La journée de la jupe, par son réalisateur

Le
ledaoen ...
«La journée de la jupe», un film réalisé par Jean-Paul Lilienfeld et
interprété par Isabelle Adjani va faire date.

C'est peut-être le film qu'une majorité silencieuse attendait. Un indice de
qualité : les seules mauvaises critiques de la grande presse émanent du
Monde et des Inrockuptibles. C'est plutôt bon signe quand on s'est inscrit
dans la volonté de chambardement des tabous et de la novlangue politiquement
correcte.

Le film raconte l'histoire d'une professeure de Français de lycée confrontée
à une classe essentiellement composée de Français issus de la troisième
génération d'immigrés. La journée commence mal : invectives, grossièretés,
indiscipline. Elle va basculer dans le drame avec la découverte d'un
revolver dans le sac d'un élève et le «pétage de plomb» de l'enseignante qui
va s'en saisir et prendre sa classe en otage, répondant autant à sa peur
qu'à
sa rage. Elle sera embarquée dans une tragique fuite en avant.

«La journée de la jupe» n'obtiendra ni Palme d'or ni César, du moins pas
tant que l'intelligentsia qui fait la pluie et le beau temps culturels,
confortablement affaissée dans ses certitudes, n'aura pas fait son salutaire
travail de remise en question.

Interview de Jean-Paul Lilienfeld à lire ici :

http://ledaoen.over-blog.com/article-29645016.html


--
ledaoen
www.ledaoen.net
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
looping
Le #19011231
"ledaoen ..." news:49d07a41$0$29485$
«La journée de la jupe», un film réalisé par Jean-Paul Lilienfeld et
interprété par Isabelle Adjani va faire date.

C'est peut-être le film qu'une majorité silencieuse attendait. Un indice
de
qualité : les seules mauvaises critiques de la grande presse émanent du
Monde et des Inrockuptibles. C'est plutôt bon signe quand on s'est inscrit
dans la volonté de chambardement des tabous et de la novlangue
politiquement
correcte.

Le film raconte l'histoire d'une professeure de Français de lycée
confrontée
à une classe essentiellement composée de Français issus de la troisième
génération d'immigrés. La journée commence mal : invectives, grossièretés,
indiscipline. Elle va basculer dans le drame avec la découverte d'un
revolver dans le sac d'un élève et le «pétage de plomb» de l'enseignante
qui
va s'en saisir et prendre sa classe en otage, répondant autant à sa peur
qu'à
sa rage. Elle sera embarquée dans une tragique fuite en avant.

«La journée de la jupe» n'obtiendra ni Palme d'or ni César, du moins pas
tant que l'intelligentsia qui fait la pluie et le beau temps culturels,
confortablement affaissée dans ses certitudes, n'aura pas fait son
salutaire
travail de remise en question.

Interview de Jean-Paul Lilienfeld à lire ici :

http://ledaoen.over-blog.com/article-29645016.html


--
ledaoen ...
www.ledaoen.net




Vu sur ARTE!! et vraiement à faire visionner dans tous les lieux !!
Adjani extrordianire, et ce film reflète une violence qui existe, plus de
deux millions de personnes ont vu ce film sur Arte,





MELMOTH
Le #19011631
Ce cher mammifère du nom de ledaoen ... nous susurrait, le lundi
30/03/2009, dans nos oreilles grandes ouvertes mais un peu sales tout
de même, et dans le message les doux mélismes suivants :

«La journée de la jupe» n'obtiendra ni Palme d'or ni César, du moins
pas tant que l'intelligentsia qui fait la pluie et le beau temps
culturels,



Film d'un manichéisme caricatural éreintant...

- Le "mauvais" élève (le "flingueur") et qui bien entendu se retrouve
blessé...
- Le "bon" élève, persécuté et harcelé par le reste de la classe...
- une fille _forcément violée_...Et _forcément_ filmée avec un
portable...
- La "bonne" élève, qui soutient sa prof, et qui craque à son
tour...Forcément...
- Le "bon" flic...Forcément quitté par sa meuf...Et débouté à la fin
par "sa" ministre de l'intérieur...
- Le "mauvais" flic, qui plus est borgne...Roquevert, dans le genre,
faisiat infiniment mieux, dans les années 50...
- La ministre...Une espèce de V.Pécresse abrutie...
- Et la prof...Dont on apprend à la fin qu'elle parle _forcément_
l'arabe...

Ce film aurait pu être une véritable réussite si on avait remplacé une
"star" telle qu'Adjani (qui fait c'est vrai un remarquable _rôle de
composition_...Mais qui pour le coup n'y est absolument pas crédible un
seul instant)...J'y aurais bien vu Yolande Moreau, par exemple...Ou
même une actrice complètement inconnue...

--
Car avec beaucoup de science, il y a beaucoup de chagrin ; et celui qui
accroît sa science, accroît sa douleur.
[Ecclésiaste, 1-18]
MELMOTH - souffrant
Zarak
Le #19015891
> Ce film aurait pu être une véritable réussite si



Oui mais on ne fait pas du cinéma avec des si.

La journée de la jupe est un film médiocre. La mise en scène
est bourrée de maladresses, les dialogues et les personnages
sont caricuturaux, l'habituelle interprétation hystérique pour
ce genre de film est saoulante, l'alibi de la pseudo "non langue
de bois" qui n'empêche en rien l'absence de qualité, et le "parler
banlieue" écrit par des types qui n'ont jamais mis les pieds dans
une cité et font des jeunes de grotesques animaux sortis d'un
zoo ou d'un cirque avec toujours les même répliques et les
mêmes gestes.

"Entre les murs" de Cantet avait-il au moins la justesse de ton
et de sentiments. Il faut dire que ce dernier a comme passif des
films comme "Ressources humaines" alors que Lilienfeld avait
commis "Quatre garçons pleins d'avenir"...

C'est, comme on dit, pas vraiment le même pedigree :)
Machin
Le #19015881
Zarak vient de nous annoncer :
Ce film aurait pu être une véritable réussite si



Oui mais on ne fait pas du cinéma avec des si.

La journée de la jupe est un film médiocre...



Je crois surtout que le principal défaut de ce film est qu'il ne se
laisse pas enfermer dans une petite case, un discours unique, et qu'il
est trop subtil pour certains.

Dites que vous n'avez pas compris, pas aimé, que les jeunes de votre
banlieue ne vous semblent pas ressembler à ceux-là. Moi, je les croise
tous les jours, ces jeunes. Et j'ai même été pion de leurs parents,
dans la même banlieue et j'ai vu arriver tout ça, sans rien
pouvoir/savoir faire pour l'empêcher.

Et je trouve ce film magnifique, intelligent, superbement interprêté et
je suis ravi de l'avoir enregistré sur Arte pour le revoir
tranquillement et décoder les différentes idées mises à mal dedans.
Parce que ce n'est que quand le diagnostic est fin qu'on peut espérer
trouver le bon traitement.
Zarak
Le #19016001
> Je crois surtout que le principal défaut de ce film est qu'il ne se
laisse pas enfermer dans une petite case, un discours unique, et qu'il
est trop subtil pour certains.



Parlez-moi de votre conception de la subtilité, ça m'intrigue...
Publicité
Poster une réponse
Anonyme