Radio : temps reel et moyens de diffusion

Le
Eric Demeester
Bonjour,

Je lance un nouveau fil après avoir lu la passionnante discussion sur ce
sujet entre François Guillet, Denis et Thierry Vignaud.

- le temps réel :

On pourrait parler aussi d'instantanéité ou de diffusion à un instant
précis, d'où pourrait découler la notion de « direct », même si comme
déjà évoqué, cette dernière est discutable quand une station émet une
émission préenregistrée ; ou que France Culture rediffuse de nuit des
trésors enregistrés dans les années 1950, me rendant presque heureux
d'être insomniaque :)

Les nouvelles technologies permettent l'écoute différée de ces
émissions, et je trouve comme Thierry que c'est un grand progrès que de
pouvoir écouter ce qu'on veut quand on veut sans être tributaire
d'horaires ou de l'obligation de choisir d'écouter telle ou telle
émission parce qu'il en passe plusieurs dignes d'intéret à la même heure
sur différentes stations et qu'on n'a pas le don d'ubiquité.

Mais je suis d'accord avec la personne disant que dans ce cas, ce n'est
plus réellement de la radio au sens de « radiodiffusion ». Ça devient du
son à la demande, de même qu'on a désormais accès à l'image à la
demande. Je ne critique pas, je trouve ça très pratique.

- les moyens de diffusion :

Revenons à la partie « diffusion » de « radiodiffusion ». Pour moi,
parce que je suis vieux jeu probablement, la radiodiffusion est synonyme
de nomadisme et donc de diffusion hertzienne. En d'autres termes, je
tiens à pouvoir écouter la radio de mon choix n'importe où s'il est
possible de la recevoir, quitte à acquérir pour cela un récepteur
adapté.

Fervent adepte de RFI, parce que je trouve (ça n'engage que moi) que
c'est la meilleure chaîne d'information francophone disponible sur le
marché, j'ai acheté il y a quelques années un petit récepteur radio
satellite compatible Worldspace [*] permettant de capter RFI sans
abonnement sur les satellites Afristar et Asiastar via une micro
parabole plate de 12 centimètres de diamètre, presque partout en Europe,
en Afrique et en Asie.

Recevoir la radio via Internet, le câble ou l'ADSL, c'est bien aussi
quand on est chez soi, on dispose même souvent d'une qualité (son
numérique) supérieure à la FM, mais pour moi la radio, ça doit pouvoir
s'écouter n'importe où C'est pour ça que je m'accroche aux ondes
courtes et que je prie pour que la DRM se généralise :)

[*] http://www.worldspace-europe.com/
Malheureusement depuis plus d'un an, je ne reçois plus rien avec
mon récepteur bien que Worlspace affirme continuer à diffuser
certaines stations dont RFI sans abonnement :(

--
Eric
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 3
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Satmag.fr / QualiproTV Serge Surpin
Le #18366101
deux choses
worldspace est en liquidation judiciaire
un repreneur devrait être prochainement nommé

quant aux ondes courtes, elles sont peu écoutées et peu pratiques
peut-être que la numérisation annoncée depuis longtemps arrangera les choses
mais n'oublions pas que l'écoute via internet va se faire de plus en plus
sur son téléphone et donc partout ou presque

--
s.
"Eric Demeester" news:

Bonjour,

Je lance un nouveau fil après avoir lu la passionnante discussion sur ce
sujet entre François Guillet, Denis et Thierry Vignaud.

- le temps réel :

On pourrait parler aussi d'instantanéité ou de diffusion à un instant
précis, d'où pourrait découler la notion de « direct », même si comme
déjà évoqué, cette dernière est discutable quand une station émet une
émission préenregistrée ; ou que France Culture rediffuse de nuit des
trésors enregistrés dans les années 1950, me rendant presque heureux
d'être insomniaque :)

Les nouvelles technologies permettent l'écoute différée de ces
émissions, et je trouve comme Thierry que c'est un grand progrès que de
pouvoir écouter ce qu'on veut quand on veut sans être tributaire
d'horaires ou de l'obligation de choisir d'écouter telle ou telle
émission parce qu'il en passe plusieurs dignes d'intéret à la même heure
sur différentes stations et qu'on n'a pas le don d'ubiquité.

Mais je suis d'accord avec la personne disant que dans ce cas, ce n'est
plus réellement de la radio au sens de « radiodiffusion ». Ça devient du
son à la demande, de même qu'on a désormais accès à l'image à la
demande. Je ne critique pas, je trouve ça très pratique.

- les moyens de diffusion :

Revenons à la partie « diffusion » de « radiodiffusion ». Pour moi,
parce que je suis vieux jeu probablement, la radiodiffusion est synonyme
de nomadisme et donc de diffusion hertzienne. En d'autres termes, je
tiens à pouvoir écouter la radio de mon choix n'importe où s'il est
possible de la recevoir, quitte à acquérir pour cela un récepteur
adapté.

Fervent adepte de RFI, parce que je trouve (ça n'engage que moi) que
c'est la meilleure chaîne d'information francophone disponible sur le
marché, j'ai acheté il y a quelques années un petit récepteur radio
satellite compatible Worldspace [*] permettant de capter RFI sans
abonnement sur les satellites Afristar et Asiastar via une micro
parabole plate de 12 centimètres de diamètre, presque partout en Europe,
en Afrique et en Asie.

Recevoir la radio via Internet, le câble ou l'ADSL, c'est bien aussi
quand on est chez soi, on dispose même souvent d'une qualité (son
numérique) supérieure à la FM, mais pour moi la radio, ça doit pouvoir
s'écouter n'importe où... C'est pour ça que je m'accroche aux ondes
courtes et que je prie pour que la DRM se généralise :)

[*] http://www.worldspace-europe.com/
Malheureusement depuis plus d'un an, je ne reçois plus rien avec
mon récepteur bien que Worlspace affirme continuer à diffuser
certaines stations dont RFI sans abonnement :(

--
Eric


aeiou
Le #18369241
Satmag.fr / QualiproTV Serge Surpin a écrit :


mais n'oublions pas que l'écoute via internet va se faire de plus en
plus sur son téléphone et donc partout ou presque




Et qu'adviendra-t-il des radio-amateurs dans ce monde voué à la
diffusion sur IP ?
Peut-on envisager un intérêt décroissant pour la radio accompagné d'une
chute des vocations, conséquence du quasi abandon par les états eux-même
d'une technique (les OC analogiques) considérée comme obsolète ?
Il y a-t-il un risque que les radios-amateurs finissent un jour aux
oubliettes tels les cibistes d'il y a quelques années ?
Michel Such
Le #18369611
"aeiou" news:496b4a81$0$4063$
Satmag.fr / QualiproTV Serge Surpin a écrit :
mais n'oublions pas que l'écoute via internet va se faire de plus en
plus sur son téléphone et donc partout ou presque




Et qu'adviendra-t-il des radio-amateurs dans ce monde voué à la diffusion
sur IP ?
Peut-on envisager un intérêt décroissant pour la radio accompagné d'une
chute des vocations, conséquence du quasi abandon par les états eux-même
d'une technique (les OC analogiques) considérée comme obsolète ?
Il y a-t-il un risque que les radios-amateurs finissent un jour aux
oubliettes tels les cibistes d'il y a quelques années ?



Sans vouloir être pessimiste, je crains que ce ne soit déjà fait.
grokub
Le #18373781
Michel Such
Sans vouloir être pessimiste, je crains que ce ne soit déjà fait.



Pas vraiment. Mais le loisir est profondément transformé par le
numérique.

On n'assemble plus son récepteur à la bonne soudure qui sent bon,
on programme des DSP ce qui élève considérablement la technicité.
Développement logiciel et traitement du signal sont devenus des
compétences obligatoires si on veut ne pas se contenter d'assembler
des boîtes du commerce.

Il existe une foultitude de modes numériques à en donner le tournis.
On survolera, pour s'en convaincre

http://xoomer.alice.it/ham-radio-manuals/scanning/Digitalsignalsfaq.html

D'une manière générale, il y a une désaffection pour la chose technique
(autre qu'objet de consommation) et le "fais-le toi-même". C'est devenu
trop compliqué. Dans mon enfance, on pouvait s'amuser avec quelques
transistors et les divers coffrets "100 montages électroniques", qui ont
sans doute suscité bien des vocations. Que peut-on faire d'intéressant
aujourd'hui? On ne bricole pas un iPod sur un coin de table. Sans
l'expérimentation, la technique est profondément ennuyeuse.



--
Jean-Yves Bernier
vidéo33
Le #18376181
je pensai que l'on aller aborder les problèmes de latence et de délai
dans la diffusion numérique qui pénalise le vrai direct temps réel
visible ne serais ce que pour les top horaire ! sic
Eric Demeester
Le #18411131
dans (in) fr.rec.radio, "François Guillet" ecrivait (wrote) :

Bonjour François,

Je ne critique pas non plus le podcast quand je dis que ce n'est pas de la radio.
Je trouve aussi ça très pratique, même si j'en suis peu utilisateur. Je ne suis
absolument pas contre cette technique, au contraire, ni n'aurais un quelconque
reproche à faire à ceux qui l'utilisent.



Tu as raison. Si je ne l'utilise pas, c'est plus parce que je n'y pense
pas qu'autre chose, vieux con un jour, vieux con toujours :)

équipé d'un téléphone mobile capable d'aller sur le web, on peut accéder aujourd'hui
aux webradios, donc écouter en direct de (presque) n'importe où (s'il y a du
"réseau").



Oui, mais à quel prix ?

Si c'est une possibilité offerte par la souscription d'un abonnement
Internet « illimité » chez un des trois opérateurs français, pourquoi
pas après tout (mais qu'est-ce qui se passe si je quitte la France ?).

Et puis en fait, je n'ai pas envie de payer un abonnement pour pouvoir
écouter la radio. Pour moi la radio, ce sont des ondes, je dispose d'un
récepteur capable de les capter et basta.

La radio, c'est plus le procédé que le contenu



Voila, enfin pour moi.

--
Eric
Nicolas Croiset
Le #18417261
"François Guillet"

"Eric Demeester"
...
| Et puis en fait, je n'ai pas envie de payer un abonnement pour pouvoir
| écouter la radio. Pour moi la radio, ce sont des ondes, je dispose d'un
| récepteur capable de les capter et basta.

J'anticipe que ce sera inclus dans l'abonnement et pas cher, puisque dès à présent
on trouve des forfaits dans les 40 euros permettant de regarder la télé sans limite,
ce qui demande bien plus de bande pasante que la radio.
Je ne comprends donc pas qu'on n'ait pas la radio déjà dans ce genre d'abonnement.
Peut-être les opérateurs se réservent-il quelques arguments de vente pour l'avenir ?



Attention, la télé est limitée à certains programmes dans une liste qui
sont transportés en multicast vers chaque cellule afin de limiter la BP
utilisée.

Si tu regardes le trafic IP tu verras qu'il y a de nombreuses limites y
compris dans les illimités :-). On voit bien ce qui s'est passé avec
Orange et l'iphone et le bridage des débits.

Un réseau point à point ne replacera jamais un réseau point vers
multipoints et inversement. Il faut utiliser la bonne techno pour le
bonne usage.

A+
+------------------------------------------------------------+
| E-mail : |
| Annuaire des radios AM/FM/DMB : http://www.annuradio.fr/ |
+------------------------------------------------------------+
Machin
Le #18420391
Il se trouve que Nicolas Croiset a formulé :

Attention, la télé est limitée à certains programmes dans une liste qui
sont transportés en multicast vers chaque cellule afin de limiter la BP
utilisée.

Si tu regardes le trafic IP tu verras qu'il y a de nombreuses limites y
compris dans les illimités :-). On voit bien ce qui s'est passé avec
Orange et l'iphone et le bridage des débits.

Un réseau point à point ne replacera jamais un réseau point vers
multipoints et inversement. Il faut utiliser la bonne techno pour le
bonne usage.



Désolé, pas d'accord.
Au dernier Radio, Creacast nous a bien expliqué qu'on peut désormais
traverser Paris en voiture sans perdre le signal de sa webradio. Oui,
c'est expérimental mais mon forfait illimité Orange me permet d'écouter
sur mon portable 24/7 les webradios, en passant par le logiciel qui va
bien.
Enfin, un constructeur d'autoradios annonce l'appareil diffusant les
webradios grace au bluetooth du portable pour 2010.
Et si la technologie grand public dépassait les manipulations des
lobbies ? Ce serait marrant, non ?
A suivre, très vite !
Denis
Le #18420661
Machin a écrit :

Et si la technologie grand public dépassait les manipulations des
lobbies ? Ce serait marrant, non ?



C'est bien connu : en France il n'y a pas le lobbying du côté des
opérateurs télécom !

--
Denis.
Denis
Le #18420651
Machin a écrit :

> Et si la technologie grand public dépassait les manipulations des
lobbies ? Ce serait marrant, non ?

C'est bien connu : en France il n'y a pas de lobbying du côté des
opérateurs télécom !

--
Denis.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme