programmes scolaires

Le
Thor
Bonjour
est ce que le droit français permet de lancer une procédure contre le
ministère de l'Education Nationale si les programmes scolaires
"heurtent" ? Quels sont les moyens légaux qui restent aux parents sur
l'éducation morale de leurs enfants ?
Si des parents pensent que l'école endoctrine les enfants, y a t il
quelque chose à faire du côté du droit ?

Merci
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 3
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
dmkgbt
Le #25423512
Thor
Bonjour
est ce que le droit français permet de lancer une procédure contre le
ministère de l'Education Nationale si les programmes scolaires
"heurtent" ?



Comment cela?
Sur le plan de la morale ou de la religion, par exemple?

Quels sont les moyens légaux qui restent aux parents sur
l'éducation morale de leurs enfants ?



D'une part, c'est l'éducation des enfants qui est obligatoire, pas la
scolarisation.
Vous avez le droit de descolariser vos enfants et de les éduquer
vous-mêmes.
D'autre part, si vous ne vous en sentez pas capable, il y a des écoles
privées voire confessionnelles que vous pouvez choisir en fonction de la
morale que vous voulez voir inculquer à vos enfants.

Si des parents pensent que l'école endoctrine les enfants, y a t il
quelque chose à faire du côté du droit ?



Si vous estimez que l'Edication Nationale cause un préjudice à vos
enfants, oui, sans doute.
Mais il va falloir en apporter une preuve juridiquement recevable.
Vos impressions ne sont pas une preuve juridiquement recevables.

Merci




--
Dominique Gobeaut
dmkgbt(at)free(point)fr
Gerard
Le #25423632
Dans son message précédent, Thor a écrit :
Bonjour
est ce que le droit français permet de lancer une procédure contre le
ministère de l'Education Nationale si les programmes scolaires "heurtent" ?
Quels sont les moyens légaux qui restent aux parents sur l'éducation morale
de leurs enfants ?
Si des parents pensent que l'école endoctrine les enfants, y a t il quelque
chose à faire du côté du droit ?

Merci



la réponse de Dominique est deja suffisante,
mais effectivement l'ecole d'état gratuite obliqe aussi à absorber le
programme qui va avec.
Patrick V
Le #25423702
Le 23/05/2013 13:41, Gerard a écrit :
mais effectivement l'ecole d'état gratuite obliqe aussi à absorber le
programme qui va avec.



L'école privée ou à la maison aussi, d'ailleurs.

--
http://www.chevaliers4vents.com/
jr
Le #25423742
Le 23/05/2013 13:50, Patrick V a écrit :

Le 23/05/2013 13:41, Gerard a écrit :
mais effectivement l'ecole d'état gratuite obliqe aussi à absorber le
programme qui va avec.



L'école privée ou à la maison aussi, d'ailleurs.



Non, on demande juste le "socle commun" à 16 ans, et on contrôle la
progression vers ce modeste but.

C'est d'ailleurs pour ça que le passage de certaines écoles privées hors
contrat -genre Steiner- vers le public se soldent souvent par un
décalage d'un an pour rattraper.

Pas de participation aux évaluations nationales, pas d'obligation de
suivre des programmes.

--
jr
Gerard
Le #25423762
Patrick V a émis l'idée suivante :
Le 23/05/2013 13:41, Gerard a écrit :
mais effectivement l'ecole d'état gratuite obliqe aussi à absorber le
programme qui va avec.



L'école privée ou à la maison aussi, d'ailleurs.



Bien sur. mais là je ne parlais que de l'ecole gratuite.
Si je paye je peux peut etre avoir le programme qui me convient...
Ce qui me rappelle le courrier d'un prof (donc de gauche) dans le
Nouvel Obs (donc de gauche) qui se demandait "pourquuoi les gens
payaient (le privé) pour avoir la même chose qu'il pourrait avoir
gratuitement".
La réponse est évidement "plurielle".
Patrick V
Le #25423802
Le 23/05/2013 14:12, jr a écrit :
L'école privée ou à la maison aussi, d'ailleurs.



Non, on demande juste le "socle commun" à 16 ans, et on contrôle la
progression vers ce modeste but.

C'est d'ailleurs pour ça que le passage de certaines écoles privées hors
contrat -genre Steiner- vers le public se soldent souvent par un
décalage d'un an pour rattraper.



Je me trompe peut-être sur l'interprétation, mais je comprends que par
programmes, on entend surtout l'ordre et la méthode pour arriver à ce
socle :
Ça ne veut pas dire qu'il y a un retard global, mais qu'il peut y en
avoir dans une discipline tout en étant en avance sur les autres.

A contrario, le socle est, pour simplifier, un sous-ensemble du
programme d'enseignement.

Pas de participation aux évaluations nationales, pas d'obligation de
suivre des programmes.



Mais des évaluations tous les ans.

--
http://www.chevaliers4vents.com/
Gerard
Le #25423852
jr a exprimé avec précision :
Le 23/05/2013 13:50, Patrick V a écrit :

Le 23/05/2013 13:41, Gerard a écrit :
mais effectivement l'ecole d'état gratuite obliqe aussi à absorber le
programme qui va avec.



L'école privée ou à la maison aussi, d'ailleurs.



Non, on demande juste le "socle commun" à 16 ans, et on contrôle la
progression vers ce modeste but.

C'est d'ailleurs pour ça que le passage de certaines écoles privées hors
contrat -genre Steiner- vers le public se soldent souvent par un décalage
d'un an pour rattraper.

Pas de participation aux évaluations nationales, pas d'obligation de suivre
des programmes.



.. pour rattrapper : le programme scolaire officiel;
celui dont justement on parle.
jr
Le #25423932
Le 23/05/2013 14:30, Patrick V a écrit :


Le 23/05/2013 14:12, jr a écrit :
L'école privée ou à la maison aussi, d'ailleurs.



Non, on demande juste le "socle commun" à 16 ans, et on contrôle la
progression vers ce modeste but.

C'est d'ailleurs pour ça que le passage de certaines écoles privées hors
contrat -genre Steiner- vers le public se soldent souvent par un
décalage d'un an pour rattraper.



Je me trompe peut-être sur l'interprétation, mais je comprends que par
programmes, on entend surtout l'ordre et la méthode pour arriver à ce
socle :
Ça ne veut pas dire qu'il y a un retard global, mais qu'il peut y en
avoir dans une discipline tout en étant en avance sur les autres.



Faut pas oublier les 16 ans: dans l'EN en principe on sort du collège
avec le fameux socle, avant; on est censé entrer en 2nde à 15 ans.

Pas de participation aux évaluations nationales, pas d'obligation de
suivre des programmes.



Mais des évaluations tous les ans.



Certes, mais personnalisées et sans doute très vulnérable au pipeau
local quant au projet qui permet d'arriver au socle.

--
jr
Cl.Massé
Le #25424722
"Dominique" news:1l3boko.xm3bqis3z5j4N%
Thor
Bonjour
est ce que le droit français permet de lancer une procédure contre le
ministère de l'Education Nationale si les programmes scolaires
"heurtent" ?



Comment cela?
Sur le plan de la morale ou de la religion, par exemple?



La morale n'est pas de la compétence de l'Etat. Donc un simple cours de morale,
à la Peillon par exemple, suffit à heurter, quel qu'en soit le contenu. On peut
rajouter bien sûr aussi des programmes d'histoire biaisés qui stigmatiserait une
communauté, une culture, un système politique, une opinion, une religion etc.
Mais ça, ça existe depuis toujours et personne ne s'en plaint.

Quels sont les moyens légaux qui restent aux parents sur
l'éducation morale de leurs enfants ?



D'une part, c'est l'éducation des enfants qui est obligatoire, pas la
scolarisation.
Vous avez le droit de descolariser vos enfants et de les éduquer
vous-mêmes.
D'autre part, si vous ne vous en sentez pas capable, il y a des écoles
privées voire confessionnelles que vous pouvez choisir en fonction de la
morale que vous voulez voir inculquer à vos enfants.

Si des parents pensent que l'école endoctrine les enfants, y a t il
quelque chose à faire du côté du droit ?



Si vous estimez que l'Edication Nationale cause un préjudice à vos
enfants, oui, sans doute.
Mais il va falloir en apporter une preuve juridiquement recevable.
Vos impressions ne sont pas une preuve juridiquement recevables.



Séparation de l'Eglise et de l'Etat, qui s'étend bien sûr à toute religion,
confession, système philosophique ou de croyances etc... La laïcité, c'est
justement le rejet par la République de toute morale, remplacée par des lois et
des réglements communs et démocratiques. Par définition, la morale laïque
n'existe pas. La rééducation idéologique à la Peillon est une offence à la
liberté de conscience et à la liberté de penser, et ça, ce ne sont pas des
impressions, c'est un préjudice évident.

--
~~~~ clmasse chez libre Hexagone
Liberté, Egalité, Sale assisté.
Patrick V
Le #25425802
Le 23/05/2013 21:37, Cl.Massé a écrit :
Par définition, la morale laïque n'existe pas.



Ben il va falloir réviser tes définitions, alors... En ouvrant un
dictionnaire, par exemple, pour constater que la définition de la morale
ne fait pas appel au religieux.

Celui de l'Académie, par exemple :

MORALE n. f. XVIIe siècle. Forme féminine substantivée de moral I.
1. Ensemble des règles, des principes selon lesquels on dirige sa vie,
sa conduite, ses m½urs, considéré relativement au bien et au mal. Morale
pure, austère. Morale relâchée. Morale individuelle, collective. Se
forger une morale. être dépourvu de morale, n'avoir pas de morale.
Bafouer la morale publique. Expr. La morale est sauve. 2. Science du
bien et du mal ; doctrine relative aux m½urs, éthique. Cours, professeur
de morale. Enseigner la morale. Les fondements de la morale. La morale
kantienne. Il prêche la morale plus qu'il ne la pratique. Par méton.
Traité contenant un enseignement, une réflexion sur cette science. La «
Morale » d'Aristote. 3. Leçon morale, avertissement que l'on donne à
quelqu'un quant à sa conduite. Faire de la morale ou faire la morale à
quelqu'un, le réprimander, l'avertir d'avoir à s'amender. Par ext. La
morale d'un ouvrage, la leçon morale qui s'en dégage, ou encore les
quelques phrases de vers ou de prose qui la résument (on dit aussi
Moralité). La morale d'une fable de La Fontaine. Expr. fam. La morale de
l'histoire, la leçon qu'on tire d'un évènement, d'un fait.

--
http://www.chevaliers4vents.com/
Publicité
Poster une réponse
Anonyme