rc.init, systemd et etc

Le
Eric Stern
Bonsoir,

j'ai lu peut être un peu trop en diagonale le fil parlant de systemd.

il y a quelque chose qui à l'air de ressembler à une guerre de génération ;)

d'un coté, les dinos qui ne juraient que par "make menuconfig" (ou un truc
plus vieux, me rappelle plus) pour optimiser leur machine.
de l'autre, les jeunes qui ne connaissent que apt-get, yum ect

Pour mettre tout le monde d'accord, j'utilise pour poster une debian jessie
sur raspberry, donc systemd avec en face une slackware 11.0, donc init
classique avec malgré tout un support minimal de rc.xxxx start/stop.

Je n'ai pas de problème majeur ni avec l'un, ni avec l'autre.

En lisant en diagonale, j'ai lu ou cru avoir lu que des intervenants
considéraient le principe des liens symboliques comme un paquet de
spaghetti, quelque chose d'inutilisable.

Mais voilà, linux a percé en dehors du monde fermé des dinosaures,des
serveurs de courrier, de fichier etc .

Par exemple,je ne pense pas exagérer en disant que + 50% des communications
téléphoniques dans les entreprises partent d'un noyau linux.

Tout ces joyeux industriels ont eu besoin de quelque chose de standardisé,
de pratique et de pas trop "dinosaurien" pour assurer une réussite de chaque
mise à jour ou adjonction de fonctionnalité.

Et là, dans la vrai vie, les fichiers init à la slackware atteigne vite leur
limite.

--
Eric Stern
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 4
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Doug713705
Le #26413353
Le 19-10-2016, Eric Stern nous expliquait dans
fr.comp.os.linux.debats
(
Bonsoir,

Bonjour,
j'ai lu peut être un peu trop en diagonale le fil parlant de systemd.
il y a quelque chose qui à l'air de ressembler à une guerre de génération ;)

Il y a un peu de ça et bien évidemment tout le monde a un peu raison.
On point est de dire qu'on ne peut pas balayer d'un revers de main les
arguments de ceux qui n'apprécient que moyennement (euphémisme) systemd.
d'un coté, les dinos qui ne juraient que par "make menuconfig" (ou un truc
plus vieux, me rappelle plus) pour optimiser leur machine.

make config ?
de l'autre, les jeunes qui ne connaissent que apt-get, yum ect ...
Pour mettre tout le monde d'accord, j'utilise pour poster une debian jessie
sur raspberry, donc systemd avec en face une slackware 11.0, donc init
classique avec malgré tout un support minimal de rc.xxxx start/stop.
Je n'ai pas de problème majeur ni avec l'un, ni avec l'autre.

Heureux homme. Je ne nie pas la "difficulté" qu'il y a à configurer *en
détail* une Slackware mais ce n'est certainement pas au niveau des
service que pourraient se situer les problèmes mais plutôt dans
l'éventuel manque de convivialité des outils mis à disposition qui
globalement disposent au mieux d'une interface Dialog et bien souvent
l'outil le plus adapté reste un éditeur de texte.
En lisant en diagonale, j'ai lu ou cru avoir lu que des intervenants
considéraient le principe des liens symboliques comme un paquet de
spaghetti, quelque chose d'inutilisable.

Des mauvaises langues, sans aucun doute ;-)
Tu remarqueras que Slackware reste conforme au système d'init à la BSD,
sans le plat de spaghetti qui est une spécialité de systemV.
Mais voilà, linux a percé en dehors du monde fermé des dinosaures,des
serveurs de courrier, de fichier etc ....
Par exemple,je ne pense pas exagérer en disant que + 50% des communications
téléphoniques dans les entreprises partent d'un noyau linux.

Je parie qu'une part non négligeable de ces équipements tourne sur sur
OpenBSD.
Tout ces joyeux industriels ont eu besoin de quelque chose de standardisé,
de pratique et de pas trop "dinosaurien" pour assurer une réussite de chaque
mise à jour ou adjonction de fonctionnalité.
Et là, dans la vrai vie, les fichiers init à la slackware atteigne vite leur
limite.

Ça reste à démontrer, ton téléphone ne fait certainement pas à la fois
client et serveur de mails, serveur de DNS, serveur d'impression et serveur de
fichiers, etc. Il fait téléphone SIP et au mieux il se connecte sur un annuaire
ldap et n'a pas 42 services optionnels mais simplement le minimum pour
booter et faire son boulot.
Pour les mobiles c'est encore différent. Je ne sais pas trop ce
qu'utilise Android, j'imagine que c'est une salade maison.
--
Et les manufactures ont beau se recycler
Y aura jamais assez de morphine pour tout le monde
Surtout qu'à ce qu'on dit vous aimez faire durer
-- H.F. Thiéfaine, Aligator 427
Nicolas George
Le #26413365
Doug713705 , dans le message écrit :
On point est de dire qu'on ne peut pas balayer d'un revers de main les
arguments de ceux qui n'apprécient que moyennement (euphémisme) systemd.

Quand ce sont de vrais arguments, précis et concrets, ils sont pris en
compte. Mais quand ce ne sont que de vagues affirmations avec une tournure
compoltiste (« dépendances pieuvre », « essuyer le plâtre », « comportement
mal documenté et peu fiable » (alors qu'il suffit de regarder pour se rendre
compte que systemd est plutôt trop documenté que pas assez), « bien trop
souvent ératique »...).
Si tu veux qu'on prenne tes objections au sérieux, fais-en de solides, en
entrant dans les détails techniques.
JKB
Le #26413368
Le Wed, 19 Oct 2016 23:02:36 +0200,
Eric Stern
Bonsoir,
j'ai lu peut être un peu trop en diagonale le fil parlant de systemd.
il y a quelque chose qui à l'air de ressembler à une guerre de génération ;)
d'un coté, les dinos qui ne juraient que par "make menuconfig" (ou un truc
plus vieux, me rappelle plus) pour optimiser leur machine.
de l'autre, les jeunes qui ne connaissent que apt-get, yum ect ...
Pour mettre tout le monde d'accord, j'utilise pour poster une debian jessie
sur raspberry, donc systemd avec en face une slackware 11.0, donc init
classique avec malgré tout un support minimal de rc.xxxx start/stop.
Je n'ai pas de problème majeur ni avec l'un, ni avec l'autre.
En lisant en diagonale, j'ai lu ou cru avoir lu que des intervenants
considéraient le principe des liens symboliques comme un paquet de
spaghetti, quelque chose d'inutilisable.
Mais voilà, linux a percé en dehors du monde fermé des dinosaures,des
serveurs de courrier, de fichier etc ....
Par exemple,je ne pense pas exagérer en disant que + 50% des communications
téléphoniques dans les entreprises partent d'un noyau linux.
Tout ces joyeux industriels ont eu besoin de quelque chose de standardisé,
de pratique et de pas trop "dinosaurien" pour assurer une réussite de chaque
mise à jour ou adjonction de fonctionnalité.
Et là, dans la vrai vie, les fichiers init à la slackware atteigne vite leur
limite.

Et systemd t'oblige en plus d'avoir beaucoup de mémoire pour que ça
tourne correctement, d'avoir les doigts crochus à force de les
croiser pour être sûr que ça démarrera jusqu'au bout en cas de mise
à jour. En plus, c'est quasiment impossible à débuguer. La question
n'est pas de configurer tout à la main (il y a quinze ans, il
existait un outil graphique dans les Redhat 5 à 7 pour faire ça
automatiquement) mais de savoir s'il faut introduire dans le système
un point unique de plantage. Si un script initd par en vrille, ce
n'est pas grave, le système va tout de même démarrer. Si c'est sshd,
c'est dommage, on n'arrivera plus à prendre la main à distance, mais
le système sera fonctionnel. Si un bout de systemd par en vrille,
c'est beaucoup plus gênant parce que ça peut tout simplement
empêcher le système de démarrer.
Ce n'est donc pas une guerre de génération avec d'un côté les vieux
et de l'autre les jeunes, mais une guerre entre ceux qui veulent que
ça fonctionne à tous les coups et ceux qui se contrefichent
d'essuyer les plâtres avec des briques.
J'ajoute qu'il y a un effet de bord rigolo entre systemd, udev et le
noyau. En faisant récemment une mise à jour (qui n'a touché que
systemd), j'ai eu la surprise de voir tous les modules noyau déchargés
avec l'impossibilité de les recharger. Obligation de redémarrer mon
serveur. Ce genre de comportement est inacceptable.
JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Michel Talon
Le #26413386
Le 20/10/2016 à 10:25, Nicolas George a écrit :
Doug713705 , dans le message écrit :
On point est de dire qu'on ne peut pas balayer d'un revers de main les
arguments de ceux qui n'apprécient que moyennement (euphémisme) systemd.

Quand ce sont de vrais arguments, précis et concrets, ils sont pris en
compte.

Par qui? tu rêves?
Mais quand ce ne sont que de vagues affirmations avec une tournure
compoltiste (« dépendances pieuvre », « essuyer le plâtre », « comportement
mal documenté et peu fiable » (alors qu'il suffit de regarder pour se rendre
compte que systemd est plutôt trop documenté que pas assez), « bien trop
souvent ératique »...).
Si tu veux qu'on prenne tes objections au sérieux, fais-en de solides, en
entrant dans les détails techniques.


Pourtant l'objection de la pieuvre est absolument évidente. A partir du
moment où un certain nombre de logiciels d'usage courant (exemple Gnome)
demandent systemd, par exemple au sujet de Gentoo:
"
Due to 1) logind now requiring systemd, 2) that they don’t have time to
develop missing functionality in OpenRC 3) supporting non-systemd +
systemd at the same time likely resulting in bugs and a lot of support
time, they decided it is much easier to just require systemd/logind.
This also get the features that systemd and logind offer and avoid any
weird bugs (as most GNOME developers seem to use systemd).
"
ça oblige la plupart des distributions Linux à standardiser sur systemd.
Beaucoup plus grave à mon avis, comme systemd utilise un certain nombre
de "linuxisms" comme udev, ça pose un problème majeur de portage sur
d'autres systèmes libres, typiquement les BSD. Donc le but est bien de
marginaliser les distributions autres que RedHat et les systèmes autres
que Linux. Il est évident que c'est exactement le genre de tactique qui
a été utilisée systématiquement par Microsoft pour marginaliser Linux,
donc on ne peut avoir aucune sympathie pour ces pratiques.
Maintenant qu'il existe des arguments positifs pour ce genre de
logiciel, c'est aussi évident. Comme d'habitude il y a eu des
précurseurs dans Mac OS X (launchd) dont les gens semblent si contents
(pourquoi? (*)) qu'ils veulent porter ce système sous FreeBSD.
RedHat a voulu réinventer la roue à sa manière, apparemment c'est
beaucoup moins réussi, ce qui ne peut pas étonner grand monde vu que
tout ce qu'ils font est aussi merdique (init systemV , yum, etc.).
(*) sauf si on est amateur de xml à la sauce spaghetti
--
Michel Talon
Nicolas George
Le #26413389
Michel Talon , dans le message a écrit :
Pourtant l'objection de la pieuvre est absolument évidente.

En effet, la mauvaise foi est absolument évidente.
A partir du
moment où un certain nombre de logiciels d'usage courant (exemple Gnome)
demandent systemd, par exemple au sujet de Gentoo:
"
Due to 1) logind now requiring systemd, 2) that they don’t have time to
develop missing functionality in OpenRC 3) supporting non-systemd +
systemd at the same time likely resulting in bugs and a lot of support
time, they decided it is much easier to just require systemd/logind.
This also get the features that systemd and logind offer and avoid any
weird bugs (as most GNOME developers seem to use systemd).

Donc on parle de GNOME, une grosse bouze qui cherche à faire tout ce qu'il
ne faut pas faire, et d'une dépendance à systemd indirecte, via logind, qui
est optionnel.
Eric Stern
Le #26413428
Doug713705 a écrit:
Bonsoir,
d'un coté, les dinos qui ne juraient que par "make menuconfig" (ou un
truc plus vieux, me rappelle plus) pour optimiser leur machine.

make config ?

Mais oui bien sur !
Heureux homme. Je ne nie pas la "difficulté" qu'il y a à configurer *en
détail* une Slackware mais ce n'est certainement pas au niveau des
service que pourraient se situer les problèmes mais plutôt dans
l'éventuel manque de convivialité des outils mis à disposition qui
globalement disposent au mieux d'une interface Dialog et bien souvent
l'outil le plus adapté reste un éditeur de texte.

A mon humble avis de dinosaure, j'avoue qui j'y trouve un avantage certain à
la methode vi.
Dans les bidouilles bizarres, c'est incontrôlable.
exemple:
comme la plupart d'entre nous j'imagine, en plus du spam par mail, le spam
téléphonique commence à être fatiguant.
Dans les grandes lignes, Asterisk + Mysql.
Si le numéro appelant n'est pas attribué par l'arcerp => Badaboom
Si le numéro appelant est atribué par l'arcerp mais à un opérateur connu
pour spammer, genre VOXB, CALLR ou THEC => Badaboom
ect ...
l'interface de config "évoluée" a comme limite l'imagination de celui qui la
code (aussi de celui qui fait le paquet).
Le gros inconvénient de la slackware serait plutôt du coté packaging pour un
PC orienté Destop ou serveur "classique".c'est plus long à installer.
Tout ces joyeux industriels ont eu besoin de quelque chose de
standardisé, de pratique et de pas trop "dinosaurien" pour assurer une
réussite de chaque mise à jour ou adjonction de fonctionnalité.
Et là, dans la vrai vie, les fichiers init à la slackware atteigne vite
leur limite.

Ça reste à démontrer, ton téléphone ne fait certainement pas à la fois
client et serveur de mails, serveur de DNS, serveur d'impression et
serveur de fichiers, etc. Il fait téléphone SIP et au mieux il se connecte
sur un annuaire ldap et n'a pas 42 services optionnels mais simplement le
minimum pour booter et faire son boulot.


J'aurais du préciser autocom d'entreprise et pas téléphone d'entreprise.
La mauvaise nouvelle, c'est que l'OS utilisé dans la sphère que je fréquente
est 100 % Linux ;)
Pour un revenir à ceux ci,ils font au minimum
serveur FTP,TFTP,HTTPS,SSH,IMAP/POP3,DHCP,CSTA.
Client DNS,LDAP,CSTA,SMTP.
Ca parle à Exchange via les Web Services ect .....
Liste très loin d'être exhaustive.
--
Eric Stern
Eric Stern
Le #26413436
JKB ecrit:
Bonsoir,
Ce n'est donc pas une guerre de génération avec d'un côté les vieux
et de l'autre les jeunes, mais une guerre entre ceux qui veulent que
ça fonctionne à tous les coups et ceux qui se contrefichent
d'essuyer les plâtres avec des briques.

C'est un peu la même chose, Linux étant à la base un système expérimental
d'étudiant et de l'autre de developpeur ou prestataire pro,fatalement,les
objectifs et les intérêts des uns et des autres sont complètement opposés.
Mais il y a une chose qui me surprend dans ce dialogue.
les deux distribs pros principales ont adoptés systemd depuis plus d'un an
et j'ai l'impression que l'enflammement est apparu avec l'adoption de
systemd par debian ?
le problème ne serait pas pas plutôt support ? Suse et Redhat le font eu
même si contrat.pour Debian ou autre, c'est le prestataire.
J'ajoute qu'il y a un effet de bord rigolo entre systemd, udev et le
noyau. En faisant récemment une mise à jour (qui n'a touché que
systemd), j'ai eu la surprise de voir tous les modules noyau déchargés
avec l'impossibilité de les recharger. Obligation de redémarrer mon
serveur. Ce genre de comportement est inacceptable.

Comme je ne l'utilise que sur le Raspberry sur lequel je tape, je n'ai pas
de recul ...
--
Eric Stern
David Sarella
Le #26413437
le 2016-10-20, Michel Talon a plope ceci:
moment où un certain nombre de logiciels d'usage courant (exemple Gnome)

^^^^^^^ ^^^^^
roooohhhhh ! il y a tant de masochistes que c,a ?
--
x______o_______o_______o_______o_______o_______o_______o_______o_______x
[ ]
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
JKB
Le #26413446
Le Fri, 21 Oct 2016 01:19:24 +0200,
Eric Stern
le problème ne serait pas pas plutôt support ? Suse et Redhat le font eu
même si contrat.pour Debian ou autre, c'est le prestataire.

Lorsqu'un serveur est en rade, je me contrefiche du support. Ce qui
est hébergé ne fonctionne plus.
JKB
--
Si votre demande me parvient sur carte perforée, je titiouaillerai très
volontiers une réponse...
=> http://grincheux.de-charybde-en-scylla.fr
=> http://loubardes.de-charybde-en-scylla.fr
Eric Stern
Le #26413525
JKB wrote:
Le Fri, 21 Oct 2016 01:19:24 +0200,
Eric Stern
le problème ne serait pas pas plutôt support ? Suse et Redhat le font eu
même si contrat.pour Debian ou autre, c'est le prestataire.

Lorsqu'un serveur est en rade, je me contrefiche du support. Ce qui
est hébergé ne fonctionne plus.

Je peux me tromper mais j'ai l'impression que ton travail est dans le
développent logiciel/hardware d'après ce que je lis ailleurs.
Quand tu parles de serveur en rade, ce sont les tiens, ceux de tes clients
que tu administres ou c'est ceux que tu utilises pour tes taches
d'intégrations ?
et sur quelle distri ?
--
Eric Stern
Publicité
Poster une réponse
Anonyme