Le peuple pense mal et doit être corrigé

Le
aldo
Mme Debaine, cette mère qui ne pouvant plus supporter la douleur de sa fille
et qui l'a euthanasié, Dieu aurait pitié d'elle, a été acquittée par ce jury
populaire composé de gens simples, sous l'applaudissement du public de la
salle d'audience. Le procureur avait requis pourtant une peine de principe :
3 ans de prison avec sursis.

La prison avec sursis est devenu la peine à la mode : on rouspète après un
abattage rituel qui fait souffrir inutilement les animaux : prison avec
sursis, assorti d'amende et dépens - on demande d'enlever un voile dans des
parties communes d'un établissement privé : prison avec sursis assorti
d'amendes et dépens.

Les deux derniers cas, pas de problème c'est de la correctionnelle donc pas
de jurés populaires.

Mais pour les assises, alors forcément, le parquet a fait appel et Madame
Debaine doit être rejugée. Peut-on imaginer que cette fois-ci elle l'aura sa
peine de prison.

Le peuple pense mal et sa morale apprise n'est pas la bonne. La seule, la
vraie, c'est celle de nos chères "zélites", ceux qui bien entendu se gardent
bien de se l'appliquer à eux-mêmes.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Patrick V
Le #15984011
aldo a écrit :
Mme Debaine, cette mère qui ne pouvant plus supporter la douleur de sa fille
et qui l'a euthanasié, Dieu aurait pitié d'elle, a été acquittée par ce jury
populaire composé de gens simples, sous l'applaudissement du public de la
salle d'audience.



Il était évident que le parquet allait faire appel puisque le jury n'a
pas fait son devoir qui est de juger en droit et en tenant compte des
circonstances : ils ont tenu compte des circonstances mais ont oublié le
droit.

C'était donc un cadeau empoisonné qu'ils ont fait à Mme Debaine. Statuer
sur une courte peine de sursis aurait eu le même résultat pour elle et
n'aurait pas provoqué d'appel, alors que relaxer quelqu'un qui a admis
avoir tué, même si le geste est compréhensible, ça n'a pas de sens.

Le peuple pense mal et sa morale apprise n'est pas la bonne.



C'est surtout qu'il ne faut pas confondre morale et justice.

La seule, la vraie, c'est celle de nos chères "zélites",



Non, c'est celle du Code Pénal.
Max
Le #15983981
"Patrick V" message de news:48086bd9$0$669$

Il était évident que le parquet allait faire appel puisque le jury n'a
pas fait son devoir qui est de juger en droit et en tenant compte des
circonstances : ils ont tenu compte des circonstances mais ont oublié


le
droit.

C'était donc un cadeau empoisonné qu'ils ont fait à Mme Debaine.


Statuer
sur une courte peine de sursis aurait eu le même résultat pour elle et
n'aurait pas provoqué d'appel, alors que relaxer quelqu'un qui a admis
avoir tué, même si le geste est compréhensible, ça n'a pas de sens.



100% d'accord avec votre analyse !
Max.
--
Ne pas oublier de jeter l'as pour correspondre
Séb.
Le #15983971
Max a écrit :
"Patrick V" message de news:48086bd9$0$669$
Il était évident que le parquet allait faire appel puisque l e jury n'a
pas fait son devoir qui est de juger en droit et en tenant compte des
circonstances : ils ont tenu compte des circonstances mais ont oublià ©


le
droit.

C'était donc un cadeau empoisonné qu'ils ont fait à Mme Debaine.


Statuer
sur une courte peine de sursis aurait eu le même résultat po ur elle et
n'aurait pas provoqué d'appel, alors que relaxer quelqu'un qui a admis
avoir tué, même si le geste est compréhensible, ça n'a pas de sens.



100% d'accord avec votre analyse !
Max.



ou la condamner avc dispense de peine au regard des circontances, ç aurait
pas mal aussi

AMHA
aldo
Le #15983961
"Patrick V" message de news: 48086bd9$0$669$
aldo a écrit :




Non, c'est celle du Code Pénal.



Vous devez être un farouche défenseur de la loi contre l'avortement ?
Parceque la en plus on tue ( avec le soutien de la loi ) des individus en
bonne santée
Quand la loi n'est pas bonne , il faut la changer , sinon ne pas la
respecter !!
Patrick V
Le #15983951
aldo a écrit :
Non, c'est celle du Code Pénal.



Vous devez être un farouche défenseur de la loi contre l'avortement ?



La loi *contre* l'avortement ? A moins que tu ne parles de l'article
223-10 du Code Pénal, ce dont je doute, il n'existe rien de tel.

Parceque la en plus on tue ( avec le soutien de la loi ) des individus



Ce ne sont pas des individus.

Quand la loi n'est pas bonne , il faut la changer , sinon ne pas la
respecter !!



Le principe même de la vie en société implique des contraintes. Si tu ne
les acceptes pas, tu peux essayer de les faire changer, ou aller dans
une société avec des contraintes différentes, ou admettre les sanctions.
Séb.
Le #15983941
aldo a écrit :
"Patrick V" message de news: 48086bd9$0$669$
aldo a écrit :



Non, c'est celle du Code Pénal.



Vous devez être un farouche défenseur de la loi contre l'avor tement ?
Parceque la en plus on tue ( avec le soutien de la loi ) des individus en
bonne santée
Quand la loi n'est pas bonne , il faut la changer , sinon ne pas la
respecter !!





non il faut juste voter comme il te plaît

le peuble a voté 2 fois l'an dernier il me semble, rien n'empêc hait
d'inverser la couleur entre les 2 élections
le peuple a voté, donné les clés, maintenant il se plaint, mais c'est la
démocratie

ne pas respecter la loi, en poussant un peu, ça conduit à l'ana rchie
Trocista
Le #15983901
Patrick V a écrit :

C'était donc un cadeau empoisonné qu'ils ont fait à Mme Debaine. Statuer
sur une courte peine de sursis aurait eu le même résultat pour elle et
n'aurait pas provoqué d'appel, alors que relaxer quelqu'un qui a admis
avoir tué, même si le geste est compréhensible, ça n'a pas de sens.



Vous avez évidemment entièrement raison sur le fond, mais dire que « ça
n'a pas de sens » me semble impossible. En termes de droit, certes, mais
pas au sens de l'évolution des mentalités, en tout cas. Il y a
aujourd'hui une prise de conscience concernant la souffrance. Alors
qu'autrefois, pour toutes sortes de raisons, notamment religieuses,
qu'il n'y a pas lieu d'approfondir ici, la souffrance était considérée
comme étant inévitable et devant être même supportée quelle que soit son
intensité. Aujourd'hui que les thérapeutiques permettent de la faire
disparaître ou tout au moins l'atténuer fortement, il est tout à fait
compréhensible que, dans des cas limites comme celui qui nous occupe
ici, on puisse vouloir abréger une souffrance horrible et continue.

Le peuple pense mal et sa morale apprise n'est pas la bonne.



C'est surtout qu'il ne faut pas confondre morale et justice.



Pardonnez-moi, mais je pense que la morale n'a rien à voir ici. Il
s'agit simplement d'humanité, de compassion et de compréhension qui
prend en compte des circonstances particulières. C'est
fondamentalement une question d'éthique et d'évolution des moeurs.

La seule, la vraie, c'est celle de nos chères "zélites",



Non, c'est celle du Code Pénal.



Bien sûr que c'est celle du code pénal, et non pas de je ne sais quelles
élites (même entre guillemets). Et, à mon sens, compte tenu de ce que je
disais plus haut, cela veut dire tout simplement que ces articles du
code pénal doivent être revus. Naturellement pas dans un contexte
passionnel, mais avec toutes les garanties est donc tout le temps et la
sérénité nécessaires pour que la justice puisse éviter tout excès et
garantir le respect de tout être humain.
Globern
Le #15983881
Le Fri, 18 Apr 2008 12:24:22 +0200, aldo a écrit:

"Patrick V" message de news: 48086bd9$0$669$
aldo a écrit :




Non, c'est celle du Code Pénal.



Vous devez être un farouche défenseur de la loi contre l'avortement ?



Moi oui ! Pourquoi ?

Parceque la en plus on tue ( avec le soutien de la loi ) des individus
en bonne santée



Un foetus, un individu ? On dirait entendre un provie ! Vous ne le seriez
pas, des fois que....

Quand la loi n'est pas bonne , il faut la changer , sinon ne pas la
respecter !!



Quitte à envahir une salle stérile d'hopital où se passe un avortement ?

Participez si vous voulez à la modification de la loi en question (tout
est critiquable ou modifiable, et dès lors où le processus démocratique
est appliqué, il n'y a rien a redire et c'est une majorité qui décide)
mais ne pas l'appliquer ou la tourner d'une manière inique comme ceux qui
se sont enchaînés dans des salles stériles et ont agressé le personnel
médical comme ça été fait par des militants provie à tout prix, non !

J'ai pris cet exemple parce ue vous avez choisi de parler de
l'avortement.


--
Globern
"J'aime pas les kon© - Globern 2004 après JC"
Patrick V
Le #15983861
Trocista a écrit :
C'était donc un cadeau empoisonné qu'ils ont fait à Mme Debaine.
Statuer sur une courte peine de sursis aurait eu le même résultat pour
elle et n'aurait pas provoqué d'appel, alors que relaxer quelqu'un qui
a admis avoir tué, même si le geste est compréhensible, ça n'a pas de
sens.



Vous avez évidemment entièrement raison sur le fond, mais dire que « ça
n'a pas de sens » me semble impossible. En termes de droit, certes, mais
pas au sens de l'évolution des mentalités, en tout cas.



Mon point de vue était bien-sûr totalement technique, et je comprends
les motivations du jury.

Le peuple pense mal et sa morale apprise n'est pas la bonne.



C'est surtout qu'il ne faut pas confondre morale et justice.



Pardonnez-moi, mais je pense que la morale n'a rien à voir ici. Il
s'agit simplement d'humanité, de compassion et de compréhension qui
prend en compte des circonstances particulières. C'est fondamentalement
une question d'éthique et d'évolution des moeurs.



C'est donc bel et bien une question de morale ;-)

La morale n'est guère que l'expression des m½urs à un moment donné.

La seule, la vraie, c'est celle de nos chères "zélites",



Non, c'est celle du Code Pénal.



Bien sûr que c'est celle du code pénal, et non pas de je ne sais quelles
élites (même entre guillemets). Et, à mon sens, compte tenu de ce que je
disais plus haut, cela veut dire tout simplement que ces articles du
code pénal doivent être revus.



Dans un tel cas, ce n'est pas le Code Pénal qui doit être revu, mais
plutôt l'assistance aux personnes en difficultés.
Trocista
Le #15983841
Patrick V a écrit :
Trocista a écrit :



Pardonnez-moi, mais je pense que la morale n'a rien à voir ici. Il
s'agit simplement d'humanité, de compassion et de compréhension qui
prend en compte des circonstances particulières. C'est
fondamentalement une question d'éthique et d'évolution des moeurs.



C'est donc bel et bien une question de morale ;-)

La morale n'est guère que l'expression des m½urs à un moment donné.



Pour moi, l'éthique est supérieure à la morale, l'une est d'essence
philosophique, l'autre liée comme vous le dites à un état donné d'une
société. Mais ne chipotons pas, et comme nous sommes quand mêunme un peu
hors charte, je vous renvoie ainsi que ceux que cela peut intéresser à
ce site d'accès facile :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Morale

Bien sûr que c'est celle du code pénal, et non pas de je ne sais
quelles élites (même entre guillemets). Et, à mon sens, compte tenu de
ce que je disais plus haut, cela veut dire tout simplement que ces
articles du code pénal doivent être revus.



Dans un tel cas, ce n'est pas le Code Pénal qui doit être revu, mais
plutôt l'assistance aux personnes en difficultés.



Évidemment, comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire dans un autre fil,
il faut toujours recourir en priorité à l'assistance aux personnes en
danger ou en difficulté. Il n'empêche qu'il faudra bien réexaminer ces
articles du code pénal pour en exclure, autant que faire se pourra, les
ambiguïtés qu'ils comportent désormais.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme