[PartiduBien] Saint Augustin Legrand : legionnaire et rebelle...

Le
Yoki
X-No-Archive: Yes

Par Elisabeth Levy ( www.causeur.fr/ ).

"Je ne sais pas pour vous mais, pour moi, la période est éprouvante.

"Pas un jour ne se passe sans qu'un grand rebelle, mort ou vif, ne soit
proposé à notre admiration. Aux heures de grande écoute, il n'est plus
question que de résistance, d'anticonformisme, de combat - contre les
préjugés, les conservatismes, les pesanteurs, la pauvreté, la faim dans le
monde, les institutions. C'est à se demander pourquoi il est si important de
lutter contre un ordre établi que personne ne défend. Ce n'est pas nouveau,
juste massif : "l'esprit Canal" règne en maître, y compris à TF1.

"Après avoir enduré la canonisation de Coluche, "saint laïque" comme l'a
déclaré sans rire un intervenant du "Fou du roi", il a donc fallu supporter
celle - plus discrète il est vrai - de Mesrine, ancien ennemi public numéro
devenu un rôle-titre1. Le cadavre de Mesrine n'était pas encore froid (vous
voyez ce que je veux dire) que feu l'ennemi public a dû céder la place sur
les écrans à sour Emmanuelle ensevelie sous un tombereau de superlatifs
avant de l'être sous la terre, chaque journaliste y allant de surcroît de sa
petite anecdote sur sa rencontre avec l'une des concurrentes les plus
sérieuses de Zidane "dans le cour des Français" comme on dit au JDD.

"En plus de faire le bien, elle savait faire des relations publiques, la
fiancée du Seigneur. Le lancement post-mortem de ses mémoires devrait
figurer dans les annales du marketing. Face aux souvenirs masturbatoires d'une
nonne, le dialogue BHL/Houellebecq est soudain apparu comme de la pure
branlette. Futée, la soeur savait parfaitement qu'elle n'intéresserait
personne avec d'assommantes histoires de miséreux et de brigands convertis à
l'amour de leur prochain. (Il faut un Capra pour faire du grand art avec un
tel pitch.) Et puis, après une vie en habit de nonne, elle avait envie de se
mettre un peu à poil, vous comprenez. Non, je ne blasphème pas, c'est
exactement ce qu'elle a dit : "Je ne veux pas, de mon vivant, être nue
devant d'autres. Pourtant, je veux me dénuder." Au nom, évidemment de l'exigence
de vérité. La plupart des gens ne pensent pas que la vérité leur impose de
raconter à la terre entière leur découverte du touche-pipi, et c'est
heureux. En tout cas, sour Emmanuelle a doublement gagné ses galons de
rebelle : d'abord, en demandant au pape d'autoriser la contraception, puis
en faisant savoir urbi et orbi que même les nonnes ont un clitoris. Moi ça
me gêne un peu cet étalage, mais il paraît que c'est la preuve qu'elle était
aussi une femme (à prononcer en appuyant) et même une femme libre. À poil
par-delà la mort : une vraie rebelle, sour Emmanuelle. Après tout, comme le
dit une héroïne de Pascale Ferran que je ne remercierai jamais assez pour
cette réplique, "il vaut mieux être belle et rebelle que moche et re-moche".

"Peut-être devrais-je en venir au véritable sujet de cet article. Après
cette indigestion de rebellitude couronnée, on pouvait espérer être
tranquilles pour quelques jours. Macache. Alors vint Augustin Legrand, ami
des sans-logis et terreur des puissants. Augustin Legrand, vous vous
rappelez ? Les SDF du canal Saint-Martin, les tentes Quechua, les people
égarés, les engagements solennels du candidat Sarkozy, le "plus jamais ça"
lancé par ce grand échalas à qui on trouva des airs christiques : sur nos
écrans, les Don Quichotte avaient assuré le show, donnant à nos fêtes de fin
d'année ce supplément d'âme, ce zeste de conscience malheureuse sans lequel
le foie gras aurait eu moins bon goût. Sur ce, Augustin avait filé on ne
sait où pour un tournage.

"Vous aviez adoré cet Augustin presque saint ? Eh bien, réjouissez-vous,
car le revoilà. Et même, ils sont deux. Notre acteur au grand cour a un
frère avec lequel il court les plateaux pour la promo du documentaire
consacré à leur grande épopée. Mais comme vous êtes inconstants, chers amis
téléspectateurs, et que dans vos pensées, un rebelle chasse l'autre, le film
est un bide, Augustin l'a dit d'une voix savamment brisée sur le plateau de
Laurent Ruquier, samedi soir. Aller voir Don Quichotte : le film, c'est
ouvrer pour une bonne cause puisque les bénéfices seront versés à l'association.
(On espère que les SDF n'auront pas à éponger les pertes.)

"Cette grande âme était donc venue en découdre avec les cyniques et les
indifférents. Et pour commencer, il a décidé de se payer Eric Zemmour.

"Il faut dire que celui-ci était à l'évidence le seul à ne pas avoir
entendu le message augustinien. Les autres invités et le maitre de cérémonie
semblaient tellement sous le charme qu'on s'attendait à les voir tous
quitter le plateau derrière Augustin jouant du pipeau. Et du pipeau, il en a
joué et même surjoué, passant d'un désespoir plein de profondeur à une
colère empreinte de gravité. Nul n'aurait songé à l'arrêter alors qu'il
tenait enfin le rôle de sa vie (ce qui inspire quelque scepticisme quant à
sa carrière d'acteur). Je ne sais pas où il a appris le métier, ce petit
Legrand, mais il en fait des tonnes. Il s'est déchaîné, bondissant de son
siège pour se déplacer à grandes enjambées, montrant avec forces mimiques et
gestes lourdingues à quel point il était incongru d'obliger un personnage
aussi considérable que lui à s'adresser à un misérable impudent comme
Zemmour. "Il n'y connaît rien ! Il n'y connaît rien !", hurlait-il, tel un
prophète de péplum en s'agitant, toujours en direction de Zemmour : "Arrêtez
de faire le sketch !"

"Personne n'a goûté la cocasserie de cette dernière remarque, braillée
par un type qui avait visiblement décidé de faire le sien, de sketch. "C'est
sa méthode, explique-t-on au ministère du Logement ; en réunion, il lui
arrive d'être raisonnable, mais dès qu'il y a des caméras, c'est un autre
homme."

"Le rebelle s'identifie à une cause incontestable, ce qui élimine toute
possibilité de contestation de sa modeste personne tout entière vouée aux
autres. De même qu'attaquer Bob Ménard signifie que l'on est contre la
liberté de la presse, critiquer Augustin Legrand veut nécessairement dire
que l'on se fiche du sort des sans-abri. Et ce fieffé Zemmour, ce type /de
droite/, qui s'est payé les deux, avait bien mérité de passer un mauvais
quart d'heure.

"On me dira que les sans-abri ne sont pas une invention, que la
Constitution garantit le droit à un logement décent et on aura raison.
Faut-il pour autant accepter comme vérité révélée toutes les conclusions des
Don Quichotte ? Il est malin, Augustin. Il sait qu'avec la crise qui, on le
leur répète assez, frappe tous les Français, le malheur SDF risque bien d'être
moins tendance qu'il y a deux ans. Il a donc choisi de marteler sur le thème
"ça n'arrive pas qu'aux autres", brandissant avec gourmandise un chiffre
terrifiant : 70 % des Français, a-t-il répété, ont droit à un logement
social. Traduction, Augustin ne se bat pas pour quelques marginaux
désocialisés mais pour chacun d'entre nous. Si le marché se révèle incapable
de procurer un logement à 70 % de la population, il faut instaurer au plus
vite une dictature des Soviets. Or, renseignement pris, il est parfaitement
exact que deux tiers des Français sont éligibles pour l'attribution d'un
logement HLM1 - alors même que la moitié d'entre eux est propriétaire. Et
face à une telle situation, on voudrait finasser ? Chipoter ? Recompter ? Il
faut vraiment avoir le cour dur d'un Zemmour pour polémiquer sur une telle
tragédie.

"Même Stéphane Guillon, le méchant professionnel de France Inter, avait
des mines inspirées : "Oui, nous ne donnons pas assez, parfois, on passe
devant ces gens et ils nous gênent, et nous ne voulons pas les regarder",
a-t-il déclaré. J'ai décroché avant qu'il n'explique que les SDF sont des
êtres humains. En tout cas, je sais désormais comment on repère un rebelle
dans une émission de télévision : tout le monde est d'accord avec lui."


=> La vidéo Zemmour vs Legrand, chez Laurent Ruquier (France 2) :
http://www.youtube.com/watch?v=ByApjI2iXkA


=> Pour un débat intelligent sur le "droit au logement", revoir cette
émission de Ripostes, avec les excellents Guillaume Peltier (conservateur,
MPF) et Mathieu Laine (libéral, La Revue des Deux Mondes) pour répondre à
Jean-Baptiste Legrand et autres Chritsine Boutin :
http://www.dailymotion.com/video/xy4g2_ripostes-07-01-07-logement_events
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Zarak
Le #17745141
En tout cas sa prestation chez Ruquier, au bobo-charity Legrand,
a été sifflée plusieurs fois par le public.

Une grande asperge hystérique qui gueule comme un veau trépané
quand il n'est plus capable d'argumenter, ça leur met quand même
des doutes sur sa crédibilité. Il ne faut pas non plus prendre les gens
*que* pour des cons...
Publicité
Poster une réponse
Anonyme