La Lanterne, 260000 euros par an (+25%) pour les Pool parties de Thomas Hollande

Le
HAL 9000
Le budget de La Lanterne, lieu de villégiature du président, a augmenté
de 25% sous Hollande, mais nul ne sait pourquoi

Au domaine de La Lanterne, on ne manque de rien, sauf de transparence.


Gentilhommière d'un prince sous Louis XV, le pavillon de La Lanterne est
devenu, à partir de 1945, le lieu de villégiature des Premiers
ministres. Jusqu'à ce qu'un certain Nicolas Sarkozy, tombé sous le
charme du lieu lorsqu'il y était invité en tant que ministre de
l'Interieur, la réquisitionne pour les présidents à son arrivée à l'Elysée.

Sauf à se faire élire à la présidence ou d'être un proche du pouvoir,
difficile donc de savoir ce qui s'y passe. La journaliste Emilie Lanez
publie donc un livre ("La garçonnière de la République", éd. Grasset)
sur les secrets du pavillon où "les élus vivent comme des Rois".

"Réminiscences de la Cour, vestiges de l'absolutisme versaillais, la
Lanterne prolonge l'héritage, elle incarne notre identité politique
irrésolue", écrit-elle.

Elle décrit les petits et grands secrets du lieu, à la fois mondains
(les fêtes bien arrosées autour de Thomas Hollande ou, naguère, de
Claude Chirac ; les funérailles du chien des Balladur (qu'Alain Juppé
fit déterrer) ; les manières hautaines de Françoise Fabius avec le
personnel), people (l'exil de Valérie Trierweiler), économiques (les
enveloppes d'argent remises aux gardiens) ou plus polémiques. C'est
ainsi que la journaliste révèle que le budget du domaine (260.000 euros
par an) a augmenté de 25% sous François Hollande. Problème : nul ne veut
dire pourquoi. Un mutisme bien monarchique
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Roaringriri
Le #26426090
Le 13/02/2017 à 10:03, HAL 9000 a écrit :
Le budget de La Lanterne, lieu de villégiature du président, a augmenté
de 25% sous Hollande, mais nul ne sait pourquoi
Au domaine de La Lanterne, on ne manque de rien, sauf de transparence.
Gentilhommière d'un prince sous Louis XV, le pavillon de La Lanterne est
devenu, à partir de 1945, le lieu de villégiature des Premiers
ministres. Jusqu'à ce qu'un certain Nicolas Sarkozy, tombé sous le
charme du lieu lorsqu'il y était invité en tant que ministre de
l'Interieur, la réquisitionne pour les présidents à son arrivée à l'Elysée.
Sauf à se faire élire à la présidence ou d'être un proche du pouvoir,
difficile donc de savoir ce qui s'y passe. La journaliste Emilie Lanez
publie donc un livre ("La garçonnière de la République", éd. Grasset)
sur les secrets du pavillon où "les élus vivent comme des Rois".
"Réminiscences de la Cour, vestiges de l'absolutisme versaillais, la
Lanterne prolonge l'héritage, elle incarne notre identité politique
irrésolue", écrit-elle.
Elle décrit les petits et grands secrets du lieu, à la fois mondains
(les fêtes bien arrosées autour de Thomas Hollande ou, naguère, de
Claude Chirac ; les funérailles du chien des Balladur (qu'Alain Juppé
fit déterrer) ; les manières hautaines de Françoise Fabius avec le
personnel...), people (l'exil de Valérie Trierweiler), économiques (les
enveloppes d'argent remises aux gardiens) ou plus polémiques. C'est
ainsi que la journaliste révèle que le budget du domaine (260.000 euros
par an) a augmenté de 25% sous François Hollande. Problème : nul ne veut
dire pourquoi. Un mutisme bien monarchique...

ah ça ira, ça ira, ça ira, les bureaucrates à la Lanterne,
ah ça ira, ça ira, ça ira, les bureaucrates on les pendra.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme