Liberté d'expression vs employeurs

Le
dmkgbt
« iTélé a décidé de mettre fin à l'émission Ça se dispute, qui ne
reprendra pas en janvier 2015 »

"la Société des journalistes (SDJ) de la chaîne s'est « félicitée » de
cette « prise de position forte » qu'elle « attendait »."

"SOS Racisme s'est « félicité » de la décision d'iTélé et « attend de
RTL, de Paris Première et du Figaro qu'ils prennent la même décision »."

"La Société des journalistes de RTL s'était « désolidarisée » mercredi
des prises de position de l'éditorialiste sur les musulmans de France,
estimant qu'elles « ternissaient les valeurs défendues » par la
station."

<http://www.ouest-france.fr/eric-zemmour-itele-se-separe-du-polemiste-3067510>



--
"Casse-toi, pauvre con!"
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 4
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Stéphane Catteau
Le #26330241
Dominique de Corse n'était pas loin de dire :

Il en va de la liberté d'expression comme de toute autre liberté, elle
s'arrête là où commence celle des autres. Et au final c'est ça qui le
caractérise le plus :

"La Société des journalistes de RTL s'était « désolidarisée » mercredi
des prises de position de l'éditorialiste sur les musulmans de France,
estimant qu'elles « ternissaient les valeurs défendues » par la
station."



Il n'y a pas à proprement parler atteinte à la liberté d'expression.
Il reste libre de s'exprimer et il continuera à avoir son auditoire.
Mais il s'exprimera dans un lieu qui sied à ce qu'il a à dire.
Un éditorialiste de droite ne sera pas engagné par un journal de
gauche[1], et ça ne dérange personne... Il n'est pas "dans le ton",
c'est tout. Aucune raison que ce soit différent et/ou que cela soulève
plus de réaction au seul motif qu'il ne s'agit pas ici d'une simple
divergence politique.


[1]
Et inversement.

--
17/06/1969 - 18/01/2011

Repose en paix mon amour :'(
dmkgbt
Le #26330251
Stéphane Catteau
Dominique de Corse n'était pas loin de dire :

Il en va de la liberté d'expression comme de toute autre liberté, elle
s'arrête là où commence celle des autres.



Cet adage en forme de lieu commun, souvent répété comme un mantra,
est...faux.

Par exemple, en France, la liberté d'expression s'exerce en accord avec
l'article 11 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen
incluse dans le Préambule de la Constitution, ce qui lui donne une
valeur constitutionnelle.
Et l'article 11 ne parle pas de la liberté des autres mais dit :

"La libre communication des pensées et des opinions est un des droits
les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire,
imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté, dans les
cas déterminés par la Loi."

On traduit ça, en droit par "la liberté d'expression s'exerce dans le
cadre des Lois qui la réglementent" et les limites sont déterminées par
la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse :


Et au final c'est ça qui le
caractérise le plus :

> "La Société des journalistes de RTL s'était « désolidarisée » mercredi
> des prises de position de l'éditorialiste sur les musulmans de France,
> estimant qu'elles « ternissaient les valeurs défendues » par la
> station."

Il n'y a pas à proprement parler atteinte à la liberté d'expression.
Il reste libre de s'exprimer et il continuera à avoir son auditoire.



Voilà, c'est exactement ce sur quoi je voulais attirer l'attention.
Il n'y a pas de rapport entre sa liberté et la cessation de son contrat
de travail.

Mais il s'exprimera dans un lieu qui sied à ce qu'il a à dire.



Exactement.
Dans son livre, par exemple.
Mais son employeur a le droit de juger qu'il porte atteinte à l'image et
aux valeurs de l'entreprise et de ne pas souhaiter poursuivre leur
collaboration.

Un éditorialiste de droite ne sera pas engagné par un journal de
gauche[1], et ça ne dérange personne... Il n'est pas "dans le ton",
c'est tout. Aucune raison que ce soit différent et/ou que cela soulève
plus de réaction au seul motif qu'il ne s'agit pas ici d'une simple
divergence politique.



Nous sommes d'accord.


[1]
Et inversement.




--
Au nom du progrès, de la justice, de la liberté, de la nation
ou de la religion, on ne cesse de nous embarquer dans des
aventures qui se terminent en naufrages.
Les désorientés - Amin Maalouf
jr
Le #26330254
Stéphane Catteau
Dominique de Corse n'était pas loin de dire :

Il en va de la liberté d'expression comme de toute autre liberté, elle
s'arrête là où commence celle des autres.




Liberté d'épicier. La liberté des uns commence /avec/ celle des autres. À
commencer par la liberté d'expression.

--
Naturellement trouble.
popol
Le #26330261
Le 20/12/2014 11:29, Dominique de Corse a écrit :


...
Il n'y a pas de rapport entre sa liberté et la cessation de son contrat
de travail.
...

Mais son employeur a le droit de juger qu'il porte atteinte à l'image et
aux valeurs de l'entreprise et de ne pas souhaiter poursuivre leur
collaboration.



Certes, mais il convient de se souvenir de ces forts principes et de ces
fortes paroles lorsque les rôles, les situations ou les engagements
politiques, s'inversent.
foo
Le #26330265
On 20/12/2014 09:55, Dominique de Corse wrote:

Liberté d'expression vs employeurs



L'entreprise privée ou publique n'est pas un lieu ou doit s'exercer la
"libre expression" en dehors des cadres permis et définis par La Loi et
ton titre prouve une fois encore que tu n'es qu'un juriste d'opérette
autoproclamé.
dmkgbt
Le #26330273
popol
Le 20/12/2014 11:29, Dominique de Corse a écrit :

>
> ...
> Il n'y a pas de rapport entre sa liberté et la cessation de son contrat
> de travail.
> ...

> Mais son employeur a le droit de juger qu'il porte atteinte à l'image et
> aux valeurs de l'entreprise et de ne pas souhaiter poursuivre leur
> collaboration.

Certes, mais il convient de se souvenir de ces forts principes et de ces
fortes paroles lorsque les rôles, les situations ou les engagements
politiques, s'inversent.



Le droit s'applique hors de toutes ces considérations.

--
Au nom du progrès, de la justice, de la liberté, de la nation
ou de la religion, on ne cesse de nous embarquer dans des
aventures qui se terminent en naufrages.
Les désorientés - Amin Maalouf
Az Sam
Le #26330302
"Dominique de Corse" news:1lwy9rb.1du3takq6jywdN%

On traduit ça, en droit par "la liberté d'expression s'exerce dans le
cadre des Lois qui la réglementent" et les limites sont déterminées par
la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse :




ouais d'"abord, dans le cadre de la loi et des milles feuilles qui lui ont
et ajoutes depuis. Et même que si tu connais pas la bonne feuille c'est la
faute de celui qui la connait pas car il est libre de la connaitre la
feuille n'y est pour rien !
http://www.lejdd.fr/Politique/Guaino-transforme-son-proces-en-debat-sur-la-liberte-d-expression-695900
Stéphane Catteau
Le #26330309
Dominique de Corse n'était pas loin de dire :

Il en va de la liberté d'expression comme de toute autre liberté, elle
s'arrête là où commence celle des autres.



Cet adage en forme de lieu commun, souvent répété comme un mantra,
est...faux.


[snip]
On traduit ça, en droit par "la liberté d'expression s'exerce dans le
cadre des Lois qui la réglementent" et les limites sont déterminées par
la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse :



Et donc, en quelque sorte, la liberté d'expression se termine là où
commence la liberté des autres à ne pas être trainés dans la boue. La
loi est souvent moins éloignée des lieux communs qu'il ne peut sembler
au premier regard. Elle est juste obligée de les exprimer d'une façon
plus formaliste, pour limiter le champ des interprétations.


Mais son employeur a le droit de juger qu'il porte atteinte à l'image et
aux valeurs de l'entreprise et de ne pas souhaiter poursuivre leur
collaboration.



Dans le cadre d'un média, je me demande jusqu'à quel point l'employeur
ne pourrait pas faire jouer la faute grave, si ses propos, du moins
dans le cadre professionnel[1], venaient à s'éloigner vraiment trop de
la ligne éditoriale.


[1]
C.f. je sais plus quel couturier et son dérapage à une table de café.

--
17/06/1969 - 18/01/2011

Repose en paix mon amour :'(
Stéphane Catteau
Le #26330308
jr devait dire quelque chose comme ceci :

Il en va de la liberté d'expression comme de toute autre liberté, elle
s'arrête là où commence celle des autres.



Liberté d'épicier. La liberté des uns commence /avec/ celle des autres. À
commencer par la liberté d'expression.



C'est beau sur le papier, mais toi-même (as) fait tourner un bot
d'annulation qui ne respecte pas vraiment ce principe, puisqu'il limite
de fait la liberté d'expression de certaines personnes. Comme quoi,
même elle a des limites au bout du compte, et même toi tu en as une
vague conscience.

--
17/06/1969 - 18/01/2011

Repose en paix mon amour :'(
jr
Le #26330311
Stéphane Catteau
jr devait dire quelque chose comme ceci :

Il en va de la liberté d'expression comme de toute autre liberté, elle
s'arrête là où commence celle des autres.



Liberté d'épicier. La liberté des uns commence /avec/ celle des autres. À
commencer par la liberté d'expression.



C'est beau sur le papier, mais toi-même (as) fait tourner un bot
d'annulation qui ne respecte pas vraiment ce principe,



C'est un principe d'égalité et je ne vois pas en quoi il n'est pas
respecté.


--
Naturellement trouble.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme