grosse erreure du juge??

Le
pierrette45
bonjour,
dans un jugement qui m'opposait a ma locataire ,
pour des degats sur le logements suite a l'etat
des lieux de sortie,
le juge de proximité m'a debouté en raison "de non presentation de
devis ou facture "dans le dossier
or, je viens de recevoir le jugement accompagné du
dossier, et il y a bien un devis present au dossier !!!
quel est mon recours? la juge a commis une faute!!
car en plus, je suis condamné en entiers depents!!
que va t'on me demander de payer (elle avait un avocat avec l'aide
judiciaire)
quelle injustice!! je suis écoeurée!
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Bernard Guérin
Le #16452631
Bonjour,



or, je viens de recevoir le jugement accompagné du
dossier, et il y a bien un devis present au dossier !!!
quel est mon recours? la juge a commis une faute!!



Le devis est dans le dossier depuis quand ? Il a été communiqué à la partie
adverse ? Vous avez dit au juge qu'il y avait ce devis ? Ou bien vous avez
juste laissé l'avocat de la partie adverse dire ce qu'il voulait sur
l'absence de ce devis ?

quelle injustice!! je suis écoeurée!



La justice n'est pas automatique, il faut savoir présenter son dossier, et
si on ne sait pas le faire soi-même, il faut savoir choisir un avocat pour
le présenter.

--
Bernard Guérin
pierrette45
Le #16452721
le devis etait dans le dossier depuis le debut,
a l'audience, la juge avait le devis devant elle
l'avocat a reçu tout le dossier egalement
mais le jugement a été fait en delibéré, et le juge n'a "pas vu "le
devis
la greffiere m'a confirmé que le devis etait bien dans le dossier!!
(par telephone)
et j'ai reçu le jugement, avec tout le dossier, et le devis en fait
partie!!!
donc le juge a jugé qu'en l'absence de devis, ...et il m'a debouté,
aux entiers depens !!!
en plus, dans les documents du dossier, il y avait une lettre RAR
adressé a la garante, mais qui m'est revenue non reclamée, mais que je
n'avais pas ouverte, et dedans, il y avait aussi le devis!
mais la juge n'a pas ouvert la lettre!!
je trouve ça vraiment trop fort!!! et je vais devoir payer les
depens!!!
bonjour la justice!
Moisse
Le #16453721
Dans le message
,
le devis etait dans le dossier depuis le debut,
a l'audience, la juge avait le devis devant elle
l'avocat a reçu tout le dossier egalement
mais le jugement a été fait en delibéré, et le juge n'a "pas vu "le
devis
la greffiere m'a confirmé que le devis etait bien dans le dossier!!
(par telephone)
et j'ai reçu le jugement, avec tout le dossier, et le devis en fait
partie!!!
donc le juge a jugé qu'en l'absence de devis, ...et il m'a debouté,
aux entiers depens !!!
en plus, dans les documents du dossier, il y avait une lettre RAR
adressé a la garante, mais qui m'est revenue non reclamée, mais que je
n'avais pas ouverte, et dedans, il y avait aussi le devis!
mais la juge n'a pas ouvert la lettre!!
je trouve ça vraiment trop fort!!! et je vais devoir payer les
depens!!!
bonjour la justice!



Le débat est contradictoire, mais le juge va tenir compte des
conclusions écrites.
Je suppute que dans vos conclusions, si tant est que vous ayez établi et
déposé des conclusions, vous ne faites pas état du devis en question, et
le juge ne va pas fouiller le dossier en espérant y trouver un truc
inédit.
Un vieil adage dit que lorsqu'on se défend tout seul on a souvent un con
comme avocat.
Le particulier peu informé que vous semblez paraître va collecter tout
un tas de documents et les déposer sur le bureau du juge, en espérant
que celui-ci va mener une enquête historique pour établir les faits.
La justice civile ne fonctionne pas ainsi.

A+

--
stephane
Le #16455061
On 1 août, 07:40, "Moisse"
Dans le message
,





> le devis etait dans le dossier depuis le debut,
> a l'audience, la juge avait le devis devant elle
> l'avocat a reçu tout le dossier egalement
> mais le jugement a été fait en delibéré, et le juge n'a "pas vu "le
> devis
> la greffiere m'a confirmé que le devis etait bien dans le dossier!!
> (par telephone)
> et j'ai reçu le jugement, avec tout le dossier, et le devis en fait
> partie!!!
> donc le juge a jugé qu'en l'absence de devis, ...et il m'a debouté,
> aux entiers depens !!!
> en plus, dans les documents du dossier, il y avait une lettre RAR
> adressé a la garante, mais qui m'est revenue non reclamée, mais que je
> n'avais pas ouverte, et dedans, il y avait aussi le devis!
> mais la juge n'a pas ouvert la lettre!!
> je trouve ça vraiment trop fort!!! et je vais devoir payer les
> depens!!!
> bonjour la justice!

Le débat est contradictoire, mais le juge va tenir compte des
conclusions écrites.
Je suppute que dans vos conclusions, si tant est que vous ayez établi e t
déposé des conclusions, vous ne faites pas état du devis en questio n, et
le juge ne va pas fouiller le dossier en espérant y trouver un truc
inédit.
Un vieil adage dit que lorsqu'on se défend tout seul on a souvent un co n
comme avocat.
Le particulier peu informé que vous semblez paraître va collecter tou t
un tas de documents et les déposer sur le bureau du juge, en espérant
que celui-ci va mener une enquête historique pour établir les faits.
La justice civile ne fonctionne pas ainsi.

A+

--
Moisse- Masquer le texte des messages précédents -

- Afficher le texte des messages précédents -



Au fait, c'était quoi ces travaux ? le montant était de combien ? Que
dit exactement le jugement ?
Séb.
Le #16455221
Moisse a écrit :
Dans le message
,
le devis etait dans le dossier depuis le debut,
a l'audience, la juge avait le devis devant elle
l'avocat a reçu tout le dossier egalement
mais le jugement a été fait en delibéré, et le jug e n'a "pas vu "le
devis
la greffiere m'a confirmé que le devis etait bien dans le dossier !!
(par telephone)
et j'ai reçu le jugement, avec tout le dossier, et le devis en fa it
partie!!!
donc le juge a jugé qu'en l'absence de devis, ...et il m'a debout é,
aux entiers depens !!!
en plus, dans les documents du dossier, il y avait une lettre RAR
adressé a la garante, mais qui m'est revenue non reclamée, m ais que je
n'avais pas ouverte, et dedans, il y avait aussi le devis!
mais la juge n'a pas ouvert la lettre!!
je trouve ça vraiment trop fort!!! et je vais devoir payer les
depens!!!
bonjour la justice!



Le débat est contradictoire, mais le juge va tenir compte des
conclusions écrites.
Je suppute que dans vos conclusions, si tant est que vous ayez éta bli et
déposé des conclusions, vous ne faites pas état du devis en question, et
le juge ne va pas fouiller le dossier en espérant y trouver un tru c inédit.
Un vieil adage dit que lorsqu'on se défend tout seul on a souvent un con
comme avocat.
Le particulier peu informé que vous semblez paraître va colle cter tout
un tas de documents et les déposer sur le bureau du juge, en espà ©rant
que celui-ci va mener une enquête historique pour établir les faits.
La justice civile ne fonctionne pas ainsi.



le problème c'est surtout que nous sommes tous justiciables, mais qu e
beaucoup ignorent justement comment la justice fonctionne.
certains pensent qu'il faut des avocats pour tout, d'autres qu'il suffit de
donner des pièces et le juge se débrouillera etc.

le plus simple étant une consultation (pas très onéreuse) chez un avocat,
qui sera souvent de bons conseils pour la manière d'agir.
j'avais ocnsulté un avocat réputé dans une affaire, il m'a vait donné des
pistes mais ne pouvait pas me représenter, la partie adverse ét ant cliente
d'un de ses associés, donc conflit d'intérêt au cabinet. m ais n'empêche que
ses conseils m'ont aidé et mon avocat aussi
svbeev
Le #16455741
"Moisse" 4892a1e9$0$22296$
Dans le message
,
le devis etait dans le dossier depuis le debut,
a l'audience, la juge avait le devis devant elle
l'avocat a reçu tout le dossier egalement
mais le jugement a été fait en delibéré, et le juge n'a "pas vu "le
devis
la greffiere m'a confirmé que le devis etait bien dans le dossier!!
(par telephone)
et j'ai reçu le jugement, avec tout le dossier, et le devis en fait
partie!!!
donc le juge a jugé qu'en l'absence de devis, ...et il m'a debouté,
aux entiers depens !!!
en plus, dans les documents du dossier, il y avait une lettre RAR
adressé a la garante, mais qui m'est revenue non reclamée, mais que je
n'avais pas ouverte, et dedans, il y avait aussi le devis!
mais la juge n'a pas ouvert la lettre!!
je trouve ça vraiment trop fort!!! et je vais devoir payer les
depens!!!
bonjour la justice!



Le débat est contradictoire, mais le juge va tenir compte des conclusions
écrites.



Que neni, la procédure devant le juge de proximité est orale tout comme
devant le TI.
Je ne vous apprends rien, vous savez que le dépôt de conclusions n'est pas
nécessaire et si c'est une habitude trés utile des avocats d'établir un
récapitulatif écrits des moyens et prétentions, cela est trés exceptionnel
de la part des justiciables qui se présentent en personne.
D'où l'importance de la tenue de l'audience devant le TI ou la juridiction
de proximité car le juge doit déjà comprendre ce que sont les demandes ce
qui n'est pas toujours aisé dans le cas des saisines par déclaration au
greffe. Il doit également se préoccuper dés l'audience des moyens de preuve
apportés sinon on a souvent des surprises en délibéré et cela provoque des
réouvertures de débats
D'où également l'utilité d'un bon greffier qui tient une note d'audience
complète.

Je suppute que dans vos conclusions, si tant est que vous ayez établi et
déposé des conclusions, vous ne faites pas état du devis en question, et
le juge ne va pas fouiller le dossier en espérant y trouver un truc
inédit.



C'est pourtant un tout petit peu son boulot que de fouiller le dossier pour
voir s'il y trouve de quoi fonder les prétentions des parties.

Un vieil adage dit que lorsqu'on se défend tout seul on a souvent un con
comme avocat.
Le particulier peu informé que vous semblez paraître va collecter tout un
tas de documents et les déposer sur le bureau du juge, en espérant que
celui-ci va mener une enquête historique pour établir les faits.
La justice civile ne fonctionne pas ainsi.



Vous n'avez pas tort mais la justice d'instance comme de proximité
présentent des particularités qui tiennnent au mode de saisine et au mode de
comparution qui nécessitent un vrai travail d'instruction à l'audience.
Si les acteurs de cette justice ne sont pas prêts à faire se travail, il
faut qu'ils se recyclent.
Cela étant, je me garderais bien de commenter le fond du problèle car je
suis d'une prudence de sioux tant que je n'ai pas lu moi même un jugement.
Seul la lecture de la motivation me permettre d'apprécier une éventuelle
erreur du juge ce qui est toujours possible.
Mais là c'est un autre débat, celui de l'absence du double degré de
juridiction pour les litiges inférieurs à 4000 euros.
Moisse
Le #16455891
Dans le message 4892ede7$0$867$, svbeev
"Moisse" 4892a1e9$0$22296$
Dans le message
,
le devis etait dans le dossier depuis le debut,
a l'audience, la juge avait le devis devant elle
l'avocat a reçu tout le dossier egalement
mais le jugement a été fait en delibéré, et le juge n'a "pas vu "le
devis
la greffiere m'a confirmé que le devis etait bien dans le dossier!!
(par telephone)
et j'ai reçu le jugement, avec tout le dossier, et le devis en fait
partie!!!
donc le juge a jugé qu'en l'absence de devis, ...et il m'a debouté,
aux entiers depens !!!
en plus, dans les documents du dossier, il y avait une lettre RAR
adressé a la garante, mais qui m'est revenue non reclamée, mais que
je n'avais pas ouverte, et dedans, il y avait aussi le devis!
mais la juge n'a pas ouvert la lettre!!
je trouve ça vraiment trop fort!!! et je vais devoir payer les
depens!!!
bonjour la justice!



Le débat est contradictoire, mais le juge va tenir compte des
conclusions écrites.



Que neni, la procédure devant le juge de proximité est orale tout
comme devant le TI.
Je ne vous apprends rien, vous savez que le dépôt de conclusions
n'est pas nécessaire et si c'est une habitude trés utile des avocats
d'établir un récapitulatif écrits des moyens et prétentions, cela est
trés exceptionnel de la part des justiciables qui se présentent en
personne. D'où l'importance de la tenue de l'audience devant le TI ou
la
juridiction de proximité car le juge doit déjà comprendre ce que sont
les demandes ce qui n'est pas toujours aisé dans le cas des saisines
par déclaration au greffe. Il doit également se préoccuper dés
l'audience des moyens de preuve apportés sinon on a souvent des
surprises en délibéré et cela provoque des réouvertures de débats
D'où également l'utilité d'un bon greffier qui tient une note
d'audience complète.

Je suppute que dans vos conclusions, si tant est que vous ayez
établi et déposé des conclusions, vous ne faites pas état du devis
en question, et le juge ne va pas fouiller le dossier en espérant y
trouver un truc inédit.



C'est pourtant un tout petit peu son boulot que de fouiller le
dossier pour voir s'il y trouve de quoi fonder les prétentions des
parties.
Un vieil adage dit que lorsqu'on se défend tout seul on a souvent un
con comme avocat.
Le particulier peu informé que vous semblez paraître va collecter
tout un tas de documents et les déposer sur le bureau du juge, en
espérant que celui-ci va mener une enquête historique pour établir
les faits. La justice civile ne fonctionne pas ainsi.



Vous n'avez pas tort mais la justice d'instance comme de proximité
présentent des particularités qui tiennnent au mode de saisine et au
mode de comparution qui nécessitent un vrai travail d'instruction à
l'audience. Si les acteurs de cette justice ne sont pas prêts à faire
se travail,
il faut qu'ils se recyclent.
Cela étant, je me garderais bien de commenter le fond du problèle car
je suis d'une prudence de sioux tant que je n'ai pas lu moi même un
jugement. Seul la lecture de la motivation me permettre d'apprécier
une éventuelle erreur du juge ce qui est toujours possible.
Mais là c'est un autre débat, celui de l'absence du double degré de
juridiction pour les litiges inférieurs à 4000 euros.



Quand on comptabilise le nombre d'affaires inscrites à la même date
d'audience, renvois, absents et enfin décisions en délibéré, ce qui est
le cas pour quasiment toutes les affaires en proximité, l'oralité c'est
bien, mais les conclusions ce n'est pas mal non plus.

--
svbeev
Le #16456301
"Moisse" 4892f5e0$0$26058$
Dans le message 4892ede7$0$867$, svbeev
"Moisse" 4892a1e9$0$22296$
Dans le message
,
le devis etait dans le dossier depuis le debut,
a l'audience, la juge avait le devis devant elle
l'avocat a reçu tout le dossier egalement
mais le jugement a été fait en delibéré, et le juge n'a "pas vu "le
devis
la greffiere m'a confirmé que le devis etait bien dans le dossier!!
(par telephone)
et j'ai reçu le jugement, avec tout le dossier, et le devis en fait
partie!!!
donc le juge a jugé qu'en l'absence de devis, ...et il m'a debouté,
aux entiers depens !!!
en plus, dans les documents du dossier, il y avait une lettre RAR
adressé a la garante, mais qui m'est revenue non reclamée, mais que
je n'avais pas ouverte, et dedans, il y avait aussi le devis!
mais la juge n'a pas ouvert la lettre!!
je trouve ça vraiment trop fort!!! et je vais devoir payer les
depens!!!
bonjour la justice!



Le débat est contradictoire, mais le juge va tenir compte des
conclusions écrites.



Que neni, la procédure devant le juge de proximité est orale tout
comme devant le TI.
Je ne vous apprends rien, vous savez que le dépôt de conclusions
n'est pas nécessaire et si c'est une habitude trés utile des avocats
d'établir un récapitulatif écrits des moyens et prétentions, cela est
trés exceptionnel de la part des justiciables qui se présentent en
personne. D'où l'importance de la tenue de l'audience devant le TI ou la
juridiction de proximité car le juge doit déjà comprendre ce que sont
les demandes ce qui n'est pas toujours aisé dans le cas des saisines
par déclaration au greffe. Il doit également se préoccuper dés
l'audience des moyens de preuve apportés sinon on a souvent des
surprises en délibéré et cela provoque des réouvertures de débats
D'où également l'utilité d'un bon greffier qui tient une note
d'audience complète.

Je suppute que dans vos conclusions, si tant est que vous ayez
établi et déposé des conclusions, vous ne faites pas état du devis
en question, et le juge ne va pas fouiller le dossier en espérant y
trouver un truc inédit.



C'est pourtant un tout petit peu son boulot que de fouiller le
dossier pour voir s'il y trouve de quoi fonder les prétentions des
parties.
Un vieil adage dit que lorsqu'on se défend tout seul on a souvent un
con comme avocat.
Le particulier peu informé que vous semblez paraître va collecter
tout un tas de documents et les déposer sur le bureau du juge, en
espérant que celui-ci va mener une enquête historique pour établir
les faits. La justice civile ne fonctionne pas ainsi.



Vous n'avez pas tort mais la justice d'instance comme de proximité
présentent des particularités qui tiennnent au mode de saisine et au
mode de comparution qui nécessitent un vrai travail d'instruction à
l'audience. Si les acteurs de cette justice ne sont pas prêts à faire se
travail,
il faut qu'ils se recyclent.
Cela étant, je me garderais bien de commenter le fond du problèle car
je suis d'une prudence de sioux tant que je n'ai pas lu moi même un
jugement. Seul la lecture de la motivation me permettre d'apprécier
une éventuelle erreur du juge ce qui est toujours possible.
Mais là c'est un autre débat, celui de l'absence du double degré de
juridiction pour les litiges inférieurs à 4000 euros.



Quand on comptabilise le nombre d'affaires inscrites à la même date
d'audience, renvois, absents et enfin décisions en délibéré, ce qui est le
cas pour quasiment toutes les affaires en proximité, l'oralité c'est bien,
mais les conclusions ce n'est pas mal non plus.



Mon propos n'est pas de dire c'est bien ou pas bien mais bien plus
prosaiquement : telle est la loi.
Il n'est pas question à mon avis de s'abriter derrière l'absence de
conclusions pour justifier une mauvaise décision (ce qui peut toujours
arriver) et c'est à cela que j'ai réagi.
Les conclusions c'est évidemment plus confortable pour le juge est plus sûr
pour le justiciable (ne serait-ce qu'en cas d'omission de satuer) mais le
juge doit doit faire avec l'oralité et tenir son audience en conséquence si
les parties n'ont pas fait de conclusions.(demander des explications aux
parties, prendre des notes et vérifier la façon dont son greffier tient sa
note d'audience)
Moisse
Le #16457481
Dans le message 48930240$0$853$, svbeev
"Moisse" 4892f5e0$0$26058$
Dans le message 4892ede7$0$867$, svbeev
"Moisse" 4892a1e9$0$22296$
Dans le message
,
le devis etait dans le dossier depuis le debut,
a l'audience, la juge avait le devis devant elle
l'avocat a reçu tout le dossier egalement
mais le jugement a été fait en delibéré, et le juge n'a "pas vu
"le devis
la greffiere m'a confirmé que le devis etait bien dans le
dossier!! (par telephone)
et j'ai reçu le jugement, avec tout le dossier, et le devis en
fait partie!!!
donc le juge a jugé qu'en l'absence de devis, ...et il m'a
debouté, aux entiers depens !!!
en plus, dans les documents du dossier, il y avait une lettre RAR
adressé a la garante, mais qui m'est revenue non reclamée, mais
que je n'avais pas ouverte, et dedans, il y avait aussi le devis!
mais la juge n'a pas ouvert la lettre!!
je trouve ça vraiment trop fort!!! et je vais devoir payer les
depens!!!
bonjour la justice!



Le débat est contradictoire, mais le juge va tenir compte des
conclusions écrites.



Que neni, la procédure devant le juge de proximité est orale tout
comme devant le TI.
Je ne vous apprends rien, vous savez que le dépôt de conclusions
n'est pas nécessaire et si c'est une habitude trés utile des avocats
d'établir un récapitulatif écrits des moyens et prétentions, cela
est trés exceptionnel de la part des justiciables qui se présentent
en personne. D'où l'importance de la tenue de l'audience devant le
TI ou la juridiction de proximité car le juge doit déjà comprendre
ce que sont les demandes ce qui n'est pas toujours aisé dans le cas
des saisines par déclaration au greffe. Il doit également se
préoccuper dés l'audience des moyens de preuve apportés sinon on a
souvent des surprises en délibéré et cela provoque des réouvertures
de débats D'où également l'utilité d'un bon greffier qui tient une
note
d'audience complète.

Je suppute que dans vos conclusions, si tant est que vous ayez
établi et déposé des conclusions, vous ne faites pas état du devis
en question, et le juge ne va pas fouiller le dossier en espérant y
trouver un truc inédit.



C'est pourtant un tout petit peu son boulot que de fouiller le
dossier pour voir s'il y trouve de quoi fonder les prétentions des
parties.
Un vieil adage dit que lorsqu'on se défend tout seul on a souvent
un con comme avocat.
Le particulier peu informé que vous semblez paraître va collecter
tout un tas de documents et les déposer sur le bureau du juge, en
espérant que celui-ci va mener une enquête historique pour établir
les faits. La justice civile ne fonctionne pas ainsi.



Vous n'avez pas tort mais la justice d'instance comme de proximité
présentent des particularités qui tiennnent au mode de saisine et au
mode de comparution qui nécessitent un vrai travail d'instruction à
l'audience. Si les acteurs de cette justice ne sont pas prêts à
faire se travail,
il faut qu'ils se recyclent.
Cela étant, je me garderais bien de commenter le fond du problèle
car je suis d'une prudence de sioux tant que je n'ai pas lu moi
même un jugement. Seul la lecture de la motivation me permettre
d'apprécier une éventuelle erreur du juge ce qui est toujours
possible.
Mais là c'est un autre débat, celui de l'absence du double degré de
juridiction pour les litiges inférieurs à 4000 euros.



Quand on comptabilise le nombre d'affaires inscrites à la même date
d'audience, renvois, absents et enfin décisions en délibéré, ce qui
est le cas pour quasiment toutes les affaires en proximité,
l'oralité c'est bien, mais les conclusions ce n'est pas mal non plus.



Mon propos n'est pas de dire c'est bien ou pas bien mais bien plus
prosaiquement : telle est la loi.
Il n'est pas question à mon avis de s'abriter derrière l'absence de
conclusions pour justifier une mauvaise décision (ce qui peut toujours
arriver) et c'est à cela que j'ai réagi.
Les conclusions c'est évidemment plus confortable pour le juge est
plus sûr pour le justiciable (ne serait-ce qu'en cas d'omission de
satuer) mais le juge doit doit faire avec l'oralité et tenir son
audience en conséquence si les parties n'ont pas fait de
conclusions.(demander des explications aux parties, prendre des notes
et vérifier la façon dont son greffier tient sa note d'audience)



Je vous suis pas à pas, mais ce qui m'a fait réagir est l'accumulation
d'interventions sur la qualité du monde judiciaire de notre pays.
C'est à dire juges incompétents, corrompus, à la botte du pouvoir et
surtout du sieur Sarko, ou des patrons, du MEDEF...
Avocats verreux qui s'entendent sur le dos du client, qui s'en foutent
plein les fouilles, huissiers escrocs et qui ne font même pas leur
boulot, et j'en passe.
Et sur le présent sujet, pour avoir assisté à quelques séances en
proximité, comme de CPH d'ailleurs, je souhaite bien de l'entregent au
pauvre juge qui doit démêler des affaires embrouillées surtout lorsqu'il
n'y a pas de défenseurs habitués à prendre la parole à tour de rôle.
Alors l'oralité c'est bien, mais un bon petit exposé des faits concis
avec les pièces jointes ordonnées, ce n'est pas mal.

--
svbeev
Le #16458091
"Moisse" 4893235e$0$18555$

Je vous suis pas à pas, mais ce qui m'a fait réagir est l'accumulation
d'interventions sur la qualité du monde judiciaire de notre pays.
C'est à dire juges incompétents, corrompus, à la botte du pouvoir et
surtout du sieur Sarko, ou des patrons, du MEDEF...
Avocats verreux qui s'entendent sur le dos du client, qui s'en foutent
plein les fouilles, huissiers escrocs et qui ne font même pas leur boulot,
et j'en passe.



Je vous suis fort bien moi aussi.
Le moins que l'on puisse dire est que je ne suis guère suspect de relayer
ce genre d'idées toute faites et je me targue d'avoir une idée assez précise
de la réalité judiciaire de ce pays.
Pour autant, il est trés important que l'institution (dans toutes ses
composantes) garde la faculté de se remettre en cause et d'admettre ce qui
ne va pas.
C'est à ce prix qu'on se mettra à l'abri des remèdes actuels qui finiront
pas se réveler pire que le mal qu'ils sont censés soigner.
Vos propos sur les magistrats à la botte du pouvoir raisonne tout
particulièrement à mes oreilles en ces périodes de réforme du CSM...
Vous avez compris que mon propos est de portée générale et dépasse le cadre
de la question initiale du fil de discussion sur lequel, comme je l'ai dit,
je me garderai bien de porter un appréciation quelconque sur l'erreur prêtée
au juge de proximité sans avoir lu le jugement objet de critique.
Mais ma pratique des juges de proximité m'a aussi appris qu'on trouve dans
leurs rangs des profils bien différents et des compétences trés disparates.
La capacité à exercer la fonction de juger, que je tiens pour une des plus
difficiles pour qui ne vit pas engluer dans ses certitudes, ne prête à
aucune discussion lorsque nous avons affaire à des magistrats honoraires
rompus à l'exercice, mais j'en connais personnellement qui, issus d'autres
origines, ne présentent pas à mes yeux les compétences minimales requises
pour exercer leurs fonctions (y compris dans le lot des avocats en exercice)


Et sur le présent sujet, pour avoir assisté à quelques séances en
proximité, comme de CPH d'ailleurs, je souhaite bien de l'entregent au
pauvre juge qui doit démêler des affaires embrouillées surtout lorsqu'il
n'y a pas de défenseurs habitués à prendre la parole à tour de rôle.



Je sais parfaitement de quoi vous parlez. Cela est inhérent aux procédures
sans représentation obligatoire qui ont été ces derniers mois beaucoup
discutées tant à l'occasion de la réforme de la carte judiciaire que des
travaux de la commission Guinchard.
Je suis un fervent partisan de cet accès facile et direct au juge même si
cela rend sa fonction difficile.
On n'oblige personne à l'exercer et celui qui fait le choix de le faire
doit se donner les moyens de le faire du mieux qu'il peut même si c'est
parfois éprouvant.

Alors l'oralité c'est bien, mais un bon petit exposé des faits concis avec
les pièces jointes ordonnées, ce n'est pas mal.



Je suis absolument d'accord avec ce bémol, que quand ce plus trés
appréciable n'existe pas, on ne doit pas pour autant excuser de ce seul fait
un dysfonctionnement.

Je rappelle pour en finir que j'ai réagi à vos propos par ce qu'à ce qui
était présenté, à tort ou à raison, comme une erreur grossière vous avez
répondu
"Le débat est contradictoire, mais le juge va tenir compte des conclusions
écrites. Je suppute que dans vos conclusions, si tant est que vous ayez
établi et déposé des conclusions, vous ne faites pas état du devis en
question, et le juge ne va pas fouiller le dossier en espérant y trouver un
truc inédit."

Et c'est la dessus et surtout sur la denière phrase que je demeure en
désaccord.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme