Pourquoi je soutiens le courant CCI du POI (Parti Ouvrier Indépendant) ?

Le
wen.kroy
Pourquoi je soutiens le courant CCI du POI (Parti Ouvrier Indépendant) ? :

Si le mouvement ouvrier d’origine (celui qui vit naître les clubs
d’ouvriers, les coopératives, les Bourses du Travail, les
syndicats et enfin les Partis Ouvriers de la 2° Internationale),
possède, au cœur de ses objectifs, une position non discutable
et non discutée : C’est bien le refus de l’exploitation et de la
guerre. Car, comme écrivit Jaurès : « Le capitalisme porte
en lui la guerre comme la nuée l’orage ». En ce sens, après
son assassinat (le 31 juillet 1914), dès le 01 août (le
lendemain, on voit la trahison des chefs de la SFIO et de
la 2° Internationale. Le PB (Parti Bolchevique) reste le
seul pilier du mouvement ouvrier d’origine. C’est pourquoi,
tant de combattants ouvriers et démocratiques syndicalistes
ou anarchistes (comme Rosmer ou Victor Serge, voire de
pacifistes plus éloignés comme le chrétien Pierre Pascal)
se tournèrent vers le dernier pôle de la résistance à la
guerre et de l’internationalisme prolétaire, lorsqu’est
fondée la 3° Internationale. Cet espoir répondait au verdict
prononcé (depuis sa prison) par Rosa Luxembourg :
« Jamais la victoire du Socialisme ne tombera du ciel
comme le fatum antique, cette victoire ne peut-être
remportée que grâce à une longue série d’affrontements
opposant les forces anciennes aux nouvelles, affrontements
au cours desquels le prolétariat international fait son
apprentissage sous la direction de la Sociale Démocratie
et tente de prendre en min ses propres destinées, de
s’emparer du gouvernail de la vie sociale. Lui, qui était
le jouet passif de son histoire, il tente d’en devenir le
pilote lucide. Friedrich Engels écrivit un jour : "La société
bourgeoise est placé devant un dilemme : Ou bien le
passage au Socialisme, ou bien la rechute dans la
barbarie." Mais que signifie donc "une rechute dans la
barbarie", au niveau actuel de la civilisation européenne ?
Jusqu’ici, nous avons lu ces paroles sans bien y réfléchir
et nous les avons citées sans en pressentir la TERRIBLE
GRAVITÉ. À l’instant présent, il suffit de jeter un coup
d’oeil autour de nous pour comprendre ce que signifie
une rechute de la société bourgeois dans la barbarie.
La guerre mondiale actuelle : Voilà une rechute dans
la barbarie. Le triomphe de l’impérialisme aboutit à
l’anéantissement de la civilisation –sporadiquement,
pendant la durée d’une guerre moderne, définitivement
si la période des guerres mondiales –qui vient de
commencer- devait se poursuivre sans entraves
jusqu’à ses conséquences ultimes. »
1917, en Russie, n’est rien d’autre que l’envers de la
barbarie ouverte en 1914, c’est l’espoir des peuples
se dressant contre l’extermination aveugle et absurde.
Ceux qui osent parler de totalitarisme à propos de la
révolution de plus de 100 millions d’hommes en 1917,
échappant au contrôle du système capitaliste, échappant
à la boucherie humaine des tranchées, ceux-là doivent
mentir et dissimuler qu’en Allemagne, en Italie, en
Espagne, au Portugal, c’est bien leur système pourrissant,
qui, pour tenter de se survivre, a dû recourir au nazisme,
au fascisme, au franquisme, au salazarisme, au pétainisme,
au polpotisme etc. Et depuis 1914, combien de dictatures
furent installées par les « démocrates » ou « républicains »
du Pentagone, après la Seconde Guerre Mondiale en
Amérique latine, en Asie, en Afrique ?
Socialisme ou barbarie : Le pronostic de 1914 est-il
confirmé ?
Aux 10 millions de morts de la 1ère Guerre Mondiale
succèdent les 50 à 100 millions de la suivante (seulement
30 ans après) ; cette dernière se clôt par la froide décision
de Truman en 1945, ouvrant l’époque (la même semaine
où il fonda l’ONU -le premier parti politique de l'impérialisme
mondial-) de l’extermination thermonucléaire.
Socialisme ou barbarie : Ce pronostic est-il infirmé
au 21° siècle, 90 ans après la premier "brèche prolétarienne"
de la révolution Russe ?
Il semble que, pour les dirigeants des partis de « gôche
ou extrême gôche) que la réponse soit "OUI". C’est une
nouvelle trahison abjecte.
Vive la révolution prolétaire internationaliste !
Vive le POI (Parti Ouvrier Indépendant) !
Vive le CCI (Section Française de la 4° Internationale) !
Vive l’EITP (Entente Internationale des Travailleurs et des Peuples) !
Salutations socialiste, républicaines et démocratiques :
wen.kroy@wanadoo.fr
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Dom
Le #16078761
????
C'est un essai texte pour le prochain spectacle de Dany Boon ?
Ca manque alors de "Hin !!??" et de "Biloute" ... sinon l'effet comique est
là.
www.juristprudence.c.la
Le #16078721
4877a4ea$0$891$
Pourquoi je soutiens le courant /..../



parce que tu es survolté ;o}
wen.kroy
Le #16091111
"Dom"
????
C'est un essai texte pour le prochain spectacle de Dany Boon ?
Ca manque alors de "Hin !!??" et de "Biloute" ... sinon l'effet comique est là.


Monsieur "Laurent",
Merci pour votre soutien très élaboré et riche en arguments.
Rappel de mon texte :
Pourquoi je soutiens le courant CCI du POI (Parti Ouvrier Indépendant) ? :

Si le mouvement ouvrier d’origine (celui qui vit naître les clubs
d’ouvriers, les coopératives, les Bourses du Travail, les
syndicats et enfin les Partis Ouvriers de la 2° Internationale),
possède, au cœur de ses objectifs, une position non discutable
et non discutée : C’est bien le refus de l’exploitation et de la
guerre. Car, comme écrivit Jaurès : « Le capitalisme porte
en lui la guerre comme la nuée l’orage ». En ce sens, après
son assassinat (le 31 juillet 1914), dès le 01 août (le
lendemain, on voit la trahison des chefs de la SFIO et de
la 2° Internationale. Le PB (Parti Bolchevique) reste le
seul pilier du mouvement ouvrier d’origine. C’est pourquoi,
tant de combattants ouvriers et démocratiques syndicalistes
ou anarchistes (comme Rosmer ou Victor Serge, voire de
pacifistes plus éloignés comme le chrétien Pierre Pascal)
se tournèrent vers le dernier pôle de la résistance à la
guerre et de l’internationalisme prolétaire, lorsqu’est
fondée la 3° Internationale. Cet espoir répondait au verdict
prononcé (depuis sa prison) par Rosa Luxembourg :
« Jamais la victoire du Socialisme ne tombera du ciel
comme le fatum antique, cette victoire ne peut-être
remportée que grâce à une longue série d’affrontements
opposant les forces anciennes aux nouvelles, affrontements
au cours desquels le prolétariat international fait son
apprentissage sous la direction de la Sociale Démocratie
et tente de prendre en min ses propres destinées, de
s’emparer du gouvernail de la vie sociale. Lui, qui était
le jouet passif de son histoire, il tente d’en devenir le
pilote lucide. Friedrich Engels écrivit un jour : "La société
bourgeoise est placé devant un dilemme : Ou bien le
passage au Socialisme, ou bien la rechute dans la
barbarie." Mais que signifie donc "une rechute dans la
barbarie", au niveau actuel de la civilisation européenne ?
Jusqu’ici, nous avons lu ces paroles sans bien y réfléchir
et nous les avons citées sans en pressentir la TERRIBLE
GRAVITÉ. À l’instant présent, il suffit de jeter un coup
d’oeil autour de nous pour comprendre ce que signifie
une rechute de la société bourgeois dans la barbarie.
La guerre mondiale actuelle : Voilà une rechute dans
la barbarie. Le triomphe de l’impérialisme aboutit à
l’anéantissement de la civilisation –sporadiquement,
pendant la durée d’une guerre moderne, définitivement
si la période des guerres mondiales –qui vient de
commencer- devait se poursuivre sans entraves
jusqu’à ses conséquences ultimes. »
1917, en Russie, n’est rien d’autre que l’envers de la
barbarie ouverte en 1914, c’est l’espoir des peuples
se dressant contre l’extermination aveugle et absurde.
Ceux qui osent parler de totalitarisme à propos de la
révolution de plus de 100 millions d’hommes en 1917,
échappant au contrôle du système capitaliste, échappant
à la boucherie humaine des tranchées, ceux-là doivent
mentir et dissimuler qu’en Allemagne, en Italie, en
Espagne, au Portugal, c’est bien leur système pourrissant,
qui, pour tenter de se survivre, a dû recourir au nazisme,
au fascisme, au franquisme, au salazarisme, au pétainisme,
au polpotisme etc. Et depuis 1914, combien de dictatures
furent installées par les « démocrates » ou « républicains »
du Pentagone, après la Seconde Guerre Mondiale en
Amérique latine, en Asie, en Afrique ?
Socialisme ou barbarie : Le pronostic de 1914 est-il
confirmé ?
Aux 10 millions de morts de la 1ère Guerre Mondiale
succèdent les 50 à 100 millions de la suivante (seulement
30 ans après) ; cette dernière se clôt par la froide décision
de Truman en 1945, ouvrant l’époque (la même semaine
où il fonda l’ONU -le premier parti politique de l'impérialisme
mondial-) de l’extermination thermonucléaire.
Socialisme ou barbarie : Ce pronostic est-il infirmé
au 21° siècle, 90 ans après la premier "brèche prolétarienne"
de la révolution Russe ?
Il semble que, pour les dirigeants des partis de « gôche
ou extrême gôche) que la réponse soit "OUI". C’est une
nouvelle trahison abjecte.
Vive la révolution prolétaire internationaliste !
Vive le POI (Parti Ouvrier Indépendant) !
Vive le CCI (Section Française de la 4° Internationale) !
Vive l’EITP (Entente Internationale des Travailleurs et des Peuples) !
Salutations socialiste, républicaines et démocratiques :

wen.kroy
Le #16091101
"www.juristprudence.c.la" 4877f707$0$7215$
Pourquoi je soutiens le courant /..../



parce que tu es survolté ;o}


Monsieur "www.juristprudence.c.la"
Merci pour votre soutien très élaboré et riche en arguments
et en humour.
Rappel de mon texte :
Pourquoi je soutiens le courant CCI du POI (Parti Ouvrier Indépendant) ? :

Si le mouvement ouvrier d’origine (celui qui vit naître les clubs
d’ouvriers, les coopératives, les Bourses du Travail, les
syndicats et enfin les Partis Ouvriers de la 2° Internationale),
possède, au cœur de ses objectifs, une position non discutable
et non discutée : C’est bien le refus de l’exploitation et de la
guerre. Car, comme écrivit Jaurès : « Le capitalisme porte
en lui la guerre comme la nuée l’orage ». En ce sens, après
son assassinat (le 31 juillet 1914), dès le 01 août (le
lendemain, on voit la trahison des chefs de la SFIO et de
la 2° Internationale. Le PB (Parti Bolchevique) reste le
seul pilier du mouvement ouvrier d’origine. C’est pourquoi,
tant de combattants ouvriers et démocratiques syndicalistes
ou anarchistes (comme Rosmer ou Victor Serge, voire de
pacifistes plus éloignés comme le chrétien Pierre Pascal)
se tournèrent vers le dernier pôle de la résistance à la
guerre et de l’internationalisme prolétaire, lorsqu’est
fondée la 3° Internationale. Cet espoir répondait au verdict
prononcé (depuis sa prison) par Rosa Luxembourg :
« Jamais la victoire du Socialisme ne tombera du ciel
comme le fatum antique, cette victoire ne peut-être
remportée que grâce à une longue série d’affrontements
opposant les forces anciennes aux nouvelles, affrontements
au cours desquels le prolétariat international fait son
apprentissage sous la direction de la Sociale Démocratie
et tente de prendre en min ses propres destinées, de
s’emparer du gouvernail de la vie sociale. Lui, qui était
le jouet passif de son histoire, il tente d’en devenir le
pilote lucide. Friedrich Engels écrivit un jour : "La société
bourgeoise est placé devant un dilemme : Ou bien le
passage au Socialisme, ou bien la rechute dans la
barbarie." Mais que signifie donc "une rechute dans la
barbarie", au niveau actuel de la civilisation européenne ?
Jusqu’ici, nous avons lu ces paroles sans bien y réfléchir
et nous les avons citées sans en pressentir la TERRIBLE
GRAVITÉ. À l’instant présent, il suffit de jeter un coup
d’oeil autour de nous pour comprendre ce que signifie
une rechute de la société bourgeois dans la barbarie.
La guerre mondiale actuelle : Voilà une rechute dans
la barbarie. Le triomphe de l’impérialisme aboutit à
l’anéantissement de la civilisation –sporadiquement,
pendant la durée d’une guerre moderne, définitivement
si la période des guerres mondiales –qui vient de
commencer- devait se poursuivre sans entraves
jusqu’à ses conséquences ultimes. »
1917, en Russie, n’est rien d’autre que l’envers de la
barbarie ouverte en 1914, c’est l’espoir des peuples
se dressant contre l’extermination aveugle et absurde.
Ceux qui osent parler de totalitarisme à propos de la
révolution de plus de 100 millions d’hommes en 1917,
échappant au contrôle du système capitaliste, échappant
à la boucherie humaine des tranchées, ceux-là doivent
mentir et dissimuler qu’en Allemagne, en Italie, en
Espagne, au Portugal, c’est bien leur système pourrissant,
qui, pour tenter de se survivre, a dû recourir au nazisme,
au fascisme, au franquisme, au salazarisme, au pétainisme,
au polpotisme etc. Et depuis 1914, combien de dictatures
furent installées par les « démocrates » ou « républicains »
du Pentagone, après la Seconde Guerre Mondiale en
Amérique latine, en Asie, en Afrique ?
Socialisme ou barbarie : Le pronostic de 1914 est-il
confirmé ?
Aux 10 millions de morts de la 1ère Guerre Mondiale
succèdent les 50 à 100 millions de la suivante (seulement
30 ans après) ; cette dernière se clôt par la froide décision
de Truman en 1945, ouvrant l’époque (la même semaine
où il fonda l’ONU -le premier parti politique de l'impérialisme
mondial-) de l’extermination thermonucléaire.
Socialisme ou barbarie : Ce pronostic est-il infirmé
au 21° siècle, 90 ans après la premier "brèche prolétarienne"
de la révolution Russe ?
Il semble que, pour les dirigeants des partis de « gôche
ou extrême gôche) que la réponse soit "OUI". C’est une
nouvelle trahison abjecte.
Vive la révolution prolétaire internationaliste !
Vive le POI (Parti Ouvrier Indépendant) !
Vive le CCI (Section Française de la 4° Internationale) !
Vive l’EITP (Entente Internationale des Travailleurs et des Peuples) !
Salutations socialiste, républicaines et démocratiques :

Dom
Le #16102001
> Aux 10 millions de morts de la 1ère Guerre Mondiale
succèdent les 50 à 100 millions de la suivante (seulement
30 ans après)



Pour combien de décès consécutifs aux purges Staliniennes ?
Pour combien de décès consécutifs aux famines orchestrées ?
Pour combien de décès recensés dans les fosses de Katyn ?
Et j'en passe ....
Jeffbie
Le #16106961
En ce jour sacré de Saint Olivier, Dom a béni ce groupe de ceci :

Aux 10 millions de morts de la 1ère Guerre Mondiale
succèdent les 50 à 100 millions de la suivante (seulement
30 ans après)


Pour combien de décès consécutifs aux purges Staliniennes ?
Pour combien de décès consécutifs aux famines orchestrées ?
Pour combien de décès recensés dans les fosses de Katyn ?
Et j'en passe ....



Tu as raison, c'est fatiguant de recopier bêtement ce qui a été écrit
pas d'autres primates contre-révolutionnaires et complices des nantis
profiteurs du peuple, c'est à dire exploiteurs de l'immense majorité de
la population mondiale.

De plus, aujourd'hui, qui compte les décès consécutifs aux famines ?
Celles organisées par les multinationales afin de se faire payer au
prix fort les surplus de leurs productions par les organismes publics
d'état qui financent les ONG "humanitaires" et qui peuvent dire ainsi
fièrement qu'elles pensent chaque jour aux pauvres. Et même en ayant
parfois la larme à l'oeil. Ce cynisme se paiera cher, un jour.
Qui compte aussi les décès et autres drames familiaux et sociaux de
masse, consécutifs au chômage provoqué dans les pays-même des nantis
profiteurs ?

Mais dors bien, continue de croire en souriant que ce sont des délires
; pendant ce temps, la révolution des pauvres, anciens et nouveaux, se
prépare et je t'assure qu'elle sera plus violente, brutale et sanglante
que tout ce qui a été vu et imaginé depuis la nuit des temps.
A moins que ça ne t'amuse et que tu ne te croies immortel, reste là
sans rien faire, avec tes pensées égoïstes et retiens seulement que
c'est pour demain. Demain matin, même.

--
"Il ne faut jamais permettre que l'intérêt général soit noyé
dans les eaux glacées des intérets privés."
(Karl Marx)
Dom
Le #16109191
> c'est pour demain. Demain matin, même.



Arf ... Elle est donc là la question de droit.
"Peut on faire révolution un Dimanche" ?

--> Nécessité de déposer une demande préfectorale ?
--> Sous quels délais ?
--> Peut on imaginer une récupération des heures révolutionnées ?
...
Jeffbie
Le #16109181
Vitae forma vocatur Dom, die samedi 12/07/2008, vere scripsit quod
sequitur :

c'est pour demain. Demain matin, même.


Arf ... Elle est donc là la question de droit.
"Peut on faire révolution un Dimanche" ?



Ah, ça n'a pas duré : maintenant, on le voit bien mieux, que tu es
bouché.

--> Peut on imaginer une récupération des heures révolutionnées ?



Imagine ce que tu veux, mais la révolution est un devoir, pas un droit
récupérable.

--
Rien de grand ne s'est accompli dans le monde sans passion.
(Hegel)
www.juristprudence.c.la
Le #16110001
"wen.kroy" 48784e1a$0$864$
Monsieur "www.juristprudence.c.la"
Merci pour votre soutien très élaboré et riche en arguments
et en humour.



Madame wen.kroy ne prenez pas vos dénaturations pour une réalité
www.juristprudence.c.la
Le #16109991
"Dom"
????
C'est un essai texte pour le prochain spectacle de Dany Boon ?
Ca manque alors de "Hin !!??" et de "Biloute" ... sinon l'effet comique
est là.






"wen.kroy" 48784db3$0$846$
Monsieur "Laurent",
Merci pour votre soutien très élaboré et riche en arguments.



eh oui : d'une côté la quantité
et de l'autre, chez Laurent, la qualité ;o}
Publicité
Poster une réponse
Anonyme