[FAQ] Lecture/Messagerie Internet

Le
Michel Guillou
Archive-Name: fr/comp/messagerie


FAQ Lecture/Messagerie Internet fr.comp.mail V 2.0
mars 2007

Cette Faq est le résultat du travail d'Alain Thivillon. Je ne suis que le
modeste poursuivant de son grand ½uvre.

0 - Sommaire & préliminaire


1 - Le fonctionnement du courrier électronique sur l'Internet

1.1 Le transport
1.2 La lecture
1.3 Les formats d'adresses
1.4 Les formats des messages (Mime, QP, UUencode, )

2 - Les problèmes

2.1 Je n'arrive pas à lire mon courrier
2.2 Je n'arrive pas à envoyer du courrier
2.3 Les messages d'erreur
2.4 Mon message s'est perdu !
2.5 Pourquoi mes accents ne passent-ils pas bien ?
2.6 Je ne comprends plus : que faire ?

3 - Questions diverses

3.1 Comment savoir si mon correspondant a lu mon message ?
3.2 Comment détruire son courrier sur un serveur POP3 ?
3.3 La taille maximum des messages
3.4 Comment trouver l'adresse de quelqu'un ?
3.5 Comment essayer ma configuration de messagerie ?
3.6 Mon fournisseur peut-il lire mes messages ?
3.7 Comment avoir une adresse unique ?
3.8 Comment lire son courrier depuis un autre point de l'Internet ?
3.9 Quel logiciel puis-je utiliser ?

4 - Remerciements

1 - Le fonctionnement du courrier électronique sur l'Internet
==

1.1 Le transport
-

Q: Qu'est-ce que SMTP ?

R: SMTP (Simple Mail Transport Protocol) est le protocole utilisé sur
l'Internet pour transférer les messages électroniques entre deux
machines.

SMTP est le c½ur du système de messagerie Internet, mais ce qui
se passe sur les bords peut utiliser d'autres protocoles. Une
adresse électronique n'est pas forcément accessible directement
en SMTP, elle peut être cachée derrière une passerelle vers une
messagerie propriétaire (CC:Mail, MS:Mail) ou derrière une machine
connectée par intermittence (par UUCP par exemple).

SMTP et le format des messages sont définis par les RFC 821, 822 et
1522 actualisés par les RFC 2821 et 2822 et 2045-2049 ainsi que par
d'autres documents connexes. Tous les RFC sont disponibles et indexés
à http://www.faqs.org/faqs/.

Chaque machine devant recevoir des messages possède un nom et doit
accepter les connexions directes SMTP ou définir (par le mécanisme
des serveurs de noms) une machine relais recevant le courrier à sa
place. Le courriel passe directement d'une machine à l'autre ou en
utilisant des relais (en général peu nombreux) : un message met en
général quelques secondes seulement pour aller d'un point à un autre
sur l'Internet quand tout va bien.

Pour en savoir plus sur SMTP en général, lire le chapitre 1 du
document de Pierre David disponible à :
http://www.prism.uvsq.fr/~pda/kit-jussieu/support/
ftp://ftp.lip6.fr/jussieu/sendmail/...-5.4.ps.Z.

1.2 La lecture
--

Les messages arrivant sur une machine sont stockés dans des boîtes
aux lettres (un répertoire ou un fichier) et SMTP ne définit pas comment
les lire. Cette lecture peut se faire directement (par exemple sur Unix),
ou par un autre protocole : le logiciel de lecture va télécharger le
message stocké sur le serveur vers la machine finale de l'utilisateur.

Q: Qu'est ce que POP ?

R: POP (Post Office Protocol) est un de ces moyens de récupérer les
messages en attente, il est largement utilisé par les logiciels comme
Eudora, Netscape, Outlook-Express, Claris Emailer, Thunderbird, etc.
La version la plus utilisée est la version 3 (POP3).

Le principe est de se connecter sur le serveur POP, de s'authentifier
et de récupérer les messages en attente, qui sont en général détruits
du serveur à la fin de la session. Les messages peuvent ensuite être
lus en mode « off-line » (hors-connexion).

Q: Comment sont envoyés les messages ?

R: Ces logiciels utilisent ensuite SMTP pour envoyer leurs messages,
qu'ils déposent sur un serveur qui les « routera » ensuite vers la
machine cible.

1.3 Les formats d'adresses
--

Une adresse de courrier électronique Internet est _toujours_
de la forme :

<utilisateur>@<domaine>

La partie droite <domaine> ne comprend pas d'espace, a toujours au moins
un « . », sauf rares exceptions (courrier interne à l'entreprise). La
casse (majuscules/minuscules) n'a pas d'importance.

La partie gauche <utilisateur> ne doit pas avoir de caractère espace
(sauf s'il est protégé par des « " ») et doit utiliser le jeu Ascii
7 bits (pas d'accents). La casse (majuscules/minuscules) peut en théorie
être significative. Dans la pratique cela n'a pas d'importance.

Il est possible de mettre des commentaires (par exemple, son nom) dans
une adresse en les entourant de parenthèses. Une autre solution pour
mettre son nom complet est de l'insérer à coté de l'adresse entre
« < » et « > ».

Exemples d'adresses valides :

toto@tutu.com (Pierre Toto)
toto@mail.tutu.com (Pierre Toto)
pierre.toto@mail.tutu.com
pierre_toto@mail.tutu.com
cn=pierre/ou=toto/o=world_company@mail.tutu.com
tutu%machine@toto.com (obsolète)
"Jean Naimar"@toto.com (fortement déconseillé !)
lapin@terrier.fr (Jeannot Lapin)
Jeannot Lapin <lapin@terrier.fr>

Exemples d'adresses non valides :

toto tutu@toto.com (espace dans la partie gauche)
toto@domaine (nom de domaine pas complètement qualifié)
@tutu.com (pas d'utilisateur)
toto@mon domaine.fr (espace dans le domaine)

Pensez à tout cela quand vous configurez votre propre logiciel de
courrier ou de news. Vous pouvez très bien envoyer des messages avec
une adresse invalide, mais les gens ne pourront pas vous répondre !

1.4 Les formats des messages
-

SMTP ne définit pas le contenu des messages, uniquement le transport
et certains en-têtes (« Headers »). Il a donc fallu normaliser la
manière d'encoder les informations pour pouvoir envoyer des messages
qui ne soient pas limités au seul texte brut.

Q: Qu'est-ce que Mime ?

R: Mime est un ensemble de RFC décrivant la manière d'encapsuler des
documents composites dans un message. Chaque composant est affecté
d'un type (le « type Mime ») qui peut être texte, son, image, html,
ou plus basiquement « binaire », éventuellement d'une application
servant à l'ouvrir et d'une manière de coder l'information. Les
en-têtes Mime sont des lignes ajoutées dans le début du courriel qui
indiquent comment le message est structuré et comment il doit être
décodé.

Q: Qu'est-ce que « Quoted-Printable » ?

R: Traduction française de J.-P. Kuypers : « Imprimable guillemeté ».
Il s'agit d'une norme de codage Mime permettant d'utiliser des
caractères 8 bits dans un message. En effet, si l'on s'en tient au
RFC originel, SMTP ne le permet pas, car il s'agit d'un protocole 7
bits.

Les caractères 8 bits sont encodés sur 3 caractères, le premier étant
un signe « = ». Les deux autres sont la valeur en hexadécimal du
caractère dans la police. Le caractère 7 bits « = » est lui aussi
« quoté ». Le codage « Quoted-Printable » limite également la longueur
d'une ligne à 72 colonnes. Le mode « Quoted-Printable », maintenant
obsolète, est à éviter s'il y a moyen de s'en passer (voir 2.5), car
les correspondants, de plus en plus rares, ne disposant pas d'outils
sachant le comprendre auront une lecture très pénible.

Q: Qu'est-ce que « base64 » ?

R: L'encodage utilisé pour coder tous les documents non textes, en
général. Les Macintosh utilisent aussi « BinHex », à éviter si vous
envoyez des fichiers à des utilisateurs Unix ou Windows.

Q: Que faut-il utiliser comme codage sur Macintosh ?

R: Si vous utiliser Eudora et que vous envoyez des fichiers à des
utilisateurs Windows, il vaut mieux utiliser AppleDouble, qui est un
codage du fichier en base64 en deux parties (Data Fork et Resource
Fork) : les utilisateurs d'autres plateformes sont seulement
intéressés par la partie Data. L'icône à utiliser dans la barre de
composition est celle avec une pomme avec le chiffre Romain « II ».

Q: Puis-je envoyer du HTML (Netscape, Outlook Express) ou du
text/enriched (Eudora) ?

R: Si vous n'êtes pas sûr que vos correspondants puissent le lire, il
vaut mieux éviter.

Q: Qu'est-ce que UUencode ?

R: Un standard de codage de fichiers binaires originaire du monde Unix. À
utiliser en dernière extrémité si votre correspondant ne lit pas le
Mime (c'est rarissime), puisque le manière dont l'information a été
codée n'est pas décrite dans les en-têtes du message, obligeant le
plus souvent à un décodage manuel. Il existe des encodeurs/décodeurs
UUencode gratuits sur toutes les plates-formes. On reconnaît un bloc
UUencode par le fait qu'il commence par « begin » puis 3 chiffres (les
droits Unix du fichier) suivis du nom du fichier.
ex: begin 644 toto


2.0 Les problèmes
==

2.1 Je n'arrive pas à lire mon courrier


Q: Quand j'essaye de lire mon courrier avec mon logiciel, je reçois un
message du style « Connection refused », « Host unknown », « User
Unknown » ?

R: Vérifiez la configuration de votre logiciel de lecture. En
particulier, il est probable que vous ayez mal paramétré le nom de la
machine sur laquelle sont stockés vos messages en attente (le serveur
POP3) ou l'adresse du serveur de noms dans la configuration de TCP/IP
(DNS). Vérifiez que les autres services fonctionnent (Web, ftp, news)
La plupart des fournisseurs ont une machine qui s'appelle
pop.<fournisseur> qui s'occupe de gérer votre boîte aux lettres. Dans
certains logiciels (Netscape) vous devez entrer deux paramètres :
votre « pop account » (compte de messagerie) et le nom de la machine. Sur
d'autres (Eudora), le paramètre est de la forme « compte@machine ».
Reportez-vous à la documentation de votre logiciel, et aux renseignements
fournis par votre fournisseur.

Attention : votre compte de messagerie peut être différent de votre
adresse réelle de courrier électronique :

Compte : compte@pop.bouanadur.fr
Adresse : Prenom.Nom@bouanadur.fr

La plupart des logiciels permettent de configurer ces deux champs
indépendamment.

Le message « connection refused » peut signifier que le serveur POP est
momentanément arrêté ou indisponible : réessayez plus tard. Si vous êtes
sûr de votre configuration, contactez le support technique de votre
fournisseur.

2.2 Je n'arrive pas à envoyer de courrier
--

Q: Quand j'envoie du courrier, je reçois un message d'erreur.

R: Là encore, vérifiez la configuration de votre logiciel. Il est
possible qu'il ne faille pas utiliser la même machine chez votre
fournisseur d'accès pour lire et envoyer les messages. Vérifiez en
particulier le paramétrage du champ « serveur SMTP », ou « Outgoing
Mail Server ». Beaucoup de fournisseurs ont une machine qui s'appelle
smtp.<fournisseur>, mail.<fournisseur> ou mailhost.<fournisseur> pour
cela.

Q: J'ai un compte chez le fournisseur Bidule et un autre chez le
fournisseur Truc. Comment faire pour envoyer un courrier avec le
serveur de Bidule quand je suis connecté par Truc sans avoir un
message d'erreur « Relaying denied » ?

R: Généralement, ce n'est pas possible. Pour éviter le spam, les
fournisseurs n'acceptent de relayer le courrier que quand vous êtes
connecté par eux. Pour ne pas avoir à reconfigurer votre logiciel à
chaque fois que vous changez de connexion, vous avez le choix entre
deux solutions :
- utiliser un serveur qui vous permet, après authentification, de lui
faire relayer vos messages ;
- utiliser un logiciel qui puisse sélectionner automatiquement le
serveur d'envoi en fonction de votre connexion.

Par exemple, le serveur de laposte.net permet, après s'y être inscrit
gratuitement, de relayer les messages à condition d'avoir vérifié sa
boîte POP moins de cinq minutes auparavant.

Q: Quel est le serveur SMTP de usa.net, netadress.com, etc.

R: Ces services de mesagerie sur l'Internet interdisent d'utiliser leur
serveur pour envoyer du courrier afin de ne pas être ouverts à tous
vents au relais de spam. Quand vous utilisez ces services, ou si vous
lisez une boîte POP3 autre que celle fournie par votre fournisseur de
connectivité, utilisez seulement le serveur SMTP fourni par celui-ci.

Q: Le serveur de courrier de Wanadoo (et d'autres) me donne une erreur
bizarre quand j'essaye d'envoyer des messages avec Outlook Express.

R: C'est parce que Outlook Express (et d'autres) utilisent le nom de
votre machine pour envoyer la commande HELO lors de l'ouverture de la
session SMTP. Si ce nom est vide, le serveur rejette la commande.

HELO
501 Domain name required

Il faut envoyer:

HELO nimportequoi

Pour mettre un nom de machine, remplir la case « Hôte » de l'onglet
DNS dans le panneau de configuration TCP/IP de Windows 95/98/Me (ne
concerne que ces OS).

2.3 Les messages d'erreur
--

Q: J'envoie un courriel à toto@tutu.com, et je reçois un message
d'erreur.

R: Tout d'abord, vérifiez que l'adresse que vous avez tapée suit les
normes présentées au paragraphe 1.3.

On peut recevoir beaucoup de messages d'erreur quand on envoie un
message, la plupart sont malheureusement en anglais. Lisez-les
attentivement et essayez de comprendre ce que la machine vous dit.

Il y a deux sortes de messages :

o/ Les messages d'avertissement

Ils auront le plus souvent le mot « Warning » dans le sujet ou le corps
du texte. Un serveur de messagerie vous informe qu'il ne peut pas
envoyer votre message pour l'instant : cela donne quelque chose comme
« Warning : can not send message for last 4 hours ». Il est probable que
le serveur de votre correspondant soit en panne. Le message reste stocké
et le serveur va essayer de le renvoyer toutes les heures pendant 3 à
5 jours. Ce n'est pas la peine de le renvoyer ! Si, au bout de la durée
annoncée, le message n'est pas parti, le serveur détruira le courriel et
vous renverra cette fois un vrai message d'erreur. C'est extrêmement
rare, cela peut arriver si votre correspondant reçoit ses messages sur sa
propre machine et est parti en vacances en l'éteignant. Dans la plupart
des cas, il s'agit d'erreurs de configuration auxquelles vous ne pouvez
rien.

o/ Les messages d'erreur

En général, il reviennent assez vite (quelques minutes à quelques heures
après l'envoi initial). On peut les classer en 3 grands groupes :

- Les messages de type « user unknown » :

Vous vous êtes trompé dans la partie gauche de l'adresse, dans
l'exemple « toto@tutu.com ». Cela veut dire que toto n'existe pas ou
qu'il a déménagé. Revérifiez l'adresse (orthographe), redemandez son
adresse à votre correspondant. Le plus simple est de lui demander de
vous envoyer un message s'il ne connaît pas sa propre adresse de
courrier (ça arrive !), en espérant que son logiciel est correctement
configuré.

- Les messages de type « host unknown » ou « domain unknown » :

Cette fois, c'est la partie droite (tutu.com) qui est fausse : le
domaine ou la machine n'existent pas. Mêmes conseils que précédemment.
Cette erreur peut être temporaire si les responsables des serveurs de
noms ont fait une boulette.

- Les messages de type « delivery failure », « mailer error »,
« transient failure » :

Ils indiquent le plus souvent une erreur de configuration à l'autre
bout. Si vous avez envoyé un message à toto@tutu.com, essayez de
contacter postmaster@tutu.com et expliquez-lui gentiment votre
problème, en anglais si c'est un domaine d'un pays non francophone.
Le message « mailbox full » ou équivalent indique que votre
correspondant ne fait pas le ménage et que sa boîte aux lettres est
pleine. Pas la peine de lui renvoyer un message : attendez quelques
heures (jours) ou téléphonez-lui !

2.4 Mon message s'est perdu, et je n'ai pas été prévenu
--

Ça n'arrive quasiment jamais. La plupart du temps, c'est l'utilisateur
en face qui a fait une erreur ou alors qui s'est trompé dans le
« filtrage » de son courrier. Il arrive que des messages ne soient pas
délivrés mais, dans 99 % des cas, vous êtes prévenu.

Si vous êtes vraiment sûr de vous, envoyez un message aux comptes
postmaster@votre-domaine et postmaster@lautre-domaine en donnant le
maximum de précisions : date et heure, adresse complète des deux
correspondants, taille approximative du message Soyez courtois et
précis.

2.5 Pourquoi mes accents ne passent-ils pas bien ?
--

NB : on peut retourner la question « Je ne reçois pas bien les accents».

Q: Mes accents sont systématiquement illisibles pour tout le monde

R: Cela dépend de votre logiciel et de votre plate-forme (Mac, Unix,
Windows). Vérifiez la configuration, en particulier le type de
caractères utilisés. On doit utiliser le jeu « ISO-8859-1 », appelé
aussi Iso-Latin. On peut utiliser aussi maintenant le jeu
« ISO-8859-15 », qui contient notamment le caractère ¤. Il existe
différents types de codage (voir 1.4).

Q: Mon correspondant reçoit des « ç » dans le corps du message

R: Vous envoyez des accents en « Quoted-Printable », et son logiciel ne
sait pas le lire. Vous pouvez essayer de passer en codage 8 bits, et
voir si c'est mieux. Il est possible aussi qu'un des relais de
messagerie entre vous et lui ait encodé d'office en
« Quoted-Printable » pour de mauvaises raisons. Dans ce cas, il n'y a
pas grand chose à faire.

Q: Mon correspondant reçoit des « i » à la place de « é »

R: Vous envoyez vos accents en codage 8 bits et un des relais de
messagerie a tronqué les caractères en 7 bits. Essayez d'utiliser le
mode « Quoted-Printable » si possible. C'est le signe que votre
administrateur ou le sien utilise des versions antiques de logiciels
de messagerie, qui ont des tas d'autres défauts. Essayer de les faire
mettre à jour les serveurs.

Pour tous ces problèmes d'accents, Serge Aumont et Roland Direlewanger
(Comité Réseaux des Universités) ont écrit un article exhaustif sur le
sujet (Mime, SMTP et ESMTP, encodages, exemples de problèmes, etc.)
Il peut être consulté à http://www.cru.fr/messagerie/accents.html.


2.6 J'ai un problème et je ne comprends plus
--

Posez votre question dans le forum fr.comp.mail, en précisant bien quel
logiciel vous utilisez, et en recopiant le message (sans le corps, mais
_avec_tous_ les en-têtes). Donnez le maximum d'informations, les gens qui
fréquentent le forum sont compétents, mais ils ne sont ni devins ni
télépathes (© Stéphane Bortzmeyer 1997).

3 - Questions diverses
=

3.1 Comment savoir si mon correspondant a lu mon message ?
-

On ne peut généralement pas. La notion d'accusé de réception n'existe
pas dans le protocole SMTP. Une extension (extension DSN de ESMTP,
définie par les RFC 3461 et 3464) permet de s'assurer que le message a
bien été délivré, mais rares sont les logiciels qui permettent de la
spécifier. Le champ « Return-Receipt-To » ne fonctionne plus avec les
versions de sendmail postérieures à 8.6.x.

Il existe des logiciels qui mettent en ½uvre leurs propres notions
d'accusés, incompatibles entre eux.

« Disposition-Notification-To: » (voir RFC 3798) est un champ d'en-tête
qui commence à devenir standard. Un certain nombre d'outils le
reconnaissent, mais ça n'a qu'une valeur indicative et vous n'avez aucune
garantie de bien recevoir cet accusé même si le logiciel de votre
correspondant le reconnaît.

L'attente en vain d'un accusé de réception va donc à l'encontre du but
recherché et augmente la défiance à l'encontre du réseau.

3.2 Comment détruire son courrier sur un serveur POP3 ?
-

La procédure décrite ici permet de détruire sans les télécharger les
gros messages que vous voulez ignorer.

_Attention_, cette manipulation n'est pas très simple, si vous ne
comprenez pas ce qui suit, mieux vaut s'abstenir !

Il vous faut un client telnet (il y en a un dans Windows, sur Mac
utiliser BetterTelnet) pour se connecter sur le port POP3 de votre
serveur de mail. Sous Windows, il faut taper « telnet <monserveur> 110 »
en ligne de commande ; sur Mac lancer BetterTelnet puis faire
« Fichier/Ouvrir une connexion », et taper « <monserveur> 110 » dans la
case « Hôte/Session ». Ma mention <monserveur> est à remplacer par le nom
de votre serveur POP3.

Vous devez voir apparaître quelque chose comme :

+OK QPOP (version 2.2-b7) at <Monserveur> starting.

Taper ensuite les commandes en les finissant par la touche « Entrée » :

user <user>
pass <password>

Remplacer <user> et <password> par vos données personnelles (attention,
le mot de passe peut apparaître en clair !).

Vous devez voir apparaître quelque chose comme :

+OK <user> has 58 messages (271461 octets).

Vous pouvez voir la liste des messages en tapant la commande « list », le
numéro et la taille en octets de chaque message s'affichent.

Pour lire les en-têtes d'un message, taper « TOP <n°> 1 » ou <n°> est le
numéro du message.

Si vous voulez détruire le message <n°>, taper « dele <n°> ».

Quand vous avez fini, taper « quit ». Si vous avez fait une erreur avec
la commande « dele », taper « rset » (cela annulera toutes manipulations
sur la boîte aux lettres) et recommencer.

Voyez aussi si votre fournisseur de courrier propose une lecture via le
Web qui vous permettra de détruire un courrier indésirable.

Il existe enfin désormais des logiciels permettant d'effectuer cette
opération sans avoir à mettre les mains dans le cambouis, par exemple
MailSiphon sur MacOS ou, sous Windows, Imail, MailWarrior ou Mailwasher
qu'on trouve un peu partout.


3.3 La taille maximum des messages
-

Les tables de la loi du protocole SMTP assurent qu'un serveur de
messagerie doit pouvoir accepter les messages au moins jusqu'à la
taille de 64 Kilo-octets. Elles ne disent rien sur la taille maximum.
Dans la pratique, nombre de fournisseurs ont mis des limites entre 5 et
20 Mo sur la taille des messages qu'ils acceptent, de même sur la taille
totale de la boîte aux lettres, souvent bien faible.

Si vous avez souvent de gros fichiers à transférer, il est plus sérieux
et moins acrobatique de choisir un fournisseur d'accès qui vous donnera
un espace FTP ou HTTP anonyme privé, dans lequel vous pourrez copier des
fichiers que vos correspondants récupéreront.

3.4 Comment trouver l'adresse de quelqu'un ?
--

Il n'y a pas d'annuaire global des adresses de courrier électronique,
mais il y a quelques « trucs » à savoir.

o/ Si vous ne connaissez rien de l'adresse, le plus simple est de faire
une recherche par le Web (si votre correspondant est susceptible
d'avoir une page Web ou un blog), ou dans les news si vous pensez
qu'il a publié dans les forums Usenet. Essayez http://www.google.com
(Web) et http://groups.google.com (News).

Certains services gardent aussi de gros annuaires soit parce que les
gens se sont enregistrés, soit parce que des robots ont trouvé leur
nom :

http://www.whowhere.com/

o/ Si vous connaissez le domaine (la partie droite de l'adresse), vous
pouvez essayer les adresses de la forme :

Prenom.Nom@domaine (très utilisé en France)
nom@domaine
pnom@domaine (première lettre du prénom suivi du nom).

Rappelez-vous qu'il peut y avoir des homonymes, donc ne racontez pas
votre vie à un inconnu ! En désespoir de cause, demandez à
« postmaster@domaine » s'il connaît votre correspondant.

Ne publiez _jamais_ dans les news des messages du style « Est-ce que
quelqu'un connaît Monsieur Machin ? » !

3.5 Comment essayer ma configuration de messagerie ?
-

Première chose à faire : envoyez-vous un message à vous-même. Si vous
arrivez à le recevoir, il y a de très grandes chances que cela marche
pour tous.

Si vous avez un doute, vous pouvez envoyer un message à des robots
répondeurs, qui vous renverront votre message en quelques minutes.
Beaucoup de ces robots ont disparu corps et bien, sans doute noyés sous
le spam.

C'est un service gratuit, réservé aux tests, et maintenu pour le bien
de la communauté Internet, il ne faut pas en abuser : un message
simple suffit, pas de pièces jointes.

Des auto-répondeurs gratuits, dont il ne faut pas abuser, sur les réseaux
français :

repondsmoi@crdp.ac-versailles.fr
ping@oleane.net (attention, le message de retour a pour adresse d'origine
nobody@oleane.net, adresse qui peut éventuellement être filtrée par votre
fournisseur d'accès !)

3.6 Mon fournisseur peut-il lire mes messages ?
--

Q: Mon {fournisseur, chef, administrateur, DST, RG} peut-il lire mes
messages ?

R: Oui, c'est techniquement possible tant que ces derniers sont sur
le serveur (pendant leur envoi, ou avant que vous ne les lisiez).

Q: Est-ce qu'il les lit ?

R: La déontologie et la loi lui imposent de ne pas le faire. En règle
générale, il faut bien comprendre que les administrateurs ont autre
chose à faire

Q: Comment chiffrer mes messages ?

R: La manière la plus répandue est d'utiliser PGP (http://www.pgpi.com,
http://openpgp.vie-privee.org/) ou GPG (http://www.gnupg.org/).
L'IETF a aussi standardisé S/MIME, voir par exemple l'excellent site
de TBS-Internet (http://www.fr.thawte.com/)

3.7 Je suis abonné chez plusieurs fournisseurs. Puis-je avoir une
adresse unique ?
--

Oui, il est possible d'avoir une adresse électronique unique. C'est un
service qui coûte peu cher (voire même gratuit).

Vous avez besoin pour cela d'une boîte aux lettres chez votre fournisseur
et d'indiquer où le service redirecteur doit renvoyer votre courrier
électronique.

D'autres services -- payants -- existent, par exemple :
PoBOX : http://www.pobox.com/
MyMail : http://www.mymail.com/

Une initiative privée, voir http://www.alussinan.org/, propose ces
services gratuitement ainsi que des services complémentaires de filtrage,
notamment.

3.8 Puis-je lire mon courrier en étant connecté par un autre moyen
que chez mon fournisseur (en voyage au bout du monde, etc.) ?


Le problème est le suivant : vous êtes en voyage, loin de votre
ordinateur, et vous voulez lire votre courrier.

Or, miracle !, vous avez trouvé un ordinateur connecté à Internet (dans
votre chambre d'hôtel, chez vos amis). Vous pouvez l'utiliser pour lire
votre courrier, sans être connecté chez votre fournisseur. Il vous
suffit en effet de re-configurer le logiciel de messagerie électronique
pour vous connecter au serveur de messagerie de votre fournisseur
(pop.fai.fr, par exemple), et d'indiquer votre nom d'utilisateur et votre
mot de passe sur ce serveur.

3.9 Quel logiciel puis-je utiliser ?


R: Il existe plusieurs documents listant les différents courielleurs
existant sur les différentes plates-formes, ainsi que leurs
particularités. Il existe notamment des Faqs publiées irrégulièrement sur
fr.comp.mail et fr.usenet.reponses.

Des versions web sont également disponibles en divers lieux selon les
plate-formes. Utilisez vos moteurs de recherche favoris avec les
mots-clés « courrielleurs » ou « logiciels, courrier électronique ».

4 - Remerciements
==

Beaucoup de gens ont aidé à cette FAQ.

Stéphane Bortzmeyer, Sylvain Niervèze, Ollivier Robert,
Laurent Wacrenier, Corinne Gacon, Vincent Lefèvre, Pierre David,
Hubert Figuière, Nathalie Nicoletis, Frédéric Senis, Philippe Charnier,
Serge Aumont, Jean-Pierre Kuypers puis

beaucoup d'autres
Publicité
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Christian TAILLEMITTE
Le #277100
"Michel Guillou"
Archive-Name: fr/comp/messagerie


FAQ Lecture/Messagerie Internet fr.comp.mail V 2.0
mars 2007

Cette Faq est le résultat du travail d'Alain Thivillon. Je ne suis que le
modeste poursuivant de son grand ½uvre.

0 - Sommaire & préliminaire
========================== >
1 - Le fonctionnement du courrier électronique sur l'Internet

1.1 Le transport
1.2 La lecture
1.3 Les formats d'adresses
1.4 Les formats des messages (Mime, QP, UUencode, ...)

2 - Les problèmes

2.1 Je n'arrive pas à lire mon courrier
2.2 Je n'arrive pas à envoyer du courrier
2.3 Les messages d'erreur
2.4 Mon message s'est perdu !
2.5 Pourquoi mes accents ne passent-ils pas bien ?
2.6 Je ne comprends plus : que faire ?

3 - Questions diverses

3.1 Comment savoir si mon correspondant a lu mon message ?
3.2 Comment détruire son courrier sur un serveur POP3 ?
3.3 La taille maximum des messages
3.4 Comment trouver l'adresse de quelqu'un ?
3.5 Comment essayer ma configuration de messagerie ?
3.6 Mon fournisseur peut-il lire mes messages ?
3.7 Comment avoir une adresse unique ?
3.8 Comment lire son courrier depuis un autre point de l'Internet ?
3.9 Quel logiciel puis-je utiliser ?

4 - Remerciements

1 - Le fonctionnement du courrier électronique sur l'Internet
=========================================== >
1.1 Le transport
----------------

Q: Qu'est-ce que SMTP ?

R: SMTP (Simple Mail Transport Protocol) est le protocole utilisé sur
l'Internet pour transférer les messages électroniques entre deux
machines.

SMTP est le c½ur du système de messagerie Internet, mais ce qui
se passe sur les bords peut utiliser d'autres protocoles. Une
adresse électronique n'est pas forcément accessible directement
en SMTP, elle peut être cachée derrière une passerelle vers une
messagerie propriétaire (CC:Mail, MS:Mail...) ou derrière une
machine
connectée par intermittence (par UUCP par exemple).

SMTP et le format des messages sont définis par les RFC 821, 822 et
1522 actualisés par les RFC 2821 et 2822 et 2045-2049 ainsi que par
d'autres documents connexes. Tous les RFC sont disponibles et
indexés
à http://www.faqs.org/faqs/.

Chaque machine devant recevoir des messages possède un nom et doit
accepter les connexions directes SMTP ou définir (par le mécanisme
des serveurs de noms) une machine relais recevant le courrier à sa
place. Le courriel passe directement d'une machine à l'autre ou en
utilisant des relais (en général peu nombreux) : un message met en
général quelques secondes seulement pour aller d'un point à un autre
sur l'Internet quand tout va bien.

Pour en savoir plus sur SMTP en général, lire le chapitre 1 du
document de Pierre David disponible à :
http://www.prism.uvsq.fr/~pda/kit-jussieu/support/
ftp://ftp.lip6.fr/jussieu/sendmail/...-5.4.ps.Z.

1.2 La lecture
--------------

Les messages arrivant sur une machine sont stockés dans des boîtes
aux lettres (un répertoire ou un fichier) et SMTP ne définit pas
comment
les lire. Cette lecture peut se faire directement (par exemple sur
Unix),
ou par un autre protocole : le logiciel de lecture va télécharger le
message stocké sur le serveur vers la machine finale de l'utilisateur.

Q: Qu'est ce que POP ?

R: POP (Post Office Protocol) est un de ces moyens de récupérer les
messages en attente, il est largement utilisé par les logiciels
comme
Eudora, Netscape, Outlook-Express, Claris Emailer, Thunderbird, etc.
La version la plus utilisée est la version 3 (POP3).

Le principe est de se connecter sur le serveur POP, de
s'authentifier
et de récupérer les messages en attente, qui sont en général
détruits
du serveur à la fin de la session. Les messages peuvent ensuite être
lus en mode « off-line » (hors-connexion).

Q: Comment sont envoyés les messages ?

R: Ces logiciels utilisent ensuite SMTP pour envoyer leurs messages,
qu'ils déposent sur un serveur qui les « routera » ensuite vers la
machine cible.

1.3 Les formats d'adresses
--------------------------

Une adresse de courrier électronique Internet est _toujours_
de la forme :

<utilisateur>@<domaine>

La partie droite <domaine> ne comprend pas d'espace, a toujours au
moins
un « . », sauf rares exceptions (courrier interne à l'entreprise). La
casse (majuscules/minuscules) n'a pas d'importance.

La partie gauche <utilisateur> ne doit pas avoir de caractère espace
(sauf s'il est protégé par des « " ») et doit utiliser le jeu Ascii
7 bits (pas d'accents). La casse (majuscules/minuscules) peut en
théorie
être significative. Dans la pratique cela n'a pas d'importance.

Il est possible de mettre des commentaires (par exemple, son nom) dans
une adresse en les entourant de parenthèses. Une autre solution pour
mettre son nom complet est de l'insérer à coté de l'adresse entre
« < » et « > ».

Exemples d'adresses valides :

(Pierre Toto)
(Pierre Toto)


cn=pierre/ou=toto/o=
tutu% (obsolète)
"Jean Naimar"@toto.com (fortement déconseillé !)
(Jeannot Lapin)
Jeannot Lapin
Exemples d'adresses non valides :

toto (espace dans la partie gauche)
(nom de domaine pas complètement qualifié)
@tutu.com (pas d'utilisateur)
domaine.fr (espace dans le domaine)

Pensez à tout cela quand vous configurez votre propre logiciel de
courrier ou de news. Vous pouvez très bien envoyer des messages avec
une adresse invalide, mais les gens ne pourront pas vous répondre !

1.4 Les formats des messages
----------------------------

SMTP ne définit pas le contenu des messages, uniquement le transport
et certains en-têtes (« Headers »). Il a donc fallu normaliser la
manière d'encoder les informations pour pouvoir envoyer des messages
qui ne soient pas limités au seul texte brut.

Q: Qu'est-ce que Mime ?

R: Mime est un ensemble de RFC décrivant la manière d'encapsuler des
documents composites dans un message. Chaque composant est affecté
d'un type (le « type Mime ») qui peut être texte, son, image, html,
ou plus basiquement « binaire », éventuellement d'une application
servant à l'ouvrir et d'une manière de coder l'information. Les
en-têtes Mime sont des lignes ajoutées dans le début du courriel qui
indiquent comment le message est structuré et comment il doit être
décodé.

Q: Qu'est-ce que « Quoted-Printable » ?

R: Traduction française de J.-P. Kuypers : « Imprimable guillemeté ».
Il s'agit d'une norme de codage Mime permettant d'utiliser des
caractères 8 bits dans un message. En effet, si l'on s'en tient au
RFC originel, SMTP ne le permet pas, car il s'agit d'un protocole 7
bits.

Les caractères 8 bits sont encodés sur 3 caractères, le premier
étant
un signe « = ». Les deux autres sont la valeur en hexadécimal du
caractère dans la police. Le caractère 7 bits « = » est lui aussi
« quoté ». Le codage « Quoted-Printable » limite également la
longueur
d'une ligne à 72 colonnes. Le mode « Quoted-Printable », maintenant
obsolète, est à éviter s'il y a moyen de s'en passer (voir 2.5), car
les correspondants, de plus en plus rares, ne disposant pas d'outils
sachant le comprendre auront une lecture très pénible.

Q: Qu'est-ce que « base64 » ?

R: L'encodage utilisé pour coder tous les documents non textes, en
général. Les Macintosh utilisent aussi « BinHex », à éviter si vous
envoyez des fichiers à des utilisateurs Unix ou Windows.

Q: Que faut-il utiliser comme codage sur Macintosh ?

R: Si vous utiliser Eudora et que vous envoyez des fichiers à des
utilisateurs Windows, il vaut mieux utiliser AppleDouble, qui est un
codage du fichier en base64 en deux parties (Data Fork et Resource
Fork) : les utilisateurs d'autres plateformes sont seulement
intéressés par la partie Data. L'icône à utiliser dans la barre de
composition est celle avec une pomme avec le chiffre Romain « II ».

Q: Puis-je envoyer du HTML (Netscape, Outlook Express) ou du
text/enriched (Eudora) ?

R: Si vous n'êtes pas sûr que vos correspondants puissent le lire, il
vaut mieux éviter.

Q: Qu'est-ce que UUencode ?

R: Un standard de codage de fichiers binaires originaire du monde Unix.
À
utiliser en dernière extrémité si votre correspondant ne lit pas le
Mime (c'est rarissime), puisque le manière dont l'information a été
codée n'est pas décrite dans les en-têtes du message, obligeant le
plus souvent à un décodage manuel. Il existe des encodeurs/décodeurs
UUencode gratuits sur toutes les plates-formes. On reconnaît un bloc
UUencode par le fait qu'il commence par « begin » puis 3 chiffres
(les
droits Unix du fichier) suivis du nom du fichier.
ex: begin 644 toto


2.0 Les problèmes
================ >
2.1 Je n'arrive pas à lire mon courrier
---------------------------------------

Q: Quand j'essaye de lire mon courrier avec mon logiciel, je reçois un
message du style « Connection refused », « Host unknown », « User
Unknown » ?

R: Vérifiez la configuration de votre logiciel de lecture. En
particulier, il est probable que vous ayez mal paramétré le nom de la
machine sur laquelle sont stockés vos messages en attente (le serveur
POP3) ou l'adresse du serveur de noms dans la configuration de TCP/IP
(DNS). Vérifiez que les autres services fonctionnent (Web, ftp,
news...)
La plupart des fournisseurs ont une machine qui s'appelle
pop.<fournisseur> qui s'occupe de gérer votre boîte aux lettres. Dans
certains logiciels (Netscape...) vous devez entrer deux paramètres :
votre « pop account » (compte de messagerie) et le nom de la machine.
Sur
d'autres (Eudora), le paramètre est de la forme « ».
Reportez-vous à la documentation de votre logiciel, et aux
renseignements
fournis par votre fournisseur.

Attention : votre compte de messagerie peut être différent de votre
adresse réelle de courrier électronique :

Compte :
Adresse :

La plupart des logiciels permettent de configurer ces deux champs
indépendamment.

Le message « connection refused » peut signifier que le serveur POP est
momentanément arrêté ou indisponible : réessayez plus tard. Si vous
êtes
sûr de votre configuration, contactez le support technique de votre
fournisseur.

2.2 Je n'arrive pas à envoyer de courrier
-----------------------------------------

Q: Quand j'envoie du courrier, je reçois un message d'erreur.

R: Là encore, vérifiez la configuration de votre logiciel. Il est
possible qu'il ne faille pas utiliser la même machine chez votre
fournisseur d'accès pour lire et envoyer les messages. Vérifiez en
particulier le paramétrage du champ « serveur SMTP », ou « Outgoing
Mail Server ». Beaucoup de fournisseurs ont une machine qui
s'appelle
smtp. pour
cela.

Q: J'ai un compte chez le fournisseur Bidule et un autre chez le
fournisseur Truc. Comment faire pour envoyer un courrier avec le
serveur de Bidule quand je suis connecté par Truc sans avoir un
message d'erreur « Relaying denied » ?

R: Généralement, ce n'est pas possible. Pour éviter le spam, les
fournisseurs n'acceptent de relayer le courrier que quand vous êtes
connecté par eux. Pour ne pas avoir à reconfigurer votre logiciel à
chaque fois que vous changez de connexion, vous avez le choix entre
deux solutions :
- utiliser un serveur qui vous permet, après authentification, de
lui
faire relayer vos messages ;
- utiliser un logiciel qui puisse sélectionner automatiquement le
serveur d'envoi en fonction de votre connexion.

Par exemple, le serveur de laposte.net permet, après s'y être
inscrit
gratuitement, de relayer les messages à condition d'avoir vérifié sa
boîte POP moins de cinq minutes auparavant.

Q: Quel est le serveur SMTP de usa.net, netadress.com, etc.

R: Ces services de mesagerie sur l'Internet interdisent d'utiliser leur
serveur pour envoyer du courrier afin de ne pas être ouverts à tous
vents au relais de spam. Quand vous utilisez ces services, ou si
vous
lisez une boîte POP3 autre que celle fournie par votre fournisseur
de
connectivité, utilisez seulement le serveur SMTP fourni par
celui-ci.

Q: Le serveur de courrier de Wanadoo (et d'autres) me donne une erreur
bizarre quand j'essaye d'envoyer des messages avec Outlook Express.

R: C'est parce que Outlook Express (et d'autres) utilisent le nom de
votre machine pour envoyer la commande HELO lors de l'ouverture de
la
session SMTP. Si ce nom est vide, le serveur rejette la commande.

HELO
501 Domain name required

Il faut envoyer:

HELO nimportequoi

Pour mettre un nom de machine, remplir la case « Hôte » de l'onglet
DNS dans le panneau de configuration TCP/IP de Windows 95/98/Me (ne
concerne que ces OS).

2.3 Les messages d'erreur
--------------------------

Q: J'envoie un courriel à , et je reçois un message
d'erreur.

R: Tout d'abord, vérifiez que l'adresse que vous avez tapée suit les
normes présentées au paragraphe 1.3.

On peut recevoir beaucoup de messages d'erreur quand on envoie un
message, la plupart sont malheureusement en anglais. Lisez-les
attentivement et essayez de comprendre ce que la machine vous dit.

Il y a deux sortes de messages :

o/ Les messages d'avertissement

Ils auront le plus souvent le mot « Warning » dans le sujet ou le corps
du texte. Un serveur de messagerie vous informe qu'il ne peut pas
envoyer votre message pour l'instant : cela donne quelque chose comme
« Warning : can not send message for last 4 hours ». Il est probable
que
le serveur de votre correspondant soit en panne. Le message reste
stocké
et le serveur va essayer de le renvoyer toutes les heures pendant 3 à
5 jours. Ce n'est pas la peine de le renvoyer ! Si, au bout de la durée
annoncée, le message n'est pas parti, le serveur détruira le courriel
et
vous renverra cette fois un vrai message d'erreur. C'est extrêmement
rare, cela peut arriver si votre correspondant reçoit ses messages sur
sa
propre machine et est parti en vacances en l'éteignant. Dans la plupart
des cas, il s'agit d'erreurs de configuration auxquelles vous ne pouvez
rien.

o/ Les messages d'erreur

En général, il reviennent assez vite (quelques minutes à quelques
heures
après l'envoi initial). On peut les classer en 3 grands groupes :

- Les messages de type « user unknown » :

Vous vous êtes trompé dans la partie gauche de l'adresse, dans
l'exemple « ». Cela veut dire que toto n'existe pas ou
qu'il a déménagé. Revérifiez l'adresse (orthographe), redemandez son
adresse à votre correspondant. Le plus simple est de lui demander de
vous envoyer un message s'il ne connaît pas sa propre adresse de
courrier (ça arrive !), en espérant que son logiciel est
correctement
configuré.

- Les messages de type « host unknown » ou « domain unknown » :

Cette fois, c'est la partie droite (tutu.com) qui est fausse : le
domaine ou la machine n'existent pas. Mêmes conseils que
précédemment.
Cette erreur peut être temporaire si les responsables des serveurs
de
noms ont fait une boulette.

- Les messages de type « delivery failure », « mailer error »,
« transient failure » :

Ils indiquent le plus souvent une erreur de configuration à l'autre
bout. Si vous avez envoyé un message à , essayez de
contacter et expliquez-lui gentiment votre
problème, en anglais si c'est un domaine d'un pays non francophone.
Le message « mailbox full » ou équivalent indique que votre
correspondant ne fait pas le ménage et que sa boîte aux lettres est
pleine. Pas la peine de lui renvoyer un message : attendez quelques
heures (jours) ou téléphonez-lui !

2.4 Mon message s'est perdu, et je n'ai pas été prévenu
--------------------------------------------------------

Ça n'arrive quasiment jamais. La plupart du temps, c'est l'utilisateur
en face qui a fait une erreur ou alors qui s'est trompé dans le
« filtrage » de son courrier. Il arrive que des messages ne soient pas
délivrés mais, dans 99 % des cas, vous êtes prévenu.

Si vous êtes vraiment sûr de vous, envoyez un message aux comptes
et en donnant le
maximum de précisions : date et heure, adresse complète des deux
correspondants, taille approximative du message... Soyez courtois et
précis.

2.5 Pourquoi mes accents ne passent-ils pas bien ?
--------------------------------------------------

NB : on peut retourner la question « Je ne reçois pas bien les
accents».

Q: Mes accents sont systématiquement illisibles pour tout le monde

R: Cela dépend de votre logiciel et de votre plate-forme (Mac, Unix,
Windows). Vérifiez la configuration, en particulier le type de
caractères utilisés. On doit utiliser le jeu « ISO-8859-1 », appelé
aussi Iso-Latin. On peut utiliser aussi maintenant le jeu
« ISO-8859-15 », qui contient notamment le caractère ¤. Il existe
différents types de codage (voir 1.4).

Q: Mon correspondant reçoit des « ç » dans le corps du message

R: Vous envoyez des accents en « Quoted-Printable », et son logiciel ne
sait pas le lire. Vous pouvez essayer de passer en codage 8 bits, et
voir si c'est mieux. Il est possible aussi qu'un des relais de
messagerie entre vous et lui ait encodé d'office en
« Quoted-Printable » pour de mauvaises raisons. Dans ce cas, il n'y
a
pas grand chose à faire.

Q: Mon correspondant reçoit des « i » à la place de « é »

R: Vous envoyez vos accents en codage 8 bits et un des relais de
messagerie a tronqué les caractères en 7 bits. Essayez d'utiliser le
mode « Quoted-Printable » si possible. C'est le signe que votre
administrateur ou le sien utilise des versions antiques de logiciels
de messagerie, qui ont des tas d'autres défauts. Essayer de les
faire
mettre à jour les serveurs.

Pour tous ces problèmes d'accents, Serge Aumont et Roland Direlewanger
(Comité Réseaux des Universités) ont écrit un article exhaustif sur le
sujet (Mime, SMTP et ESMTP, encodages, exemples de problèmes, etc.)
Il peut être consulté à http://www.cru.fr/messagerie/accents.html.


2.6 J'ai un problème et je ne comprends plus
--------------------------------------------

Posez votre question dans le forum fr.comp.mail, en précisant bien quel
logiciel vous utilisez, et en recopiant le message (sans le corps, mais
_avec_tous_ les en-têtes). Donnez le maximum d'informations, les gens
qui
fréquentent le forum sont compétents, mais ils ne sont ni devins ni
télépathes (© Stéphane Bortzmeyer 1997).

3 - Questions diverses
===================== >
3.1 Comment savoir si mon correspondant a lu mon message ?
----------------------------------------------------------

On ne peut généralement pas. La notion d'accusé de réception n'existe
pas dans le protocole SMTP. Une extension (extension DSN de ESMTP,
définie par les RFC 3461 et 3464) permet de s'assurer que le message a
bien été délivré, mais rares sont les logiciels qui permettent de la
spécifier. Le champ « Return-Receipt-To » ne fonctionne plus avec les
versions de sendmail postérieures à 8.6.x.

Il existe des logiciels qui mettent en ½uvre leurs propres notions
d'accusés, incompatibles entre eux.

« Disposition-Notification-To: » (voir RFC 3798) est un champ d'en-tête
qui commence à devenir standard. Un certain nombre d'outils le
reconnaissent, mais ça n'a qu'une valeur indicative et vous n'avez
aucune
garantie de bien recevoir cet accusé même si le logiciel de votre
correspondant le reconnaît.

L'attente en vain d'un accusé de réception va donc à l'encontre du but
recherché et augmente la défiance à l'encontre du réseau.

3.2 Comment détruire son courrier sur un serveur POP3 ?
-------------------------------------------------------

La procédure décrite ici permet de détruire sans les télécharger les
gros messages que vous voulez ignorer.

_Attention_, cette manipulation n'est pas très simple, si vous ne
comprenez pas ce qui suit, mieux vaut s'abstenir !

Il vous faut un client telnet (il y en a un dans Windows, sur Mac
utiliser BetterTelnet) pour se connecter sur le port POP3 de votre
serveur de mail. Sous Windows, il faut taper « telnet <monserveur>
110 »
en ligne de commande ; sur Mac lancer BetterTelnet puis faire
« Fichier/Ouvrir une connexion », et taper « <monserveur> 110 » dans la
case « Hôte/Session ». Ma mention <monserveur> est à remplacer par le
nom
de votre serveur POP3.

Vous devez voir apparaître quelque chose comme :

+OK QPOP (version 2.2-b7) at <Monserveur> starting.

Taper ensuite les commandes en les finissant par la touche « Entrée » :

user <user>
pass <password>

Remplacer <user> et <password> par vos données personnelles (attention,
le mot de passe peut apparaître en clair !).

Vous devez voir apparaître quelque chose comme :

+OK <user> has 58 messages (271461 octets).

Vous pouvez voir la liste des messages en tapant la commande « list »,
le
numéro et la taille en octets de chaque message s'affichent.

Pour lire les en-têtes d'un message, taper « TOP <n°> 1 » ou <n°> est
le
numéro du message.

Si vous voulez détruire le message <n°>, taper « dele <n°> ».

Quand vous avez fini, taper « quit ». Si vous avez fait une erreur avec
la commande « dele », taper « rset » (cela annulera toutes
manipulations
sur la boîte aux lettres) et recommencer.

Voyez aussi si votre fournisseur de courrier propose une lecture via le
Web qui vous permettra de détruire un courrier indésirable.

Il existe enfin désormais des logiciels permettant d'effectuer cette
opération sans avoir à mettre les mains dans le cambouis, par exemple
MailSiphon sur MacOS ou, sous Windows, Imail, MailWarrior ou Mailwasher
qu'on trouve un peu partout.


3.3 La taille maximum des messages
----------------------------------

Les tables de la loi du protocole SMTP assurent qu'un serveur de
messagerie doit pouvoir accepter les messages au moins jusqu'à la
taille de 64 Kilo-octets. Elles ne disent rien sur la taille maximum.
Dans la pratique, nombre de fournisseurs ont mis des limites entre 5 et
20 Mo sur la taille des messages qu'ils acceptent, de même sur la
taille
totale de la boîte aux lettres, souvent bien faible.

Si vous avez souvent de gros fichiers à transférer, il est plus sérieux
et moins acrobatique de choisir un fournisseur d'accès qui vous donnera
un espace FTP ou HTTP anonyme privé, dans lequel vous pourrez copier
des
fichiers que vos correspondants récupéreront.

3.4 Comment trouver l'adresse de quelqu'un ?
--------------------------------------------

Il n'y a pas d'annuaire global des adresses de courrier électronique,
mais il y a quelques « trucs » à savoir.

o/ Si vous ne connaissez rien de l'adresse, le plus simple est de faire
une recherche par le Web (si votre correspondant est susceptible
d'avoir une page Web ou un blog), ou dans les news si vous pensez
qu'il a publié dans les forums Usenet. Essayez http://www.google.com
(Web) et http://groups.google.com (News).

Certains services gardent aussi de gros annuaires soit parce que les
gens se sont enregistrés, soit parce que des robots ont trouvé leur
nom :

http://www.whowhere.com/

o/ Si vous connaissez le domaine (la partie droite de l'adresse), vous
pouvez essayer les adresses de la forme :

(très utilisé en France)

(première lettre du prénom suivi du nom).

Rappelez-vous qu'il peut y avoir des homonymes, donc ne racontez pas
votre vie à un inconnu ! En désespoir de cause, demandez à
« » s'il connaît votre correspondant.

Ne publiez _jamais_ dans les news des messages du style « Est-ce que
quelqu'un connaît Monsieur Machin ? » !

3.5 Comment essayer ma configuration de messagerie ?
----------------------------------------------------

Première chose à faire : envoyez-vous un message à vous-même. Si vous
arrivez à le recevoir, il y a de très grandes chances que cela marche
pour tous.

Si vous avez un doute, vous pouvez envoyer un message à des robots
répondeurs, qui vous renverront votre message en quelques minutes.
Beaucoup de ces robots ont disparu corps et bien, sans doute noyés sous
le spam.

C'est un service gratuit, réservé aux tests, et maintenu pour le bien
de la communauté Internet, il ne faut pas en abuser : un message
simple suffit, pas de pièces jointes.

Des auto-répondeurs gratuits, dont il ne faut pas abuser, sur les
réseaux
français :


(attention, le message de retour a pour adresse
d'origine
, adresse qui peut éventuellement être filtrée par
votre
fournisseur d'accès !)

3.6 Mon fournisseur peut-il lire mes messages ?
-----------------------------------------------

Q: Mon {fournisseur, chef, administrateur, DST, RG} peut-il lire mes
messages ?

R: Oui, c'est techniquement possible tant que ces derniers sont sur
le serveur (pendant leur envoi, ou avant que vous ne les lisiez).

Q: Est-ce qu'il les lit ?

R: La déontologie et la loi lui imposent de ne pas le faire. En règle
générale, il faut bien comprendre que les administrateurs ont autre
chose à faire...

Q: Comment chiffrer mes messages ?

R: La manière la plus répandue est d'utiliser PGP (http://www.pgpi.com,
http://openpgp.vie-privee.org/) ou GPG (http://www.gnupg.org/).
L'IETF a aussi standardisé S/MIME, voir par exemple l'excellent site
de TBS-Internet (http://www.fr.thawte.com/)

3.7 Je suis abonné chez plusieurs fournisseurs. Puis-je avoir une
adresse unique ?
-----------------------------------------------------------------

Oui, il est possible d'avoir une adresse électronique unique. C'est un
service qui coûte peu cher (voire même gratuit).

Vous avez besoin pour cela d'une boîte aux lettres chez votre
fournisseur
et d'indiquer où le service redirecteur doit renvoyer votre courrier
électronique.

D'autres services -- payants -- existent, par exemple :
PoBOX : http://www.pobox.com/
MyMail : http://www.mymail.com/

Une initiative privée, voir http://www.alussinan.org/, propose ces
services gratuitement ainsi que des services complémentaires de
filtrage,
notamment.

3.8 Puis-je lire mon courrier en étant connecté par un autre moyen
que chez mon fournisseur (en voyage au bout du monde, etc.) ?
------------------------------------------------------------------

Le problème est le suivant : vous êtes en voyage, loin de votre
ordinateur, et vous voulez lire votre courrier.

Or, miracle !, vous avez trouvé un ordinateur connecté à Internet (dans
votre chambre d'hôtel, chez vos amis). Vous pouvez l'utiliser pour lire
votre courrier, sans être connecté chez votre fournisseur. Il vous
suffit en effet de re-configurer le logiciel de messagerie électronique
pour vous connecter au serveur de messagerie de votre fournisseur
(pop.fai.fr, par exemple), et d'indiquer votre nom d'utilisateur et
votre
mot de passe sur ce serveur.

3.9 Quel logiciel puis-je utiliser ?
------------------------------------

R: Il existe plusieurs documents listant les différents courielleurs
existant sur les différentes plates-formes, ainsi que leurs
particularités. Il existe notamment des Faqs publiées irrégulièrement
sur
fr.comp.mail et fr.usenet.reponses.

Des versions web sont également disponibles en divers lieux selon les
plate-formes. Utilisez vos moteurs de recherche favoris avec les
mots-clés « courrielleurs » ou « logiciels, courrier électronique ».

4 - Remerciements
================ >
Beaucoup de gens ont aidé à cette FAQ.

Stéphane Bortzmeyer, Sylvain Niervèze, Ollivier Robert,
Laurent Wacrenier, Corinne Gacon, Vincent Lefèvre, Pierre David,
Hubert Figuière, Nathalie Nicoletis, Frédéric Senis, Philippe Charnier,
Serge Aumont, Jean-Pierre Kuypers puis...

...beaucoup d'autres...



Publicité
Suivre les réponses
Poster une réponse
Anonyme