M

Le
MELMOTH
«Un véritable artiste ne cherche pas à être admiré ; il veut être cru.
Ceci est particulièrement vrai dans l’art de diriger car la confiance
pouvant animer un orchestre envers son chef est une qualité rare et
difficile à conquérir. Elle met en lumière ce que doit être l’autorité :
l’expression d’une volonté qui s’impose par sa compétence seulement.
Là, aucune tricherie possible ; on n’obtient rien au-delà des limites
de son savoir ! Un chef d’État peut tromper l’opinion publique ou une
presse tendancieuse. Cela ne saurait être avec un orchestre, car les
musiciens jugent immédiatement leur chef sur ce qu’il leur fait rendre.
En effet, l’autorité du chef est motivée par son identification avec
l’esprit de l’ouvrage qu’il défend ; ce qui l’affirme, ce sont les
moyens techniques dont il dispose pour l’exprimer. Aussi la Musique
demande-t-elle beaucoup d’ordre en nous-même avant d’admettre que nous
gouvernions les autres. Je ne puis dire combien me touche la pensée que
gouverner signifie ici redonner la vie à un cœur nommé Purcell, Ravel
ou Beethoven, à un grand cœur qui nous attend dans des petites notes
noires !

J’aime l’orchestre, cette société fermée et plein de sens où chaque
élément accepte sa fonction comme réalité organique de l’œuvre. Le fait
d’être au service d’une pensée souveraine y entretient une admirable
humilité. Il ne faut pourtant pas croire que l’orchestre soit formé de
violons, de flûtes ou de cors ; ce sont des flûtistes, des cornistes et
des violonistes qui font de cet organisme une réalité vivante. Plus les
Maîtres ont été grands, plus ils ont écrit non pour l’instrument mais
pour l’homme qui l’anime. C’est pourquoi la pensée des Maîtres revit
dans la mesure où le chef sait créer un contact humain avec ses
instrumentistes. Quel travail d’équipe quand on y parvient ! Quel jeu
unique dont l’enjeu est la présence d’un Mozart !

Il est difficile de décrire la joie qu’apporte une œuvre prenant vie
dans sa grâce et son style sous l’impulsion commune d’un orchestre bien
conduit. On assiste alors à une sorte de miracle, provoqué par le
concours de vertus fort rares, et qui suffirait seul à se rappeler
combien la musique est une manifestation merveilleuse de l’esprit. Dans
la recherche exaltante d’un tel résultat, oserais-je ajouter que je
trouve chaque jour une des plus belles raisons qui soit de croire et
d’aimer»

In Bernard Gavoty : Igor Markevitch, Editions René Kister, Genève
1956), p.27.

Ça pourrait être Ma Profession de Foi, lorsque Je dirige le GS, Mahler
ou Roussel, baguette à la Main, devant Ma Chaîne à cent Patates, la
nuit, à deux heures du matin, en plein Parc d'ArmoriqueCertes, Ma
Gestique est moins économe que celle de Richard Strauss (qui avait
coutume de dire : "Mieux vous dirigez, moins on a besoin de vous
regarder" !)Mais elle est demeurée fameuse (qu'on se souvienne de la
création de Ma Suite pour harmonica et cordes en si bémol dièse à
Plounéour Lanvern Nord en 1968) par Sa Clarté, Son Élégance et Sa
Manière évidente de dégager les Grandes Lignes d'une Œuvre
Je joue de l'orchetre comme un immense instrument vertical,
contrairement à K., dont la direction [sic] était horizontaleJ'ai en
horreur le 'tout legato", appuyé sur la 'vase' (le quatuor à
cordes)Je suis trop versé dans l'écriture, et je veux entendre,
comme Mes autres Collègues de la trempe de ScherchenSzellFricsay
et autres Monteux ou Mitropoulos un orchestre de solistes !

Nonmé©

--
Car avec beaucoup de science, il y a beaucoup de chagrin ; et celui qui
accroît sa science accroît sa douleur.
[Ecclésiaste, 1-18]
MELMOTH - souffrant
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Laszlo Lebrun
Le #25115602
On 06.01.2013 11:27, MELMOTH wrote:
Un véritable artiste ne cherche pas à être admiré ; il veut être cru



Certains sont crus, Mais on le les croit pas pour autant...

--
One computer and three operating systems, not the other way round.
One wife and many hotels, not the other way round ! ;-)
Bour-Brown
Le #25115692
MELMOTH a écrit
( )

Rien qui concerne la photo et quinze noms propres, bravo, record battu.

C'est bien grâce à des gens comme toi qu'on a le monde qu'on mérite, comme
je dis toujours.
MELMOTH
Le #25115682
Ce cher mammifère du nom de Laszlo Lebrun nous susurrait, le dimanche
06/01/2013, dans nos oreilles grandes ouvertes mais un peu sales tout
de même, et dans le message mélismes suivants :

On 06.01.2013 11:27, MELMOTH wrote:
Un véritable artiste ne cherche pas à être admiré ; il veut être
cru



Certains sont crus, Mais on le les croit pas pour autant...



Merdre !...Erreur d'aiguillage...
NABB (NotreAmiBourBrown) va encore npus faire une crise d'apoplexie,
pour sûr...

--
Car avec beaucoup de science, il y a beaucoup de chagrin ; et celui qui
accroît sa science accroît sa douleur.
[Ecclésiaste, 1-18]
MELMOTH - souffrant
£g
Le #25115852
"Laszlo Lebrun" news: kcbjob$v76$
On 06.01.2013 11:27, MELMOTH wrote:
Un véritable artiste ne cherche pas à être admiré ; il veut être cru



Certains sont crus, Mais on le les croit pas pour autant...




oui et d'autres sont crus et d'autres encore sont cuits
Laszlo Lebrun
Le #25116072
On 06.01.2013 12:56, £g wrote:
"Laszlo Lebrun" news: kcbjob$v76$
On 06.01.2013 11:27, MELMOTH wrote:
Un véritable artiste ne cherche pas à être admiré ; il veut être cru



Certains sont crus, Mais on le les croit pas pour autant...




oui et d'autres sont crus et d'autres encore sont cuits




quand ils sont crus mais qu'on ne les croit pas, ils sont cuits...

--
One computer and three operating systems, not the other way round.
One wife and many hotels, not the other way round ! ;-)
Publicité
Poster une réponse
Anonyme