Livraison d'objet volumineux par transporteur indépendant du vendeur

Le
Corinne
Bonjour

J'attends un très gros colis cet après-midi. Quand j'ai signé le bon de
commande il était indiqué que la livraison se ferait uniquement en rdc sinon
il faut raquer davantage mais que s'il y avait un ascenseur il n'y aurait
pas de supplément. Cela n'apparaît plus sur la facture. J'ai beaucoup de mal
à faire respecter mes droits (l'objet a bien entendu été payé d'avance).
D'autre part la moindre marche leur pose un problème insurmontable.

Le vendeur: donnez un pourboire au livreur pour qu'il vous livre à l'étage.
Le transporteur: moi je livre uniquement sur palette donc je n'ai pas le
droit de déposer le colis même dans l'ascenseur car si ça se casse je suis
responsable. Et je n'ai pas de temps à perdre à discuter (la cliente non
plus soit dit en passant qui se perd un après-midi travaillé parce qu'on n'a
jamais voulu lui donner d'horaire).

On ne m'a jamais donné non plus le poids exact (30kg de plus que celui vu
sur le net pourtant ce n'est pas susceptible de changer comme ça !) ni le
volume du paquet. Je vais devoir me débrouiller seule avec un vendeur qui ne
respecte pas ses obligations et un transporteur qui ne respecte pas l'accord
qu'ils ont en principe passé ensemble.

S'il ne peut pas me livrer il repartira avec le colis mais je suppose qu'on
me facturera des frais ou bien que je serai obligée d'aller le chercher sur
place, aux horaires de bureau bien entendu.

Je ne parle même pas du fait que la livraison s'effectue "aux risques et
périls de l'acheteur". Mais ce n'est pas lui qui a passé le contrat avec le
transporteur pourtant !

Je suis vraiment furieuse. Ma question, pourquoi la loi française ne
protège-t'elle pas mieux que ça les consommateurs ???
Vos réponses Page 1 / 3
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Patrick V
Le #15774081
On 7 mar, 13:36, "Corinne"
Je suis vraiment furieuse. Ma question, pourquoi la loi française ne
protège-t'elle pas mieux que ça les consommateurs ???



Mais elle te protège puisque tu as un contrat ! En théorie, tu peux
donc exiger le respect de ce contrat et réclamer le remboursement des
frais éventuellement engagés suite à leur propre erreur. Seulement,
entre la théorie et la pratique, il y a une marge et il vaut souvent
mieux tenter de s'arranger.
Moisse
Le #15774041
D'une plume alerte, dans le message
,
Patrick V
On 7 mar, 13:36, "Corinne"
Je suis vraiment furieuse. Ma question, pourquoi la loi française ne
protège-t'elle pas mieux que ça les consommateurs ???



Mais elle te protège puisque tu as un contrat ! En théorie, tu peux
donc exiger le respect de ce contrat et réclamer le remboursement des
frais éventuellement engagés suite à leur propre erreur. Seulement,
entre la théorie et la pratique, il y a une marge et il vaut souvent
mieux tenter de s'arranger.



Oui, sauf que le contrat prévoit la livaison en Rez de chaussée, (à un
endroit accessible véhicule de livraison) conformément aux usages en
matière de livraison par un homme seul.
Que le vendeur ait cru pouvoir dire qu'en présence d'un ascenseur le
livreur ne fait pas de difficulté surtout avec un pourboire n'engage
personne.
C'est pourquoi il convient de préciser en matière de livraison à
domicile l'étage exact pour pouvoir opposer à la notion d'accessibilité
au véhicule la situation du seuil en étage.
Charge au vendeur d'adapter son offre.
Selon la doctrine, le contrat de transport est un contrat tri-partite
avec une stipulation pour autrui. Le destinaire peut donc se voir
opposer des clauses auxquelles il pensait ne pas avoir adhérer.
Je comprends par ailleurs le livreur qui craint la prise d'ascenseur, au
moindre dégât il se voit attirer en réparation, et cela consiste à la
réfection de la cabine.


--
Patrick V
Le #15774021
On 7 mar, 15:08, "Moisse"
Oui, sauf que le contrat prévoit la livaison en Rez de chaussée, (à un
endroit accessible véhicule de livraison) conformément aux usages en
matière de livraison par un homme seul.
Que le vendeur ait cru pouvoir dire qu'en présence d'un ascenseur le
livreur ne fait pas de difficulté surtout avec un pourboire n'engage
personne.



Ce n'est pas comme ça que je l'ai compris : pour moi, "Quand j'ai
signé le bon de commande il était indiqué que la livraison se ferait
uniquement en rdc sinon il faut raquer davantage mais que s'il y avait
un ascenseur il n'y aurait pas de supplément" signifiait que cette
dernière partie était elle-aussi indiquée par écrit.

En fait, les deux interprétations sont possibles.
Corinne
Le #15773961
Ca y est la livraison a été réceptionnée.

Le fin mot de l'histoire après négociation auprès du service commercial du
transporteur c'est que le livreur a bien voulu mettre le colis dans
l'ascenseur à condition d'être aidé. Il nous a imposé aussi de l'aider à
décharger le colis parce que monsieur "ne voulait pas se casser le dos". Je
n'ai pas eu le réflexe de réagir et de lui demander en quoi c'était
incompatible avec l'utilisation de l'élévateur qui devait certainement
avoir. En fait ascenseur ou pas le déchargement restait exclusivement son
problème ! J'ai la rage car j'ai du mettre à contribution mon père qui est
âgé et qui s'en serait bien passé. Sans compter qu'on aurait pu se faire mal
tout aussi bien et on n'aurait même pas été couverts pas l'assurance. En
plus ce garçon a insisté sur le fait qu'il "voulait bien rendre service". Je
crois que si j'avais répondu il y aurait eu des dégâts mais pas sur
l'ascenseur.

Mais le premier responsable reste quand même à mes yeux le vendeur. Puisque
la loi est défaillante je négocierai sans concession la prochaine grosse
livraison qu'on pourra me faire car cette histoire c'est d'abord un vaste
foutage de gueule... J'aurai aussi appris que les jeunes hommes payés pour
transporter toute l'année des objets lourds et volumineux ne sont en fait
que des petites choses fragiles et délicates dont on se demande bien
pourquoi ils ont choisi de faire justement ce métier.
Patrick V
Le #15773951
On 7 mar, 17:16, "Corinne"
Puisque la loi est défaillante



Encore une fois, la loi n'est pas défaillante. Il faut juste bien lire
les contrats...
Moisse
Le #15773931
D'une plume alerte, dans le message
45eee50e$0$1151$,
Corinne

Mais le premier responsable reste quand même à mes yeux le vendeur.
Puisque la loi est défaillante je négocierai sans concession la
prochaine grosse livraison qu'on pourra me faire car cette histoire
c'est d'abord un vaste foutage de gueule... J'aurai aussi appris que
les jeunes hommes payés pour transporter toute l'année des objets
lourds et volumineux ne sont en fait que des petites choses fragiles
et délicates dont on se demande bien pourquoi ils ont choisi de faire
justement ce métier.



Comme en toute chose il faut raison garder.
Dans tous les corps de métier il existe des règlementations.
Par exemple en matière de colis unitaire en portage manuel, la charge ne
doit pas dépasser 55 kgs - je parle de mémoire -
La livraison d'une palette indivisible implique la participation active
du destinataire.
Les petites choses pas fragiles que vous évoquez habiles à manipuler des
grosses charges, genre déménageurs à la bretelle, ont les reins brisés à
45 ans et sont tous en inaptitude.
C'est pourquoi la mécanisation a bien évolué, hayons, transpalettes,
aires de réception et pour les livaisons en étage, la nacelle extérieure
lorsqu'il n'existe pas de monte-charge.
Tout est bien qui finit bien.





--
Claude
Le #15773891
"Moisse"
La livraison d'une palette indivisible implique la participation active du
destinataire.


Je vois d'ici le contrat : "Si le transporteur n'est pas équipé d'un
transpalette, le destinataire est tenu de lui en fournir un ainsi que les
documents certifiant sa conformité à la réglementation en vigueur".
On va où, là ? Un livreur doit pouvoir livrer, si un ne suffit pas, il en
faut deux. Mais demander au client de palier aux carences du prestataire,
c'est inadmissible. Est-ce qu'un maçon ou un plombier demande à la mamie qui
a passé commande de l'aider à porter les charges lourdes ?
Le transport est un monde à part qui passe son temps à jouer sur le contrat
tripartite dont vous parliez, pour n'être jamais responsable des
dysfonctionnements.
Claude
Corinne
Le #15773881
"Moisse" 45eeebf1$0$29406$
D'une plume alerte, dans le message 45eee50e$0$1151$,
Corinne

Mais le premier responsable reste quand même à mes yeux le vendeur.
Puisque la loi est défaillante je négocierai sans concession la
prochaine grosse livraison qu'on pourra me faire car cette histoire
c'est d'abord un vaste foutage de gueule... J'aurai aussi appris que
les jeunes hommes payés pour transporter toute l'année des objets
lourds et volumineux ne sont en fait que des petites choses fragiles
et délicates dont on se demande bien pourquoi ils ont choisi de faire
justement ce métier.



Comme en toute chose il faut raison garder.
Dans tous les corps de métier il existe des règlementations.
Par exemple en matière de colis unitaire en portage manuel, la charge ne
doit pas dépasser 55 kgs - je parle de mémoire -
La livraison d'une palette indivisible implique la participation active du
destinataire.



On ne s'est pas fatigué à me prévenir ou à m'informer de quoi que ce soit
figurez-vous... et je persiste à dire que ce n'est pas normal vu qu'il avait
très certainement les outils nécessaires pour descendre le colis du camion.
De plus la "participation active" du destinataire ne fait l'objet d'aucune
assurance. Doit-on briser NOS reins à la place des siens ?
Quand ils le veulent ils peuvent livrer partout y compris par escalier, la
preuve ils le font payer !

Le déchargement proprement dit restait de la responsabilité du transporteur
propre. Si j'avais accepté leurs conditions je n'aurais fait venir personne
et j'aurais attendu qu'il dépose tout au RDC sans participer. Comment
aurait-il fait ?...

Les petites choses pas fragiles que vous évoquez habiles à manipuler des
grosses charges, genre déménageurs à la bretelle, ont les reins brisés à
45 ans et sont tous en inaptitude.



Peut-être parce que les employeurs ne veulent pas payer 2 personnes au lieu
d'une seule ? Je compatis mais encore une fois je (= client) n'ai pas à
remplacer un déménageur dont c'est le métier, pas le mien.
C'est pourquoi la mécanisation a bien évolué, hayons, transpalettes,
aires de réception et pour les livaisons en étage, la nacelle extérieure
lorsqu'il n'existe pas de monte-charge.
Tout est bien qui finit bien.



Je l'espère pour la santé de mon père.
Corinne
Le #15773871
"Patrick V"
On 7 mar, 17:16, "Corinne"
Puisque la loi est défaillante



Encore une fois, la loi n'est pas défaillante. Il faut juste bien lire
les contrats...

Je les ai lus mais il faudrait que le vendeur respecte ce qu'il écrit...
Corinne
Le #15773861
"Claude" 45eef68f$0$29383$
"Moisse"
La livraison d'une palette indivisible implique la participation active
du destinataire.


Je vois d'ici le contrat : "Si le transporteur n'est pas équipé d'un
transpalette, le destinataire est tenu de lui en fournir un ainsi que les
documents certifiant sa conformité à la réglementation en vigueur".
On va où, là ? Un livreur doit pouvoir livrer, si un ne suffit pas, il en
faut deux. Mais demander au client de palier aux carences du prestataire,
c'est inadmissible. Est-ce qu'un maçon ou un plombier demande à la mamie
qui a passé commande de l'aider à porter les charges lourdes ?



Z'avez tout compris.

Le transport est un monde à part qui passe son temps à jouer sur le
contrat tripartite dont vous parliez, pour n'être jamais responsable des
dysfonctionnements.



Et j'aimerais bien trouver quelques cas de jurisprudence...
Publicité
Poster une réponse
Anonyme