[histoire de la photographie] mise au point

Le
kax
This message is in MIME format. The first part should be readable text,
while the remaining parts are likely unreadable without MIME-aware tools.

--8323329-392622193-1317563072=:27680
Content-Type: TEXT/PLAIN; format=flowed; charset=ISO-8859-15
Content-Transfer-Encoding: QUOTED-PRINTABLE

Bonjour,

si l'on regarde sur un grand nombre de photographies anciennes
(j'ai sous les yeux les résultats de Google Search pour "Eugène Atget")=
,
on note un effet particulier : le premier plan se démarque clairement
de l'arrière-plan en raison, à ce qu'il me semble, d'un contraste
plus net ou encore peut-être d'un piqué plus marqué. Or, il ne me sem=
ble
pas s'agir d'une question de profondeur de champ puisque l'arrière-plan
aurait alors été davantage flou, non ? Quel est exactement cet effet ?

Plus précisément, je me pose la question suivante : autour de 1918, les
gens (je parle du commun des mortels, pas les spécialistes, donc cela
implique de tenir compte en priorité des photographies "visibles" de
façon plus ou moins publiques) avaient-ils l'habitude de voir des photogr=
aphies
avec des arrière-plans moins nets que le sujet ou au contraire se
représentaient-ils le "rendu photographique" comme quelque chose
d'uniformément précis ? En ce qui concerne la faible profondeur de cham=
p
et son utilisation, était-elle courante en 1918 ?

Pistes bibliographiques bienvenues. Cordialement,

--
Kax
--8323329-392622193-1317563072=:27680--
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Jean-Pierre Roche
Le #23813281
Le 02/10/2011 15:44, a écrit :
Bonjour,

si l'on regarde sur un grand nombre de photographies anciennes
(j'ai sous les yeux les résultats de Google Search pour
"Eugène Atget"),
on note un effet particulier : le premier plan se démarque
clairement
de l'arrière-plan en raison, à ce qu'il me semble, d'un
contraste
plus net ou encore peut-être d'un piqué plus marqué. Or, il
ne me semble
pas s'agir d'une question de profondeur de champ puisque
l'arrière-plan
aurait alors été davantage flou, non ? Quel est exactement
cet effet ?



Les photographes se sont longtemps battus avec le contraste.
De nombreuses photos anciennes ont un contraste aujourd'hui
jugé excessif... C'est une partie de la réponse.

Plus précisément, je me pose la question suivante : autour
de 1918, les
gens (je parle du commun des mortels, pas les spécialistes,
donc cela
implique de tenir compte en priorité des photographies
"visibles" de
façon plus ou moins publiques) avaient-ils l'habitude de
voir des photographies
avec des arrière-plans moins nets que le sujet ou au
contraire se
représentaient-ils le "rendu photographique" comme quelque
chose
d'uniformément précis ? En ce qui concerne la faible
profondeur de champ
et son utilisation, était-elle courante en 1918 ?



Les appareils de l'époque utilisaient des surfaces sensibles
de taille plus importante et donc des focales plus longues
qu'aujourd'hui. Les photos étaient souvent réalisées sur
pied en fermant le diaphragme donc, globalement, on avait
l'habitude de voir "tout net". Mais pour cela on limitait
ses ambitions : pas d'avant plan qui aurait été flou...
Il y a des exceptions évidemment : voir J.-H. Lartigue.


--
Jean-Pierre Roche

enlever sanspub pour m'écrire...
KMS
Le #23818201
a écrit le 02/10/2011 :
Bonjour,

si l'on regarde sur un grand nombre de photographies anciennes
(j'ai sous les yeux les résultats de Google Search pour "Eugène Atget"),
on note un effet particulier : le premier plan se démarque clairement
de l'arrière-plan en raison, à ce qu'il me semble, d'un contraste
plus net ou encore peut-être d'un piqué plus marqué. Or, il ne me semble
pas s'agir d'une question de profondeur de champ puisque l'arrière-plan
aurait alors été davantage flou, non ? Quel est exactement cet effet ?



J'ai vu les résultats de Google Search pour "Eugène Atget"...Peux-tu
donner un exemple, parce que tes remarques ne sont pas évidentes.

Je vois surtout un grand nombre de photos prises au très grand angle,
donc avec une bonne profondeur de champ, probablement accentuée par une
ouverture modeste. Et avec un piqué...limité.


Plus précisément, je me pose la question suivante : autour de 1918, les
gens (je parle du commun des mortels, pas les spécialistes, donc cela
implique de tenir compte en priorité des photographies "visibles" de
façon plus ou moins publiques) avaient-ils l'habitude de voir des
photographies
avec des arrière-plans moins nets que le sujet ou au contraire se
représentaient-ils le "rendu photographique" comme quelque chose
d'uniformément précis ? En ce qui concerne la faible profondeur de champ
et son utilisation, était-elle courante en 1918 ?

Pistes bibliographiques bienvenues. Cordialement,
kax
Le #23820831
This message is in MIME format. The first part should be readable text,
while the remaining parts are likely unreadable without MIME-aware tools.

--8323329-781774691-1317729536=:25003
Content-Type: TEXT/PLAIN; charset=iso-8859-15; format=flowed
Content-Transfer-Encoding: QUOTED-PRINTABLE

On Mon, 3 Oct 2011, KMS wrote:
Je vois surtout un grand nombre de photos prises au très grand angle, d onc
avec une bonne profondeur de champ, probablement accentuée par une ouve rture
modeste. Et avec un piqué...limité.



Par exemple sur celle-ci, la différence entre le premier plan et l'arri ère-plan
est assez nette ; il me semble que c'est surtout au niveau du contraste
que cela se fait ; le fond devient vaporeux :

http://4.bp.blogspot.com/_eXc_EwBohOg/SwqY1TH2IYI/AAAAAAAAAhg/pq_ay-HutBU/s 1600/atget2a.jpg

Comment se fait-il que le premier plan soit plus foncé ? Je pars du princ ipe
qu'il n'y avait pas de brouillard ;-) puisqu'on retrouve un effet de ce gen re
sur un grand nombre de photos.

--
Kax
--8323329-781774691-1317729536=:25003--
KMS
Le #23821081
a écrit le 04/10/2011 :
On Mon, 3 Oct 2011, KMS wrote:
Je vois surtout un grand nombre de photos prises au très grand angle, donc
avec une bonne profondeur de champ, probablement accentuée par une
ouverture modeste. Et avec un piqué...limité.



Par exemple sur celle-ci, la différence entre le premier plan et
l'arrière-plan
est assez nette ; il me semble que c'est surtout au niveau du contraste
que cela se fait ; le fond devient vaporeux :

http://4.bp.blogspot.com/_eXc_EwBohOg/SwqY1TH2IYI/AAAAAAAAAhg/pq_ay-HutBU/s1600/atget2a.jpg

Comment se fait-il que le premier plan soit plus foncé ? Je pars du principe
qu'il n'y avait pas de brouillard ;-) puisqu'on retrouve un effet de ce genre
sur un grand nombre de photos.



Ce qui frappe d'amblée sur cette photo, c'est le ciel méchamment
lumineux (heureusement qu'il n'y en a pas plus, ça fait mal aux
yeux...) C'est vrai en général pour le centre de l'image, alors que les
bords sont au contraire nettement trop sombres, il y a un vignetage du
feu de Dieu. Je vois bien davantage une opposition centre-bords que
premier plan-arrère plan. Sinon, tout est vaporeux, le piqué général
est médiocre, au moins tel qu'on peut visualiser ce scan à l'écran.

Le photographe a fait le choix d'un compromis au niveau de
l'exposition, mais la technique dont il disposait était apparemment
trop limitée pour un sujet beaucoup trop difficile en terme de
dynamique. Il y a d'autres photos du même auteur bien plus réussies.
£g
Le #23821531

On Mon, 3 Oct 2011, KMS wrote:
Je vois surtout un grand nombre de photos prises au très grand angle,
donc
avec une bonne profondeur de champ, probablement accentuée par une
ouverture
modeste. Et avec un piqué...limité.



Par exemple sur celle-ci, la différence entre le premier plan et
l'arrière-plan
est assez nette ; il me semble que c'est surtout au niveau du contraste
que cela se fait ; le fond devient vaporeux :

http://4.bp.blogspot.com/_eXc_EwBohOg/SwqY1TH2IYI/AAAAAAAAAhg/pq_ay-HutBU/s1600/atget2a.jpg

Comment se fait-il que le premier plan soit plus foncé ? Je pars du
principe
qu'il n'y avait pas de brouillard ;-) puisqu'on retrouve un effet de ce
genre
sur un grand nombre de photos.

--
Kax

Modifie ton principe et part de celui que c'est une photo de nuit.
Regarde bien le départ de lumière du réverbère, tu pourras suivre les
rayons de lumière et le "ciel brûlé" par la lumière abondante des autres
sources lumineuses.
Doit quand même y avoir une légère brume ou une pluie fine
La photo est elle réellement ancienne?

£g
Hic
Le #23821631
On Tue, 4 Oct 2011 16:08:21 +0200, "£g"


On Mon, 3 Oct 2011, KMS wrote:
Je vois surtout un grand nombre de photos prises au très grand angle,
donc
avec une bonne profondeur de champ, probablement accentuée par une
ouverture
modeste. Et avec un piqué...limité.



Par exemple sur celle-ci, la différence entre le premier plan et
l'arrière-plan
est assez nette ; il me semble que c'est surtout au niveau du contraste
que cela se fait ; le fond devient vaporeux :

http://4.bp.blogspot.com/_eXc_EwBohOg/SwqY1TH2IYI/AAAAAAAAAhg/pq_ay-HutBU/s1600/atget2a.jpg

Comment se fait-il que le premier plan soit plus foncé ? Je pars du
principe
qu'il n'y avait pas de brouillard ;-) puisqu'on retrouve un effet de ce
genre
sur un grand nombre de photos.




cela ressemble à une eclaircie aprés l'orage ,

le flou est du crâmé comme l'avant plan au centre
Bour-Brown
Le #23823111
( )

Comment se fait-il que le premier plan soit plus foncé ? Je pars du
principe qu'il n'y avait pas de brouillard ;-) puisqu'on retrouve un effet
de ce genre sur un grand nombre de photos.



Je pense que sur ce genre de photo on a affaire à deux types d'altérations :
- un flare (diffusion de la lumière dans les parties à fort contraste, façon
Hamilton)
- un vignetage (les bords étant souvant les façades)

Il suffit qu'il y ait en plus un léger voile atmosphérique...
Jean-Pierre Roche
Le #23824271
Le 04/10/2011 20:34, Bour-Brown a écrit :

Je pense que sur ce genre de photo on a affaire à deux types
d'altérations :
- un flare (diffusion de la lumière dans les parties à fort
contraste, façon
Hamilton)



Il se dit que les optiques d'époque n'étaient pas traitées
multicouches mais ça doit être une fable

- un vignetage (les bords étant souvant les façades)

Il suffit qu'il y ait en plus un léger voile atmosphérique...



Bizarre quand même que personne ne pense à la gestion du
contraste, un bug dans le logiciel de l'époque sans doute


--
Jean-Pierre Roche

enlever sanspub pour m'écrire...
Hic
Le #23824411
Jean-Pierre Roche a présenté l'énoncé suivant :
Le 04/10/2011 20:34, Bour-Brown a écrit :

Je pense que sur ce genre de photo on a affaire à deux types
d'altérations :
- un flare (diffusion de la lumière dans les parties à fort
contraste, façon
Hamilton)



Il se dit que les optiques d'époque n'étaient pas traitées multicouches mais
ça doit être une fable

- un vignetage (les bords étant souvant les façades)

Il suffit qu'il y ait en plus un léger voile atmosphérique...



Bizarre quand même que personne ne pense à la gestion du contraste, un bug
dans le logiciel de l'époque sans doute



ca fais lomgtemp que tu n'as pas un tour du coté d'un photomaton ;o)

raté ,je suis en high ke(y) ,il n'a confondu avec un black
moderne ?

--
AuReVoiR Hic
Le futur a été crée pour être changé. - Paulo Coelho
ftp://Hic::21
Jean-Pierre Roche
Le #23824401
Le 05/10/2011 08:44, Hic a écrit :

ca fais lomgtemp que tu n'as pas un tour du coté d'un
photomaton ;o)



Tant qu'à faire, je préfère Harcourt.


--
Jean-Pierre Roche

enlever sanspub pour m'écrire...
Publicité
Poster une réponse
Anonyme