Le Feu, un an après

Le
Octave
"Suite" dans un de mes lieux favoris.

Maintenant, un an après l'incendie.

Pour ceux qui ont suivi le post sur cette optique, c'est au nikkor 20mm
2.8D.
Première à 100 iso, les deux d'après à 400 iso, toutes les suivantes à
800 iso.
Au départ, c'était pour un essai de matière pour des passages de couleur
au N&B. Et puis finalement, j'ai fait beaucoup de photos comme si
j'étais en manque après quelques jours sans, mais j'ai surtout vu pas
mal de choses intéressantes dans cette sortie.
J'ai vu la lumière. Le rendu avec la montée du bruit semble,
bizarrement, aider à retrouver cette qualité de lumière souvent à
contre-jour, avec la transparence des herbes.
J'ai aussi vu tous ces cadrages possibles dans ces "chaos", le plaisir
de faire une mise en place ordonnée en voyant les "constructions" en
passant.
Après le recul d'un jour, je pense que ça tient la route, au moins pour
le montrer ici et espérer un retour positif.

Donc, le prétexte du titre du post, c'est comme tout sujet, c'est juste
pour attirer l'oeil. ce n'est pas lui qui importe.
Ce qui m'intéresse dans ce lieu, c'est le chaos, la possibilité infinie
de cadrages dans la durée de la balade, mais aussi d'un jour sur
l'autre. C'est toujours changeant.
Le petit (pic en) plus, c'est que c'est aussi toujours "pareil":

www.octav.fr/quotidien/11-07-16/16juil11.html



Pour les fatigués de ce que je montre, voici un résumé:

www.octav.fr/quotidien/11-07-16/01.html
www.octav.fr/quotidien/11-07-16/06.html
www.octav.fr/quotidien/11-07-16/09.html
www.octav.fr/quotidien/11-07-16/21.html
www.octav.fr/quotidien/11-07-16/23.html




--
www.octav.fr
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 10
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Alf92
Le #23573401
"Octave" discussion : 4e22ba2d$0$14907$
"Suite" dans un de mes lieux favoris.

Maintenant, un an après l'incendie.

Pour ceux qui ont suivi le post sur cette optique, c'est au nikkor 20mm
2.8D.
Première à 100 iso, les deux d'après à 400 iso, toutes les suivantes à 800
iso.
Au départ, c'était pour un essai de matière pour des passages de couleur
au N&B. Et puis finalement, j'ai fait beaucoup de photos comme si j'étais
en manque après quelques jours sans, mais j'ai surtout vu pas mal de
choses intéressantes dans cette sortie.
J'ai vu la lumière. Le rendu avec la montée du bruit semble, bizarrement,
aider à retrouver cette qualité de lumière souvent à contre-jour, avec la
transparence des herbes.
J'ai aussi vu tous ces cadrages possibles dans ces "chaos", le plaisir de
faire une mise en place ordonnée en voyant les "constructions" en passant.
Après le recul d'un jour, je pense que ça tient la route, au moins pour le
montrer ici et espérer un retour positif.

Donc, le prétexte du titre du post, c'est comme tout sujet, c'est juste
pour attirer l'oeil. ce n'est pas lui qui importe.
Ce qui m'intéresse dans ce lieu, c'est le chaos, la possibilité infinie de
cadrages dans la durée de la balade, mais aussi d'un jour sur l'autre.
C'est toujours changeant.
Le petit (pic en) plus, c'est que c'est aussi toujours "pareil":

www.octav.fr/quotidien/11-07-16/16juil11.html



Pour les fatigués de ce que je montre, voici un résumé:

www.octav.fr/quotidien/11-07-16/01.html
www.octav.fr/quotidien/11-07-16/06.html
www.octav.fr/quotidien/11-07-16/09.html
www.octav.fr/quotidien/11-07-16/21.html
www.octav.fr/quotidien/11-07-16/23.html



tu bosses à l'ONF ?


--
Alf92
delestaque
Le #23573471
"Octave" discussion : 4e22ba2d$0$14907$
"Suite" dans un de mes lieux favoris.

Maintenant, un an après l'incendie.

Pour ceux qui ont suivi le post sur cette optique, c'est au nikkor 20mm 2.8D.
Première à 100 iso, les deux d'après à 400 iso, toutes les suivantes à 800
iso.
Au départ, c'était pour un essai de matière pour des passages de couleur au
N&B. Et puis finalement, j'ai fait beaucoup de photos comme si j'étais en
manque après quelques jours sans, mais j'ai surtout vu pas mal de choses
intéressantes dans cette sortie.
J'ai vu la lumière. Le rendu avec la montée du bruit semble, bizarrement,
aider à retrouver cette qualité de lumière souvent à contre-jour, avec la
transparence des herbes.
J'ai aussi vu tous ces cadrages possibles dans ces "chaos", le plaisir de
faire une mise en place ordonnée en voyant les "constructions" en passant.
Après le recul d'un jour, je pense que ça tient la route, au moins pour le
montrer ici et espérer un retour positif.

Donc, le prétexte du titre du post, c'est comme tout sujet, c'est juste pour
attirer l'oeil. ce n'est pas lui qui importe.
Ce qui m'intéresse dans ce lieu, c'est le chaos, la possibilité infinie de
cadrages dans la durée de la balade, mais aussi d'un jour sur l'autre. C'est
toujours changeant.
Le petit (pic en) plus, c'est que c'est aussi toujours "pareil":

www.octav.fr/quotidien/11-07-16/16juil11.html



Pour les fatigués de ce que je montre, voici un résumé:

www.octav.fr/quotidien/11-07-16/01.html
www.octav.fr/quotidien/11-07-16/06.html
www.octav.fr/quotidien/11-07-16/09.html
www.octav.fr/quotidien/11-07-16/21.html
www.octav.fr/quotidien/11-07-16/23.html




--
www.octav.fr




voilà, la forêt se régénère, j'ai assisté souvent à ça quand je vivais à Aix en
Provence, les garrigues ravagées et la renaissance de la végétation l'année
suivante, sinon, t'as pas fait du genre sur cette série :=)
Bon, je sais que tu m'a plonké, mais c'est sans importance.

--
Ricco
filh
Le #23573501
Octave
Je ne sais pas si le bruit joue ou pas...

Pourquoi te sens tu obligé de te poser un cilice de cadre formel pour
arriver à jouir ?


Moi comme d'hab je suis gentillement, j'ai aussi été fasciné par ces
forêts qui renaissent noires dans le vert...


http://www.octav.fr/quotidien/11-07-16/22.html
http://www.octav.fr/quotidien/11-07-16/23.html
http://www.octav.fr/quotidien/11-07-16/25.html

FiLH

--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org
Octave
Le #23573691
Le 17/07/2011 13:34, FiLH a écrit :


Je ne sais pas si le bruit joue ou pas...




Vu ta réponse, je me demande si le format est assez grand pour le voir ?

Un détail 100% de la photo page 25, montre le "picotement":

http://www.octav.fr/essais/2011-07-16-085.jpg






Pourquoi te sens tu obligé de te poser un cilice de cadre formel pour
arriver à jouir ?




Je ne comprends pas ce que tu dis. Il s'agit de ce que j'écris dans le
post, mais que veux-tu dire ?






Moi comme d'hab je suis gentillement, j'ai aussi été fasciné par ces
forêts qui renaissent noires dans le vert...


http://www.octav.fr/quotidien/11-07-16/22.html
http://www.octav.fr/quotidien/11-07-16/23.html
http://www.octav.fr/quotidien/11-07-16/25.html




Merci.




--
www.octav.fr
filh
Le #23574001
Octave

> Pourquoi te sens tu obligé de te poser un cilice de cadre formel pour
> arriver à jouir ?
>

Je ne comprends pas ce que tu dis. Il s'agit de ce que j'écris dans le
post, mais que veux-tu dire ?



Que ces photos pour moi se suffisent sans avoir besoin des contraintes
que tu te fixes.
Mais que d'autre part tu sembles avoir besoin assez systématiquement de
te fixer une règle avant de photographier, comme si tu ne pouvais pas
faire des photos, là sans rien, juste pour le plaisir, sans réflexion
avant, sans cadre théorique...

FiLH

--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org
Octave
Le #23574081
Le 17/07/2011 15:37, FiLH a écrit :


Pourquoi te sens tu obligé de te poser un cilice de cadre formel pour
arriver à jouir ?




Je ne comprends pas ce que tu dis. Il s'agit de ce que j'écris dans le
post, mais que veux-tu dire ?



Que ces photos pour moi se suffisent sans avoir besoin des contraintes
que tu te fixes.
Mais que d'autre part tu sembles avoir besoin assez systématiquement de
te fixer une règle avant de photographier, comme si tu ne pouvais pas
faire des photos, là sans rien, juste pour le plaisir, sans réflexion
avant, sans cadre théorique...




Ah, d'accord!


--
www.octav.fr
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #23574151
Le 17/07/11 12:32, Octave a écrit :
"Suite" dans un de mes lieux favoris.

Maintenant, un an après l'incendie.

www.octav.fr/quotidien/11-07-16/16juil11.html



Ça repousse autour des arbres morts, tout s'intègre.
La ballade est belle, les photos délicates et surtout la série très
homogène, plus que d'habitude où c'est l'idée (il me semble) qui te
guide et là, juste le regard. Un regard attentif. Ce n'est que du
plaisir ; je suis d'accord c'est varié et uni en même temps.

Noëlle Adam
Octave
Le #23574261
Le 17/07/2011 16:20, YouDontNeedToKnowButItsNoëlle a écrit :
Le 17/07/11 12:32, Octave a écrit :
"Suite" dans un de mes lieux favoris.

Maintenant, un an après l'incendie.



www.octav.fr/quotidien/11-07-16/16juil11.html



Ça repousse autour des arbres morts, tout s'intègre.
La ballade est belle, les photos délicates et surtout la série très
homogène, plus que d'habitude où c'est l'idée (il me semble) qui te
guide et là, juste le regard. Un regard attentif. Ce n'est que du
plaisir ; je suis d'accord c'est varié et uni en même temps.




Merci.
Je ne sais pourquoi, là, je vais y retourner. Ca fait 3 fois en 2 jours
que je prends ce chemin pour y faire des photos.


--
www.octav.fr
filh
Le #23574411
Octave
Le 17/07/2011 15:37, FiLH a écrit :

>>
>>> Pourquoi te sens tu obligé de te poser un cilice de cadre formel pour
>>> arriver à jouir ?
>>>
>>
>> Je ne comprends pas ce que tu dis. Il s'agit de ce que j'écris dans le
>> post, mais que veux-tu dire ?
>
> Que ces photos pour moi se suffisent sans avoir besoin des contraintes
> que tu te fixes.
> Mais que d'autre part tu sembles avoir besoin assez systématiquement de
> te fixer une règle avant de photographier, comme si tu ne pouvais pas
> faire des photos, là sans rien, juste pour le plaisir, sans réflexion
> avant, sans cadre théorique...
>

Ah, d'accord!



Et donc ? tu sens cela comme une nécessité ?

IFiLH

--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org
Octave
Le #23575251
Le 17/07/2011 18:18, FiLH a écrit :


Que ces photos pour moi se suffisent sans avoir besoin des contraintes
que tu te fixes.
Mais que d'autre part tu sembles avoir besoin assez systématiquement de
te fixer une règle avant de photographier, comme si tu ne pouvais pas
faire des photos, là sans rien, juste pour le plaisir, sans réflexion
avant, sans cadre théorique...




Ah, d'accord!



Et donc ? tu sens cela comme une nécessité ?





Je me disais, c'est comme ce que je fais en ce moment, d'aller voir des
spectacles en Avignon et de passer du temps au retour à écrire un
commentaire dessus.
C'est chiant, d'un côté, il faut s'y mettre. Et puis, une fois installé
dans cette mémoire, ça vient, et ce qu'il reste, ce que je redonne en
texte, c'est l'"important".
Ces commentaires sont particuliers et dirigés, je m'attache à la
matérialité, à l'apparence, au visuel, et c'est par là que je
reconstruis le spectacle que j'ai dans la tête (Ce qui me fait parfois
oublier le sens du texte de la pièce ou même la volonté de l'auteur).

Le commentateur qui m'a poussé à le faire, lui, place le "sens" au
sommet de l'intérêt d'un spectacle. Bien sûr, il est de gauche, il faut
parler de la société dans laquelle on est, la critiquer, ... enfin, tout
tourne autour de cela, ou presque.
Je ne m'y retrouve pas dans ses critiques, une fois sur deux il a
raison, et donc une fois sur deux il a tort (pour moi). C'est donc
impossible de me baser sur lui pour aller voir un spectacle.

Donc, pour moi ce qui importe, c'est la forme (comme d'ailleurs en photo
c'est la matérialité et non le sujet), c'est la forme qui, malaxée, va
donner le sens. Tout est dans la matière.

Un peu long tout ça!

Donc, je fais des photos, et après, je profite du forum pour en parler,
mettre des théories au jour, analyser avec les mots. Ce sont deux choses.
Je photographie toujours très spontanément, je l'écris d'ailleurs dans
ce post. J'écris:
"j'ai fait beaucoup de photos comme si j'étais en manque après quelques
jours sans, mais j'ai surtout vu pas mal de choses intéressantes dans
cette sortie."

Pour la mise en place, la construction, le cadrage, c'est aussi
instinctif (peut-être aussi à force d'expérience, malgré tout), c'est en
marchant. Je vois un espace qui peut faire photo, je le vois d'abord à
l’œil, je me place au mieux, puis je vise, je précise le cadrage en
bougeant encore un peu, puis en fixant et en déclenchant. Ce jour là, où
j'ai eu l'impression de voir plein de trucs, j'ai fait (je vérifie) 95
photos en 20 minutes de marche. Pour moi, c'est assez incroyable.
Je trouve que c'est là faire de la photo à l'instinct et non avec réflexion.

Ce que je dis en préambule dans ce post, est écrit après, est réfléchi
après. Ce qui m'étonne, c'est que tu ne comprenne pas ça alors que j'ai
toujours fait comme ça ici, même pour des posts qui duraient des jours,
ça partait toujours d'images. Les discours ne viennent qu'après.

Ce n'est pas, d'ailleurs, une chose à défendre. C'est vrai que j'ai
aussi été faire des photos avec des règles précises, c'est à ça que tu
fais allusion, sans doute.

Ce jour là, je suis parti avec l'idée (donc tu as un peu raison aussi)
de mettre du grain, du bruit pour utiliser éventuellement les photos en
mi-couleur, mi-N&B. Il s'est passé bien autre chose.

Donc, si une idée provoque mon désir de bouger, c'est parfait. Après, il
peut arriver tout autre chose.
C'est vrai que j'ai parfois besoin d'une perspective, d'un projet pour
enclencher le mouvement, ça m'aide. C'est aussi parfois l'envie d'être
dans tel lieu qui me revient en mémoire.

Mais au final, j'aurais plutôt tendance à penser que je n'ai pas assez
d'idée globale de ce que je fais, que je picore ça et là, sans vraiment
de cohérence, de projet. C'est la matière qui m'intéresse, je pars dans
tous les sens, ça me plaît, j'y trouve mon compte, mais il manque
quelque chose.
Je ne pense donc pas être trop théorique, réfléchi, hors plaisir.



--
www.octav.fr
Publicité
Poster une réponse
Anonyme