Jean Bricmont et l?affaire Siné

Le
jsp
http://www.herveryssen.com/
Article de Jean Bricmont, trouvé sur le site Le Grand Soir:

"que penser du fait qu'un simple journaliste, Claude Askolovitch, en
lançant une accusation radiophonique d'antisémitisme, peut ainsi faire
virer un des plus grand caricaturistes de France ? Si l'on voulait faire
croire à la population qu'il existe un "pouvoir juif" tout-puissant, il
n'est pas évident qu'on s'y prendrait autrement. C'est le larbinisme de Val
et de ses collègues qui suggèrent qu'être juif aide à réussir, pas les
écrits de Siné (d'aucuns suggèrent que Val a simplement profité de
l'occasion pour se débarrasser d'un collaborateur qu'il détestait ; mais
quoi qu'il en soit, le fait est que l'accusation d'antisémitisme permet
de "casser" n'importe qui, sans possibilité de défense, sans débat
contradictoire, sans procès équitable ; c'est l'analogue moderne des
lettres de cachet).

Cette affaire, vue dans le contexte des attaques répétées de Charlie contre
les musulmans, amène la liberté d'expression en France à une croisée des
chemins : soit on déclare une fois pour toutes que les musulmans et les
catholiques sont des cibles légitimes qui doivent subir en silence toutes
les insultes et toutes les caricatures, mais que tout propos désobligeant
contenant le mot "juif" ou "sioniste" est tabou, ou bien cette affaire
permettra de faire sauter ce verrou. Dans le premier cas, il ne faut se
faire aucune illusion : un tel traitement différentiel suscitera (et
suscite sans doute déjà) un antisémitisme massif, bien que silencieux et
ignoré des élites médiatiques.

Sur le fond, cette sinistre affaire, qui fait suite à celles impliquant
Dieudonné, Mermet, Boniface, Ménargues, Morin et bien d'autres [Cf. Le
Fanatisme juif, ndle] aurait une issue heureuse si elle permettait de
clarifier une fois pour toutes les limites de la liberté d'expression

À la "psychose du juif persécuté", pour reprendre l'expression de Gisèle
Halimi dans sa lettre à Philippe Val, répond le fantasme de la "seule
démocratie au Moyen-Orient" menacée par ses voisins. En France, les juifs
ne sont pas persécutés, ce sont les "antisémites", réels ou supposés, qui
le sont. Israël n'est pas menacé, mais menaçant. La lutte pour la liberté
d'expression n'est pas seulement la défense d'une conquête ancienne, mais
aussi une lutte pour faire sortir la pensée du carcan où l'ont enfermée des
décennies de propagande pro-israélienne.

Il est urgent, dans l'intérêt de la paix, de libérer les esprits de la peur
de l'accusation d'antisémitisme, de dé-sioniser la vision que nous avons du
Moyen-Orient et d'oublier Charlie Hebdo."

Ajoutons qu'il est tout aussi urgent de "dé-sioniser" notre système
médiatique.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Franck jam
Le #16434771
>"jsp"
http://www.herveryssen.com/



(La suite du message de jsp se trouve à la fin de mon intervention)

Ca y est. ça devait arriver. L'affaire Philipe Val (et non pas Siné) attire
ces zélateurs du renouveau français qui, pain béni, sautent sur cette
occasion pour défendre leurs thèses antisémites ; le tout sous couvert d'un
antisionisme dévoyé et d'une stigmatisation de la liberté d'expression.

Ce site d'Hervé Ryssen donné en lien par jsp est à vomir.

Le bandeau de droite se suffit déjà à lui-même :

- La Mafia juive
- ...
- Psychopathologie du judaïsme
- Albert Einstein, un bluff cosmopolite
- Boris Frankel, ses magouilles, son suicide
- Bruno Bettelheim, ses mensonges, son suicide
- Jerzy Kosinsky, l'affabulateur
- ...
- Primo Levy, ses mensonges, son suicide
- Romain Gary et la névrose juive
- Stefan Zweig et la névrose juive
- ...

Mais qui se cache sous le pseudonyme d'Hervé Ryssen ?

Il s'agit en fait d'Hervé Lalin, un ancien militant FN, responsable Unité
Radicale d'Ile-de-France au début des années 2000 et en même temps militant
MNR de Paris - Ile-de-France.
Lalin, sous couvert d'un antisionisme dévoyé, fait bel et bien partie de la
catégorie des antisémites pathologiques, se vautrant dans des fantasmes d'
apartheid et de racisme différencialiste.

A bon entendeur.

Max

ENTREE DES CHIOTTES
--------------------------------->

Article de Jean Bricmont, trouvé sur le site Le Grand Soir:

"...que penser du fait qu'un simple journaliste, Claude Askolovitch, en
lançant une accusation radiophonique d'antisémitisme, peut ainsi faire
virer un des plus grand caricaturistes de France ? Si l'on voulait faire
croire à la population qu'il existe un "pouvoir juif" tout-puissant, il
n'est pas évident qu'on s'y prendrait autrement. C'est le larbinisme de


Val
et de ses collègues qui suggèrent qu'être juif aide à réussir, pas les
écrits de Siné (d'aucuns suggèrent que Val a simplement profité de
l'occasion pour se débarrasser d'un collaborateur qu'il détestait ; mais
quoi qu'il en soit, le fait est que l'accusation d'antisémitisme permet
de "casser" n'importe qui, sans possibilité de défense, sans débat
contradictoire, sans procès équitable ; c'est l'analogue moderne des
lettres de cachet).

Cette affaire, vue dans le contexte des attaques répétées de Charlie


contre
les musulmans, amène la liberté d'expression en France à une croisée des
chemins : soit on déclare une fois pour toutes que les musulmans et les
catholiques sont des cibles légitimes qui doivent subir en silence toutes
les insultes et toutes les caricatures, mais que tout propos désobligeant
contenant le mot "juif" ou "sioniste" est tabou, ou bien cette affaire
permettra de faire sauter ce verrou. Dans le premier cas, il ne faut se
faire aucune illusion : un tel traitement différentiel suscitera (et
suscite sans doute déjà) un antisémitisme massif, bien que silencieux et
ignoré des élites médiatiques.

Sur le fond, cette sinistre affaire, qui fait suite à celles impliquant
Dieudonné, Mermet, Boniface, Ménargues, Morin et bien d'autres [Cf. Le
Fanatisme juif, ndle] aurait une issue heureuse si elle permettait de
clarifier une fois pour toutes les limites de la liberté d'expression...

... À la "psychose du juif persécuté", pour reprendre l'expression de


Gisèle
Halimi dans sa lettre à Philippe Val, répond le fantasme de la "seule
démocratie au Moyen-Orient" menacée par ses voisins. En France, les juifs
ne sont pas persécutés, ce sont les "antisémites", réels ou supposés, qui
le sont. Israël n'est pas menacé, mais menaçant. La lutte pour la liberté
d'expression n'est pas seulement la défense d'une conquête ancienne, mais
aussi une lutte pour faire sortir la pensée du carcan où l'ont enfermée


des
décennies de propagande pro-israélienne.

Il est urgent, dans l'intérêt de la paix, de libérer les esprits de la


peur
de l'accusation d'antisémitisme, de dé-sioniser la vision que nous avons


du
Moyen-Orient et d'oublier Charlie Hebdo."

Ajoutons qu'il est tout aussi urgent de "dé-sioniser" notre système
médiatique.



-------------------------------->
SORTIE DES CHIOTTES
Franck jam
Le #16434761
>"jsp"
http://www.herveryssen.com/



(La suite du message de jsp se trouve à la fin de mon intervention)

Ca y est. ça devait arriver. L'affaire Philipe Val (et non pas Siné) attire
ces zélateurs du renouveau français qui, pain béni, sautent sur cette
occasion pour défendre leurs thèses antisémites ; le tout sous couvert d'un
antisionisme dévoyé et d'une stigmatisation de la liberté d'expression.

Ce site d'Hervé Ryssen donné en lien par jsp est à vomir.

Le bandeau de droite se suffit déjà à lui-même :

- La Mafia juive
- ...
- Psychopathologie du judaïsme
- Albert Einstein, un bluff cosmopolite
- Boris Frankel, ses magouilles, son suicide
- Bruno Bettelheim, ses mensonges, son suicide
- Jerzy Kosinsky, l'affabulateur
- ...
- Primo Levy, ses mensonges, son suicide
- Romain Gary et la névrose juive
- Stefan Zweig et la névrose juive
- ...

Mais qui se cache sous le pseudonyme d'Hervé Ryssen ?

Il s'agit en fait d'Hervé Lalin, un ancien militant FN, responsable Unité
Radicale d'Ile-de-France au début des années 2000 et en même temps militant
MNR de Paris - Ile-de-France.
Lalin, sous couvert d'un antisionisme dévoyé, fait bel et bien partie de la
catégorie des antisémites pathologiques, se vautrant dans des fantasmes d'
apartheid et de racisme différencialiste.

A bon entendeur.

Max

ENTREE DES CHIOTTES
--------------------------------->

Article de Jean Bricmont, trouvé sur le site Le Grand Soir:

"...que penser du fait qu'un simple journaliste, Claude Askolovitch, en
lançant une accusation radiophonique d'antisémitisme, peut ainsi faire
virer un des plus grand caricaturistes de France ? Si l'on voulait faire
croire à la population qu'il existe un "pouvoir juif" tout-puissant, il
n'est pas évident qu'on s'y prendrait autrement. C'est le larbinisme de


Val
et de ses collègues qui suggèrent qu'être juif aide à réussir, pas les
écrits de Siné (d'aucuns suggèrent que Val a simplement profité de
l'occasion pour se débarrasser d'un collaborateur qu'il détestait ; mais
quoi qu'il en soit, le fait est que l'accusation d'antisémitisme permet
de "casser" n'importe qui, sans possibilité de défense, sans débat
contradictoire, sans procès équitable ; c'est l'analogue moderne des
lettres de cachet).

Cette affaire, vue dans le contexte des attaques répétées de Charlie


contre
les musulmans, amène la liberté d'expression en France à une croisée des
chemins : soit on déclare une fois pour toutes que les musulmans et les
catholiques sont des cibles légitimes qui doivent subir en silence toutes
les insultes et toutes les caricatures, mais que tout propos désobligeant
contenant le mot "juif" ou "sioniste" est tabou, ou bien cette affaire
permettra de faire sauter ce verrou. Dans le premier cas, il ne faut se
faire aucune illusion : un tel traitement différentiel suscitera (et
suscite sans doute déjà) un antisémitisme massif, bien que silencieux et
ignoré des élites médiatiques.

Sur le fond, cette sinistre affaire, qui fait suite à celles impliquant
Dieudonné, Mermet, Boniface, Ménargues, Morin et bien d'autres [Cf. Le
Fanatisme juif, ndle] aurait une issue heureuse si elle permettait de
clarifier une fois pour toutes les limites de la liberté d'expression...

... À la "psychose du juif persécuté", pour reprendre l'expression de


Gisèle
Halimi dans sa lettre à Philippe Val, répond le fantasme de la "seule
démocratie au Moyen-Orient" menacée par ses voisins. En France, les juifs
ne sont pas persécutés, ce sont les "antisémites", réels ou supposés, qui
le sont. Israël n'est pas menacé, mais menaçant. La lutte pour la liberté
d'expression n'est pas seulement la défense d'une conquête ancienne, mais
aussi une lutte pour faire sortir la pensée du carcan où l'ont enfermée


des
décennies de propagande pro-israélienne.

Il est urgent, dans l'intérêt de la paix, de libérer les esprits de la


peur
de l'accusation d'antisémitisme, de dé-sioniser la vision que nous avons


du
Moyen-Orient et d'oublier Charlie Hebdo."

Ajoutons qu'il est tout aussi urgent de "dé-sioniser" notre système
médiatique.



-------------------------------->
SORTIE DES CHIOTTES
Publicité
Poster une réponse
Anonyme