Photo de guerre en Géorgie

Le
Elohan
http://www.oddee.com/_media/imgs/articles2/a96803_a502_georgians-reuters.jpg

Les 2 photos Reuters ci-dessus représentent une scène saisie au cours
d'une guerre récente en Géorgie.

Dans un premier temps, certains observateurs ont pensé que la photo du
bas avait été arrangée pour la photo, avec déplacement préalable du
corps. Les rapports des distances de l'arrière-plan apparaissent en
effet sensiblement différents d'une photo à l'autre.

En fait, selon le site (cf commentaire ci-dessous en anglais), la
première photo a été prise au 200mm et la deuxième au 20mm. D'où, pour
un grandissement des sujets à peu près identique, un resserrement des
plans bien plus élevé sur la première photo que sur la seconde.

Ce qui m'a étonné, c'est la manière de procéder des photographes de
reportage:
1) "à l'affût", privilégier le téléobjectif pour accroître les chances
de saisir une action.
2) seulement dans un second temps, employer le grand angle pour des
photos mieux composées et plus spectaculaires.

Je pensais qu'il était au contraire plus judicieux de privilégier le
grand angleHistoire d'embrasser un champ plus large, de ne pas être
aux prises avec une profondeur de champ trop réduite, voire de pouvoir
shooter en manuel pour s'affranchir des errements éventuels de l'AF.

Comme quoi





"Note: some readers wrote to us saying these pictures weren't doctored.
When a news photographer first sees a scene he or she will immediately
take a photo from where he or she is, with the longest zoom or focal
length required to frame the shot so that you get SOMETHING. Then the
photographer proceeds to move closer to the scene while zooming out or
switching to a wider focal length in order to get a better photo with
more impact. Often the best photo of the series is an extreme wide
angle shot very very close to the main subject with the supporting
elements near but not competing with the main subject. These photos
show the difference between photographing the scene with a 200mm lens
vs. using a 20mm lens."
Questions / Réponses high-tech
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 5
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Charles Vassallo
Le #24587681
Elohan a écrit :
http://www.oddee.com/_media/imgs/articles2/a96803_a502_georgians-reuters.jpg


Les 2 photos Reuters ci-dessus représentent une scène saisie au cours
d'une guerre récente en Géorgie.

Dans un premier temps, certains observateurs ont pensé que la photo du
bas avait été arrangée pour la photo, avec déplacement préalable du
corps. Les rapports des distances de l'arrière-plan apparaissent en
effet sensiblement différents d'une photo à l'autre.

En fait, selon le site [..], la
première photo a été prise au 200mm et la deuxième au 20mm. D'où, pour
un grandissement des sujets à peu près identique, un resserrement des
plans bien plus élevé sur la première photo que sur la seconde.



Mmmm ! Apparemment, le changement de focale affecte aussi la structure
des plis de la chemise ; étonnant.

charles
Elohan
Le #24587871
Charles Vassallo a écrit :
Elohan a écrit :
http://www.oddee.com/_media/imgs/articles2/a96803_a502_georgians-reuters.jpg


Les 2 photos Reuters ci-dessus représentent une scène saisie au cours
d'une guerre récente en Géorgie.

Dans un premier temps, certains observateurs ont pensé que la photo du
bas avait été arrangée pour la photo, avec déplacement préalable du
corps. Les rapports des distances de l'arrière-plan apparaissent en
effet sensiblement différents d'une photo à l'autre.

En fait, selon le site [..], la
première photo a été prise au 200mm et la deuxième au 20mm. D'où, pour
un grandissement des sujets à peu près identique, un resserrement des
plans bien plus élevé sur la première photo que sur la seconde.



Mmmm ! Apparemment, le changement de focale affecte aussi la structure des
plis de la chemise ; étonnant.



Il est possible qu'entre les deux vues, la femme ait cherché à tirer le
tee-shirt vers le pantalon. La portion de peau fessière exposée a
légèrement diminué et la déchirure du tee-shirt dans le dos a augmenté.
C'est une modif mineure qui ne doit évidemment rien au changement de
focale.
Pierre Maurette
Le #24587911
Elohan :
http://www.oddee.com/_media/imgs/articles2/a96803_a502_georgians-reuters.jpg

Les 2 photos Reuters ci-dessus représentent une scène saisie au cours d'une
guerre récente en Géorgie.

Dans un premier temps, certains observateurs ont pensé que la photo du bas
avait été arrangée pour la photo, avec déplacement préalable du corps. Les
rapports des distances de l'arrière-plan apparaissent en effet sensiblement
différents d'une photo à l'autre.

En fait, selon le site (cf commentaire ci-dessous en anglais), la première
photo a été prise au 200mm et la deuxième au 20mm. D'où, pour un
grandissement des sujets à peu près identique, un resserrement des plans bien
plus élevé sur la première photo que sur la seconde.



Lors de la première prise de vue, rien n'indique que la femme et
l'homme sont conscients de la présence d'un photographe en action, ni
le contraire d'ailleurs. Le titre pourrait être "Douleur d'une mère".
Baton pastoral et regard vers le ciel sont certainement fruits du
hasard, peut-être une bonne surprise au dérushage. Mais peu importe si
la cause en est par exemple le passage d'un hélicoptère, le résultat
est fort. La symbolique consciente ou non est religieuse, et même
clairement chrétienne. La douleur d'une mère c'est celle de Marie, le
resposansable de la mort du Fils n'est pas Pilate, mais le Père,
là-haut. "Père, Père, pourquoi m'as-tu abandonné ?". Et le dstinataire
du cliché n'est ni la victime, ni le bourreau exécutif, mais bien le
puissant spectateur que nous sommes.

Lors de la seconde prise, le titre devient "Douleur d'une femme en
présence d'un cadavre et d'un photographe". Non seulement les acteurs
ne peuvent ignorer l'activité du photojournaliste, mais il me semble
évident, ne serait-ce qu'à cause de la proximité, que le contact
certainement verbal a été établi. Rien de crapuleux à priori, c'est
juste comme ça. Le résultat est plus facilement lisible, mais à mon
sens moins intéressant. Et pourtant le cadrage de la photo du haut est
pourri, trop d'air à droite ou pas assez à gauche, alors que celui de
celle du bas est savamment composé. trop parfait, académique à en être
gênant.

--
Pierre Maurette
HicdeBroc
Le #24587991
Charles Vassallo
Elohan a écrit :
http://www.oddee.com/_media/imgs/articles2/a96803_a502_georgians-reuters.jpg
Les 2 photos Reuters ci-dessus représentent une scène saisie au cours
d'une guerre récente en Géorgie.
Dans un premier temps, certains observateurs ont pensé que la photo du
bas avait été arrangée pour la photo, avec déplacement préalable du
corps. Les rapports des distances de l'arrière-plan apparaissent en
effet sensiblement différents d'une photo à l'autre.
En fait, selon le site [..], la
première photo a été prise au 200mm et la deuxième au 20mm. D'où, pour
un grandissement des sujets à peu près identique, un resserrement des
plans bien plus élevé sur la première photo que sur la seconde.



Mmmm ! Apparemment, le changement de focale affecte aussi la structure
des plis de la chemise ; étonnant.

charles



le corps repose entre 2 "bordures de trottoir"

le dos du mort est à proximité de la bordure qui est au premier plan
sur les 2 photographies,

le corps n'a pas bougé


QI visuel à revoir mdr
Maréchal Nouvoilat.
Le #24588001
"Elohan" news:js2j8i$dtv$
http://www.oddee.com/_media/imgs/articles2/a96803_a502_georgians-reuters.jpg

Les 2 photos Reuters ci-dessus représentent une scène saisie au cours
d'une guerre récente en Géorgie.

Dans un premier temps, certains observateurs ont pensé que la photo du bas
avait été arrangée pour la photo, avec déplacement préalable du corps. Les
rapports des distances de l'arrière-plan apparaissent en effet
sensiblement différents d'une photo à l'autre.

En fait, selon le site (cf commentaire ci-dessous en anglais), la première
photo a été prise au 200mm et la deuxième au 20mm. D'où, pour un
grandissement des sujets à peu près identique, un resserrement des plans
bien plus élevé sur la première photo que sur la seconde.



La photo de guerre c'est simple :
Le 20mm c'est pour la photo choc avec macchabée(s) au premier plan,
le 200mm c'est pour saisir les abrutis qui voudraient bien vous
photographier au 20mm après leur séance de tir.
--
"Le changement, c'est maintenant."
Elohan
Le #24588111
Pierre Maurette a écrit :
Elohan :
http://www.oddee.com/_media/imgs/articles2/a96803_a502_georgians-reuters.jpg

Les 2 photos Reuters ci-dessus représentent une scène saisie au cours d'une
guerre récente en Géorgie.

Dans un premier temps, certains observateurs ont pensé que la photo du bas
avait été arrangée pour la photo, avec déplacement préalable du corps. Les
rapports des distances de l'arrière-plan apparaissent en effet sensiblement
différents d'une photo à l'autre.

En fait, selon le site (cf commentaire ci-dessous en anglais), la première
photo a été prise au 200mm et la deuxième au 20mm. D'où, pour un
grandissement des sujets à peu près identique, un resserrement des plans
bien plus élevé sur la première photo que sur la seconde.



Lors de la première prise de vue, rien n'indique que la femme et l'homme sont
conscients de la présence d'un photographe en action, ni le contraire
d'ailleurs. Le titre pourrait être "Douleur d'une mère". Baton pastoral et
regard vers le ciel sont certainement fruits du hasard, peut-être une bonne
surprise au dérushage. Mais peu importe si la cause en est par exemple le
passage d'un hélicoptère, le résultat est fort. La symbolique consciente ou
non est religieuse, et même clairement chrétienne. La douleur d'une mère
c'est celle de Marie, le resposansable de la mort du Fils n'est pas Pilate,
mais le Père, là-haut. "Père, Père, pourquoi m'as-tu abandonné ?". Et le
dstinataire du cliché n'est ni la victime, ni le bourreau exécutif, mais bien
le puissant spectateur que nous sommes.

Lors de la seconde prise, le titre devient "Douleur d'une femme en présence
d'un cadavre et d'un photographe". Non seulement les acteurs ne peuvent
ignorer l'activité du photojournaliste, mais il me semble évident, ne
serait-ce qu'à cause de la proximité, que le contact certainement verbal a
été établi. Rien de crapuleux à priori, c'est juste comme ça. Le résultat est
plus facilement lisible, mais à mon sens moins intéressant. Et pourtant le
cadrage de la photo du haut est pourri, trop d'air à droite ou pas assez à
gauche, alors que celui de celle du bas est savamment composé. trop parfait,
académique à en être gênant.



Je suis globalement d'accord avec cette analyse. La photo du haut n'st
pas très bonne sur le plan du cadrage (c'est surtout l'arrière-plan qui
ne va pas), mais elle a un certain intérêt émotionnel. C'est d'ailleurs
sans doute pour ça que Reuters l'a retenue pour publication.

Mais la plus efficace, la plus à même de faire un 2 pages, ce sera
toujours celle du bas. Pour frapper les esprits, les médias ne
s'embarrassent pas d'une grande finesse et les vieilles recettes sont
toujours les meilleures.
efji
Le #24588251
Le 06/22/2012 10:06 PM, Elohan a écrit :
http://www.oddee.com/_media/imgs/articles2/a96803_a502_georgians-reuters.jpg


Les 2 photos Reuters ci-dessus représentent une scène saisie au cours
d'une guerre récente en Géorgie.

Dans un premier temps, certains observateurs ont pensé que la photo du
bas avait été arrangée pour la photo, avec déplacement préalable du
corps. Les rapports des distances de l'arrière-plan apparaissent en
effet sensiblement différents d'une photo à l'autre.

En fait, selon le site (cf commentaire ci-dessous en anglais), la
première photo a été prise au 200mm et la deuxième au 20mm. D'où, pour
un grandissement des sujets à peu près identique, un resserrement des
plans bien plus élevé sur la première photo que sur la seconde.

Ce qui m'a étonné, c'est la manière de procéder des photographes de
reportage:
1) "à l'affût", privilégier le téléobjectif pour accroître les chances
de saisir une action.
2) seulement dans un second temps, employer le grand angle pour des
photos mieux composées et plus spectaculaires.

Je pensais qu'il était au contraire plus judicieux de privilégier le
grand angle...Histoire d'embrasser un champ plus large, de ne pas être
aux prises avec une profondeur de champ trop réduite, voire de pouvoir
shooter en manuel pour s'affranchir des errements éventuels de l'AF.

Comme quoi...



Comme quoi à trop photographier des chiens chiens et des insectes
on perd tout sens commun.
Imaginez vous un instant le stress d'un photographe de guerre ?
Il cherche avant tout à ne pas y laisser sa peau.
Il photographie comme il peut, ce qu'il peut.
Il voit de loin la scène, il chausse le 200 mm, il shoote à tout
hasard. Comme il peut, sans se poser de question technique.
Puis il sent qu'il est possible de s'approcher. Il s'approche
et passe au grand angle.

Voir à ce propos l'excellent film sur James Nachtwey :
http://www.imdb.com/title/tt0309061/

--
F.J.
£g
Le #24588501
"efji" js4cii$4up$
Le 06/22/2012 10:06 PM, Elohan a écrit :
http://www.oddee.com/_media/imgs/articles2/a96803_a502_georgians-reuters.jpg


Les 2 photos Reuters ci-dessus représentent une scène saisie au cours
d'une guerre récente en Géorgie.







Il est clair que c'est une photo montage, rien n'indique que c'est une
photo de guerre, rien à l'horizon, pas de fumée, pas de fusils, pas de
sang sur le ? mort?.
Le t shirt est déchiré plus fort, la bâche en arrière plan à disparu, la
tache de saleté au dessus des fesses du soit disant mort à disparu, la
"boule rouge dans la touffe d'herbe à également disparu, ainsi que celle
sur la gauche, la pierre blanche au dessus du crâne à disparu également,
les pieds du supposé mort où sont ils, alors qu'ils dressent vers le
ciel sur une, sur l'autre, rien.
Si un 20 mm est utilisé, pourquoi ne pas montrer le visage de l'homme à
terre, là ce serait plus parlant, voir des blessures comme pseudo
preuves.
Un 200 mm a tendance à diminuer les distances en arrière plan et le 20
mm les augmentés, pas l'inverse
Le pépé est à une courte distance de la bordure, sa canne pointe sur une
touffe d'herbes, mais éloigné du corps, la seconde image donne la tête
de l'homme au sol presque dans les pieds du pépé et le nez pratiquement
dans cette touffe d'herbe.

Pour une image de guerre, c'est raté, encore de la manipulation
d'information et du publique.

--
£g
Pierre Maurette
Le #24588491
efji :

[...]

Il voit de loin la scène, il chausse le 200 mm,



Quel pied !

il shoote à tout
hasard.



Ah, c'est donc des crampons.

Comme il peut, sans se poser de question technique.



Comme ça vient, en première intention, mais en pensant surtout à
*cadrer*. J'ai bon, cotche ?

Puis il sent qu'il est possible de s'approcher. Il s'approche
et passe au grand angle.



C'est qui, le grand angle, cotche ? C'est Karim, c'est ça ?

Voir à ce propos l'excellent film sur James Nachtwey :
http://www.imdb.com/title/tt0309061/



Voir ce soir à partir de 20h45 sur TF1.

--
Pierre Maurette
Elohan
Le #24588861
efji a écrit :


Comme quoi à trop photographier des chiens chiens et des insectes
on perd tout sens commun.



Le bon sens commun est de ne pas devenir photographe de guerre. ;o)

Imaginez vous un instant le stress d'un photographe de guerre ?
Il cherche avant tout à ne pas y laisser sa peau.
Il photographie comme il peut, ce qu'il peut.
Il voit de loin la scène, il chausse le 200 mm, il shoote à tout
hasard. Comme il peut, sans se poser de question technique.
Puis il sent qu'il est possible de s'approcher. Il s'approche
et passe au grand angle.

Voir à ce propos l'excellent film sur James Nachtwey :
http://www.imdb.com/title/tt0309061/



On peut le regarder ici:
http://www.youtube.com/watch?vîscl-Sa5wU

J'ai regardé quelques séquences. C'est intéressant mais ce film ne
renseigne visiblement pas sur les techniques photographiques employées
(telle appproche avec tel objectif, etc.)
Publicité
Poster une réponse
Anonyme