Musée Mac

Le
filh
http://www.computerhistory.org/highlights/macpaint/

Pour les nostalgiques

FiLH
--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Wykaaa
Le #22382651
FiLH a écrit :
http://www.computerhistory.org/highlights/macpaint/

Pour les nostalgiques...

FiLH



Oui, Bill Atkinson n'est pas pour rien dans le succès du premier Mac.
Il fzut aussi se souvenir que c'est le créateur d'Hypercard qui, à
l'époque pré-web, était un langage vraiment génial.
xavier
Le #22382841
Wykaaa
Oui, Bill Atkinson n'est pas pour rien dans le succès du premier Mac.
Il fzut aussi se souvenir que c'est le créateur d'Hypercard qui, à
l'époque pré-web, était un langage vraiment génial.



C'était aussi malheureusement un programmeur très crade, tant au niveau
de la structure de son code (que personne n'a jamais pu reprendre après
lui), que de la concepion : par ex. QuickDraw fourmille de variables
globales en espace sytème, ce qui, bien avant 1980 était formellement
déconseillé dans les cours de programmation. Il est plus que probable
qu'Atkinson n'aie jamais lu Aho, entre autres ouvrages de référence.

Conséquence : un MacOS qui n'a pas fondamentalement évolué de la version
1 à la version 9. Juste des ajouts de fonctionnalités. Mais le coeur
était plus ou moins le même malgré l'apparition du pseudo-mulitâche,
puis plus tard du micro-kernel dont on n'a jamais vraiment compris à
quoi il servait.
Et un Hypercard perdu à jamais, faute de maintenance et d'évolution
possibles.

Atkinson était sans doute un génie, mais pas vraiment un bon génie.

--
XAv
In your pomp and all your glory you're a poorer man than me,
as you lick the boots of death born out of fear.
OdarR
Le #22388301
On 22 juil, 00:19, (Xavier) wrote:
Wykaaa > Oui, Bill Atkinson n'est pas pour rien dans le succès du premier Mac.
> Il fzut aussi se souvenir que c'est le créateur d'Hypercard qui, à
> l'époque pré-web, était un langage vraiment génial.

C'était aussi malheureusement un programmeur très crade, tant au nive au
de la structure de son code (que personne n'a jamais pu reprendre après
lui), que de la concepion : par ex. QuickDraw fourmille de variables
globales en espace sytème, ce qui, bien avant 1980 était formellement
déconseillé dans les cours de programmation. Il est plus que probable
qu'Atkinson n'aie jamais lu Aho, entre autres ouvrages de référence.




^^ :
http://www.computerhistory.org/highlights/macpaint/

... In writing MacPaint, Bill was as concerned with whether human
readers would understand the code as he was with what the computer
would do with it. He later said about software in general, "It's an
art form, like any other art form... I would spend time rewriting
whole sections of code to make them more cleanly organized, more
clear. I'm a firm believer that the best way to prevent bugs is to
make it so that you can read through the code and understand exactly
what it's doing… And maybe that was a little bit counter to what I ran
into when I first came to Apple... If you want to get it smooth,
you've got to rewrite it from scratch at least five times." ...


Olivier
xavier
Le #22388321
OdarR
... In writing MacPaint, Bill was as concerned with whether human
readers would understand the code [...]



Ce n'est clairement pas ce que m'ont dit les ingés d'Apple France lors
des "Journées des développeurs" dont je crois bien n'avoir raté aucune
édition tant que ça a duré. Les deux dernière années, c'était à
Deauville, confs au casino, et logement dans les 5 étoiles du coin :-)

Et confirmé lors de la présentation de Copland -sous entendu, Copland va
se casser la gueule, on est obligé de se traîner le code d'Atkinson". Et
c'est bien ce qui s'est passé.

Tout ça "off", bien entendu, officiellement, Copland c'était l'avenir
d'Apple :-)

Bon, cela dit, je n'ai pas eu la curiosité de télécharger les codes en
question. Mais peut-être a-t-il fait un effort pour MacPaint, on parlait
surtout du noyau du système.

--
XAv
In your pomp and all your glory you're a poorer man than me,
as you lick the boots of death born out of fear.
Wykaaa
Le #22388821
Xavier a écrit :
OdarR
... In writing MacPaint, Bill was as concerned with whether human
readers would understand the code [...]



Ce n'est clairement pas ce que m'ont dit les ingés d'Apple France lors
des "Journées des développeurs" dont je crois bien n'avoir raté aucune
édition tant que ça a duré. Les deux dernière années, c'était à
Deauville, confs au casino, et logement dans les 5 étoiles du coin :-)

Et confirmé lors de la présentation de Copland -sous entendu, Copland va
se casser la gueule, on est obligé de se traîner le code d'Atkinson". Et
c'est bien ce qui s'est passé.

Tout ça "off", bien entendu, officiellement, Copland c'était l'avenir
d'Apple :-)

Bon, cela dit, je n'ai pas eu la curiosité de télécharger les codes en
question. Mais peut-être a-t-il fait un effort pour MacPaint, on parlait
surtout du noyau du système.



Cela dit, les premières versions du noyau Unix d'ATT n'était pas tristes
non plus. On aurait dit que tout était fait pour qu'on n'arrive pas à le
modifier tellement c'était incompréhensible.
J'avais introduit des mesures qualité dans un compilateur C que nous
avions fait. Il n'y avait qu'à peine 5% de commentaires. Je me souviens
de l'un d'eux qui disait à peu près :
"dernière porte avant l'enfer". Sous ce commentaire se trouvait une
boucle "for" avec 3 variables d'induction. Après une journée d'étude de
cette boucle on avait fini par comprendre qu'il s'agissait de "tout
faire" pour éviter le crash système et que c'était là, la dernière
tentative possible...
Si quelqu'un ici a déjà vu du code système concernant les
entrées/sorties physiques avec les programmes canaux d'interface disque,
il peut, comme moi, affirmer qu'il s'agit de code très dur à lire,
comprendre et maintenir car ce n'est que de la programmation par
exception (dans un système multi-utilisateur, quand on essaie d'écrire
physiquement sur un disque, en général il est déjà occupé à lire ou
écrire et il y a des interactions avec le module de gestion de la
mémoire virtuelle). Je parle là d'un système mainframe propriétaire.

Même avec beaucoup de conception, le code système, en général, est
difficile à écrire et quand on le code la première fois, ce n'est que
lorsqu'on a "posé le stylo" qu'on sait ce qu'on aurait dû faire (et
encore...).
Si on se replace dans l'époque du début du Mac, il y avait peu ou pas
d'expérience pour la réalisation de ce genre de logiciel à part à Menlo
Park avec Alan Kay et Smalltalk (mais ce n'était quand même pas tout à
fait la même chose...).
Publicité
Poster une réponse
Anonyme