Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Albert ARIBAUD
Le #20267461
Bonjour,

Le Thu, 01 Oct 2009 11:04:26 +0200, dede
http://www.kommute.fr/



Euh... Si je ne me trompe pas, cet outil rend difficile de savoir
qui a requis un téléchargement en effectuant des demandes indirectes
: le demandeur d'un fichier "délègue" à d'autres noeuds du réseau Mute
la récupération de tout ou partie du fichier souhaité.

Seulement, par symétrie, le demandeur répond aussi à des demandes de
téléchargement émanant d'autres noeuds, et va pour eux effectuer des
téléchargement directs, avec son IP.

Du coup, la différence est uniquement que le participant à kommute
télécharge toujours, mais pas ce qu'il cherche.

Si le délit était de télécharger sans autorisation *et pour son propre
usage*, kommute serait une réponse juridique viable.

Mais le délit n'est pas de télécharger pour son propre compte
uniquement : télécharger pour un tiers est tout aussi punissable.

Je crains donc que kommute ne soit pas une réponse viable à HADOPI.

Amicalement,
--
Albert.
dede
Le #20267591
Albert ARIBAUD a écrit :
Bonjour,

Le Thu, 01 Oct 2009 11:04:26 +0200, dede
http://www.kommute.fr/



Euh... Si je ne me trompe pas, cet outil rend difficile de savoir
qui a requis un téléchargement en effectuant des demandes indirectes
: le demandeur d'un fichier "délègue" à d'autres noeuds du réseau Mute
la récupération de tout ou partie du fichier souhaité.

Seulement, par symétrie, le demandeur répond aussi à des demandes de
téléchargement émanant d'autres noeuds, et va pour eux effectuer des
téléchargement directs, avec son IP.

Du coup, la différence est uniquement que le participant à kommute
télécharge toujours, mais pas ce qu'il cherche.

Si le délit était de télécharger sans autorisation *et pour son propre
usage*, kommute serait une réponse juridique viable.

Mais le délit n'est pas de télécharger pour son propre compte
uniquement : télécharger pour un tiers est tout aussi punissable.

Je crains donc que kommute ne soit pas une réponse viable à HADOPI.

Amicalement,



Oui sauf, que MUTE (le réseau utilisé par Kommute) protège les
communications entre noeuds voisins par un cryptage de degré militaire.
Même si on surveille votre traffic Internet et intercepte vos messages
MUTE, ces derniers seront illisibles. difficile ou pas de dire si ce
qu'on telecharge pour soi meme ou un tiers est illicite ou non.
Cordialement
Albert ARIBAUD
Le #20267791
Bonjour,

Le Thu, 01 Oct 2009 12:09:26 +0200, dede
Albert ARIBAUD a écrit :
> Bonjour,
>
> Le Thu, 01 Oct 2009 11:04:26 +0200, dede >
>> http://www.kommute.fr/
>
> Euh... Si je ne me trompe pas, cet outil rend difficile de savoir
> qui a requis un téléchargement en effectuant des demandes indirectes
> : le demandeur d'un fichier "délègue" à d'autres noeuds du réseau
> Mute la récupération de tout ou partie du fichier souhaité.
>
> Seulement, par symétrie, le demandeur répond aussi à des demandes de
> téléchargement émanant d'autres noeuds, et va pour eux effectuer des
> téléchargement directs, avec son IP.
>
> Du coup, la différence est uniquement que le participant à kommute
> télécharge toujours, mais pas ce qu'il cherche.
>
> Si le délit était de télécharger sans autorisation *et pour son
> propre usage*, kommute serait une réponse juridique viable.
>
> Mais le délit n'est pas de télécharger pour son propre compte
> uniquement : télécharger pour un tiers est tout aussi punissable.
>
> Je crains donc que kommute ne soit pas une réponse viable à HADOPI.
>
> Amicalement,

Oui sauf, que MUTE (le réseau utilisé par Kommute) protège les
communications entre noeuds voisins par un cryptage de degré
militaire.



Aha. J'aime les degrés militaires de chiffrage. Ils sont... définis
comment, au juste ?

Même si on surveille votre traffic Internet et intercepte
vos messages MUTE, ces derniers seront illisibles. difficile ou pas
de dire si ce qu'on telecharge pour soi meme ou un tiers est illicite
ou non.



Cela couvre l'espionnage du trafic par un tiers extérieur au réseau.
Mais quand il est réalisé par un noeud du réseau, voisin de
celui incriminé, la communication est chiffrée entre les deux
mais pas au sein de chacun ; qu'est-ce qui l'empêche alors de noter les
requêtes qu'il voit passer et les IP qui les font ?

Cordialement



Amicalement,
--
Albert.
Albert ARIBAUD
Le #20268331
Bonjour,

Le Thu, 01 Oct 2009 13:14:52 +0200, dede
Albert ARIBAUD a écrit :
> Bonjour,
>
> Le Thu, 01 Oct 2009 12:09:26 +0200, dede >
>> Albert ARIBAUD a écrit :
>>> Bonjour,
>>>
>>> Le Thu, 01 Oct 2009 11:04:26 +0200, dede >>> écrit :
>>>
>>>> http://www.kommute.fr/
>>> Euh... Si je ne me trompe pas, cet outil rend difficile de savoir
>>> qui a requis un téléchargement en effectuant des demandes
>>> indirectes : le demandeur d'un fichier "délègue" à d'autres
>>> noeuds du réseau Mute la récupération de tout ou partie du
>>> fichier souhaité.
>>>
>>> Seulement, par symétrie, le demandeur répond aussi à des demandes
>>> de téléchargement émanant d'autres noeuds, et va pour eux
>>> effectuer des téléchargement directs, avec son IP.
>>>
>>> Du coup, la différence est uniquement que le participant à kommute
>>> télécharge toujours, mais pas ce qu'il cherche.
>>>
>>> Si le délit était de télécharger sans autorisation *et pour son
>>> propre usage*, kommute serait une réponse juridique viable.
>>>
>>> Mais le délit n'est pas de télécharger pour son propre compte
>>> uniquement : télécharger pour un tiers est tout aussi punissable.
>>>
>>> Je crains donc que kommute ne soit pas une réponse viable à
>>> HADOPI.
>>>
>>> Amicalement,
>> Oui sauf, que MUTE (le réseau utilisé par Kommute) protège les
>> communications entre noeuds voisins par un cryptage de degré
>> militaire.
>
> Aha. J'aime les degrés militaires de chiffrage. Ils sont... définis
> comment, au juste ?
>
>> Même si on surveille votre traffic Internet et intercepte
>> vos messages MUTE, ces derniers seront illisibles. difficile ou pas
>> de dire si ce qu'on telecharge pour soi meme ou un tiers est
>> illicite ou non.
>
> Cela couvre l'espionnage du trafic par un tiers extérieur au réseau.
> Mais quand il est réalisé par un noeud du réseau, voisin de
> celui incriminé, la communication est chiffrée entre les deux
> mais pas au sein de chacun ; qu'est-ce qui l'empêche alors de noter
> les requêtes qu'il voit passer et les IP qui les font ?
>
>> Cordialement
>
> Amicalement,

le degre de cryptage est de 256 bit.



C'est déjà plus précis. Cependant, l'AES est en 256 bits, et il peut
être cassé.

Bien sûr, vos voisins sont eux capables de décrypter vos messages.
Ainsi, si l'organisme de surveillance parvient à s'emparer de tous
les noeuds voisins au votre, elle peut relier votre IP et votre
adresse virtuelle.

Cependant, il semble peu probable qu'au moment où vous rejoigniez le
réseau (en admettant que l'organisme de surveillance soit capable de
posséder un grand nombre de noeuds du réseau), le choix alétoire de
vos voisins ne vous donne que des noeuds voisins appartenant a
l'organisme de surveillance.



Il me semble que contrôler la totalité des voisins n'est nécessaire que
pour observer la totalité du trafic de et vers le noeud ; il n'en faut
pas tant, je pense, pour obtenir une observabilité partielle mais
estimée suffisante pour incriminer le noeud.

En bref, oui meme avec ce systeme on pourra toujours arriver à choper
des gens, mais à quel prix !



C'est ce "en bref" qui m'inquiète : le diable est toujours dans les
détails. Et si j'étais quelqu'un qui cherche à échapper techniquement à
HADOPI, je serais très attentif aux détails.

Cordialement



Amicalement,
--
Albert.
Albert ARIBAUD
Le #20272281
Bonjour,

Le Thu, 01 Oct 2009 20:48:56 +0200, ixion martin - GdBx

dede a écrit :

> le degre de cryptage est de 256 bit.

Euh, 56, plutôt, non ?



56 bits c'est pour du DES, qui n'est plus vraiment dans le coup. Mute
semble employer de l'AES mais à 128 bits, pas 256.

Amicalement,
--
Albert.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme