séparation d'un vieux couple

Le
Jean-Jacques Gerbaud
Bonjour à tous,

Ma femme (74 ans) a décidé de vendre notre maison commune que nous
habitons depuis 40 ans pour aller vivre ailleurs, quelque part en
France. Moi (75 ans) je ne le souhaite pas mais dois me rendre à
l'évidence, il faudra bien le faire un jour.

Comme je ne veux pas quitter mon environnement géographique, cette
situation va nous conduire inévitablement à une séparation de fait.

Quelqu'un peut il me dire ce que nous devons faire en premier du point
de vue légal. Je pense aux assurances, au compte bancaire joint, à notre
épargne, aux meubles, etc.

Merci de vos réponses.
--
JJG
entre Dauphiné et PACA
découvrez l'histoire de votre famille : http://memoire-des-hommes.fr/
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
jr
Le #26406417
Jean-Jacques Gerbaud
Bonjour à tous,
Ma femme (74 ans) a décidé de vendre notre maison commune que nous
habitons depuis 40 ans pour aller vivre ailleurs, quelque part en
France. Moi (75 ans) je ne le souhaite pas mais dois me rendre à
l'évidence, il faudra bien le faire un jour.
Comme je ne veux pas quitter mon environnement géographique, cette
situation va nous conduire inévitablement à une séparation de fait.
Quelqu'un peut il me dire ce que nous devons faire en premier du point
de vue légal. Je pense aux assurances, au compte bancaire joint, à notre
épargne, aux meubles, etc.
Merci de vos réponses.

Je suppose que vous êtes mariés ("ma femme").
Tant que vous l'êtes vous êtes tenus par les obligations du mariage
(fidélité, solidarité,...) et on peut vous les opposer (dettes de l'un, ou
frais de santé,...). Il faut penser à divorcer. Et dans ce processus il
faut avoir l'ONC -qui permet la résidence séparée- avant de faire quoi que
ce soit d'important.
Si vous vous entendez faites un partage sur des comptes à une seule
signature (pour supprimer un compte joint il faut les deux signatures). La
maison peut être vendue si vous vous entendez sur le prix, sinon c'est le
souk (vente aux enchères après décision d'un juge).
Ça me paraît risqué de ne pas aller voir un avocat rapidement.
--
https://vimeo.com/71196521
jr
JJG
Le #26406550
Le 03/08/2016 à 22:05, jr a écrit :
Jean-Jacques Gerbaud
Bonjour à tous,


.........
Je suppose que vous êtes mariés ("ma femme").

En effet, mariés, sans contrat
Tant que vous l'êtes vous êtes tenus par les obligations du mariage
(fidélité, solidarité,...) et on peut vous les opposer (dettes de l'un, ou
frais de santé,...). Il faut penser à divorcer. Et dans ce processus il
faut avoir l'ONC -qui permet la résidence séparée- avant de faire quoi que
ce soit d'important.

... de non conciliation ? Il y a des termes que je ne connais pas encore.
Si vous vous entendez faites un partage sur des comptes à une seule
signature (pour supprimer un compte joint il faut les deux signatures).

Oui, j'avais pensé à ça mais la séparation, déterminée par la vente de
la maison, n'est pas encore pour tout de suite. Donc, il n'y a pas
d'urgence sur ce point. D'autant plus que ma femme n'a pas de revenus et
qu'il faut faire face aux dépenses de la maison.
La
maison peut être vendue si vous vous entendez sur le prix, sinon c'est le
souk (vente aux enchères après décision d'un juge).

Pas de vente aux enchères. On n'en est pas là. Vente normale, en passant
par un agent immobilier. Nous avons convenu de diviser le montant de la
vente par deux et de repartir tous les deux séparément. Comme je le
disais plus haut, dans quelques mois.
Ça me paraît risqué de ne pas aller voir un avocat rapidement.

Je pense que c'est un conseil sage que je vais suivre.
Merci de la réponse.
--
JJG
itague
Le #26406558
Le 05/08/2016, JJG a supposé :
Le 03/08/2016 à 22:05, jr a écrit :
Jean-Jacques Gerbaud
Bonjour à tous,


.........
Je suppose que vous êtes mariés ("ma femme").

En effet, mariés, sans contrat
Tant que vous l'êtes vous êtes tenus par les obligations du mariage
(fidélité, solidarité,...) et on peut vous les opposer (dettes de l'un, ou
frais de santé,...). Il faut penser à divorcer. Et dans ce processus il
faut avoir l'ONC -qui permet la résidence séparée- avant de faire quoi que
ce soit d'important.

... de non conciliation ? Il y a des termes que je ne connais pas encore.
Si vous vous entendez faites un partage sur des comptes à une seule
signature (pour supprimer un compte joint il faut les deux signatures).

Oui, j'avais pensé à ça mais la séparation, déterminée par la vente de la
maison, n'est pas encore pour tout de suite. Donc, il n'y a pas d'urgence sur
ce point. D'autant plus que ma femme n'a pas de revenus et qu'il faut faire
face aux dépenses de la maison.
La
maison peut être vendue si vous vous entendez sur le prix, sinon c'est le
souk (vente aux enchères après décision d'un juge).

Pas de vente aux enchères. On n'en est pas là. Vente normale, en passant par
un agent immobilier. Nous avons convenu de diviser le montant de la vente par
deux et de repartir tous les deux séparément. Comme je le disais plus haut,
dans quelques mois.
Ça me paraît risqué de ne pas aller voir un avocat rapidement.

Je pense que c'est un conseil sage que je vais suivre.
Merci de la réponse.

Prenez chacun un avocat.
En effet un avocat commun aura plutôt tendance à "concilier" et non
défendre votre intérêt.
Et sachant que l'avenir est à venir...
jr
Le #26406591
JJG
Le 03/08/2016 à 22:05, jr a écrit :
Jean-Jacques Gerbaud
Bonjour à tous,


.........
Je suppose que vous êtes mariés ("ma femme").

En effet, mariés, sans contrat
Tant que vous l'êtes vous êtes tenus par les obligations du mariage
(fidélité, solidarité,...) et on peut vous les opposer (dettes de l'un, ou
frais de santé,...). Il faut penser à divorcer. Et dans ce processus il
faut avoir l'ONC -qui permet la résidence séparée- avant de faire quoi que
ce soit d'important.

... de non conciliation ? Il y a des termes que je ne connais pas encore.

La conciliation est une farce où le juge vous prend l'un après l'autre en
tête à tête et est censé tenter de vous réconcilier. Dans la réalité il
vous demande si vous êtes déterminé. Ça doit pouvoir éviter des pressions.
Après il rend une ordonnance de non-conciliation qui vous donne en général
le droit d'habiter séparément. Avant cette ordonnance celui qui part risque
un constat d'abandon de domicile si l'autre est taquin.
L'ordonnance fixe aussi des mesures provisoires jusqu'au divorce (pension,
qui a l'usage du domicile conjugal, indemnité d'occupation,...)
Bien sûr vous pouvez vous séparer physiquement mais cela ne doit pas être
écrit ni admis par le conjoint prudent.
Si vous vous entendez faites un partage sur des comptes à une seule
signature (pour supprimer un compte joint il faut les deux signatures).

Oui, j'avais pensé à ça mais la séparation, déterminée par la vente de
la maison, n'est pas encore pour tout de suite. Donc, il n'y a pas
d'urgence sur ce point. D'autant plus que ma femme n'a pas de revenus et
qu'il faut faire face aux dépenses de la maison.
La
maison peut être vendue si vous vous entendez sur le prix, sinon c'est le
souk (vente aux enchères après décision d'un juge).

Pas de vente aux enchères. On n'en est pas là. Vente normale, en passant
par un agent immobilier. Nous avons convenu de diviser le montant de la
vente par deux et de repartir tous les deux séparément. Comme je le
disais plus haut, dans quelques mois.
Ça me paraît risqué de ne pas aller voir un avocat rapidement.

Je pense que c'est un conseil sage que je vais suivre.

Et comme dit l'autre intervenant, prenez-en un chacun. Si vous êtes
d'accord sur tout à la fin, l'un des deux présentera éventuellement un
divorce amiable.
Mais s'il n'y a à la fin ne serait-ce qu'un point dur de désaccord il
faudrait en prendre un chacun et oublier l'avocat commun qui n'aurait pas
le droit de rester dans le dossier, ce qui ferait 3 avocats et des délais.
Et puis même si on est d'accord c'est plus sain de parler "cru" avec son
avocat, ce qu'on ne peut pas faire s'il est commun. C'est une dépense
utile.
--
https://vimeo.com/71196521
jr
JJG
Le #26406627
Le 05/08/2016 à 19:40, jr a écrit :
JJG
Le 03/08/2016 à 22:05, jr a écrit :
Jean-Jacques Gerbaud
Bonjour à tous,


.........


.........
Et comme dit l'autre intervenant, prenez-en un chacun. Si vous êtes
d'accord sur tout à la fin, l'un des deux présentera éventuellement un
divorce amiable.
Mais s'il n'y a à la fin ne serait-ce qu'un point dur de désaccord il
faudrait en prendre un chacun et oublier l'avocat commun qui n'aurait pas
le droit de rester dans le dossier, ce qui ferait 3 avocats et des délais.
Et puis même si on est d'accord c'est plus sain de parler "cru" avec son
avocat, ce qu'on ne peut pas faire s'il est commun. C'est une dépense
utile.

Merci à jr et Itague.
Je me rends compte que je suis parti pour une belle suite d'emm. même si
mes rapports avec mon épouse ne sont pas (trop) mauvais.
Dans un premier temps, je vais prendre contact avec un avocat.
Merci de vos conseils.
--
JJG
itague
Le #26406749
JJG a couché sur son écran :
Le 05/08/2016 à 19:40, jr a écrit :
JJG
Le 03/08/2016 à 22:05, jr a écrit :
Jean-Jacques Gerbaud
Bonjour à tous,


.........


.........
Et comme dit l'autre intervenant, prenez-en un chacun. Si vous êtes
d'accord sur tout à la fin, l'un des deux présentera éventuellement un
divorce amiable.
Mais s'il n'y a à la fin ne serait-ce qu'un point dur de désaccord il
faudrait en prendre un chacun et oublier l'avocat commun qui n'aurait pas
le droit de rester dans le dossier, ce qui ferait 3 avocats et des délais.
Et puis même si on est d'accord c'est plus sain de parler "cru" avec son
avocat, ce qu'on ne peut pas faire s'il est commun. C'est une dépense
utile.

Merci à jr et Itague.
Je me rends compte que je suis parti pour une belle suite d'emm. même si mes
rapports avec mon épouse ne sont pas (trop) mauvais.
Dans un premier temps, je vais prendre contact avec un avocat.
Merci de vos conseils.

Le divorce, même à l'amiable, est une guerre.
Ca va de la gentille guéguere au génocide de plusieurs familles.
Et chacun sait que l'on ne gagne pas la guerre sans planification ni
stockage de munitions. Ensuite il faut se mettre en ordre de bataille.
On n'est pas obligé d'utiliser de suite l'arme nucléaire, mais le faire
savoir peut servir.
Je ne crois pas trop au divorce aimiable. Mais on n'est pas obligé de
se fâcher.
Bon courage.
Et sachez qu'un mariage est un préliminaire obligatoire au divorce.
A bon entendeur...
Publicité
Poster une réponse
Anonyme