[ICC] Paumé pour avoir la "vraie" couleur

Le
benoit
Bonjour,


Je suis sur un problème que je n'arrive pas à résoudre, ou du moins je
ne suis pas sûr d'avoir la solution.

Problème : comment avoir les « vraies » couleurs de la prise vue avec
des images RAW.

Ce que je veux dire par là, c'est que nos outils ont souvent tendance à
modifier la balance des blancs pour normaliser les images. Un éclairage
chaud (une lampe incandescente) sera « refroidie » et réciproquement.
Hors, de temps en temps je veux vraiment revenir à la couleur originale.

Nos yeux (le cerveau en fait) corrige cela autant que faire se peut. Si
on porte des lunettes de soleil vertes, au bout d'un certain temps la
dominante verte diparaît. On ne sait pas tout corriger, l'éclairage au
sodium est un bon exemple, mais on corrige beaucoup. Si je veux avoir
une photo qui se rapproche de la "vérité" comment fais-je ? Je veux
juste corriger les défauts du capteur ; c'est tout. Ni plus, ni moins.

Dans Lightroom la sélection du profile ICC et la remise à 0 de tous les
curseurs à 0 suffit ? Bref comment je fais, je suis paumé avec tout ce
que je peux faire pour modifier ce qu'il propose sans savoir revenir à
l'origine.

D'avance merci,


P.S. J'utilise LightRoom 5, Pshop CS6, et un Sony A7 II RAW only.

--
"La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La
pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne et
personne ne sait pourquoi !" [ Albert Einstein ]
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 5
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Jean_
Le #26355934
Benoit vient de nous annoncer :
Si je veux avoir une photo qui se rapproche de la "vérité"
comment fais-je ? Je veux juste corriger les défauts du capteur ;
c'est tout. Ni plus, ni moins.



Un bon début, c'est d'étalonner l'écran et l'imprimante (selon ce que
tu utilises au final pour voir tes photos).
Ensuite, les outils de LR autorisent pas mal de choses qui permettent
de s'approcher des couleurs dont on se souvient, qui est souvent
éloigné de la "vérité".
Richard Hachel
Le #26355933
Le 09/06/2015 à 14:12, Jean_ a écrit :
Benoit vient de nous annoncer :
Si je veux avoir une photo qui se rapproche de la "vérité"
comment fais-je ? Je veux juste corriger les défauts du capteur ;
c'est tout. Ni plus, ni moins.



Un bon début, c'est d'étalonner l'écran et l'imprimante (selon ce que
tu utilises au final pour voir tes photos).
Ensuite, les outils de LR autorisent pas mal de choses qui permettent
de s'approcher des couleurs dont on se souvient, qui est souvent
éloigné de la "vérité".




Le mieux est de photographier des images quelconques et de les comparer
ensuite avec
la nouvelle image créé.

La vraie couleur étant, évidemment sur l'image quelconque, puisque
c'est sur elle
qu'on teste.

Il faut donc s'arranger pour que le rendu soit le plus proche possible de
l'image
initiale.

Si on a la même image, c'est que l'appareil restitue les vraies
couleurs.

R.H.
jdd
Le #26355941
Benoit vient de nous annoncer :
Si je veux avoir une photo qui se rapproche de la "vérité" comment
fais-je ? Je veux juste corriger les défauts du capteur ; c'est tout.
Ni plus, ni moins.





"les défauts du capteur": pour ça, faire confiance aux ingés du
fabricant de caméra"

après il y a d'autres défauts à corriger :-)

jdd
benoit
Le #26355955
Richard Hachel
Le 09/06/2015 à 14:12, Jean_ a écrit :
> Benoit vient de nous annoncer :
>> Si je veux avoir une photo qui se rapproche de la "vérité"
>> comment fais-je ? Je veux juste corriger les défauts du capteur ;
>> c'est tout. Ni plus, ni moins.
>
> Un bon début, c'est d'étalonner l'écran et l'imprimante (selon ce que
> tu utilises au final pour voir tes photos).



Étalonner l'écran est quelque chose que je fais à peu près à chaque fois
que je me mets à traiter les photos de façon « sérieuse ». Pour
l'impression, c'est toujours fait à l'extérieur et le mieux que j'ai
toujours eu est d'envoyer un RVB de base en faisant confiance au labo
qu'il paramètre correctement son imprimante.

> Ensuite, les outils de LR autorisent pas mal de choses qui permettent
> de s'approcher des couleurs dont on se souvient, qui est souvent
> éloigné de la "vérité".



Justement, ce n'est pas ce dont je me souviens, mais ce que c'était
réelement. Pas ce que je voyais, pas ce que j'imagine aujourd'hui ce que
c'était, mais ce que c'était réellement.

Le mieux est de photographier des images quelconques et de les comparer
ensuite avec la nouvelle image créé.

La vraie couleur étant, évidemment sur l'image quelconque, puisque c'est
sur elle qu'on teste.



J'ai du mal à suivre. L'image quelconque a obligatoirement été modifiée
à l'importation. Ce que je veux, ce sont justement des images dont je
suis sûr qu'elles n'ont pas été modifiées, à aucun moment, sauf la
correction des défauts du capteur.

Il faut donc s'arranger pour que le rendu soit le plus proche possible de
l'image initiale.



Comment suis-je sûr d'avoir cette image initiale qui conserve les
éventuels « défauts » d'éclairage ?

Un exemple :

À gauche l'image « réelle », à droite l'image normalisée avec les
corrections automatiques ; des blancs qui sont blancs (saturation et
luminance des bleus à revoir pour avoir du noir noir). Ce qu'on
regardait c'est l'image de gauche, mais ce qu'on voyait, celle dont on
se souvient, c'était celle de droite. On a avec cet exemple une
caricature de la différence entre raw et jpeg.

Je veux être sûr que l'image que j'ai dans LR est bien sans aucune
correction (à gauche) sauf les particularités du capteur. Il faut
d'ailleurs que je replonge dans le mode d'emploi pour m'assurer que
l'appareil ne corrige pas les couleurs, même en RAW (on ne sait jamais
ce dont sont capables ces fabricants).

Si on a la même image, c'est que l'appareil restitue les vraies
couleurs.



Là, je ne comprends rien du tout, désolé.

--
"La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La
pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et
personne ne sait pourquoi !" [ Albert Einstein ]
benoit
Le #26355956
jdd
> Benoit vient de nous annoncer :
>> Si je veux avoir une photo qui se rapproche de la "vérité" comment
>> fais-je ? Je veux juste corriger les défauts du capteur ; c'est tout.
>> Ni plus, ni moins.

"les défauts du capteur": pour ça, faire confiance aux ingés du
fabricant de caméra"



Oui, mais je veux être sûr qu'il n'y a pas d'autres corrections dans
l'image servant de base au travail derrière.

après il y a d'autres défauts à corriger :-)





--
"La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La
pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et
personne ne sait pourquoi !" [ Albert Einstein ]
Charles Vassallo
Le #26355971
(Benoit) a écrit :
Je suis sur un problème que je n'arrive pas à résoudre, ou du moins je
ne suis pas sûr d'avoir la solution.

Problème : comment avoir les « vraies » couleurs de la prise vue avec
des images RAW.

Ce que je veux dire par là, c'est que nos outils ont souvent tendance à
modifier la balance des blancs pour normaliser les images. Un éclairage
chaud (une lampe incandescente) sera « refroidie » et réciproquement.
Hors, de temps en temps je veux vraiment revenir à la couleur originale.



En un mot, tu ne pourras pas. Le but de la chaine graphique est de te
montrer les couleurs que prendrait la scène sous une lumière standard à
5000 ou 6500 K et d'imprimer ces couleurs correctement... si tu examines
le papier sous une lumière à 5000 K. Pour retrouver les sensations
d'origine, il faudrait

- soit que tu travailles avec un moniteur étalonné avec la TC de la
lumière de la scène photographiée (et dans le noir complet, sinon l'oeil
servira de la lumière ambiante pour réinterpréter les couleurs)
- soit que tu regardes ton tirage sous une lumière spot avec la même TC
(et à nouveau dans le noir, bien sûr)

Bref, impossible.

Le but de la chaine graphique est de restituer la scène photographiée le
plus correctement possible sous une lumière différente de la lumière
d'ambiance de la scène. En principe, l'oeil devrait suivre car les
couleurs d'un objet sont toujours à peu près les mêmes quand la lumière
change. Cependant, l'oeil finit quand même par décrocher quand cette
lumière prend trop de libertés par rapport aux standards de la lumière
du soleil.

On passe alors dans le subjectif ; une fois de plus l'appareil n'est pas
un instrument capable de restituer une vérité qui n'existe pas. Donc il
faut exercer ses responsabilités d'auteur et corriger comme on le sent.
Pour jouer avec la lumière d'ambiance, on dispose du curseur de
température de couleur (jaune-bleu) et du curseur secondaire (vert-magenta).

Et bien entendu ce qui se passe en lumière faible (en vision nocturne)
est encore une autre histoire.

Charles
benoit
Le #26356008
Charles Vassallo
(Benoit) a écrit :
> Je suis sur un problème que je n'arrive pas à résoudre, ou du moins je
> ne suis pas sûr d'avoir la solution.
>
> Problème : comment avoir les « vraies » couleurs de la prise vue avec
> des images RAW.
>
> Ce que je veux dire par là, c'est que nos outils ont souvent tendance à
> modifier la balance des blancs pour normaliser les images. Un éclairage
> chaud (une lampe incandescente) sera « refroidie » et réciproquement.
> Hors, de temps en temps je veux vraiment revenir à la couleur originale.

En un mot, tu ne pourras pas. Le but de la chaine graphique est de te
montrer les couleurs que prendrait la scène sous une lumière standard à
5000 ou 6500 K et d'imprimer ces couleurs correctement... si tu examines
le papier sous une lumière à 5000 K. Pour retrouver les sensations
d'origine, il faudrait

- soit que tu travailles avec un moniteur étalonné avec la TC de la
lumière de la scène photographiée (et dans le noir complet, sinon l'oeil
servira de la lumière ambiante pour réinterpréter les couleurs)
- soit que tu regardes ton tirage sous une lumière spot avec la même TC
(et à nouveau dans le noir, bien sûr)

Bref, impossible.



C'est pas sympa ce que tu me dis avec moult justifications. Cela étant,
j'attendais ta réponse avec impatience et je suis content que tu sois
passé par là. L'½il va réinterpréter, corriger, ajuster les couleurs
pour revenir à une norme (cf. les lunettes de soleil vertes). Je cherche
à partir de 0, pas d'ajustements, pas de corrections, rien.

De toute façon, ton tirage aura beau être pile poil comme tu le
souhaites, s'il est accroché sur un mur orange avec des lampes halogènes
dans la pièce, ou sur un mur bleu avec des néons... ce ne sera pas la
même image, le même tirage oui, la même image, non. L'¼il corrigera un
peu les excès ; pas tout le temps.

Le but de la chaine graphique est de restituer la scène photographiée le
plus correctement possible sous une lumière différente de la lumière
d'ambiance de la scène. En principe, l'oeil devrait suivre car les
couleurs d'un objet sont toujours à peu près les mêmes quand la lumière
change. Cependant, l'oeil finit quand même par décrocher quand cette
lumière prend trop de libertés par rapport aux standards de la lumière
du soleil.



Oui, oui, oui. Mais ! La chaîne graphique a tendance à normaliser un peu
tout ça et ce que je souhaite c'est partir avec des bases saines, pour
qu'il n'y ait comme retouches que les miennes.

On passe alors dans le subjectif ; une fois de plus l'appareil n'est pas
un instrument capable de restituer une vérité qui n'existe pas. Donc il
faut exercer ses responsabilités d'auteur et corriger comme on le sent.
Pour jouer avec la lumière d'ambiance, on dispose du curseur de
température de couleur (jaune-bleu) et du curseur secondaire (vert-magenta).



Tout est là. Je veux que ce soit moi qui joue avec la température de
couleur, pas un logiciel (quelque soit sa qualité) que je dois
décorriger pour pouvoir partir sur des bases propres. Supposons que
l'½il capte les couleurs de manières à peu près uniforme entre le violet
et le rouge (j'ai dit supposons). S'il fait beau, sans nuages (Tresmeur
régulièrement) alors les blancs sont supposés chauds et les bronzages
plutot marqués. S'il pleut (Tresemeur de temps en temps) les blancs
seront froids (même s'il fait 25°) et les bronzages vireront vers le
noir (éclaire du rouge avec du bleu et dits-moi s'il s'éclaircit).

C'est ce que je veux conserver, ce sur quoi je veux travailler et non
essayer d'annuler une correction logicielle. Mon problème est que la
chaîne graphique a tendance à niveler le tout, ramener la colorimétrie à
une moyenne. La moyenne de ce qu'on voit quand l'½il a pris l'habitude
de cette dominante et la corrige. C'est moi qui corrige, pas les
machines.

Et bien entendu ce qui se passe en lumière faible (en vision nocturne)
est encore une autre histoire.



Là, y-a pas photo :)

--
"La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La
pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et
personne ne sait pourquoi !" [ Albert Einstein ]
benoit
Le #26356010
Charles Vassallo
En un mot, tu ne pourras pas.



Je le pouvais pourtant avant, sans aucun problème : j'appuyais sur le
bouton et ma diapo me présentais ce qu'elle avait reçu comme lumière.

C'est ce que je cherche. Revenir à la base.

--
"La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La
pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et
personne ne sait pourquoi !" [ Albert Einstein ]
René
Le #26356025
"Benoit" a écrit dans le message de groupe de discussion :
1m5qxtn.15115m514ydvxjN%

Problème : comment avoir les « vraies » couleurs de la prise vue avec
des images RAW.

Ce que je veux dire par là, c'est que nos outils ont souvent tendance à
modifier la balance des blancs pour normaliser les images. Un éclairage
chaud (une lampe incandescente) sera « refroidie » et réciproquement.
Hors, de temps en temps je veux vraiment revenir à la couleur originale.

Nos yeux (le cerveau en fait) corrige cela autant que faire se peut. Si
on porte des lunettes de soleil vertes, au bout d'un certain temps la
dominante verte diparaît. On ne sait pas tout corriger, l'éclairage au
sodium est un bon exemple, mais on corrige beaucoup. Si je veux avoir
une photo qui se rapproche de la "vérité" comment fais-je ? Je veux
juste corriger les défauts du capteur ; c'est tout. Ni plus, ni moins.




Laisse ton cerveau et ta mémoire de côté. Place une carte comme ceci dans
ton décors:
http://www.adorama.com/dkmcc.html

René
Jean-Pierre Roche
Le #26356032
Le 09/06/2015 22:35, Benoit a écrit :

En un mot, tu ne pourras pas.



Je le pouvais pourtant avant, sans aucun problème : j'appuyais sur le
bouton et ma diapo me présentais ce qu'elle avait reçu comme lumière.

C'est ce que je cherche. Revenir à la base.



La vraie couleur ça n'existe pas... C'est à toi de choisir
de choisir l'interprétation que tu en souhaites. Soit celle
de l'appareil s'il est en mode "TC auto", soit une valeur
normalisée (menu déroulant dans LR), soit ton interprétation
personnelle avec les deux curseurs à ta disposition. Ou
encore utiliser la pipette, éventuellement sur une gamme de
gris mise dans le cadre de la prise de vue. Classique en
studio...

--
Jean-Pierre Roche

enlever sanspub pour m'écrire...
Publicité
Poster une réponse
Anonyme