôle de la société, tandis que pauvreté et misère s'étendent à l'immense
majorité de la population.
- Un système où il est légitime et normal que la classe capitaliste cherche par tous les
moyens à mettre en valeur son capital, y compris les moyens des guerres, de la
décomposition sociale, de l'endettement forcé des secteurs les plus pauvres de la
population.
- C'est ce SYSTÈME qui fait faillite.
La crise est la crise du CAPITALISME lui-même !

A nos yeux, cela confirme que nous avons eu raison, voilà quatre mois, de fonder un Parti
Ouvrier Indépendant qui inscrit son action dans « le combat historique pour le socialisme »,
afin « d'en finir avec le régime d'exploitation et d'oppression, d'abolir le patronat et le
salariat, d'établir une société de justice et d'égalité, fondée sur la SOCIALISATION des
moyens de production et d'échanges ».

La crise est telle que la classe capitaliste se déchire elle-même sur les moyens d'y
faire face.

Aux États-unis, ce 29 septembre, le plan Paulson a été rejeté par la majorité du Congrès.
Mais, même en crise, les capitalistes sont d'accord entre eux pour frapper durement les
travailleurs et la jeunesse.
En une seule journée, ce 29 septembre, la Banque centrale européenne (BCE) a sorti de
ses coffres-forts 120 milliards d'euros pour « injecter des liquidités sur les marchés ».
Autrement dit, pour permettre aux banquiers et aux spéculateurs de disposer de sommes
gigantesques pour continuer à spéculer.
Au total, entre le 15 et le 30 septembre, la BCE a sorti 914 milliards d'euros de ses caisses,
à la demande de la FED (Banque des USA).
À cela s'ajoute, pour des dizaines de milliards d'euros, le rachat des banques faillies par les
États nationaux.

Où cela va-t-il s'arrêter ?

914 milliards d'euros sortis :
Quand les spéculateurs sont en danger, la BCE n'hésitent pas.
Mais que fait la même BCE quand la catastrophe frappe les travailleurs et leurs familles,
à Arcelor, à Renault, Alsthom, dans l'agriculture, quand les charrettes de licenciements
liquident les industries entières ?
- Elle interdit aux gouvernements nationaux (qui l'acceptent) de prendre quelque mesure
que ce soit.
- Elle interdit de nationaliser ou d'investir dans les industries, car -traité de Maastricht oblige-
il faut respecter la « concurrence libre et non faussée ».

914 milliards d'euros sortis :
-Pour les alimenter, il faut liquider notre Sécurité sociale, privatiser les services publics,
supprimer des dizaines de milliers d'emplois dans l'enseignement, les hôpitaux, etc.

N'est-ce pas là la véritable nature de la BCE et de l'Union Européenne, simples instruments
de la classe capitaliste et des spéculateurs, simples relais des exigences de Wall Street ?

Comment comprendre dans ces conditions que des dirigeants des organisations qui
"affirment parler au nom des travailleurs et de la démocratie" ne soient pas unis pour
faire prévaloir les solutions d'urgence permettant de sauver le peuple travailleur ?
Comment comprendre le soutien constant apporté par les dirigeants du Parti socialiste
à cette Union européenne et à ses institutions ?
Comment comprendre les déclarations qui se multiplient, du côté du gouvernement comme
du côté de « l'opposition », sur les conditions d'une « Unité Nationale » ?

Mais qu'est-ce que l'« Unité Nationale » ?

Sur injonction de l'Union Européenne, le gouvernement prépare un budget meurtrier pour la
classe ouvrière, menace les retraites et la Sécurité sociale, il annonce la disparition des
départements et le regroupement forcé des communes.
Et avant même les effets de la crise actuelle, le chômage atteint un niveau record au mois
d'août 2008.
Et les charrettes de licenciements se multiplient.
L'« unité nationale », « l'union sacrée européenne », cela veut dire l'ordre corporatiste, où
toutes les organisations sont intégrées à cette politique.

Qui peut l'accepter ?

914 milliards d'euros sortis par la BCE sur ordre de Wall Street ?
- Et pour privatiser La Poste, le gouvernement installe une commission pour « préparer
les conditions de l'ouverture à la concurrence pour le 01 janvier 2011 ».
Comment comprendre que des représentants d’organisations syndicales ouvrières
participent à une telle commission ?
914 milliards d'euros et le gouvernement prétend « économiser » sur les heures de cours
des lycéens, remettant en cause à cette occasion le baccalauréat comme diplôme national
et préparant des dizaines de milliers de suppressions d'emplois d'enseignants, de médecins,
de chercheur etc. !
Mais comment comprendre que la principale organisation syndicale enseignante accepte
de participer à de prétendues discussions sur cette réforme du baccalauréat permettant
au gouvernement de mettre en œuvre sa « contre-réforme » ?

La situation est d'une extrême gravité.
Le gouvernement se veut rassurant.
La réalité, c'est qu'une menace terrible pèse sur le pays.
Chacun le comprend : On ne pourra s'en sortir avec un gouvernement qui n'a de
cesse de vouloir intégrer les organisations à une « union sacrée » chargée de mettre
en œuvre tous les diktats de l'Union européenne.
Chacun le comprend, l'indépendance du mouvement ouvrier est la question centrale.

Le Parti ouvrier indépendant (POI) appelle à lutter contre l'instauration de l'« Union
Sacrée » et pour l'indépendance du mouvement ouvrier et pour la démocratie.
Le Parti ouvrier indépendant (POI) appelle à ouvrir la plus large discussion permettant
aux travailleurs de toutes tendances de surmonter les obstacles auxquels la lutte de
classe est confrontée et de chercher ensemble les solutions pour la réalisation de
l'unité des travailleurs et des organisations sur leurs revendications.
Tel est le sens de la Conférence pour l'Unité que le POI (Parti Ouvrier Indépendant)
appelle toutes et tous à préparer.
Face aux gouvernements soumis aux banquiers, aux spéculateurs et aux diktats de
l'Union Européenne, le POI appelle à lutter pour un gouvernement qui gouverne pour
le TRAVAIL et pas pour le CAPITAL :

• Un gouvernement qui confisquerait purement et simplement les avoirs des banques
et institutions de crédit faillies, sans la moindre indemnité ni rachat.

• Un gouvernement qui abrogerait toutes les dispositions d'exonération de la Sécurité
Sociale et contraindrait les patrons à rendre les 230 milliards d'euros d'exonérations
dont ils ont indûment bénéficié, rétablissant la Sécurité sociale de 1945 dans ses
principes fondateurs.

• Un gouvernement qui décréterait l'augmentation générale des salaires et des pensions.

• Un gouvernement qui renationaliserait immédiatement EDF-GDF, la SNCF, La Poste,
et les rétablirait en monopole public, bloquerait les privatisations, interdirait le démantèlement
des grandes industries, renationaliserait Renault, Airbus, etc.

• Un gouvernement qui mettrait un terme immédiat aux interventions étrangères sous
l'égide de l'OTAN/ONU, c'est-à-dire de Washington, et retirerait les troupes françaises
d'Afghanistan,
affectant les milliards de l'intervention à l'école, la santé, etc.

Pour qu'un gouvernement agisse ainsi, il lui faudra se libérer des chaînes de la BCE
(Banque Centrale Européenne) et de l'Union Européenne.
C'est pourquoi le Parti ouvrier indépendant (POI) se prononce pour l'élection d'une
Assemblée Populaire Nationale Constituante Souveraine donnant à un tel gouvernement
les moyens de sa souveraineté.

On peut partager ou non les positions du POI
Mais qu'on les partage ou pas, est-il possible d'accepter ce qui se passe ?
Est-il possible, pour qui veut défendre les intérêts de la classe ouvrière, de continuer
à participer aux tables rondes, positions communes, points de convergence et autres
commissions « Ailleret », qui permettent au gouvernement de poursuivre son œuvre
destructrice ?
Est-il possible de s'intégrer à l'« Union Sacrée Européenne » ?
Ou bien, au contraire, n’est-il par urgent de rompre avec tout cela ?
Il n'est plus d'actualité de dire que la catastrophe menace : Elle arrive droit sur nous !
L'unité des rangs ouvriers et des organisations doit se sceller au plus vite pour y faire
face.
Il faut pour cela, répétons-le, rompre avec toute forme d'« unité nationale sous l'égide
de l'Union Européenne ».

Les 4 et 5 octobre se réunira, pour la première fois depuis la fondation du POI (Parti
Ouvrier Indépendant), le Conseil Fédéral National (CFN) du POI.
Le CFN du POI (Parti Ouvrier Indépendant) est l'instance la plus élevée entre deux
congrès, rassemblant tous les représentants des comités départementaux, ainsi que
les membres du Bureau National.
Nous soumettrons à ce Conseil Fédéral National (CFN) des propositions pour un
"programme d'urgence" et de "défense de la classe ouvrière et de la jeunesse", pour
"l'indépendance du mouvement ouvrier et de la démocratie".
--
Le 30 septembre 2008, les secrétaires nationaux du Parti ouvrier indépendant (POI) :
Claude Jenet, Gérard Schivardi, Jean Markun, Daniel Gluckstein.
************************************************************************************************
N’en déplaise à ceux qui sont les chefs de file de la participation/collaboration
avec le Capitalisme « pour un capitalisme encadré » avec l’UE, l’OTAN,
l’impérialisme et sa barbarie, qui est la forme prise par le capitalisme pourrissant :
C'est à dire « la réaction sur toute la ligne ».
N’en déplaise à tous ceux qui vivent avec « l’horizon indépassable de ce
Système d’Exploitation de l'Homme par l'Homme dont le seul avenir possible
est toujours plus de barbarie et de centaines de millions de morts » : Par la
guerre, la contre révolution, la malnutrition, la privatisation de la Santé,
les assassinats politiques, la légalisation de la torture, les mensonges
d’État, la falsification érigée en principe, le prétendu « droit d’ingérence »
la fabrication de fausses preuves, la provocation (exemple le 11 septembre
2001), le racisme, l’anticommunisme, la « guerre sans fin de BUSH », ses
millions de morts, ses dizaines de millions de blessés (sans compter si l’on
remonte à l’ONU (Organisation des Nations Unies) ses centaines de millions
de victimes dans des centaines de guerres et l’appauvrissement mondial, etc.
--
On trouvera toutes les informations concernant le POI sur
son site (provisoire) :
www.conventionouvriereetsocialiste.com

On peut adhérer ou entrer en contact avec le POI en
écrivant à :
POI, COPO,
87 rue du Faubourg-Saint-Denis,
75010 Paris.

Le POI est membre de l’EITP (Entente Internationale des
Travailleurs et des Peuples) et de l’Alliance Européenne
des Travailleurs (AET) qui luttent contre la « guerre/exploitation »
et disent que ça n’est pas inéluctable.
Site de l’EITP :
http://www.eit-ilc.org/fr/index.php

On peut s’abonner à «Informations Ouvrières» en écrivant à :
« Informations Ouvrières » ;
Service abonnements,
87 rue du Faubourg-Saint-Denis,
75010 Paris.

Abonnement promotionnel de 12 numéros pour 10 euros.
Libellez vos chèques à l’ordre du journal.
Site de « Informations Ouvrières » :
http://perso.orange.fr/pt.bagnolet/cariboost1/crbst_0.html

« Stop à la dictature de l’UE/OTAN/ONU/FMI/USA ! »
Reconquête de la démocratie !
Salutations socialistes, républicaines et démocratiques :
wen.kroy@wanadoo.fr
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Ahmed Ouahi, Architect
Le #17426281
En premier lieu, il ne faudrait aucunement s'empêcher de savoir, que l'homme
n'a jamais été exploité, que par des régimes qui se faufilent sous une
idéologie moribonde, facteur temps en perspective, et qui laisse cette
idéologie se battre avec elle-même, se créant de plus en plus de
nominations, tant que franc-maçonnerie, communisme et socialisme et même en
prenant juste le mot social, ne serait-ce, que pour le composer avec
d'autres mots, qui puissent aveugler encore plus les masses, et tout cela,
bien entendu sous couvert d'un état policier, pour encore plus de terreur à
ces masses, en payant les uns d'entre eux, qui puissent propager encore plus
l'idéologie de façon à ce que ça puisse détruire encore plus...

D'autant plus, voilà pourquoi, quand les états unis, qui ont toujours marché
sur ces phénomènes, franc-maçonnerie, communisme et socialisme qui font
mieux circuler l'idéologie et la peur, ont toujours fait croire à la masse
le contraire, comme quoi, ils sont contre, ce qui leur donnait toujours
l'occasion de sursauter sur autrui, comptant justement sur cette masse
tellement manipulée en crevant de peur...

Néanmoins, ce qui leur avait fait réveiller un évévenement strictement
événementiel, qui n'a jamais marché, quoique cela porte un nom en tant que
crise, et même avec leur cooperation avec londre et le vatican, ce qui ne
fait, que tous les trois, ne font qu'aveugler encore plus les masses, avec
plus de désinformations, ne serait-ce, que pour les éloigner d'avantage du
sujet initial, et pour se faire encore plus d'argent et selon leurs
guises...

En effet, cela avait toujours marché, bien entendu, avec l'aide de l'armée,
qui semble vouloir se changer de registre en s'accrochant encore plus à la
pharmacologie industrielle, sachant toutes fois, que les pouvoirs de
l'idéologie, quelque soit-elle, commencèrent à se disperser aux quatres
vents, et cela depuis longtemps, ce qui fait la banque et la bourse prennent
le relais habituel et continuent à jouer toujours autant de spéculations,
pour en faire plus de spectacle...

Néanmoins, ce qui n'est aucunement nouveau pour ces derniers, sachant qu'ils
ont toujours procéder ainsi, en y rajoutant un brain de panique aux masses,
ce qui fait les masses médias sursauter sur l'occasion, ne serait-ce, que
pour se faire encore plus d'argent, puisque les masses aiment bien,
poursuivre tout ce qui touche de près ou de loin, surtout leur poches, même
si ces poches, sont d'ores et déjà vides surtout par l'agissement pervers de
toute idéologie, qui a toujours été que pour éloigner les masses, de tout ce
qui pourrait leur faire de l'argent, puisque tout cela, n'a jamais été que
question d'argent, eh ben oui, l'argent, fin de citation!

--
Ahmed Ouahi, Architect
Bonjour!


"wen.kroy" viestissä:48e894bf$0$857$
FACE à la CRISE MONDIALE, POSITION du POI (France) :
Pour information, les aristoloches et autres thuriféraire de
l'exploitation de
l'homme par l'homme, ne sont pas obligés de lire ce « post » :
************************************************************************************************
Dans « Informations ouvrières » n° 16 du 02 au 08 Octobre 2008, on peut
lire :

FACE à la CRISE MONDIALE, la POSITION du POI (France), dans
une déclaration des Secrétaires Nationaux du Parti Ouvrier Indépendant :

Ce 29 septembre restera un jour noir pour les travailleurs du monde
entier.
Effondrement des Bourses : En quelques mois, la Bourse de Paris a perdu
40 % de sa valeur.
De grandes institutions bancaires, comme Fortis ou DEXIA, sont déclarées
en
faillite et sauvées « de justesse » par le rachat par les gouvernements
nationaux.
Plus d'un an après l'éclatement de la crise dite des « subprimes », la
crise
ne fait que s'approfondir.

Travailleurs, n'accordez aucune confiance aux analyses et commentaires des
représentants du gouvernement et à leurs soutiens qui vous disent que les
choses
vont s'améliorer :

C'est l'INVERSE !

N'accordez aucune confiance à ceux qui vous appellent à forger une « Union
Sacrée
Européenne », comme le fait le journal capitaliste « Les Echos », ne leur
accordez
aucune confiance, car une telle « union sacrée » ne vise qu'à intégrer les
organisations
ouvrières aux politiques anti-ouvrières de l'État et de l'UE (Union
Européenne).

Le POI (Parti Ouvrier Indépendant) l'affirme sur la base des faits :
Contrairement aux déclarations des uns et des autres, cette crise ne
résulte ni des
« excès » de déréglementation, ni des « erreurs », des imprudences, des
négligences.
Cette crise découle du fonctionnement même du système capitaliste fondé
sur la
propriété privée des moyens de production.
- Un système qui considère comme légitime et normal que des milliards et
des milliards
s'accumulent à un pôle de la société, tandis que pauvreté et misère
s'étendent à l'immense
majorité de la population.
- Un système où il est légitime et normal que la classe capitaliste
cherche par tous les
moyens à mettre en valeur son capital, y compris les moyens des guerres,
de la
décomposition sociale, de l'endettement forcé des secteurs les plus
pauvres de la
population.
- C'est ce SYSTÈME qui fait faillite.
La crise est la crise du CAPITALISME lui-même !

A nos yeux, cela confirme que nous avons eu raison, voilà quatre mois, de
fonder un Parti
Ouvrier Indépendant qui inscrit son action dans « le combat historique
pour le socialisme »,
afin « d'en finir avec le régime d'exploitation et d'oppression, d'abolir
le patronat et le
salariat, d'établir une société de justice et d'égalité, fondée sur la
SOCIALISATION des
moyens de production et d'échanges ».

La crise est telle que la classe capitaliste se déchire elle-même sur les
moyens d'y
faire face.

Aux États-unis, ce 29 septembre, le plan Paulson a été rejeté par la
majorité du Congrès.
Mais, même en crise, les capitalistes sont d'accord entre eux pour frapper
durement les
travailleurs et la jeunesse.
En une seule journée, ce 29 septembre, la Banque centrale européenne (BCE)
a sorti de
ses coffres-forts 120 milliards d'euros pour « injecter des liquidités sur
les marchés ».
Autrement dit, pour permettre aux banquiers et aux spéculateurs de
disposer de sommes
gigantesques pour continuer à spéculer.
Au total, entre le 15 et le 30 septembre, la BCE a sorti 914 milliards
d'euros de ses caisses,
à la demande de la FED (Banque des USA).
À cela s'ajoute, pour des dizaines de milliards d'euros, le rachat des
banques faillies par les
États nationaux.

Où cela va-t-il s'arrêter ?

914 milliards d'euros sortis :
Quand les spéculateurs sont en danger, la BCE n'hésitent pas.
Mais que fait la même BCE quand la catastrophe frappe les travailleurs et
leurs familles,
à Arcelor, à Renault, Alsthom, dans l'agriculture, quand les charrettes de
licenciements
liquident les industries entières ?
- Elle interdit aux gouvernements nationaux (qui l'acceptent) de prendre
quelque mesure
que ce soit.
- Elle interdit de nationaliser ou d'investir dans les industries,
car -traité de Maastricht oblige-
il faut respecter la « concurrence libre et non faussée ».

914 milliards d'euros sortis :
-Pour les alimenter, il faut liquider notre Sécurité sociale, privatiser
les services publics,
supprimer des dizaines de milliers d'emplois dans l'enseignement, les
hôpitaux, etc.

N'est-ce pas là la véritable nature de la BCE et de l'Union Européenne,
simples instruments
de la classe capitaliste et des spéculateurs, simples relais des exigences
de Wall Street ?

Comment comprendre dans ces conditions que des dirigeants des
organisations qui
"affirment parler au nom des travailleurs et de la démocratie" ne soient
pas unis pour
faire prévaloir les solutions d'urgence permettant de sauver le peuple
travailleur ?
Comment comprendre le soutien constant apporté par les dirigeants du Parti
socialiste
à cette Union européenne et à ses institutions ?
Comment comprendre les déclarations qui se multiplient, du côté du
gouvernement comme
du côté de « l'opposition », sur les conditions d'une « Unité Nationale »
?

Mais qu'est-ce que l'« Unité Nationale » ?

Sur injonction de l'Union Européenne, le gouvernement prépare un budget
meurtrier pour la
classe ouvrière, menace les retraites et la Sécurité sociale, il annonce
la disparition des
départements et le regroupement forcé des communes.
Et avant même les effets de la crise actuelle, le chômage atteint un
niveau record au mois
d'août 2008.
Et les charrettes de licenciements se multiplient.
L'« unité nationale », « l'union sacrée européenne », cela veut dire
l'ordre corporatiste, où
toutes les organisations sont intégrées à cette politique.

Qui peut l'accepter ?

914 milliards d'euros sortis par la BCE sur ordre de Wall Street ?
- Et pour privatiser La Poste, le gouvernement installe une commission
pour « préparer
les conditions de l'ouverture à la concurrence pour le 01 janvier 2011 ».
Comment comprendre que des représentants d'organisations syndicales
ouvrières
participent à une telle commission ?
914 milliards d'euros et le gouvernement prétend « économiser » sur les
heures de cours
des lycéens, remettant en cause à cette occasion le baccalauréat comme
diplôme national
et préparant des dizaines de milliers de suppressions d'emplois
d'enseignants, de médecins,
de chercheur etc. !
Mais comment comprendre que la principale organisation syndicale
enseignante accepte
de participer à de prétendues discussions sur cette réforme du
baccalauréat permettant
au gouvernement de mettre en ouvre sa « contre-réforme » ?

La situation est d'une extrême gravité.
Le gouvernement se veut rassurant.
La réalité, c'est qu'une menace terrible pèse sur le pays.
Chacun le comprend : On ne pourra s'en sortir avec un gouvernement qui n'a
de
cesse de vouloir intégrer les organisations à une « union sacrée » chargée
de mettre
en ouvre tous les diktats de l'Union européenne.
Chacun le comprend, l'indépendance du mouvement ouvrier est la question
centrale.

Le Parti ouvrier indépendant (POI) appelle à lutter contre l'instauration
de l'« Union
Sacrée » et pour l'indépendance du mouvement ouvrier et pour la
démocratie.
Le Parti ouvrier indépendant (POI) appelle à ouvrir la plus large
discussion permettant
aux travailleurs de toutes tendances de surmonter les obstacles auxquels
la lutte de
classe est confrontée et de chercher ensemble les solutions pour la
réalisation de
l'unité des travailleurs et des organisations sur leurs revendications.
Tel est le sens de la Conférence pour l'Unité que le POI (Parti Ouvrier
Indépendant)
appelle toutes et tous à préparer.
Face aux gouvernements soumis aux banquiers, aux spéculateurs et aux
diktats de
l'Union Européenne, le POI appelle à lutter pour un gouvernement qui
gouverne pour
le TRAVAIL et pas pour le CAPITAL :

. Un gouvernement qui confisquerait purement et simplement les avoirs des
banques
et institutions de crédit faillies, sans la moindre indemnité ni rachat.

. Un gouvernement qui abrogerait toutes les dispositions d'exonération de
la Sécurité
Sociale et contraindrait les patrons à rendre les 230 milliards d'euros
d'exonérations
dont ils ont indûment bénéficié, rétablissant la Sécurité sociale de 1945
dans ses
principes fondateurs.

. Un gouvernement qui décréterait l'augmentation générale des salaires et
des pensions.

. Un gouvernement qui renationaliserait immédiatement EDF-GDF, la SNCF, La
Poste,
et les rétablirait en monopole public, bloquerait les privatisations,
interdirait le démantèlement
des grandes industries, renationaliserait Renault, Airbus, etc.

. Un gouvernement qui mettrait un terme immédiat aux interventions
étrangères sous
l'égide de l'OTAN/ONU, c'est-à-dire de Washington, et retirerait les
troupes françaises
d'Afghanistan,
affectant les milliards de l'intervention à l'école, la santé, etc.

Pour qu'un gouvernement agisse ainsi, il lui faudra se libérer des chaînes
de la BCE
(Banque Centrale Européenne) et de l'Union Européenne.
C'est pourquoi le Parti ouvrier indépendant (POI) se prononce pour
l'élection d'une
Assemblée Populaire Nationale Constituante Souveraine donnant à un tel
gouvernement
les moyens de sa souveraineté.

On peut partager ou non les positions du POI...
Mais qu'on les partage ou pas, est-il possible d'accepter ce qui se passe
?
Est-il possible, pour qui veut défendre les intérêts de la classe
ouvrière, de continuer
à participer aux tables rondes, positions communes, points de convergence
et autres
commissions « Ailleret », qui permettent au gouvernement de poursuivre son
ouvre
destructrice ?
Est-il possible de s'intégrer à l'« Union Sacrée Européenne » ?
Ou bien, au contraire, n'est-il par urgent de rompre avec tout cela ?
Il n'est plus d'actualité de dire que la catastrophe menace : Elle arrive
droit sur nous !
L'unité des rangs ouvriers et des organisations doit se sceller au plus
vite pour y faire
face.
Il faut pour cela, répétons-le, rompre avec toute forme d'« unité
nationale sous l'égide
de l'Union Européenne ».

Les 4 et 5 octobre se réunira, pour la première fois depuis la fondation
du POI (Parti
Ouvrier Indépendant), le Conseil Fédéral National (CFN) du POI.
Le CFN du POI (Parti Ouvrier Indépendant) est l'instance la plus élevée
entre deux
congrès, rassemblant tous les représentants des comités départementaux,
ainsi que
les membres du Bureau National.
Nous soumettrons à ce Conseil Fédéral National (CFN) des propositions pour
un
"programme d'urgence" et de "défense de la classe ouvrière et de la
jeunesse", pour
"l'indépendance du mouvement ouvrier et de la démocratie".
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le 30 septembre 2008, les secrétaires nationaux du Parti ouvrier
indépendant (POI) :
Claude Jenet, Gérard Schivardi, Jean Markun, Daniel Gluckstein.
************************************************************************************************
N'en déplaise à ceux qui sont les chefs de file de la
participation/collaboration
avec le Capitalisme « pour un capitalisme encadré » avec l'UE, l'OTAN,
l'impérialisme et sa barbarie, qui est la forme prise par le capitalisme
pourrissant :
C'est à dire « la réaction sur toute la ligne ».
N'en déplaise à tous ceux qui vivent avec « l'horizon indépassable de ce
Système d'Exploitation de l'Homme par l'Homme dont le seul avenir possible
est toujours plus de barbarie et de centaines de millions de morts » : Par
la
guerre, la contre révolution, la malnutrition, la privatisation de la
Santé,
les assassinats politiques, la légalisation de la torture, les mensonges
d'État, la falsification érigée en principe, le prétendu « droit
d'ingérence »
la fabrication de fausses preuves, la provocation (exemple le 11 septembre
2001), le racisme, l'anticommunisme, la « guerre sans fin de BUSH », ses
millions de morts, ses dizaines de millions de blessés (sans compter si
l'on
remonte à l'ONU (Organisation des Nations Unies) ses centaines de millions
de victimes dans des centaines de guerres et l'appauvrissement mondial,
etc.
--------------------------------------------------------------------------------------------------
On trouvera toutes les informations concernant le POI sur
son site (provisoire) :
www.conventionouvriereetsocialiste.com

On peut adhérer ou entrer en contact avec le POI en
écrivant à :
POI, COPO,
87 rue du Faubourg-Saint-Denis,
75010 Paris.

Le POI est membre de l'EITP (Entente Internationale des
Travailleurs et des Peuples) et de l'Alliance Européenne
des Travailleurs (AET) qui luttent contre la « guerre/exploitation »
et disent que ça n'est pas inéluctable.
Site de l'EITP :
http://www.eit-ilc.org/fr/index.php

On peut s'abonner à «Informations Ouvrières» en écrivant à :
« Informations Ouvrières » ;
Service abonnements,
87 rue du Faubourg-Saint-Denis,
75010 Paris.

Abonnement promotionnel de 12 numéros pour 10 euros.
Libellez vos chèques à l'ordre du journal.
Site de « Informations Ouvrières » :
http://perso.orange.fr/pt.bagnolet/cariboost1/crbst_0.html
---------------------------------------------------------------------------------------
« Stop à la dictature de l'UE/OTAN/ONU/FMI/USA ! »
Reconquête de la démocratie !
Salutations socialistes, républicaines et démocratiques :



PAP
Le #17426471
"Ahmed Ouahi, Architect" news: gcaa1u$6jv$




Logorrhée de phrases ultra longues, impossibles à prononcer d'un traite,
avec des virgules qui les hachent partout sauf aux bons endroits...

Mon Dieu, je croyais que l'écrit servait à communiquer... je comprends
qu'ils n'aient aucun électeurs... sauf peut-être ceux qui sont saoulés par
un texte qu'ils n'ont ni compris ni assimilé...

PLONK
Ahmed Ouahi, Architect
Le #17426621
Parles-tu, bien entendu, de ce qui suit, alors, remarque, que c'est très
bien de se faire de la publicité en tant qu'imbécile...

Néanmoins, pour le reste à toi de voir, ne serait-ce, que pour savoir, si
jamais, tu as l'intention d'en demeurer un imbécile, paraît-il, qu'il n'y en
aurait jamais assez, pour faire un monde d'imbéciles...





En premier lieu, il ne faudrait aucunement s'empêcher de savoir, que l'homme
n'a jamais été exploité, que par des régimes qui se faufilent sous une
idéologie moribonde, facteur temps en perspective, et qui laisse cette
idéologie se battre avec elle-même, se créant de plus en plus de
nominations, tant que franc-maçonnerie, communisme et socialisme et même en
prenant juste le mot social, ne serait-ce, que pour le composer avec
d'autres mots, qui puissent aveugler encore plus les masses, et tout cela,
bien entendu sous couvert d'un état policier, pour encore plus de terreur à
ces masses, en payant les uns d'entre eux, qui puissent propager encore plus
l'idéologie de façon à ce que ça puisse détruire encore plus...

D'autant plus, voilà pourquoi, quand les états unis, qui ont toujours marché
sur ces phénomènes, franc-maçonnerie, communisme et socialisme qui font
mieux circuler l'idéologie et la peur, ont toujours fait croire à la masse
le contraire, comme quoi, ils sont contre, ce qui leur donnait toujours
l'occasion de sursauter sur autrui, comptant justement sur cette masse
tellement manipulée en crevant de peur...

Néanmoins, ce qui leur avait fait réveiller un évévenement strictement
événementiel, qui n'a jamais marché, quoique cela porte un nom en tant que
crise, et même avec leur cooperation avec londre et le vatican, ce qui ne
fait, que tous les trois, ne font qu'aveugler encore plus les masses, avec
plus de désinformations, ne serait-ce, que pour les éloigner d'avantage du
sujet initial, et pour se faire encore plus d'argent et selon leurs
guises...

En effet, cela avait toujours marché, bien entendu, avec l'aide de l'armée,
qui semble vouloir se changer de registre en s'accrochant encore plus à la
pharmacologie industrielle, sachant toutes fois, que les pouvoirs de
l'idéologie, quelque soit-elle, commencèrent à se disperser aux quatres
vents, et cela depuis longtemps, ce qui fait la banque et la bourse prennent
le relais habituel et continuent à jouer toujours autant de spéculations,
pour en faire plus de spectacle...

Néanmoins, ce qui n'est aucunement nouveau pour ces derniers, sachant qu'ils
ont toujours procéder ainsi, en y rajoutant un brain de panique aux masses,
ce qui fait les masses médias sursauter sur l'occasion, ne serait-ce, que
pour se faire encore plus d'argent, puisque les masses aiment bien,
poursuivre tout ce qui touche de près ou de loin, surtout leur poches, même
si ces poches, sont d'ores et déjà vides surtout par l'agissement pervers de
toute idéologie, qui a toujours été que pour éloigner les masses, de tout ce
qui pourrait leur faire de l'argent, puisque tout cela, n'a jamais été que
question d'argent, eh ben oui, l'argent, fin de citation!

--
Ahmed Ouahi, Architect
Bonjour!


"PAP" viestissä:48e8b05c$0$7935$

"Ahmed Ouahi, Architect" de news: gcaa1u$6jv$




Logorrhée de phrases ultra longues, impossibles à prononcer d'un traite,
avec des virgules qui les hachent partout sauf aux bons endroits...

Mon Dieu, je croyais que l'écrit servait à communiquer... je comprends
qu'ils n'aient aucun électeurs... sauf peut-être ceux qui sont saoulés par
un texte qu'ils n'ont ni compris ni assimilé...

PLONK





Elie Arié
Le #17426681
wen.kroy a écrit :
FACE à la CRISE MONDIALE, POSITION du POI (France) :
Pour information, les aristoloches et autres thuriféraire de
l’exploitation de
l’homme par l’homme



Il faut remplacer l'exploitation de l'homme par l'homme par l'inverse.
Ahmed Ouahi, Architect
Le #17426831
De toutes manières, l'homme n'a jamais été exploité par l'homme, à moins
qu'on puisse personnifier la politique, dont s'en est le but, ne serait-ce,
que pour aboutir à ses fins, qui sont toujours et dans les meilleurs des
cas, quasi destructifs...

Essentiellement, quand cette dernière se métamorphose en totalitarisme, sous
tout genre de nominations idéologiques, tant que franc-maçonnerie,
communisme et socialisme, avant de s'apprêter à la composition de toutes ces
nominations, qui aboutissent toujours à la même résultante planifiée, ne
serait-ce, que pour la destruction massive...

--
Ahmed Ouahi, Architect
Bonjour!


"Elie Arié" viestissä:48e8b925$0$7937$
wen.kroy a écrit :
FACE à la CRISE MONDIALE, POSITION du POI (France) :
Pour information, les aristoloches et autres thuriféraire de
l'exploitation de
l'homme par l'homme



Il faut remplacer l'exploitation de l'homme par l'homme par l'inverse.


Publicité
Poster une réponse
Anonyme