Microstock (DEBAT)

Le
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Plusieurs sites proposent d'alimenter du microstock de photos, qui est
vendu un prix dérisoire mais en masse, pour en tirer un complément de
revenus plus ou moins significatif.

Le principe du microstock est celui d'agences qui feraient plus dans la
quantité (avec les photographes qui font le travail de tri et
d'indexation) que la qualité agence, pour alimenter l'illustration courante.

L'aspect moral qui peut-être sujet à débat et pose des questions (je
m'en pose, faut pas croire), ça serait mieux d'en parler sans insultes
ni hurlement de principe.

L'aspect pratique : est-ce que certains d'entre vous le font ou l'ont
fait, sur quels sites, avec quels résultats (temps passé/ rendement).
Les tarifs proposés sur shutterstock par exemple me semblent tellement
bas que je cherche à comprendre pourquoi on voudrait le faire ; il n'y a
même pas de nom d'auteur donc la gloriole fort peu évidente est même à
écarter.

L'aspect projection dans l'avenir : en quoi ces sites changent et
continueront à changer la donne du travail de photographe.

Noëlle Adam
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
David
Le #23611411
"YouDontNeedToKnowButItsNoëlle" message de news:
Plusieurs sites proposent d'alimenter du microstock de photos, qui est
vendu un prix dérisoire mais en masse, pour en tirer un complément de
revenus plus ou moins significatif.



oui, des gangsters du racket


Le principe du microstock est celui d'agences qui feraient plus dans la
quantité (avec les photographes qui font le travail de tri et
d'indexation) que la qualité agence, pour alimenter l'illustration
courante.




ça te démange de le faire, alors, fais le et surtout, fais toi plumer,
bouffite !
René
Le #23613441
"David" a écrit dans le message de groupe de discussion :
4e312a3d$0$18805$

> Plusieurs sites proposent d'alimenter du microstock de photos, qui est
> vendu un prix dérisoire mais en masse, pour en tirer un complément de
> revenus plus ou moins significatif.

oui, des gangsters du racket


ça te démange de le faire, alors, fais le et surtout, fais toi plumer,
bouffite !




A en juger par le niveau intellectuel et moral de ta réponse tu t'y connais
surement.
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #23613521
Le 29/07/11 08:45, René a écrit :

A en juger par le niveau intellectuel et moral de ta réponse tu t'y
connais surement.



Hum, mon diagnostic c'est que c'est le crétin de Toulouse , et ma
suggestion d'emploi : http://cjoint.com/11ju/AGDjHUVJT0Y.htm

Ce qui ne fait pas avancer ma question, d'ailleurs.

Pourtant, si le microstock existe, ce qui demande une infrastructure
lourde, il me semble logique de croire que des gens l'alimentent, et
d'autres s'en servent.

Ça m'étonne donc que nul photographe n'aie d'idées sur la question, que
l'on considère que c'est un bien ou un mal et comment pourquoi.
Et que personne n'aie une expérience de vendeur ou d'acheteur, positive
ou négative.

La seule personne dont j'ai l'opinion est la personne qui m'a suggéré de
fournir des photos ; au point que je me demande si je dois compter ça
comme 100% d'opinion positives, ou comme une forme de recrutement
pyramidal à la Amway.

Noëlle Adam
Yannick Patois
Le #23613801
Salut,

Le 28/07/2011 09:06, YouDontNeedToKnowButItsNoëlle a écrit :
Plusieurs sites proposent d'alimenter du microstock de photos, qui est
vendu un prix dérisoire mais en masse, pour en tirer un complément de
revenus plus ou moins significatif.



La question des Microstock est déjà traitées en long en large et en
travers dans une multitude d'articles sur le ternet, je suppose que
c'est pour cela que tu as peu de réponses.

En bref résumé des critiques généralement évoquées.

Coté photographe:
* Ca casse terriblement le marché pour les photographes. Là où un
photographe pouvait demander plusieurs centaines d'euro à quelques
milliers pour réaliser une image, on le met en concurence avec une autre
à moins de 10 euro (parfois même 1 euro).
Évidemment, dans un cas, c'est à façon, dans l'autre on prend ce qu'on
trouve. Mais si cela suffit? Le NY Times, dont les couvertures sont
célèbres a déjà eu recours à de la photo de stock (tu peux trouver
l'interview de celui qui a reçu en tout et pour tout 30$ pour avoir fait
la couverture du Times au travers d'un stock, ce qui aurait été
impensable il y a 20 ans - au minimum 3000$, jusqu'à 15000$).
* Cela dévalue (monétairement et symboliquement) beaucoup le travail du
photographe; une chose que l'on vend 1$, ça ne peut pas être très
important. Même si pour réaliser l'image, il y a fallu beaucoup de
talent, d'argent et de temps, c'est devenu invisible. En mettant ta
photo sur un stock à 1$, c'est la valeur que toi-même tu en viens à
attribuer à ton travail.
* Ca met en concurence libre et non faussée des régions aux niveaux de
vies très différents. Sur les stocks, beaucoup de photographes
asiatiques ou d'autres régions où 500$ de revenu par mois est un gros
salaire.


Coté acheteur:
* Les clauses sont incompatibles avec le droit français (la cession
totale des droits est illégale en France). En particulier, tout contrat
signé en France entre un photographe et son modèle pour une cession sur
stock est illégal. Si tu veux gagner des sous, met des photos sur un
stock, attend qu'un gros en achète une pour 1$, et fait lui un procès.
Il y a eu quelques cas proches. Cela entraine donc une grosse insécurité
juridique pour l'acheteur. Typiquement le stock se défausse de toute
responsabilité, ce qui laisse l'acheteur face au problème.
* Les photos de stocks sont susceptibles de se retrouver n'importe où,
compromettant le sérieux de l'acheteur, je te développe ça dans un autre
message asap.


Mais aussi:
* Pour un amateur, ses photos sont soit de rapport nul (sur son disque
dur ou son site) soit rapportent quelques centimes, c'est mieux que rien
(contrairement à ce qu'une personne peu avisée prétendait, un stock ne
peut pas te "plumer", au pire, tu ne gagnes rien, mais tu ne perds pas
d'argent).
* Cela encourage à mieux travailler ses photos, le niveau des stock est
souvent pas mauvais, voir même très bon. Il faut faire au moins aussi
bien. La concurrence est rude.
* Pour un acheteur qui illustre un site web perso, le bulletin d'une
petite association, etc. Le choix est stock ou rien; il ne mettra jamais
1000 euro dans une séance photo, alors pourquoi pas?


Mon avis:

Le stock est d'abord le résultat d'une conjoncture technique:
- La numérisation de la photographie
- La facilité de création de larges bases de données facilement
consultables.
- L'accumulation des images au cours du temps.

Je ne vois pas comment lutter contre cela. L'image peu chère car
largement abondante et facile d'accès est une conséquence de la
technique. Tout au plus quelques freins juridiques existent, comme cités
plus haut, mais je ne crois pas que cela suffise; ni même que ce soit
vraiment souhaitable.

Je ne pense pas faire des images vendables, ce que je met sur mon site
est en CC-BY-NC ou CC-BY. Ce qui suffit à assurer leur diffusion au cas
où cela pourrait profiter à quelqu'un.

Si je devais vouloir gagner de l'argent en photographiant, je
préfèrerais le faire à façon, en fournissant uns service à des personnes
identifiées, qui sont content de ton travail et te disent merci, plutôt
qu'avec un stock. Même si un jour j'aurai peut-être envie de voir si ce
que je sais faire peut se vendre ;)

Avec ça, je ne suis pas sûre que tu soit plus avancée ;)

Yannick


--
_/ Yannick Patois ___________________________________________________
| web: http://feelingsurfer.net/garp/ | Garp sur irc undernet |
| email: | |
£g
Le #23613791
"YouDontNeedToKnowButItsNoëlle" le message de news: j0tond$1ql$
Le 29/07/11 08:45, René a écrit :

A en juger par le niveau intellectuel et moral de ta réponse tu t'y
connais surement.



Hum, mon diagnostic c'est que c'est le crétin de Toulouse , et ma
suggestion d'emploi : http://cjoint.com/11ju/AGDjHUVJT0Y.htm

Ce qui ne fait pas avancer ma question, d'ailleurs.

Pourtant, si le microstock existe, ce qui demande une infrastructure
lourde, il me semble logique de croire que des gens l'alimentent, et
d'autres s'en servent.

Ça m'étonne donc que nul photographe n'aie d'idées sur la question,
que l'on considère que c'est un bien ou un mal et comment pourquoi.
Et que personne n'aie une expérience de vendeur ou d'acheteur,
positive ou négative.

La seule personne dont j'ai l'opinion est la personne qui m'a suggéré
de fournir des photos ; au point que je me demande si je dois compter
ça comme 100% d'opinion positives, ou comme une forme de recrutement
pyramidal à la Amway.

Noëlle Adam





http://www.virusphoto.com/2281-guide-complet-pour-vendre-ses-photos-sur-le-web-avec-les-microstocks.html

Là on en parle, équitable ? guidé ?

Un forum y est dédié aussi.

Cella répondra peut être à ton dilemme.

£g
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #23613971
Le 29/07/11 11:23, Yannick Patois a écrit :

Si je devais vouloir gagner de l'argent en photographiant, je
préfèrerais le faire à façon, en fournissant uns service à des personnes
identifiées, qui sont content de ton travail et te disent merci, plutôt
qu'avec un stock. Même si un jour j'aurai peut-être envie de voir si ce
que je sais faire peut se vendre ;)



Moi aussi mais.
En pratique : à façon j'ai une cliente payante, qui me paie correctement
un travail très sur-mesure (on discute beaucoup de ce qu'elle veut, je
lui fait plusieurs propositions assez différentes pour faire un choix de
l'idée avant une composition finale). Ça ne va pas loin.

À façon aussi je fais des photos de peintures, sculptures, dessins,
également des affiches...pour des copains, je ne suis pas payée mais
c'est un service rendu et on m'en rend aussi, je reçois parfois des œuvres.
Ça ne mets pas d'épinard dans les épinards mais c'est sympa.
Presque toujours.
Les ventes de tirages lors d'expos ça va encore moins loin, je laisse
tomber.

Quelqu'un m'a parlé du micro-stock et j'essaie d'évaluer le rapport
effort/temps passé/rendement car ma situation matérielle n'est pas assez
éblouissante que je puisse cracher sur un complement, mais pas au point
de travailler pour 20 cts de l'heure.


Avec ça, je ne suis pas sûre que tu soit plus avancée ;)



Ben, si , pas mal d'élements de reflexions et dans l'article aussi.

J'avais déjà un peu exclu les photos avec modèles ou avec des personnes
comme source de soucis.
Exclure les objets ayant une marque me semble déjà plus compliqué !
Le coté dévaluation me mets mal à l'aise aussi, mais je pense que c'est
dans l'air du temps.

Je te remercie.

Noëlle Adam
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #23614001
Le 29/07/11 11:30, �g a écrit :

http://www.virusphoto.com/2281-guide-complet-pour-vendre-ses-photos-sur-le-web-avec-les-microstocks.html

Là on en parle, équitable ? guidé ?

Un forum y est dédié aussi.

Cella répondra peut être à ton dilemme.



Je te remercie j'ai commencé à lire l'article qui est fort bien fait.
C'est une base de reflexion.

Noëlle Adam
Yannick Patois
Le #23614211
'Re

Le 29/07/2011 11:23, Yannick Patois a écrit :
* Les photos de stocks sont susceptibles de se retrouver n'importe où,
compromettant le sérieux de l'acheteur, je te développe ça dans un autre
message asap.



Tu m'as donnée le courage d'aller au bout de mon texte
que je préparais au sujet des photos de stocks.

Je viens d'envoyer le courriel suivant à la mairie d'Obernai (et à
quelques autres). Cela illustre assez bien les problèmes que peuvent
rencontrer les utilisateurs de photos de stocks en terme d'image.
C'est bien sûr inspiré de http://culturevisuelle.org/dejavu/737 .


"""
Le prospectus de la Piscine d'Obernai

Le week-end dernier, nous avions décidé de nager dans une piscine que
nous ne connaissions pas encore autour de Strasbourg. Nous avions
entendu parle de celle d'Obernai, et j'ai pris quelques minutes sur
Internet pour me renseigner sur cet établissement.

Sur le site officiel de la ville, on trouve un joli dépliant sur cette
piscine
(http://www.obernai.fr/medias/fichiers/guide_de_lo_espace_aquatique.pdf). Cependant,
après l'avoir regardé quelques minutes, j'ai éprouvé quelque étonnement
que je voudrais vous faire partager.

En première page, où l'on nous invite à "S'amuser" le texte parait très
engageant. Il est agrémenté de la photographie d'un enfant nageant dans
une piscine. Il est cependant assez curieux de constater que cet enfant
illustrant les activités de la piscine d'Obernai, apprenne aussi à nager
au Canada (http://les-marmots.com/?page¬tivite), en Corse
(http://www.corsecoaching.com/rubrique,cours-de-natation,1272831.html)
ainsi qu'en Angleterre
(http://swimpointsouthlakeland.co.uk/about-us/swim-school).

De même, dans le paragraphe "Se dépenser" où l'on nous convie à "Plonger
dans l'une des 8 lignes d'eau" la photographie d'un nageur athlétique
censément à Obernai, nage aussi pour un "coach personnel" en
Haute-Garonne
(http://www.coachpersonnel.eu/code-deontologie-coaching-haute-garonne.php),
a une bourse sport-étude aux USA
(http://www.athletics-partner.com/swimming-scholarships-bourse-sportive-natation/)
et fait de la rééducation à Montpelier (http://www.kinepole.com/).

Quand à la jeune femme à la poitrine rebondie qui profite du "plaisir de
L’O pour tous... et en toutes occasions !", elle fait de la thalasso au
Man (http://www.thalya.fr/nos-soins/), séjourne dans des hôtels en
Belgique
(http://www.hotels.be/photo/crowne-plaza-liege/fr/1266/?photoname=osmose1cpl)
et en Italie
(http://www.smeraldoterme.it/un-giorno-terme-abano.php?lang=ita).

Bref, vous l'aurez compris, il est manifeste que la quasi-totalité des
photographies de ce dépliant n'ont pas été prise dans le lieu qu'elles
sont sensées illustrer.

Au delà du problème juridique éventuel dont vous pourriez aisément vous
défausser d'un simple "Illustration non contractuelle" ou autre forme de
"Suggestion de présentation" (actuellement absente ce qui me semble
abusif), se pose quand même la question de l'état effectif des
installation d'Obernai.

Avez-vous à ce point honte de vos propres installations que vous jugiez
indispensable de les remplacer par des images d'Italie, d'Allemagne ou
des USA? Sont-elles si inesthétique que vous ne puissiez nous les
montrer dans votre propre prospectus? N'y a t'il pas des photographes et
des modèles en Alsace? Sont-ils si médiocre que vous préfériez les
remplacer subrepticement par des américains tout en faisant croire que?

Pour notre part, nous avons finalement choisi une autre destination pour
notre week-end.

Merci de votre attention,

Yannick
"""


--
_/ Yannick Patois ___________________________________________________
| web: http://feelingsurfer.net/garp/ | Garp sur irc undernet |
| email: | |
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #23614331
Le 29/07/11 13:24, Yannick Patois a écrit :

Tu m'as donnée le courage d'aller au bout de mon texte
que je préparais au sujet des photos de stocks.

Je viens d'envoyer le courriel suivant à la mairie d'Obernai (et à
quelques autres). Cela illustre assez bien les problèmes que peuvent
rencontrer les utilisateurs de photos de stocks en terme d'image.
C'est bien sûr inspiré de http://culturevisuelle.org/dejavu/737 .



Je coupe, mais pour te dire que je trouve ton texte génial !
En même temps, on voit là la conséquence de l'interdiction
quasi-générale de photographier dès qu'on n'est pas dans l'espace public
( et encore...). La mairie n'a pas de photos, personne n'en a dans le
coin, prendre quelqu'un pour en faire des correctes coûte trop cher et
la chargée de com de la mairie n'y arrive pas avec son téléphone portable.

Noëlle Adam
René
Le #23619241
"YouDontNeedToKnowButItsNoëlle" a écrit dans le message de groupe de
discussion : j0r1p5$n39$

Plusieurs sites proposent d'alimenter du microstock de photos, qui est
vendu un prix dérisoire mais en masse, pour en tirer un complément de
revenus plus ou moins significatif.



Bonjour

Mon expérience en tant qu'acheteur...

J'ai une agente avec qui je ne travaille que quelques mois par année et
parfois quelques autres menus travaux occasionnels. Surtout du graphime.
Pour un petit travail beau bon pas cher le client désirait une fraise qui
tombe dans un verre de champagne, avec les bulles et liquide qui jaillit.
Question: puis-je concevoir quelque chose? Non c'est ce qu'il veut.
Question: quel est le budget? Bouf...
Question: quel sont les risques d'insatisfaction de l'un ou de l'autre?
Hum...
Réponse: dans ce budget vous ne pouvez avoir l'exclusivité d'une photo
originale, nous devons aller vers les photos de stocks.

J'ai trouvé quelques photos intéressante à partir de 250$ dans les dimension
nécessaires. J'en ai soumis 3 avec les conditions d'utilisation.
Voilà et je facture avec majoration plus mon temps.

Rechercher la bonne photo n'est pas toujours très rapide, alors il y a
toujours un coût à ajouter.
Un gros avantage est que le client donne son accord avant la dépense sur
quelque chose qu'il voit. S'il n'y trouve pas satisfaction il devra soit
changer d'idée soit débourser d'avantage.

Lors de ce travail et d'un autre semblable je n'ai rien trouvé dans les
stocks à très petits prix. Des qu'une photo est autre que "remplissage
d'espace" et ne peut être aisément remplacée par une autre les prix sont
plus élevés. Normal. Le pas cher c'est de l'interchangeable, photos faites
en séries, pose standard, éclairage standard, le tête à droite regarde le
journal, la tête à gauche regarde le journal, la tête à gauche regard
l'objectif, plongée, contre plongée... etc.

Je n'ai cependant aucune idée de la rentabilité pour le photographe et de
l'honnêteté des agences.

René
Publicité
Poster une réponse
Anonyme