Question: Comment bien reproduire des tableaux ?

Le
Philippe Laval
Bon,

J'étais au Marché de l'Art Contemporain de Valbonne (J'ai mis que
quelques photos pour le moment)

http://www.nice-panorama.com/Valbonne/Grand-Marche-Art-Contemporain-2007/

De nombreux artistes m'ont demandé de reproduire sur photo certains de
leurs tableaux. La grande question est : comment s'y prend on pour avoir
le meilleur résultat (pas de reflets, bon piqué, bonne calibration des
couleurs, etc.).

Un artiste qui était chez un vendeur de matos pro de Paris lui a vendu
un D200 + 60 mm micro nikkor.

Quel type d'aclairage est la meieux adapté ? Boite à lumière, parapluie
? Calques entre source et tableaux ?

Si vous connaissez un bon site ou un bon bouquin, je suis preneur.

Philippe
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 3
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Max-Jean
Le #1819778
Bonsoir
J'ai déjà eu l'occasion de prendre des tableaux, soit qu'ils
m'appartenaient, soit que j'en voulais une copie venant d'une expo.
Le cas n'est pas identique. Je ne suis pas pro et je bidouille pas mal.
Pour mes tableaux je travaille dehors un jour nuageux clair est le mieux
et je photographie en pleine lumière dos au soleil en faisant attention
de ne pas photographier mon ombre.
Pour les tableaux accrochés dans les musées, je travaille de préférence
en lumière ambiante.
Le flash est très délicat à utiliser à cause des reflets, les
profesionnels utilisent deux flashs très éloignés de l'appareil ou le
parapluie.
Pour la bidouille, le flash peut être recouvert d'un petit calque pour
diffuser ou même éclairer le doigt de l'opérateur.
Mais la lumière ambiante est souvent mieux.
Si l'on peut photographier dans l'image une feuille blanche cela permet
en rentrant (tout de suite en rentrant) de rectifier la couleur pour
faire la balance des blancs à la main (inutile en photo d'extérieur)
Le cadrage peut aussi poser des problèmes ; je ne cherche jamais à me
placer juste dans la perpendiculaire du tableau mais phtographie
toujours de biais pour éviter les reflets.
Pour recadrer droit, un logiciel comme photoshop a une fonction de
rognage en recadrant chaque angle.
Bien sûr, les techniques de pro sont meilleures, mais elles demandent de
grosses installations.
Bonnes photos

Bon,

J'étais au Marché de l'Art Contemporain de Valbonne (J'ai mis que
quelques photos pour le moment)

http://www.nice-panorama.com/Valbonne/Grand-Marche-Art-Contemporain-2007/

De nombreux artistes m'ont demandé de reproduire sur photo certains de
leurs tableaux. La grande question est : comment s'y prend on pour avoir
le meilleur résultat (pas de reflets, bon piqué, bonne calibration des
couleurs, etc.).

Un artiste qui était chez un vendeur de matos pro de Paris lui a vendu
un D200 + 60 mm micro nikkor.

Quel type d'aclairage est la meieux adapté ? Boite à lumière, parapluie
? Calques entre source et tableaux ?

Si vous connaissez un bon site ou un bon bouquin, je suis preneur.

Philippe


Oncle Dom
Le #1819777
Philippe Laval dans son message 46dae76c$0$9080$,
nous a fait l'honneur d'écrire:
De nombreux artistes m'ont demandé de reproduire sur photo certains de
leurs tableaux. La grande question est : comment s'y prend on pour
avoir le meilleur résultat (pas de reflets, bon piqué, bonne
calibration des couleurs, etc.).
Ca dépend si c'est pris en studio, ou en extérieur

Pas de reflets: ça dépend du vernis et de la rugosité de la surface.
S'il y a des "effets de matière", il y aura toujours quelques petits
reflets avec un éclairage direct
Dans ce cas l'éclairage totelement indirect (par le plafond blanc)
semble conseillé. Mais alors il y a un voile continu faisant perdre du
contraste
Si la surface du vernis est assez plane, je conseillerais plutot un
éclairage bien dirigé, mais en cherchant l'orientation optimum. Et bien
sür, plusieurs spots sont nécessaires pour avoir une bonne répartition

Bon piqué: Si l'axe optique est bien perpendiculaire au tableau, pas
d'autre problème que la recherche de la mise au point optimum, qui peut
se faire en quelques essais

bonne calibration des couleurs: Il suffit de placer une mire colorée
dans le champ, en marge du tableau

--
Oncle Dom
_________
http://perso.orange.fr/oncle.dom/

YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #1819775
Oncle Dom wrote:

bonne calibration des couleurs: Il suffit de placer une mire colorée
dans le champ, en marge du tableau
J'ajoute : mesure spot sur la charte de gris, si il y a des tableaux

sombres ou clairs. Un grand miroir et une fenêtre peuvent faire 2
sources de lumière. Si le tableau est grand, un post-it a chaque coin et
au milieu, mesure spot dessus pour vérifier la régularité de la lumière
sur toute la surface.

Noëlle Adam.

Le #1819770
Salut " Philippe Laval"

"Philippe Laval"
J'étais au Marché de l'Art Contemporain de Valbonne (J'ai mis que quelques
photos pour le moment)
http://www.nice-panorama.com/Valbonne/Grand-Marche-Art-Contemporain-2007/
De nombreux artistes m'ont demandé de reproduire sur photo certains de
leurs tableaux. La grande question est : comment s'y prend on pour avoir
le meilleur résultat (pas de reflets, bon piqué, bonne calibration des
couleurs, etc.).
Un artiste qui était chez un vendeur de matos pro de Paris lui a vendu un
D200 + 60 mm micro nikkor.
Quel type d'aclairage est la meieux adapté ? Boite à lumière, parapluie ?
Calques entre source et tableaux ?
Si vous connaissez un bon site ou un bon bouquin, je suis preneur.
Philippe


Trop compliqué !!
Décapiter un scanner de " récup " ,
positionner la surface à reproduire ,
assembler les differents scans .

Un vieux scanner à 300Dpi suffira ,
(mais capable de bien reproduire correctement la couleur )

pour Un objet reel scanné directement à 300dpi ,
correspondra ,
pour maximum d'un moyen format
à une surface reproduite de A4
--
Le 30 août 2007 à 13h30
Les abeilles nous abandonnent
www.futura-sciences.com/fr/sinformer/actualites/news/t/zoologie/d/les-abeilles-nous-abandonnent_12769/
Ce n'est pas une sonnette d'alarme mais une sirène que les scientifiques
actionnent.

Oncle Dom
Le #1819763
Max-Jean dans son message 0XBCi.79$,
nous a fait l'honneur d'écrire:
Le flash est très délicat à utiliser à cause des reflets, les
profesionnels utilisent deux flashs très éloignés de l'appareil ou le
parapluie.
Pour photographier des lapins blancs, t'as pas besoin de flash: ils ont

déja les yeux rouges ;-)
Sans rire, on peut faire d'excellentes photos avec un seul flash: Il
suffit de le tourner vers le plafond (blanc) et vers l'arrière. J'ai
déja essayé: Avec 3 diaphs de plus, c'était impeccable
--
Oncle Dom
_________
http://perso.orange.fr/oncle.dom/

Alf92
Le #1819758
*Philippe Laval* a écrit dans news:46dae76c$0$9080$ :


J'étais au Marché de l'Art Contemporain de Valbonne (J'ai mis que
quelques photos pour le moment)

http://www.nice-panorama.com/Valbonne/Grand-Marche-Art-Contemporain-2007/

De nombreux artistes m'ont demandé de reproduire sur photo certains de
leurs tableaux. La grande question est : comment s'y prend on pour
avoir le meilleur résultat (pas de reflets, bon piqué, bonne
calibration des couleurs, etc.).

Un artiste qui était chez un vendeur de matos pro de Paris lui a vendu
un D200 + 60 mm micro nikkor.

Quel type d'aclairage est la meieux adapté ? Boite à lumière,
parapluie ? Calques entre source et tableaux ?

Si vous connaissez un bon site ou un bon bouquin, je suis preneur.


y a la version luxe et la version cheap.

luxe : banc de repro, plusieurs éclairages, ...
du travail de pro.

cheap : un simple APN avec son flash intégré, avec la balance des blancs
réglé sur mode flash, et une prise de vue légèrement décalée par rapport à
l'axe du tableau pour éviter le reflet du flash (10 à 20 degrès).
la perspective est ensuite corrigée avec n'importe quel soft de retouche.
le résultat est biensur moins bon que pour la version "luxe", mais il reste
étonnament correcte, surtout pour le temps passé.

--
Alf92
===> http://frpn.free.fr

Fred
Le #1819752
Alf92 wrote:
y a la version luxe et la version cheap.

luxe : banc de repro, plusieurs éclairages, ...
du travail de pro.


Ah non ! La version luxe, c'est de commander a l'artiste une copie de sa
toile, non mais !

--
Frédéric

Philippe Laval
Le #1819751
Je viens de lire vos réponses avec attention. Merci.

Alors quelques petites remarques/précisions :
- il y a des tableaux très grands
- certaines toiles ne sont pas tendues
- il y a des toiles 3D... Si si. Sur du bois avec du métal bien
brillant, etc.
- on doit envisager tous les vernis, toiles rugueuses ou pas, l'enfer...

Donc le coté reproduction à plat n'est pas envisageable (trucs 3D ou
fragile).

Certaines tableaux/oeuvres (sculptures, trucs lourds, 3D, fragiles,
etc.) sont difficiles à transporter. L'idée est de transporter plutot le
photographe et son matériel ;-)

J'aime bien le coté mur/plafond blanc mais ce serait trop simple
d'espérer en avoir tout le temps.

Donc si j'ai bien compris, la solution est :
- lumière tamisée du jour (pas possible il y a trop de soleil sur la
cote d'azur ;-) ou il pleut. On n'a jamais de nuages blancs (que des
gris très foncés accompagnés de pluie : climat méditerranéen).
- ou des flash diffusés.

J'avais cru comprendre que pour faire une lumière douce et enveloppante
(portrait) il fallait de grandes sources proches.
Toute source lointaine (même diffusée) devenant une source ponctuelle et
créant des ombres dures.

Qu'en pensez vous ?

Philippe
Philippe Laval
Le #1819749
Alf92 wrote:
y a la version luxe et la version cheap.

luxe : banc de repro, plusieurs éclairages, ...
du travail de pro.


Ah non ! La version luxe, c'est de commander a l'artiste une copie de sa
toile, non mais !



Pas bete ;-)

On demande à un artiste de livrer 6 ektachromes pour que le jury voit
des diapos et décide si les artistes sont retenus ou pas.
On croit rever alors que l'on pourrait projeter des images numeriques
avec un projecteur ou regarder des images sur ordinateur.
Quels pingouins. Elle n'a qu'a leur envoyer 6 reproduction 1/1 poiur les
accrocher au mur ;-)

L'artiste est effondrée car elle se demande comment procéder (en ayant
un ration qualité/prix acceptable).

En discutant avec eux, je peux te dire que lorsqu'ils entendent
"photographe", ils tirent à vue. Il semblerait que les pros aient des
tarifs musclés.

Un autre artiste me disait que les ekta cela coutait très cher pour une
reproduction dans les livres d'art (ekta 6*6 pris avec un blad + cout
déplacement du photographe pro).

M'enfin c'est juste pour vous raconter la vie des artistes.

Philippe


YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #1819747
Philippe Laval wrote:

On demande à un artiste de livrer 6 ektachromes pour que le jury voit
des diapos et décide si les artistes sont retenus ou pas.
On croit rever alors que l'on pourrait projeter des images numeriques
avec un projecteur ou regarder des images sur ordinateur.
Quels pingouins. Elle n'a qu'a leur envoyer 6 reproduction 1/1 poiur les
accrocher au mur ;-)


Bon, c'est idiot mais.C'est possible de faire des dias à partir de
fichiers numériques, faut pas croire. Et au moins, ce sera retravaillé
nickel si besoin.


L'artiste est effondrée car elle se demande comment procéder (en ayant
un ration qualité/prix acceptable).
En suivant les conseils donnés ici, ça le fait.

Je l'ai fait pour une amie ( sur dias ) et je le referais un de ces
jours ( en numérique cette fois ) c'était impec.

Un autre artiste me disait que les ekta cela coutait très cher pour une
reproduction dans les livres d'art (ekta 6*6 pris avec un blad + cout
déplacement du photographe pro).


Les constructeurs de voitures et les sociétés pétrolières ne font pas de
tarifs préferentiels aux photographes, c'est dommage aussi.
On paie des frais, un temps, une expertise, un amortissement de matériel.

Noëlle Adam. ( échangerait photos de tableaux contre une optique de SAAB
ou des pneus )

Publicité
Poster une réponse
Anonyme