[NS] Accoustique plugged

Le
Garance
Ok, j'ai dit que je faisais un résumé, mais franchement, la Nouvelle
Star sans Pierre, c'est comme du Coca sans sucre ou du Nutella sans
noisettes, et je m'y connais, ma balance peut en témoigner. A part ça,
et à part Julie qui est vraiment en dessous - et qui sort, logiquement
mais avec une semaine de retard, soit dit en passant - , ils se sont
bien débrouillés. Thème : soirée accoustique, "unplugged", a même dit
Virginie Efira. En pratique, c'est presque comme une soirée normale : y
a toujours autant de fils, mais les musiciens sont sur la scène au lieu
de se planquer sur les côtés. Du coup, c'est très mal rangé, mais ça
fait plus concert, c'est bien aussi. Moi aussi, je vais mal ranger : je
suis l'ordre chronologique.

Tigane
(I can't get no) Satisfaction, Rolling stones
Sa voix est toujours agréable, toujours un peu monocorde aussi. La
chanson est parfois un peu basse pour lui et ça manque de pêche. C'est
bien fait, sans plus. Pas emballée, pourtant j'aime bien l'original.
Rien à voir, mais j'en profite pour dire que le batteur a un sourire
d'enfer et qu'il est quand même super mignon. Mais si, j'aime toujours
Pierre. Mais il est plus là. Faut savoir passer à autre chose.

Quatre bleus
Marianne : "Ce soir, tu as encore gagné un cran, vocalement ; le titre
t'as inspiré d'être "ledback" [pas trouvé l'orthographe] et cette voix
épaisse [non, Marianne, une voix épaisse, c'est par exemple quand Dédé,
juste avant la fermeture du piano bar en dessous de chez lui, essaye de
convaincre le serveur de l'épouser parce qu'il a trop un feeling super
psycho-érotique de le voir secouer comme ça son shaker], et grave, et
black, et grasse [Marianne, tu t'écoute, des fois ?]. C'est une
chanson, c'est du pur rock, et tu arrives encore à le faire ternaire
[NON ! je veux pas savoir ce que c'est !] et à mélanger ça avec ta
sauce groovy."

André : "Tu es le plus solaire de nos chanteurs, ce soir tu as montré
ton côté obscur et il est terrible aussi. En même temps, c'étaient les
Blancs qui jouaient le plus comme des Blacks, ils ont tout piqué au
blues et moi, j'aime bien quand les choses sont restituées à leur
propriétaire. [sarkozyste !]"

Gaetane

Time after time, Cyndi Laupers

C'est bien fait, mais je m'ennuie un peu. Il me manque la voix de
dessin animé de Cyndi Laupers qui fait le charme de la chanson. Et
comme chaque fois, Gaetane ne dégage pas d'émotion ou en tout cas ça ne
vient pas jusqu'à moi. Comme sa voix ne me touche pas particulièrement,
même si c'est du bon boulot, bof.

Quatre bleus

André : "Gaetane dans toute sa splendeur, convoquant les esprits
cheyennes [cheyennes ??] et les esprits celtes. Je me rappellerai
toujours la première fois où tu es venue nous voir, on était tous les
quatre au fond de notre fauteuil de voir une frêle jeune fille
[blablabla etc.] On m'a dit chanter, c'est pire que de déshabiller
quelqu'un, c'est dévoiler son âme, là, c'était le plus joli strip-tease
spirituel que j'aie vu, merci [c'est bien tenté, le "spirituel", mais
ta copine va quand même t'assommer à ton retour, enfin c'est ce que je
ferais à sa place]."

Manu : "Ça l'a fait, moi j'ai oublié la jeune fille qui s'était
présentée au casting et j'ai l'impression de te découvrir aujourd'hui.
C'est comme une veste qu'on achète et qu'on met tout le temps, on la
quitte jamais, on n'a pas envie de te quitter [laisse donc le
free-style à André, Manu. Cause-nous juste musique.]

Dove : "J'ai rien à ajouter [enfin une bonne nouvelle]. Ça manque un
peu de folie [incroyable, je suis d'accord avec Dove], je regrette un
petit truc, je trouve ça encore un peu lisse, même si vocalement ça
l'est pas, c'est un tout, et pourtant tu chantes super bien, c'est
vachement beau."

André : "Quand Dove parle, il me fait penser à un grand philosophe qui
s'appelait Pierre Dac qui disait "A quoi servirait l'intelligence si
l'imbécillité n'existait pas ?" [Leçon du jour : ne pas toucher à
Gaetane ou André-le-Bisounours devient Bazooka-Dédé.] [D'ailleurs,
suivant cette logique, il n'est pas sûr qu'il reste à Tigane assez de
temps à vivre jusqu'à la finale, vu comment il s'est lâché dans le
tripotage de Gaetane sur "toi mon toit", petit canaillou, va.]

Julien

Baby one more time, Britney Spears

Il commence lentement, sans trop de fantaisie, puis il arrête les
musiciens sur un "non, non non !", et ça repart sur un mode plus rapide
et plus déjanté à la Julien, mais pas trop, beaucoup plus calme que
d'autres fois. Bon, j'aime pas trop la chanson, ni là, ni l'original,
mais bel effort.

Quatre bleus

André (en pleine forme) : "J'ai eu peur, Marianne, la semaine dernière,
je me suis demandé si t'étais pas dure de la feuille ou molle du
bulbe."
Marianne : "Je t'en foutrai, moi ! [ça ne nous regarde pas, Marianne]
Je donne un bleu pour la première partie de la chanson, j'ai été moins
fan pour la deuxième partie. J'ai adoré le début très doux, mais après,
j'ai juste senti que tu courais un peu après le rythme. C'était un peu
la bagarre entre la chanson et toi, mais c'est tellement mieux que la
semaine dernière !"
Dove : "J'ai donné un rouge sur la première partie de la chanson et un
bleu sur la deuxième. Enfin c'est le contraire [de Marianne ? Tu veux
nous l'énerver c'est ça ?], parce que la première partie, c'était très
bien, mais rien de neuf, la deuxième partie, j'étais surpris et c'est
ça qui est agréable. Très souvent, dans ce métier, il y a le bon goût
et les règles, ce qu'on doit faire et ne pas faire, et toi tu oses, tu
vas contre les règles, bien, pas bien, on s'en fout, ça le fait, j'ai
adoré la deuxième partie." [Julien, barre-toi de là ou tu es dans la
prochaine comédie musicale de Dove. Et même Attila faisait moins de
dégâts que ce que peut faire Dove.]

Manu : "Je vais donner un bleu pour les deux parties. [engueulade du
public] Y a un truc important dans la musique, y a un mot qu'on appelle
"Arti" [orthographe ?], quand on prend cette dimension, on le prend un
peu en vrac et on le revisite. Là, t'as été au bout du truc : première
partie, bien chantée, et puis tu nous embarques complètement ailleurs,
ça me plaît. Le problème d'aller dans une direction "arti", c'est que
finalement, toutes les chansons pourries qu'on entend, elles vont
devenir vachement bien. Sur qui on va taper ? [Moi je sais moi je sais
! Tape sur Dove !]

André : "C'est ça le grand art de Julien, c'est de prendre toutes les
chansons pourries et d'en faire un chef-d'oeuvre, de la même manière
que Marcel Duchamp prend un urinoir et en fait un chef-d'oeuvre [je
préviens : si ça devient culturel, j'éteins la télé.] C'est la première
fois que, dans cette émission, on a un chanteur qui a une dimension
artistique intello subversive."

Julie

Déjà, pour tous les médisants qui la soupçonnent de saphisme depuis
qu'elle a chanté "Comme un garçon" et "les yeux noirs", Julie a un
petit copain. Il fallait rétablir la vérité.

Torn, Natalie Imbruglia

Elle est un peu fausse, comme d'habitude, un peu trop haute, mais sinon
elle le fait plutôt bien. Elle m'étonne sur le refrain où elle se
débrouille vraiment bien. Elle n'est définitivement pas à l'aise en
robe, elle a l'air déguisée et c'est dommage, elle est mal à l'aise,
avec une façon de se tenir gauche et maladroite.

Rouge de Marianne et d'André

Dove : "En fait, on est pratiquement d'accord, on s'est un peu
concertés parce que des fois, on met chacun ce que l'on pense, et trois
rouges alors que la personne ne le mérite pas. Là, on a pensé que c'est
du 50/50."
Marianne : "Sur le refrain, tu t'en sors bien. Sur les couplets, la
voix est enterrée. La voix était vraiment pas raccordée sur les
couplets, ça flottait, donc c'était pas juste. On a souvent laissé
passer ça, mais on est en quart de finale. Mais on t'aime toujours
autant." [Ils savent donc une demi-heure après le début de l'émission
qui va partir.]

André : "Le groove était pas dans le débit anglais [On dirait une
traduction de Google], t'étais un peu à la ramasse. Il faudrait avoir
un accent irréprochable. Pour moi, c'était pas très agréable. Les
refrains étaient bien, mais les couplets, ça swinguait un peu comme une
biscotte."

Manu : "Moi j'ai pas pensé ça, je trouve qu'effectivement, c'est
toujours un peu à l'arrache, Julie, mais c'est ce qui me touche. Le
flot rythmique, c'est un parti-pris de ta part de le délivrer de cette
manière. J'aime bien ce côté un peu rude, c'est ce qui m'intéresse chez
toi. Forcément, l'interprétation de Imbruglia, c'est super classe et
c'est super bien produit, mais là, on est sur scène. Moi, ce que j'aime
chez toi, c'est cette rudesse." [Je tiens à dire que la paire de gros
seins verts derrière Manu, c'est CHIANT. M6, tu GAVES. Montre-nous des
COUCOUGNETTES, ça changera !] [Non, je cliquerai pas sur vos liens.
C'est juste pour dire.]

Tigane

Tigane, on a bien failli le perdre, cette semaine. La tête qu'il a
faite en voyant la foule qui l'attendait dans son patelin, il nous a au
moins fait un micro-infarctus pendant cinq secondes. J'ai eu peur,
sérieux. Ne lui faites pas ça trop souvent, il va claquer avant la
finale.

On s'attache, Christophe Maé

J'ai vraiment beaucoup aimé, largement mieux que l'original. Je trouve
la chanson sympa, c'est la voix de Christophe Mae, mon problème. Donc
avec Tigane, très agréable. Dove a un sourire tellement béat que je me
demande s'il a produit la chanson. Presque. En tout cas c'est la
première fois qu'il se met dans cet état cette saison. A deux doigts de
grimper debout sur son fauteuil (j'aurais A-DO-RE qu'il se casse la
figure).

Quatre bleus

Dove : "J'ai été surpris, mais Christophe Maé, qui t'adore, sache-le,
il a été très heureux de voir cette version [Ok, maintenant, on sait
qui c'est, à l'autre bout de l'oreillette de Dove]. Il a aussi ce don
de transformer les chansons, et toi, t'as été encore ailleurs chaque
fois. La chanson s'arrête, je me dis "Merde ! C'est déjà fini."

Marianne : "'On s'attache', chantée par Christophe Maé, elle lui
appartient totalement, avec un timbre de voix très particulier. Toi, tu
arrives derrière, la seule solution, c'est de se planter, et tu y es
allé encore ailleurs. Je suis toujours surprise de voir comment tu
sautes sur la scène tout en étant en rythme, et pas essouflé."

Manu : "La performance est excellente, moi je suis pas surpris, parce
qu'on devient assez fan, on a envie que ça dure plus longtemps, une
heure et demie, la durée d'un spectacle.

Gaetane
These boots are made for walkin', Nancy Sinatra

Je la préfère largement dans ce style plutôt qu'en poupée de porcelaine
sucrée. Elle est bien plus spontanée que quand elle essaye de faire
passer une émotion qu'elle ne ressent pas. Je reste gênée par sa voix
trop "serrée" et je trouve qu'elle ne mérite pas une finale, mais c'est
pas moi qui décide, je m'en suis rendu compte il y a une ou deux
émissions (de daube).

Un rouge de Dove

Dove : "Sur la chanson "toi mon toit", tu t'es lâchée, et tu es
superbe. Là, j'ai trouvé le timbre trop serré, j'ai pas trouvé ça très
agréable au niveau timbre vocal, c'est la fréquence qui te va pas
[j'aprends des tas de trucs dans cette émission]. A un moment, il faut
juger avec ses goûts, j'ai pas trouvé ça très beau, j'ai trouvé ça un
peu joué et artificiel." [Dove et moi nous ne sommes définitivement pas
compatibles.]

Marianne : "Moi c'est tout le contraire, je trouve que cette chanson te
va très bien, ton côté canaille "comptoir" [c'est super tard, je ne
comprends même pas ce que j'écris] du côté des ricains [je suis
carrément en écriture automatique]. Il y a quand même une astuce qu'on
ressent bien, c'est la tête des musiciens, je sais pas si le titre leur
plaisait particulièrement, mais c'était le meilleur groupe du monde."

André : "Cette émission est un parcours initiatique. J'ai été super
surpris quand je t'ai vu chanter des choses country : j'étais dans un
bar avec une bande de vieux bouseux [non mais c'est ta vie privée,
André. Tu fais ce que tu veux.]"

Julien
Les bêtises, Sabine Paturel

Quand Julien fait des bêtises, extraits :
"J'ai tout relu Françoise Dolto
J'ai même lacéré le Cocteau
Que tu cachais sous ton bureau
Je me suis saigné au pied du lit
J'ai décousu tes beaux habits"

Version dandy, faut le voir, à vos youtube. A la fin, il s'approche de
Marianne "Fallait pas me parler come ça, il est beau ton cinéma,
fallait pas me parler comme ça, je fais rien que des bêtises quand t'es
pas là" et il lui prend la main en chantant, avec de l'humour et plein
de tendresse à la fois. Ça la met au bord des larmes pour de vrai,
cette grande gueule. Moi, j'ai ressenti une pointe de jalousie
meurtrière envers Marianne, pourtant Dieu sait que j'adore Marianne,
l'une des deux femmes les plus sexy au monde, mais là l'espace d'un
frôlement de doigts, je lui aurais volontiers crevé les yeux. J'en
déduis qu'il m'a vraiment attrapée cette fois-ci moi aussi, encore plus
qu'avec Lolita, il pourrait même me rendre les deux dernières émissions
supportables.

Quatre bleus

Marianne : "En fin de compte, c'est simple. Je vais pas revenir en
arrière parce que c'est un grand bleu sincère à 800 %. Tu n'as fait ni
ta voix fêlée, ni ta voix éraillée, ni ta voix criée, celle que j'aime
le moins, c'est juste toi, ça. On est dans ta musicalité, tu n'es ni
has been, ni lisse, tu n'es jamais lisse, tu ne seras jamais lisse.
C'est sincère, c'est pas parce que tu m'as touché les doigts, c'était
que les doigts [oui alors j'en connais une ou deux ici même, dont une
très bien, qui vendraient leur mère pour ça depuis ce soir, par
exemple] Tu nous sors de la mécanique de l'émission, on est en dehors
de l'émission, tu n'es plus un candidat. On te suis quand tu te
débarrasse de tout ça."

Julie

Casser la voix, Patrick Bruel

Elle aura quand même pas eu des chansons faciles, Sylvie Vartan, Céline
Dion, Patrick Bruel. Et la faire passer après Julien, c'était vraiment
lui montrer la sortie. Elle a des problème de rythme, elle est trop
rapide et c'est trop grave pour elle par moment. Quand elle est à fond
dans le texte, elle chante de toute façon trop haut, même sur des notes
qu'elle peut faire dans les graves.

Rouge de Dove

Marianne : "J'étais totalement absorbée par le texte, la manière dont
tu nous attrape et tu ne lâches rien, alors ça peut agacer [euh non
c'est pas ça, qui agace, hein], ça peut aussi dire que c'est un
grand talent, une humanité, on sait ce que tu joues, c'est que tu joues
ta peau particulièrement ce soir [ok je sais que Julien t'as
électrocuté les doigts, je sais même pas si j'aurais survécu, mais
faudrait voir à garder le sens de la mesure, un peu, quand même]. C'est
très fort ce que tu viens de faire, et c'est juste vocalement [mais
vous fumez des trucs pendant les pubs ?!]"

André : "C'est pas juste vocalement, y a toujours des faussetés, c'est
toujours le même problème, tu es toujours un peu haute, mais t'as une
espèce de magnétisme qui fait qu'on passe un peu sur des faussetés."

Bon, vous savez quoi ? C'est trois heures et quelques. J'ai fait le
résumé ce soir parce que demain j'ai plein de boulot toute la journée à
partir de 8 heure du mat. Mais subitement, je sais pas pourquoi, je me
demande si j'ai fait un bon calcul. Je vais me coucher. Bonne nuit.

--
Garance
Questions / Réponses high-tech
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 4
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le bressan
Le #10579641
Garance a écrit :
....

tout ce travail et cette volonté de faire le résumé à 3h du mat mérite
d'être salué.
Bravo Garance pour ton résumé toujours aussi agréable à lire

Le bressan
Eataine
Le #10579611
"Garance" news:
Ok, j'ai dit que je faisais un résumé, mais franchement, la Nouvelle Star
sans Pierre, c'est comme du Coca sans sucre ou du Nutella sans noisettes,
et je m'y connais, ma balance peut en témoigner. A part ça, et à part
Julie qui est vraiment en dessous - et qui sort, logiquement mais avec une
semaine de retard, soit dit en passant - , ils se sont bien débrouillés.
Thème : soirée accoustique, "unplugged", a même dit Virginie Efira. En
pratique, c'est presque comme une soirée normale : y a toujours autant de
fils, mais les musiciens sont sur la scène au lieu de se planquer sur les
côtés. Du coup, c'est très mal rangé, mais ça fait plus concert, c'est
bien aussi. Moi aussi, je vais mal ranger : je suis l'ordre chronologique.

Tigane
(I can't get no) Satisfaction, Rolling stones



moi non, plus, j'ai pas eu de satisfaction de cette prestation...

Sa voix est toujours agréable, toujours un peu monocorde aussi. La chanson
est parfois un peu basse pour lui et ça manque de pêche. C'est bien fait,
sans plus. Pas emballée, pourtant j'aime bien l'original. Rien à voir,
mais j'en profite pour dire que le batteur a un sourire d'enfer et qu'il
est quand même super mignon. Mais si, j'aime toujours Pierre. Mais il est
plus là. Faut savoir passer à autre chose.

Quatre bleus
Marianne : "Ce soir, tu as encore gagné un cran, vocalement ; le titre
t'as inspiré d'être "ledback" [pas trouvé l'orthographe] et cette voix
épaisse [non, Marianne, une voix épaisse, c'est par exemple quand Dédé,
juste avant la fermeture du piano bar en dessous de chez lui, essaye de
convaincre le serveur de l'épouser parce qu'il a trop un feeling super
psycho-érotique de le voir secouer comme ça son shaker], et grave, et
black, et grasse [Marianne, tu t'écoute, des fois ?]. C'est une chanson,
c'est du pur rock, et tu arrives encore à le faire ternaire [NON ! je
veux pas savoir ce que c'est !] et à mélanger ça avec ta sauce groovy."



j'ai juste trouvé ça plat... et (faudrait que je réécoute, mais pas envie)
pas ternaire du tout... (en tout cas, ça m'a pas marqué sur le coup...)


André : "Tu es le plus solaire de nos chanteurs, ce soir tu as montré ton
côté obscur et il est terrible aussi. En même temps, c'étaient les Blancs
qui jouaient le plus comme des Blacks, ils ont tout piqué au blues et moi,
j'aime bien quand les choses sont restituées à leur propriétaire.
[sarkozyste !]"

Gaetane

Time after time, Cyndi Laupers

C'est bien fait, mais je m'ennuie un peu. Il me manque la voix de dessin
animé de Cyndi Laupers qui fait le charme de la chanson. Et comme chaque
fois, Gaetane ne dégage pas d'émotion ou en tout cas ça ne vient pas
jusqu'à moi. Comme sa voix ne me touche pas particulièrement, même si
c'est du bon boulot, bof.




encore une fois, ennui semble le mot clé de la soirée... pour moi en tout
cas. Joli mais sans plus...



Quatre bleus

André : "Gaetane dans toute sa splendeur, convoquant les esprits cheyennes
[cheyennes ??] et les esprits celtes. Je me rappellerai toujours la
première fois où tu es venue nous voir, on était tous les quatre au fond
de notre fauteuil de voir une frêle jeune fille [blablabla etc.] On m'a
dit chanter, c'est pire que de déshabiller quelqu'un, c'est dévoiler son
âme, là, c'était le plus joli strip-tease spirituel que j'aie vu, merci
[c'est bien tenté, le "spirituel", mais ta copine va quand même t'assommer
à ton retour, enfin c'est ce que je ferais à sa place]."

Manu : "Ça l'a fait, moi j'ai oublié la jeune fille qui s'était présentée
au casting et j'ai l'impression de te découvrir aujourd'hui. C'est comme
une veste qu'on achète et qu'on met tout le temps, on la quitte jamais, on
n'a pas envie de te quitter [laisse donc le free-style à André, Manu.
Cause-nous juste musique.]

Dove : "J'ai rien à ajouter [enfin une bonne nouvelle]. Ça manque un peu
de folie [incroyable, je suis d'accord avec Dove], je regrette un petit
truc, je trouve ça encore un peu lisse, même si vocalement ça l'est pas,
c'est un tout, et pourtant tu chantes super bien, c'est vachement beau."

André : "Quand Dove parle, il me fait penser à un grand philosophe qui
s'appelait Pierre Dac qui disait "A quoi servirait l'intelligence si
l'imbécillité n'existait pas ?" [Leçon du jour : ne pas toucher à Gaetane
ou André-le-Bisounours devient Bazooka-Dédé.] [D'ailleurs, suivant cette
logique, il n'est pas sûr qu'il reste à Tigane assez de temps à vivre
jusqu'à la finale, vu comment il s'est lâché dans le tripotage de Gaetane
sur "toi mon toit", petit canaillou, va.]





en parlant de toit mon toi, à plusieurs reprises, Julie est arrivée à bout
de souffle et a été obligée de respirer et ainsi de décaler son phrasé. Même
Gaetane en fin de chanson... je ne me rendais pas compte que cette chanson
était tellement "serrée" et "physique" à chanter...

Bon, y'a pas d'avance, faut que je file bosser...

Bonne journée

Fred
Marles Borro
Le #10579571
"Garance" news:

Hein .. le résumé d'hier soir déjà publié ?!

Ben ça ! .... J'suis comme Dédé devant Gaétane, là ! Mon clavier en perd
ses touches ;))))


Ok, j'ai dit que je faisais un résumé, mais franchement, la Nouvelle
Star sans Pierre, c'est comme du Coca sans sucre ou du Nutella sans
noisettes, et je m'y connais, ma balance peut en témoigner.



Ou une banana split sans chantilly !

A part ça,
et à part Julie qui est vraiment en dessous - et qui sort, logiquement



Heu ... C'est pas faux :)

Mais, chais pas, j'ai comme l'impression qu'ils (*ils* ?) ont tout fait
pour. A commencer par lui faire chanter des chansons pas adaptées à sa voix
(eh .. "casser la voix", fallait oser ... lol). Ensuite lui imposer une
tonalité trop basse pour son registre. Mébon .. c'est un sentiment perso
et sinon, pour le résultat, c'est sans regrêt.

mais avec une semaine de retard, soit dit en passant - , ils se sont
bien débrouillés. Thème : soirée accoustique, "unplugged", a même dit
Virginie Efira.



Vi, mais une basse électrique unplugged ... ça sonne pas le diable !

En pratique, c'est presque comme une soirée normale : y
a toujours autant de fils, mais les musiciens sont sur la scène au lieu
de se planquer sur les côtés. Du coup, c'est très mal rangé, mais ça
fait plus concert, c'est bien aussi. Moi aussi, je vais mal ranger : je
suis l'ordre chronologique.

Tigane
(I can't get no) Satisfaction, Rolling stones
Sa voix est toujours agréable, toujours un peu monocorde aussi. La
chanson est parfois un peu basse pour lui et ça manque de pêche. C'est
bien fait, sans plus. Pas emballée, pourtant j'aime bien l'original.
Rien à voir, mais j'en profite pour dire que le batteur a un sourire
d'enfer et qu'il est quand même super mignon. Mais si, j'aime toujours
Pierre. Mais il est plus là. Faut savoir passer à autre chose.

Quatre bleus
Marianne : "Ce soir, tu as encore gagné un cran, vocalement ; le titre
t'as inspiré d'être "ledback" [pas trouvé l'orthographe] et cette voix
épaisse [non, Marianne, une voix épaisse, c'est par exemple quand Dédé,
juste avant la fermeture du piano bar en dessous de chez lui, essaye de
convaincre le serveur de l'épouser parce qu'il a trop un feeling super
psycho-érotique de le voir secouer comme ça son shaker], et grave, et
black, et grasse [Marianne, tu t'écoute, des fois ?]. C'est une
chanson, c'est du pur rock, et tu arrives encore à le faire ternaire
[NON ! je veux pas savoir ce que c'est !] et à mélanger ça avec ta
sauce groovy."



M..de, j'ai encore loupé une sauce rythmique à la Tigane .. Rhaaa zut ! Je
n'ai commencé à regarder que beaucoup plus tard (c'est déjà bien, j'avais
dis que je ne regarderais plus). Bon, j'attendrai que ce soit sur youtube ;)


André : "Tu es le plus solaire de nos chanteurs, ce soir tu as montré
ton côté obscur et il est terrible aussi. En même temps, c'étaient les
Blancs qui jouaient le plus comme des Blacks, ils ont tout piqué au
blues et moi, j'aime bien quand les choses sont restituées à leur
propriétaire. [sarkozyste !]"

Gaetane

Time after time, Cyndi Laupers

C'est bien fait, mais je m'ennuie un peu. Il me manque la voix de
dessin animé de Cyndi Laupers qui fait le charme de la chanson. Et
comme chaque fois, Gaetane ne dégage pas d'émotion ou en tout cas ça ne
vient pas jusqu'à moi. Comme sa voix ne me touche pas particulièrement,
même si c'est du bon boulot, bof.

Quatre bleus

André : "Gaetane dans toute sa splendeur, convoquant les esprits
cheyennes [cheyennes ??] et les esprits celtes. Je me rappellerai
toujours la première fois où tu es venue nous voir, on était tous les
quatre au fond de notre fauteuil de voir une frêle jeune fille
[blablabla etc.] On m'a dit chanter, c'est pire que de déshabiller
quelqu'un, c'est dévoiler son âme, là, c'était le plus joli strip-tease
spirituel que j'aie vu, merci [c'est bien tenté, le "spirituel", mais
ta copine va quand même t'assommer à ton retour, enfin c'est ce que je
ferais à sa place]."

Manu : "Ça l'a fait, moi j'ai oublié la jeune fille qui s'était
présentée au casting et j'ai l'impression de te découvrir aujourd'hui.
C'est comme une veste qu'on achète et qu'on met tout le temps, on la
quitte jamais, on n'a pas envie de te quitter [laisse donc le
free-style à André, Manu. Cause-nous juste musique.]

Dove : "J'ai rien à ajouter [enfin une bonne nouvelle]. Ça manque un
peu de folie [incroyable, je suis d'accord avec Dove], je regrette un
petit truc, je trouve ça encore un peu lisse, même si vocalement ça
l'est pas, c'est un tout, et pourtant tu chantes super bien, c'est
vachement beau."




*Super*, *vachement* ... ouaips, t'as raison. Il était aussi bien de se
taire :)




André : "Quand Dove parle, il me fait penser à un grand philosophe qui
s'appelait Pierre Dac qui disait "A quoi servirait l'intelligence si
l'imbécillité n'existait pas ?" [Leçon du jour : ne pas toucher à
Gaetane ou André-le-Bisounours devient Bazooka-Dédé.] [D'ailleurs,
suivant cette logique, il n'est pas sûr qu'il reste à Tigane assez de
temps à vivre jusqu'à la finale, vu comment il s'est lâché dans le
tripotage de Gaetane sur "toi mon toit", petit canaillou, va.]

Julien



[...]

Manu : "Moi j'ai pas pensé ça, je trouve qu'effectivement, c'est
toujours un peu à l'arrache, Julie, mais c'est ce qui me touche. Le
flot rythmique, c'est un parti-pris de ta part de le délivrer de cette
manière. J'aime bien ce côté un peu rude, c'est ce qui m'intéresse chez
toi. Forcément, l'interprétation de Imbruglia, c'est super classe et
c'est super bien produit, mais là, on est sur scène. Moi, ce que j'aime
chez toi, c'est cette rudesse." [Je tiens à dire que la paire de gros
seins verts derrière Manu, c'est CHIANT. M6, tu GAVES. Montre-nous des
COUCOUGNETTES, ça changera !] [Non, je cliquerai pas sur vos liens.
C'est juste pour dire.]




Voila ! Je suis arrivé au moment ou il "cassaient" de la Julie. Entre nous,
elle était fausse, mais bien moins que la semaine passée ou elle a
pourtant eu 4x bleus [va comprendre, Charles]


Tigane

Tigane, on a bien failli le perdre, cette semaine. La tête qu'il a
faite en voyant la foule qui l'attendait dans son patelin, il nous a au
moins fait un micro-infarctus pendant cinq secondes. J'ai eu peur,
sérieux. Ne lui faites pas ça trop souvent, il va claquer avant la
finale.

On s'attache, Christophe Maé

J'ai vraiment beaucoup aimé, largement mieux que l'original. Je trouve
la chanson sympa, c'est la voix de Christophe Mae, mon problème. Donc
avec Tigane, très agréable. Dove a un sourire tellement béat que je me
demande s'il a produit la chanson. Presque. En tout cas c'est la
première fois qu'il se met dans cet état cette saison. A deux doigts de
grimper debout sur son fauteuil (j'aurais A-DO-RE qu'il se casse la
figure).



J'ai bien aimé itou. C'était bien en place. RAS.
(RAS : c'est aussi ça le problème)


Quatre bleus

Dove : "J'ai été surpris, mais Christophe Maé, qui t'adore, sache-le,
il a été très heureux de voir cette version [Ok, maintenant, on sait
qui c'est, à l'autre bout de l'oreillette de Dove]. Il a aussi ce don
de transformer les chansons, et toi, t'as été encore ailleurs chaque
fois. La chanson s'arrête, je me dis "Merde ! C'est déjà fini."

Marianne : "'On s'attache', chantée par Christophe Maé, elle lui
appartient totalement, avec un timbre de voix très particulier. Toi, tu
arrives derrière, la seule solution, c'est de se planter, et tu y es
allé encore ailleurs. Je suis toujours surprise de voir comment tu
sautes sur la scène tout en étant en rythme, et pas essouflé."

Manu : "La performance est excellente, moi je suis pas surpris, parce
qu'on devient assez fan, on a envie que ça dure plus longtemps, une
heure et demie, la durée d'un spectacle.

Gaetane
These boots are made for walkin', Nancy Sinatra

Je la préfère largement dans ce style plutôt qu'en poupée de porcelaine
sucrée. Elle est bien plus spontanée que quand elle essaye de faire
passer une émotion qu'elle ne ressent pas. Je reste gênée par sa voix
trop "serrée" et je trouve qu'elle ne mérite pas une finale, mais c'est
pas moi qui décide, je m'en suis rendu compte il y a une ou deux
émissions (de daube).




J'ai entendu mieux dans des soirées karaoké. C'était en place (enfin, faut
pas trop en demander non plus), mais c'était *vide*.


Un rouge de Dove

Dove : "Sur la chanson "toi mon toit", tu t'es lâchée, et tu es
superbe. Là, j'ai trouvé le timbre trop serré, j'ai pas trouvé ça très
agréable au niveau timbre vocal, c'est la fréquence qui te va pas
[j'aprends des tas de trucs dans cette émission]. A un moment, il faut
juger avec ses goûts, j'ai pas trouvé ça très beau, j'ai trouvé ça un
peu joué et artificiel." [Dove et moi nous ne sommes définitivement pas
compatibles.]

Marianne : "Moi c'est tout le contraire, je trouve que cette chanson te
va très bien, ton côté canaille "comptoir" [c'est super tard, je ne
comprends même pas ce que j'écris] du côté des ricains [je suis
carrément en écriture automatique]. Il y a quand même une astuce qu'on
ressent bien, c'est la tête des musiciens, je sais pas si le titre leur
plaisait particulièrement, mais c'était le meilleur groupe du monde."

André : "Cette émission est un parcours initiatique. J'ai été super
surpris quand je t'ai vu chanter des choses country : j'étais dans un
bar avec une bande de vieux bouseux [non mais c'est ta vie privée,
André. Tu fais ce que tu veux.]"



Il aurait pas, bouffé des drôles de champignons pendant la pub
précédente le Dédé (y a des fois, je suis pas certain qu'il pense
toujours avec son cerveau) ? :)))


Julien
Les bêtises, Sabine Paturel

Quand Julien fait des bêtises, extraits :
"J'ai tout relu Françoise Dolto
J'ai même lacéré le Cocteau
Que tu cachais sous ton bureau
Je me suis saigné au pied du lit
J'ai décousu tes beaux habits"

Version dandy, faut le voir, à vos youtube. A la fin, il s'approche de
Marianne "Fallait pas me parler come ça, il est beau ton cinéma,
fallait pas me parler comme ça, je fais rien que des bêtises quand t'es
pas là" et il lui prend la main en chantant, avec de l'humour et plein
de tendresse à la fois. Ça la met au bord des larmes pour de vrai,
cette grande gueule. Moi, j'ai ressenti une pointe de jalousie
meurtrière envers Marianne, pourtant Dieu sait que j'adore Marianne,
l'une des deux femmes les plus sexy au monde, mais là l'espace d'un
frôlement de doigts, je lui aurais volontiers crevé les yeux. J'en
déduis qu'il m'a vraiment attrapée cette fois-ci moi aussi, encore plus
qu'avec Lolita, il pourrait même me rendre les deux dernières émissions
supportables.



Heureusement que c'est de la TELEVISION :))

Sans dek, c'était pas mal du tout. Il faut reconnaître à Julien cette
capacité phénoménale qu'il a d'accomoder tout ce qu'il interprète à sa
sauce. Mais sans le visuel .. ça reste *encore* (on va réécouter ... hein) à
démonter (ou démonter ? niark, niark !) :))

Quatre bleus

Marianne : "En fin de compte, c'est simple. Je vais pas revenir en
arrière parce que c'est un grand bleu sincère à 800 %. Tu n'as fait ni
ta voix fêlée, ni ta voix éraillée, ni ta voix criée, celle que j'aime
le moins, c'est juste toi, ça. On est dans ta musicalité, tu n'es ni
has been, ni lisse, tu n'es jamais lisse, tu ne seras jamais lisse.
C'est sincère, c'est pas parce que tu m'as touché les doigts, c'était
que les doigts [oui alors j'en connais une ou deux ici même, dont une
très bien, qui vendraient leur mère pour ça depuis ce soir, par
exemple] Tu nous sors de la mécanique de l'émission, on est en dehors
de l'émission, tu n'es plus un candidat. On te suis quand tu te
débarrasse de tout ça."

Julie

Casser la voix, Patrick Bruel



C'était *gonflé* (à tous les degrés) .. non .. vous trouvez pas ?! Mpfff !

Elle aura quand même pas eu des chansons faciles, Sylvie Vartan, Céline
Dion, Patrick Bruel. Et la faire passer après Julien, c'était vraiment
lui montrer la sortie. Elle a des problème de rythme, elle est trop
rapide et c'est trop grave pour elle par moment. Quand elle est à fond
dans le texte, elle chante de toute façon trop haut, même sur des notes
qu'elle peut faire dans les graves.



Nous somme d'accord. Ils (ils ?) lui ont montré la sortie. Cela dit, elle
avait (j'imagine) la possibilité de refuser telle ou telle chanson et de
négocier la tonalité. Donc elle se l'est un peu montré elle même, aussi.
Bref, bon vent Julie et que Sainte Cécile soit avec toi (si elle pouvait
seulement t'apporter un peu de précision dans la voix).

Rouge de Dove

Marianne : "J'étais totalement absorbée par le texte, la manière dont
tu nous attrape et tu ne lâches rien, alors ça peut agacer [euh non
c'est pas ça, qui agace, hein...], ça peut aussi dire que c'est un
grand talent, une humanité, on sait ce que tu joues, c'est que tu joues
ta peau particulièrement ce soir [ok je sais que Julien t'as
électrocuté les doigts, je sais même pas si j'aurais survécu, mais
faudrait voir à garder le sens de la mesure, un peu, quand même]. C'est
très fort ce que tu viens de faire, et c'est juste vocalement [mais
vous fumez des trucs pendant les pubs ?!]"

André : "C'est pas juste vocalement, y a toujours des faussetés, c'est
toujours le même problème, tu es toujours un peu haute, mais t'as une
espèce de magnétisme qui fait qu'on passe un peu sur des faussetés."

Bon, vous savez quoi ? C'est trois heures et quelques. J'ai fait le
résumé ce soir parce que demain j'ai plein de boulot toute la journée à
partir de 8 heure du mat. Mais subitement, je sais pas pourquoi, je me
demande si j'ai fait un bon calcul. Je vais me coucher. Bonne nuit.



Bien sûr que vous avez bien fait ...

... Quel délicieux petit dej !!!

Manque tout de même les croissants. Faudrait y penser la prochaine fois ;)


Blagues à part, MERCI ... et bonne journée à vous ainsi qu'à tous.
Pascal Wijsbroek
Le #10579521
Le 01/06/2007, Garance a supposé :

[Julien]
André : "C'est ça le grand art de Julien, c'est de prendre toutes les
chansons pourries et d'en faire un chef-d'oeuvre, de la même manière que
Marcel Duchamp prend un urinoir et en fait un chef-d'oeuvre [je préviens : si
ça devient culturel, j'éteins la télé.] C'est la première fois que, dans
cette émission, on a un chanteur qui a une dimension artistique intello
subversive."



Il a juste lu Libé cette semaine :

Un faux air de faussaire

par Laure NOUALHAT, Alexandra SCHWARTZBROD

Soyons honnêtes. Quand, ce soir de mai, il a ouvert la bouche pour
chanter Moi, Lolita", voix rauque et syncopée, silhouette gracile et
tendue dans son costume bleu pervenche, nous, sur notre canapé,
fourchette de pâtes suspendue en l'air, ça nous a fait des trucs
partout. Histoire de filles ? C'est ce que l'on a cru. Mais le
lendemain à 'Libération', dans les étages ou devant la machine à café,
ils ne parlaient que de lui. Rédacteurs en chef, grands reporters,
cerveaux d'acier... Ils étaient frénétiques, limite hystériques. On a
voulu en avoir le coeur net. Etudier le phénomène de près. Savoir si
c'était sexuel, vocal ou générationnel.

Quand, ce soir de mai, on a fini par le coincer entre deux répétitions,
il semblait épuisé, malade, «usé». Blouson de cuir sur tee-shirt gris,
slim noir à fleur de peau. Pâlot, yeux bleus délavés. Petite chose. Et
il a bien fallu se rendre à l'évidence : Julien n'est ni un sex-symbol,
ni un crooner, ni un écervelé. C'est une sorte d'ovni, un
hypocondriaque, un sentimental, un cérébral, un dandy, et, pour tout
dire, un très séduisant escroc...

Après Christophe Willem, alias «la Tortue», 'Nouvelle Star' , le
télé-crochet de M6, a réussi à dénicher, pour la deuxième année
consécutive, une vraie personnalité. Apte à attraper le bobo-gogo que
nous sommes et à le plonger dans la télé-réalité la plus soft. Julien
Doré, arrière-arrière-petit-neveu de Gustave Doré, illustrateur du XIXe
siècle, dépoussière nos discothèques et nos iPod en revisitant avec
rage et intensité un répertoire éclectique et néanmoins fédérateur. En
affectant des airs de Bashung, d'Arno ou de Jeff Buckley, il a
interprété sur scène, en prime-time, des titres tels que Like a Virgin
(Madonna), les Mots bleus (Christophe), Moi, Lolita (Alizée), Mourir
sur scène (Dalida), Strangers in the Night (Sinatra), et jusqu'au I Put
a Spell on You du cinglé Screamin'Jay Hawkins. Et ça marche.

C'est que, sur chaque chanson, il fait plus que mouiller sa chemise :
il joue son va-tout. Et on le sent. «Si c'est un bordel, je préfère
être la meilleure des putes», clame-t-il en citant David Bowie. Il sait
bien qu'il participe à un immense jeu médiatico-commercial dans lequel
il risque à tout instant de perdre, si ce n'est son âme (personne ne
l'a forcé à venir), du moins un peu de dignité. «Je suis arrivé
là-dedans avec l'envie de me protéger, dit-il, en essayant de gérer le
barnum médiatique et de contrôler ce que j'allais laisser passer de
moi-même.» Mais il a beau vouloir maîtriser ce qui transpire de lui, il
se frotte, tel un Dorian Gray télévisuel, à un jeu de miroirs où sont
mis en abîme son personnage de Nouvelle Star, sa vraie personnalité, ce
qu'il aimerait rester et ce qu'il devient.

S'il en a besoin, c'est vrai, il sait très bien faire la pute. Quand il
se présente au casting à Marseille, à l'automne, il vient avant tout
pour mettre ses groupes en avant, Dig up Elvis et le Jean d'Ormesson
Disco Club. Dix jours plus tôt, il s'est acheté un yukulele via
Internet sur lequel il a apposé un autocollant de 'Dig up Elvis'. «Je
me suis dit que ce serait un super coup de pub, je n'avais que ça à
faire.»

Au premier casting, il a beau avoir l'air chiffon des lendemains de
fête (il a arrosé ça la veille avec sa bande), les mains dans les
poches et le yukulele à l'air, son passage bluffe le jury. «Au fil des
sélections, je sentais que quelque chose prenait. Je me suis dit : ils
vont finir par comprendre que je suis un escroc.» Il ne chante que
depuis quatre ans, dans des bars de Nîmes qui le rémunèrent en bière et
en frites. Il vient de lâcher le job de manutentionnaire qui lui
permettait de payer son loyer.

Après un bac littéraire, il a étudié cinq ans aux Beaux-Arts avant
d'écumer les galeries pour placer des oeuvres conceptuelles. «L'art
pour l'art ne m'intéresse pas. Je voulais faire des chefs-d'oeuvre en
fabriquant des jeux de mots.» Cela le destinait probablement à une vie
de bohème Rmiste. Julien Doré est un inconditionnel de Marcel Duchamp,
l'artiste dadaïste inventeur du ready-made, qui a fait entrer
'l'Urinoir' dans les musées. Il en retient le meilleur pour se
fabriquer une carapace savamment étudiée, qui fait de lui un personnage
audacieux et tourmenté. Il fait partie de cette génération de candidats
de télé-réalité qui s'est approprié les codes de ces émissions et joue
la partition du mec dé-ca-lé.

Mais joue-t-il vraiment à jouer ? «Le second degré est sa seconde
nature», note son meilleur ami, lui aussi prénommé Julien. «Comme il a
fait les Beaux-Arts, il construit ses "oeuvres" dans sa tête», confirme
son père. Et cela peut se traduire par des choses étranges. Quand un
journaliste de Gala lui demande des photos de lui enfant, il lui envoie
les premiers clichés de bébé blond dégottés sur Internet. Et ça passe.
Autre exemple : si vous essayez de vous offrir un tee-shirt à son
effigie sur le site de Dig up Elvis, rien ne se déclenche, le magasin
virtuel est factice. «C'est ce que j'aime chez ce type, sa capacité à
détourner son image et à réfléchir sur la place de l'artiste. Face à
lui, nous sommes au théâtre, alors que cette émission n'est pas le lieu
idéal pour ça», note un expert.

C'est ainsi qu'il n'hésite pas à cabosser la mythique chanson de Dalida
'Mourir sur scène'. «Je sais que je suis faux au moment où je la
chante, mais je sais aussi que ça peut sonner juste si c'est habité.
J'avais envie de la faire comme un légionnaire bourré dans un
karaoké...» Parce que Julien dit être touché par les gens abîmés. «Sans
moquerie, sans cynisme, l'artiste raté m'émeut. Tel Charlot qui singe
des échecs à répétition.» Paradoxalement, ce qui l'émeut aussi,
c'est... Jean d'Ormesson (l'antithèse de l'échec) à la télé. «Ce qu'il
écrit ne m'intéresse pas, mais je suis fasciné par sa verve, son
personnage télévisuel. Comme Lucchini. Ils ont cette faculté de pouvoir
parler de tout et d'être justes à chaque fois.»

Au bout du compte, Julien n'est pas sexuel, il est «métrosexuel», de la
famille de ces hommes qui manipulent avec aisance les codes
masculin-féminin, succés-échec. La barrette qu'il arborait lors des
premiers prime ? «C'était pour ajouter un artifice ridicule à la mèche
rock'n'roll des bourgeois parisiens.» Et ces fines cigarettes Vogue
qu'il rêve de fumer sur scène ? «Cela fait partie des petits défis que
je me lance chaque semaine, comme l'intrusion de mots-surprises dans
les textes que j'interprète.»

Ce célibataire tatoué et néanmoins sensible (ou l'inverse) avoue être
horriblement gêné quand des fans prépubères se jettent sur lui. «Il
aime séduire mais reste très timide, au point d'être totalement bigleux
quand une opportunité se présente», raconte son ami Julien. Lequel
profite de l'occasion pour lui adresser ce message : «Julien, arrête de
te bouffer les ongles !....»

Même s'il a voulu tout contrôler, il y a deux choses qu'il ne parvient
pas à maîtriser : le charme qu'il dégage et le plaisir qu'il prend. Un
plaisir qui le submerge parfois, au point de gâcher sa prestation. Ce
qui fut le cas la semaine dernière quand il a parodié Screamin'Jay
Hawkins. Et s'est mis à dos une partie du jury. Laissant planer une
menace sur sa participation au jeu. «Quoi qu'il arrive, le sourire de
Julien a progressé depuis le jour où il est monté sur scène, c'est ça
le plus important», dit son père. Combien de millimètres en plus (ou en
moins) ce soir ?
Jac
Le #10579501
"Garance" :

Ok, j'ai dit que je faisais un résumé, mais franchement, la Nouvelle
Star sans Pierre, c'est comme du Coca sans sucre ou du Nutella sans
noisettes, et je m'y connais, ma balance peut en témoigner.



Tu crois que ça vient des noisettes ?

et à part Julie qui est vraiment en dessous - et qui sort, logiquement
mais avec une semaine de retard, soit dit en passant



Je dirais /trois/ semaines de retard !

[non, Marianne, une voix épaisse, c'est par exemple quand Dédé,
juste avant la fermeture du piano bar en dessous de chez lui, essaye de
convaincre le serveur de l'épouser parce qu'il a trop un feeling super
psycho-érotique de le voir secouer comme ça son shaker], et grave, et
black, et grasse [Marianne, tu t'écoute, des fois ?].



J'adore tes commentaires >

Montre-nous des COUCOUGNETTES, ça changera !] [Non, je cliquerai
pas sur vos liens. C'est juste pour dire.]



Quoi, tu veux insinuer qu'il y aurait des malintentionnés qui voudraient
envoyer des photos de couïes ?

j'adore Marianne,
l'une des deux femmes les plus sexy au monde



Tu peux carrément écrire "la deuxième femme la plus sexy au monde", je ne
t'en voudrai pas ;)

Bon, vous savez quoi ? C'est trois heures et quelques. J'ai fait le
résumé ce soir parce que demain j'ai plein de boulot toute la journée à
partir de 8 heure du mat. Mais subitement, je sais pas pourquoi, je me
demande si j'ai fait un bon calcul. Je vais me coucher. Bonne nuit.



J'espère que tu as bien dormi et que tu vas nous revenir toute fraîche pour
la semaine prochaine !
Quand je te lis, j'ai du mal à croire que je suis sur frtp ;)

Jac, admirateur de Garance et fayot patenté.
Julix
Le #10579411
"Le bressan" 465fa5e3$0$24792$
| Garance a écrit :
| ....
|
| tout ce travail et cette volonté de faire le résumé à 3h du mat mérite
| d'être salué.
| Bravo Garance pour ton résumé toujours aussi agréable à lire
|
| Le bressan

+1
Julix
Marie-Gwen
Le #10579371
"Le bressan" 465fa5e3$0$24792$
Garance a écrit :
....

tout ce travail et cette volonté de faire le résumé à 3h du mat mérite
d'être salué.
Bravo Garance pour ton résumé toujours aussi agréable à lire

Le bressan



Je mitouise itou, merci mdame !

;)

MG
.-*°*¤o Véro o¤*°*-.
Le #10579271
Garance wrote:

Bon, vous savez quoi ? C'est trois heures et quelques. J'ai fait le
résumé ce soir parce que demain j'ai plein de boulot toute la journée
à partir de 8 heure du mat. Mais subitement, je sais pas pourquoi, je
me demande si j'ai fait un bon calcul. Je vais me coucher. Bonne nuit.



Un grand merci en tout cas; j'ai raté l'émission avec moins d'appréhension,
sachant que tu serais là à faire les yeux et les oreilles ;)
--
.-*°*¤o Véro o¤*°*-.
"Le chocolat est un ingrédient
essentiel à mon processus cognitif"
Eataine
Le #10579241
Merci pour ce résumé dont la qulaité est inversément proportionnelle à celle
de l'émission d'hier soir...


Fred
Elephant Man
Le #10579221
Garance le 01.06.07 à 3h11 du côté de fr.rec.tv.programmes :

"ledback" [pas trouvé l'orthographe]



Laid back ?
Avec du recul, nous dit Google.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme