Grosse fièvre et non-asssistance...

Le
a.n.k.o.l.iii
Bonjour,

Le cas va paraitre idiot pour certains mais moralement et humainement
parlant ça ne l'ait pas pour moi.

J'ai eu les débuts de cette foutue grippe ce week-end, j'ai passé une
nuit terrible de dimanche à lundi et j'ai dû avaler mes derniers
Doliprane vers 2h du matin.
La fièvre est montée à 40° au matin. Je tremblais comme une folle et=

ne savait pas ce que j'avais. Première fois que j'ai la grippe. Bref,
impossible de tenir debout sans avoir l'impression de tomber.

Lorsque mon copain s'est levé, je lui ai demandé d'aller me chercher
des Doliprane 1G à la pharmacie (5mn en voiture). Il a refusé
préferant déjeuner tranquilement avec son fils de 14 ans qui n'a pas
bronché. Il m'a seulement proposé un anti-douleur en attendant d'aller
voir le médecin.

J'étais incapable de faire quoique ce soit, j'ai donc appelé une
voisine qui en a appelé une plus proche, qui m'a amené la dose pour
faire baisser cette foutue fièvre.
Petit détail, je suis nouvelle dans la région et ne connais pas grand
monde J'allais quand même pas appelé ses parents. La honte.

Je n'ai pas l'impression que mon copain et son fils se rendent compte
de la gravité de la situation, de ce que j'ai vécu et me regardent
avec un air indifférent lorsque je leur dis que c'est limite "Non
assistance à personne en".

Je suis tres en colère, car je me sentie totalement seule. Et pour
tout dire, je suis encore aujourd'hui sous le choque.

Je ne pense pas non plus que cela soit un exemple d'éducation.
J'ai lui ai demandé des explications le soir, il m'a répondu que je
n'étais pas à l'article de la mort

Alors voici ma question, est-ce que cette malheureuse expérience
s'applique à "Non assistance à personne en danger" ?
Je souhaite leur faire prendre conscience de leur bêtise.
Ou j'ai encore de la fièvre et tout ceci est normal ?
Merci.
Questions / Réponses high-tech
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
JPM
Le #15872271
alors du grave comme ça c'est rare!!!!!!

PTDR!!!!!!!!!!!!!!!!!
Globern
Le #15872261
"JPM" écrivait news:47b29eb8$0$21148$
internet.fr:

alors du grave comme ça c'est rare!!!!!!

PTDR!!!!!!!!!!!!!!!!!






N'est-ce pas !? :)

F'rait mieux de virer tout le monde de chez elle vu l'aide apportée par ces
deux zigs.

Et vive la Liberté...

--
Globern
Tranquille, à la retraite.
Coco
Le #15872251
Où était le danger ??? Celui de rupture du couple ?? D'où le mail sur un
forum de droit ?


Bonjour,

Le cas va paraitre idiot pour certains mais moralement et humainement
parlant ça ne l'ait pas pour moi.

J'ai eu les débuts de cette foutue grippe ce week-end, j'ai passé une
nuit terrible de dimanche à lundi et j'ai dû avaler mes derniers
Doliprane vers 2h du matin.
La fièvre est montée à 40° au matin. Je tremblais comme une folle et
ne savait pas ce que j'avais. Première fois que j'ai la grippe. Bref,
impossible de tenir debout sans avoir l'impression de tomber.

Lorsque mon copain s'est levé, je lui ai demandé d'aller me chercher
des Doliprane 1G à la pharmacie (5mn en voiture). Il a refusé
préferant déjeuner tranquilement avec son fils de 14 ans qui n'a pas
bronché. Il m'a seulement proposé un anti-douleur en attendant d'aller
voir le médecin.

J'étais incapable de faire quoique ce soit, j'ai donc appelé une
voisine qui en a appelé une plus proche, qui m'a amené la dose pour
faire baisser cette foutue fièvre.
Petit détail, je suis nouvelle dans la région et ne connais pas grand
monde... J'allais quand même pas appelé ses parents.... La honte.

Je n'ai pas l'impression que mon copain et son fils se rendent compte
de la gravité de la situation, de ce que j'ai vécu et me regardent
avec un air indifférent lorsque je leur dis que c'est limite "Non
assistance à personne en...".

Je suis tres en colère, car je me sentie totalement seule. Et pour
tout dire, je suis encore aujourd'hui sous le choque.

Je ne pense pas non plus que cela soit un exemple d'éducation.
J'ai lui ai demandé des explications le soir, il m'a répondu que je
n'étais pas à l'article de la mort...

Alors voici ma question, est-ce que cette malheureuse expérience
s'applique à "Non assistance à personne en danger" ?
Je souhaite leur faire prendre conscience de leur bêtise.
Ou j'ai encore de la fièvre et tout ceci est normal ?
Merci.
Bigjoe
Le #15872221
news:
Bonjour,
<<<<<<<<< cut



Une forte odeur de Troll agresse soudain mes narines :-)
Serge
Le #15872211
Bonjour,

40° n'est pas mortel, surtout chez un adulte.....
Un bain "frais" l'aurait déjà fait baisser !

De plus un appel au 15 t'aurait permis d'avoir un médecin en ligne, qui
aurait pu t'envoyer un médecin généraliste à supposer que tu en aies
réellement besoin, ou t'expliquer que tu pouvais attendre le lendemain
!.....

Ce n'est pas ce qu'il est convenu d'appeler "une situation grave" sauf
allergie spécifique, laquelle nécessite de consulter....
Quand à l'automédication.....
Un gramme de paracétamol c'est "du confort" pas des soins vitaux !

Pour qu'il y ait "non assistance.....", il faut qu'il y ait danger de
mort, à priori ce n'était pas le cas !

Sans doute n'as tu jamais eu d'enfant ?
Tu verras ce qu'est la fièvre chez un gamin, ça monte très vite !

Serge

P.S. : l'année prochaine fais toi vacciner ;-)


Bonjour,

Le cas va paraitre idiot pour certains mais moralement et humainement
parlant ça ne l'ait pas pour moi.

J'ai eu les débuts de cette foutue grippe ce week-end, j'ai passé une
nuit terrible de dimanche à lundi et j'ai dû avaler mes derniers
Doliprane vers 2h du matin.
La fièvre est montée à 40° au matin. Je tremblais comme une folle et
ne savait pas ce que j'avais. Première fois que j'ai la grippe. Bref,
impossible de tenir debout sans avoir l'impression de tomber.

Lorsque mon copain s'est levé, je lui ai demandé d'aller me chercher
des Doliprane 1G à la pharmacie (5mn en voiture). Il a refusé
préferant déjeuner tranquilement avec son fils de 14 ans qui n'a pas
bronché. Il m'a seulement proposé un anti-douleur en attendant d'aller
voir le médecin.

J'étais incapable de faire quoique ce soit, j'ai donc appelé une
voisine qui en a appelé une plus proche, qui m'a amené la dose pour
faire baisser cette foutue fièvre.
Petit détail, je suis nouvelle dans la région et ne connais pas grand
monde... J'allais quand même pas appelé ses parents.... La honte.

Je n'ai pas l'impression que mon copain et son fils se rendent compte
de la gravité de la situation, de ce que j'ai vécu et me regardent
avec un air indifférent lorsque je leur dis que c'est limite "Non
assistance à personne en...".

Je suis tres en colère, car je me sentie totalement seule. Et pour
tout dire, je suis encore aujourd'hui sous le choque.

Je ne pense pas non plus que cela soit un exemple d'éducation.
J'ai lui ai demandé des explications le soir, il m'a répondu que je
n'étais pas à l'article de la mort...

Alors voici ma question, est-ce que cette malheureuse expérience
s'applique à "Non assistance à personne en danger" ?
Je souhaite leur faire prendre conscience de leur bêtise.
Ou j'ai encore de la fièvre et tout ceci est normal ?
Merci.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme