GAV, pas cette fois.

Le
Delestaque
Salut,

Convoqué à nouveau jeudi pour être entendu, j'ai coupé à la GAV, j'avais
tout prévu, froque à élastiques, pompes sans lacets et quelques autres
ruses.
J'ai dû signer à nouveau un pv de confrontation , celle ci avait eu lieu le
jeudi 18 mars.
mais elle serait devenu inutilisable parce que le café du GPx se serait
répandu dessus , donc on m'en a ressorti une à la date du jeudi 8 avril.
heureusement que le fichier n'avait pas disparu, il aurait fallu recommencer
la confrontation
merci bien, sachant que chaque fois qu'on met les pieds dans un
commissariat, on prend de gros risques d'y rester en GAV.
Après tout ça, le GPx APJ 16 commence à trouver que les faits imaginaires
qu'on me reproche ne semblent pas très cohérents, ce qui est regrettable ,
c'est que cela ne lui soit pas parvenu avant.
Elle m'a même raconté que la semaine d'avant, une enquête menée par une
collègue, et un homme a été placé en GAV 20 H, a fini par démontrer que les
faits étaient totalement inventifs, l'auteur de la plainte, une femme qui
voulait ennuyer un voisin ayant avoué.
L'homme a été libéré et la femme a pris sa place, plainte de l'homme et
plainte de la police.
Le problème est clair, c'est celui qui porte plainte qui est écouté, on ne
cherche pas à savoir le pourquoi du comment, on envoie le " fautif "
en GAv.
Enquête systématiquement à charge, on ne consigne par écrit que ce qui
arrange l'APJ et chargé l'accusé, la présomption d'innocence est une vue de
l'esprit.
Contrairement à ce qu'on imagine, quand on entre dans un commissariat, on
pénètre dans une zone de non-droit totale.
On vous gueule à plusieurs dessus, on mène une enquête de personnalité, (
qu'on m'explique le rapport avec les faits ), on te pousse à l'outrage, ou
l'on en invente, ce qui m'étonne aussi, ce sont les lectures de rappels de
quelques visites au commissariat, n'ayant données aucunes suites, des
affaires sans suites, dans lesquelles vous avez simplement été entendu.Ceci
pour vous prouver que vous êtes un grand délinquant.
On m'a rappelé des faits de 1977 , casier 1, amnistiés, mais pas une affaire
que j'ai gagnée au tribunal récemment ?
Des méthodes d'un autre âge, des jugements sur la personne complètement
déplacés.
Je me suis entendu dire que j'étais " un type odieux, détestable " je
réponds que ce ne sont pas des notions du Code Pénal, là, je "frise "
l'outrage, bien sûr, je serais en permanence " limite outrage ".
Tout ça pour déstabiliser les gens, leur faire peur, dans quel but,
pourquoi, en quoi cela sert il une enquête, quel résultat ?
Faire dire au gens des choses fausses pour être tranquilles, et se rétracter
devant le juge, après tout pourquoi pas ?
On comprend bien que personne ne souhaite l'arrivée de caméras dans les
commissariats, finis la fête, les rigolades entre Gpx.

--
G.Ricco
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
alain
Le #21528501
Delestaque
Salut,

Convoqué à nouveau jeudi pour être entendu, j'ai coupé à la GAV, j'avais
tout prévu, froque à élastiques, pompes sans lacets et quelques autres
ruses.
J'ai dû signer à nouveau un pv de confrontation , celle ci avait eu lieu le
jeudi 18 mars.
mais elle serait devenu inutilisable parce que le café du GPx se serait
répandu dessus , donc on m'en a ressorti une à la date du jeudi 8 avril.
heureusement que le fichier n'avait pas disparu, il aurait fallu recommencer
la confrontation
merci bien, sachant que chaque fois qu'on met les pieds dans un
commissariat, on prend de gros risques d'y rester en GAV.
Après tout ça, le GPx APJ 16 commence à trouver que les faits imaginaires
qu'on me reproche ne semblent pas très cohérents, ce qui est regrettable ,
c'est que cela ne lui soit pas parvenu avant.
Elle m'a même raconté que la semaine d'avant, une enquête menée par une
collègue, et un homme a été placé en GAV 20 H, a fini par démontrer que les
faits étaient totalement inventifs, l'auteur de la plainte, une femme qui
voulait ennuyer un voisin ayant avoué.
L'homme a été libéré et la femme a pris sa place, plainte de l'homme et
plainte de la police.
Le problème est clair, c'est celui qui porte plainte qui est écouté, on ne
cherche pas à savoir le pourquoi du comment, on envoie le " fautif "
en GAv.
Enquête systématiquement à charge, on ne consigne par écrit que ce qui
arrange l'APJ et chargé l'accusé, la présomption d'innocence est une vue de
l'esprit.
Contrairement à ce qu'on imagine, quand on entre dans un commissariat, on
pénètre dans une zone de non-droit totale.
On vous gueule à plusieurs dessus, on mène une enquête de personnalité, (
qu'on m'explique le rapport avec les faits ), on te pousse à l'outrage, ou
l'on en invente, ce qui m'étonne aussi, ce sont les lectures de rappels de
quelques visites au commissariat, n'ayant données aucunes suites, des
affaires sans suites, dans lesquelles vous avez simplement été entendu.Ceci
pour vous prouver que vous êtes un grand délinquant.
On m'a rappelé des faits de 1977 , casier 1, amnistiés, mais pas une affaire
que j'ai gagnée au tribunal récemment ?
Des méthodes d'un autre âge, des jugements sur la personne complètement
déplacés.
Je me suis entendu dire que j'étais " un type odieux, détestable " je
réponds que ce ne sont pas des notions du Code Pénal, là, je "frise "
l'outrage, bien sûr, je serais en permanence " limite outrage ".
Tout ça pour déstabiliser les gens, leur faire peur, dans quel but,
pourquoi, en quoi cela sert il une enquête, quel résultat ?
Faire dire au gens des choses fausses pour être tranquilles, et se rétracter
devant le juge, après tout pourquoi pas ?
On comprend bien que personne ne souhaite l'arrivée de caméras dans les
commissariats, finis la fête, les rigolades entre Gpx.




Une lamentable autre histoire est rapportée dans le Canard Enchainé de
cette semaine, page 5, une femme sortie défendre son gamin, en soirée, à
l'occasion d'une altercation, en pyjama et sous la pluie, se voit
adresser une ferme injonction "Vous avez une carte d'identité ?", en
pyjama ! Lachrymo, jettée à terre, menottée, gardée à vue, liberée le
lendemain vers 15 heures... Vive la nation !

Alain
koumac
Le #21529171
"Delestaque" 4bc03f5c$0$8582$
Salut,

Convoqué à nouveau jeudi pour être entendu, j'ai coupé à la GAV, j'avais
tout prévu, froque à élastiques, pompes sans lacets et quelques autres
ruses.
J'ai dû signer à nouveau un pv de confrontation , celle ci avait eu lieu
le jeudi 18 mars.
mais elle serait devenu inutilisable parce que le café du GPx se serait
répandu dessus , donc on m'en a ressorti une à la date du jeudi 8 avril.
heureusement que le fichier n'avait pas disparu, il aurait fallu
recommencer la confrontation
merci bien, sachant que chaque fois qu'on met les pieds dans un
commissariat, on prend de gros risques d'y rester en GAV.



J'ai mis les peids , plusieurs fois dans des commisariat et je n'est jamais
été mis en garde à vue , cet état de fait semble plus souvent vous
correspondent que le reste de la population française .

Le problème est clair, c'est celui qui porte plainte qui est écouté,



2couter en prmeir c'est normal c'est lui qui vient , le soit disant fautif
serat entendu après.


on ne cherche pas à savoir le pourquoi

il as deux mots en trop "ne" et "pas"


Enquête systématiquement à charge, on ne consigne par écrit que ce qui
arrange l'APJ et chargé l'accusé, la présomption d'innocence est une vue
de l'esprit.


aucunemment une vue de l'esprit , une heureuse réalitée



Contrairement à ce qu'on imagine, quand on entre dans un commissariat, on
pénètre dans une zone de non-droit totale.



Vous habitez ou ? pas en france visiblement






On vous gueule à plusieurs dessus, on mène une enquête de personnalité,
( qu'on m'explique le rapport avec les faits ), on te pousse à l'outrage,
ou l'on en invente, ce qui m'étonne aussi, ce sont les lectures de rappels
de quelques visites au commissariat, n'ayant données aucunes suites, des
affaires sans suites, dans lesquelles vous avez simplement été
entendu.Ceci pour vous prouver que vous êtes un grand délinquant.
On m'a rappelé des faits de 1977 , casier 1, amnistiés, mais pas une
affaire que j'ai gagnée au tribunal récemment ?
Des méthodes d'un autre âge, des jugements sur la personne complètement
déplacés.
Je me suis entendu dire que j'étais " un type odieux, détestable " je
réponds que ce ne sont pas des notions du Code Pénal, là, je "frise "
l'outrage, bien sûr, je serais en permanence " limite outrage ".
Tout ça pour déstabiliser les gens, leur faire peur, dans quel but,
pourquoi, en quoi cela sert il une enquête, quel résultat ?
Faire dire au gens des choses fausses pour être tranquilles, et se
rétracter devant le juge, après tout pourquoi pas ?
On comprend bien que personne ne souhaite l'arrivée de caméras dans les
commissariats, finis la fête, les rigolades entre Gpx.

--
G.Ricco




La description que vous faites ne reflete pas du tout la réalitée que j'ai
vécut.



Delestaque
Le #21529271
Alain191 wrote:

Une lamentable autre histoire est rapportée dans le Canard Enchainé de
cette semaine, page 5, une femme sortie défendre son gamin, en
soirée, à l'occasion d'une altercation, en pyjama et sous la pluie,
se voit adresser une ferme injonction "Vous avez une carte d'identité
?", en pyjama ! Lachrymo, jettée à terre, menottée, gardée à vue,
liberée le lendemain vers 15 heures... Vive la nation !





et ça continue, il n'y a pas les journaux de la semaine sur un site, par
hasard ?
on serait tenté de ne pas y croire, mais que leur arrive t il à ces
policiers ?

--
G.Ricco
Delestaque
Le #21529341
koumac wrote:
"Delestaque" 4bc03f5c$0$8582$
Salut,

Convoqué à nouveau jeudi pour être entendu, j'ai coupé à la GAV,
j'avais tout prévu, froque à élastiques, pompes sans lacets et
quelques autres ruses.
J'ai dû signer à nouveau un pv de confrontation , celle ci avait eu
lieu le jeudi 18 mars.
mais elle serait devenu inutilisable parce que le café du GPx se
serait répandu dessus , donc on m'en a ressorti une à la date du
jeudi 8 avril. heureusement que le fichier n'avait pas disparu, il
aurait fallu recommencer la confrontation
merci bien, sachant que chaque fois qu'on met les pieds dans un
commissariat, on prend de gros risques d'y rester en GAV.



J'ai mis les peids , plusieurs fois dans des commisariat et je n'est
jamais été mis en garde à vue , cet état de fait semble plus souvent
vous correspondent que le reste de la population française .

Le problème est clair, c'est celui qui porte plainte qui est écouté,



2couter en prmeir c'est normal c'est lui qui vient , le soit disant
fautif serat entendu après.


on ne cherche pas à savoir le pourquoi

il as deux mots en trop "ne" et "pas"


Enquête systématiquement à charge, on ne consigne par écrit que ce qui
arrange l'APJ et chargé l'accusé, la présomption d'innocence est une
vue de l'esprit.




aucunemment une vue de l'esprit , une heureuse réalitée



fais attention de ne pas traverser en dehors des clous, comme c'est arrivé a
un habitant de Versailles, qui a eu le malheur de lui signaler, il a haussé
les épaules et s'est tapé la nuit en garde à vue.



Contrairement à ce qu'on imagine, quand on entre dans un
commissariat, on pénètre dans une zone de non-droit totale.



Vous habitez ou ? pas en france visiblement



A Boulogne Billancourt dans le 92.
Commissariat : 24 avenue Morizet
Bien pointé dans les rapports comme possédant des cellules bien
dégueulasses.






On vous gueule à plusieurs dessus, on mène une enquête de
personnalité, ( qu'on m'explique le rapport avec les faits ), on te
pousse à l'outrage, ou l'on en invente, ce qui m'étonne aussi, ce
sont les lectures de rappels de quelques visites au commissariat,
n'ayant données aucunes suites, des affaires sans suites, dans
lesquelles vous avez simplement été entendu.Ceci pour vous prouver
que vous êtes un grand délinquant. On m'a rappelé des faits de 1977 ,
casier 1, amnistiés, mais pas une
affaire que j'ai gagnée au tribunal récemment ?
Des méthodes d'un autre âge, des jugements sur la personne
complètement déplacés.
Je me suis entendu dire que j'étais " un type odieux, détestable " je
réponds que ce ne sont pas des notions du Code Pénal, là, je "frise "
l'outrage, bien sûr, je serais en permanence " limite outrage ". Tout ça
pour déstabiliser les gens, leur faire peur, dans quel but,
pourquoi, en quoi cela sert il une enquête, quel résultat ?
Faire dire au gens des choses fausses pour être tranquilles, et se
rétracter devant le juge, après tout pourquoi pas ?
On comprend bien que personne ne souhaite l'arrivée de caméras dans
les commissariats, finis la fête, les rigolades entre Gpx.

--
G.Ricco




La description que vous faites ne reflete pas du tout la réalitée que
j'ai vécut.



on a vécu des réalités différentes, c'est tout, l'année dernière plus de
cinq cents mille personne on t été mises en GAV, sans compter les GAV
routières, pas la peine de prendre des airs suffisants, on se marrera bien
si ça t'arrive un jour
Tu dis bien " la réalité que j'ai vécue " effectivement puisqu'il s'agit de
" ma réalité " pourquoi contester celle des autres ?
Tu y crois ou pas, on s'en fout, les chiffres sont là, il y a des articles
dans les journaux tous les jours de la semaine, mais c'est faux, bien sûr,
c'est faux.

--
G.Ricco
François Pignon
Le #21530011
Le 10/04/2010 11:05, Delestaque wrote:
Salut,

Convoqué à nouveau jeudi pour être entendu



On s'en cogne de ta vie.

PLONK.
Delestaque
Le #21530131
François Pignon wrote:
Le 10/04/2010 11:05, Delestaque wrote:
Salut,

Convoqué à nouveau jeudi pour être entendu



On s'en cogne de ta vie.

PLONK.


excellente chose, merci

--
G.Ricco
edgar
Le #21531651
"koumac" de discussion : 4bc068b8$0$2983$


Vous habitez ou ? pas en france visiblement




mais si, mais si
il habite en france un charmant endroit qui s'appelle sainte anne (a paris)
koumac
Le #21533591
"Delestaque" 4bc0782a$0$23918$
koumac wrote:
"Delestaque" 4bc03f5c$0$8582$
Salut,

Convoqué à nouveau jeudi pour être entendu, j'ai coupé à la GAV,
j'avais tout prévu, froque à élastiques, pompes sans lacets et
quelques autres ruses.
J'ai dû signer à nouveau un pv de confrontation , celle ci avait eu
lieu le jeudi 18 mars.
mais elle serait devenu inutilisable parce que le café du GPx se
serait répandu dessus , donc on m'en a ressorti une à la date du
jeudi 8 avril. heureusement que le fichier n'avait pas disparu, il
aurait fallu recommencer la confrontation
merci bien, sachant que chaque fois qu'on met les pieds dans un
commissariat, on prend de gros risques d'y rester en GAV.



J'ai mis les peids , plusieurs fois dans des commisariat et je n'est
jamais été mis en garde à vue , cet état de fait semble plus souvent
vous correspondent que le reste de la population française .

Le problème est clair, c'est celui qui porte plainte qui est écouté,



2couter en prmeir c'est normal c'est lui qui vient , le soit disant
fautif serat entendu après.


on ne cherche pas à savoir le pourquoi

il as deux mots en trop "ne" et "pas"


Enquête systématiquement à charge, on ne consigne par écrit que ce qui
arrange l'APJ et chargé l'accusé, la présomption d'innocence est une
vue de l'esprit.






aucunemment une vue de l'esprit , une heureuse réalitée



fais attention de ne pas traverser en dehors des clous, comme c'est arrivé
a un habitant de Versailles, qui a eu le malheur de lui signaler, il a
haussé les épaules et s'est tapé la nuit en garde à vue.



Contrairement à ce qu'on imagine, quand on entre dans un
commissariat, on pénètre dans une zone de non-droit totale.



Vous habitez ou ? pas en france visiblement



A Boulogne Billancourt dans le 92.
Commissariat : 24 avenue Morizet
Bien pointé dans les rapports comme possédant des cellules bien
dégueulasses.






On vous gueule à plusieurs dessus, on mène une enquête de
personnalité, ( qu'on m'explique le rapport avec les faits ), on te
pousse à l'outrage, ou l'on en invente, ce qui m'étonne aussi, ce
sont les lectures de rappels de quelques visites au commissariat,
n'ayant données aucunes suites, des affaires sans suites, dans
lesquelles vous avez simplement été entendu.Ceci pour vous prouver
que vous êtes un grand délinquant. On m'a rappelé des faits de 1977 ,
casier 1, amnistiés, mais pas une
affaire que j'ai gagnée au tribunal récemment ?
Des méthodes d'un autre âge, des jugements sur la personne
complètement déplacés.
Je me suis entendu dire que j'étais " un type odieux, détestable " je
réponds que ce ne sont pas des notions du Code Pénal, là, je "frise "
l'outrage, bien sûr, je serais en permanence " limite outrage ". Tout ça
pour déstabiliser les gens, leur faire peur, dans quel but,
pourquoi, en quoi cela sert il une enquête, quel résultat ?
Faire dire au gens des choses fausses pour être tranquilles, et se
rétracter devant le juge, après tout pourquoi pas ?
On comprend bien que personne ne souhaite l'arrivée de caméras dans
les commissariats, finis la fête, les rigolades entre Gpx.

--
G.Ricco




La description que vous faites ne reflete pas du tout la réalitée que
j'ai vécut.



on a vécu des réalités différentes, c'est tout, l'année dernière plus de
cinq cents mille personne on t été mises en GAV, sans compter les GAV
routières, pas la peine de prendre des airs suffisants, on se marrera bien
si ça t'arrive un jour
Tu dis bien " la réalité que j'ai vécue " effectivement puisqu'il s'agit
de " ma réalité " pourquoi contester celle des autres ?
Tu y crois ou pas, on s'en fout, les chiffres sont là, il y a des articles
dans les journaux tous les jours de la semaine, mais c'est faux, bien sûr,
c'est faux.

--
G.Ricco




Les journaux ne relate que celles qui se passent mal ,heureusement , il n'y
en as pas beaucoup .Alors que à vous lire , vous laisser l'impression ,
qu'il n'y as aucune convocation , ou G arde à vue qui se passe bien , c'est
pourquoi , je me permet de dire que ce n'est pas la rélalité que j'ai vécu,
vos aventures valant bien la mienne , cela rétablit un normal équilibre .
Delestaque
Le #21534151
koumac wrote:

Les journaux ne relate que celles qui se passent mal ,heureusement ,
il n'y en as pas beaucoup .Alors que à vous lire , vous laisser
l'impression , qu'il n'y as aucune convocation , ou G arde à vue qui
se passe bien , c'est pourquoi , je me permet de dire que ce n'est
pas la rélalité que j'ai vécu, vos aventures valant bien la mienne ,
cela rétablit un normal équilibre .



je ne recherche aucun équilibre.
rien ne compense quoique ce soit
Une garde à vue qui se passe bien, c'est respecter la présomption
d'innocence quand il n'y a pas de flagrant délit, ni de preuves.
Respecter les droits de tout citoyen.
toutes les gardes a vue en France sont illégales, au regard du Droit
Européen, pas de communication avac l'avocat, aucune assistance.
des conditions de retenue immondes, pas de douches, aucune hygiène
l'hygiène n'est pas un droit ?
on n'a pas le droit de se laver tous les jours ?
Encore heureux que les journaux relatent les gav qui se passent mal, c'est
déjà ça, mais malheruesement ça ne change rien
Les policiers estiment qu'ils sont en déficit d'éstime par la population, et
bien qu'ils commencent aussi par respecter les gens, et leurs droits, ça
s'arrangera naturellement.

--
G.Ricco
Professeur M
Le #21538461
Le Sat, 10 Apr 2010 11:05:29 +0200, Delestaque a écrit :

Convoqué à nouveau jeudi pour être entendu, j'ai coupé à la GAV



dommage, on aurai eu de la lecture...
Publicité
Poster une réponse
Anonyme