Le réel en photographie par H.Peyre

Le
Christophe
http://www.galerie-photo.com/reel-representation-photographie.html
Le texte de la communication d'Henri Peyre au 4e congres de la photo
haute resolution, a Bourges, dont je vous avais parlé
je sens que ca va passionner les foules

@+

Christophe
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Pierre Pallier
Le #18004131
Hello, Christophe a écrit dans

http://www.galerie-photo.com/reel-representation-photographie.html
Le texte de la communication d'Henri Peyre au 4e congres de la photo
haute resolution, a Bourges, dont je vous avais parlé...
je sens que ca va passionner les foules...



Très bien illustré par certaines discussions d'ici, je trouve... :)
Merci.
--
Pierre.
Mes photographies : http://perso.wanadoo.fr/pierre.pallier
La FAQ de frp : http://pierre.pallier.free.fr/frp
Les news avec 40tude Dialog : http://perso.wanadoo.fr/pierre.pallier/Dialog
filh
Le #18005441
Christophe
http://www.galerie-photo.com/reel-representation-photographie.html
Le texte de la communication d'Henri Peyre au 4e congres de la photo
haute resolution, a Bourges, dont je vous avais parlé...
je sens que ca va passionner les foules...



Je me demande où il place des photographies comme celles de Cindy
Sherman avec les untitled film stills notamment...

(
Est-ce que les deux points de vue photographiques sont les seuls ?

Je ne suis pas sûr non plus que cette article rende compte de ce qui je
crois est ce que devient la photo maintenant... et dont j'ai à
plusieurs reprises tenté de parler ici.

En tout cas merci pour ces liens.

FiLH



--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org
Christophe
Le #18005631
On 30 nov, 16:49, (FiLH) wrote:
Christophe >http://www.galerie-photo.com/reel-representation-photographie.html
> Le texte de la communication d'Henri Peyre au 4e congres de la photo
> haute resolution, a Bourges, dont je vous avais parlé...
> je sens que ca va passionner les foules...

Je me demande où il place des photographies comme celles de Cindy
Sherman avec les untitled film stills notamment...

(
Est-ce que les deux points de vue photographiques sont les seuls ?

Je ne suis pas sûr non plus que cette article rende compte de ce qui je
crois est ce que devient la photo maintenant... et dont j'ai  à
plusieurs reprises tenté de parler ici.

En tout cas merci pour ces liens.

FiLH



je penses que Sherman se trouve entre le premier (pulsion scopique) et
le deuxieme cercle (amour et art, pour resumer...)...

Pour ce qui est de savoir si l'article rende compte de la photographie
actuelle, je penses que oui, que se serait il passé dans la
photographie recement qui change les choses? par ailleurs, l'analyse
est tellement generale qu'elle peux, AMHA de toute facon
s'appliquer...

mais peut etre peux tu poser la question a Henri?

@+

Christophe
filh
Le #18006971
Christophe
On 30 nov, 16:49, (FiLH) wrote:
> Christophe > >http://www.galerie-photo.com/reel-representation-photographie.html
> > Le texte de la communication d'Henri Peyre au 4e congres de la photo
> > haute resolution, a Bourges, dont je vous avais parlé...
> > je sens que ca va passionner les foules...
>
> Je me demande où il place des photographies comme celles de Cindy
> Sherman avec les untitled film stills notamment...
>
> ( > >
> Est-ce que les deux points de vue photographiques sont les seuls ?
>
> Je ne suis pas sûr non plus que cette article rende compte de ce qui je
> crois est ce que devient la photo maintenant... et dont j'ai à
> plusieurs reprises tenté de parler ici.
>
> En tout cas merci pour ces liens.
>
> FiLH

je penses que Sherman se trouve entre le premier (pulsion scopique) et
le deuxieme cercle (amour et art, pour resumer...)...



Pulsion auto-scopique ? :)


Pour ce qui est de savoir si l'article rende compte de la photographie
actuelle, je penses que oui, que se serait il passé dans la
photographie recement qui change les choses?



Cf ce que j'en ai dit il y a peu... Va falloir que finisse par copier
une des version sur un site :)

ais peut etre peux tu poser la question a Henri?



Chuis trop timide...

FiLH

--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org
Denis Cil
Le #18008881
"FiLH" news:1ir8hca.1q4aix418el28zN%
Christophe
On 30 nov, 16:49, (FiLH) wrote:
> Christophe > >http://www.galerie-photo.com/reel-representation-photographie.html
> > Le texte de la communication d'Henri Peyre au 4e congres de la photo
> > haute resolution, a Bourges, dont je vous avais parlé...
> > je sens que ca va passionner les foules...
>
> Je me demande où il place des photographies comme celles de Cindy
> Sherman avec les untitled film stills notamment...
>
> ( > >
> Est-ce que les deux points de vue photographiques sont les seuls ?
>
> Je ne suis pas sûr non plus que cette article rende compte de ce qui je
> crois est ce que devient la photo maintenant... et dont j'ai à
> plusieurs reprises tenté de parler ici.
>
> En tout cas merci pour ces liens.
je penses que Sherman se trouve entre le premier (pulsion scopique) et
le deuxieme cercle (amour et art, pour resumer...)...



Pulsion auto-scopique ? :)



:-)
Autoscopie, je vais te donner un indice : identité. Le fil rouge de l'oeuvre
de Sherman et ce jusqu'à sa parodie, le clown, c'est sa propre peur et celle
que nous partageons tous. Ses premiers autoportraits ont certainement eu, à
travers la mise en scène, une fonction rassurante. Après avoir imposé son
style et sa plastique elle l'a, *fort judicieusement*, placé dans une
critique, personnelle bis répétita, des représentations féminines de la
société américaine, dans le contexte des années 19.. bien entendu. Donc nous
avons la peur, l'art et la mise en scène artistique de cette peur ; pour
l'amour, ma foi, ça me gène un peu, il faut tout de même avoir un narcicisme
en béton pour réaliser ce genre de choses, car, et il ne faut pas l'oublier,
c'est elle qui s'exposait.

--
Denis
filh
Le #18008861
Denis Cil
"FiLH" news:1ir8hca.1q4aix418el28zN%
> Christophe >
>> On 30 nov, 16:49, (FiLH) wrote:
>> > Christophe >> > >http://www.galerie-photo.com/reel-representation-photographie.html
>> > > Le texte de la communication d'Henri Peyre au 4e congres de la photo
>> > > haute resolution, a Bourges, dont je vous avais parlé...
>> > > je sens que ca va passionner les foules...
>> >
>> > Je me demande où il place des photographies comme celles de Cindy
>> > Sherman avec les untitled film stills notamment...
>> >
>> > ( >> > >> >
>> > Est-ce que les deux points de vue photographiques sont les seuls ?
>> >
>> > Je ne suis pas sûr non plus que cette article rende compte de ce qui je
>> > crois est ce que devient la photo maintenant... et dont j'ai à
>> > plusieurs reprises tenté de parler ici.
>> >
>> > En tout cas merci pour ces liens.
>> je penses que Sherman se trouve entre le premier (pulsion scopique) et
>> le deuxieme cercle (amour et art, pour resumer...)...
>
> Pulsion auto-scopique ? :)

:-)
Autoscopie, je vais te donner un indice : identité. Le fil rouge de l'oeuvre
de Sherman et ce jusqu'à sa parodie, le clown, c'est sa propre peur et celle
que nous partageons tous. Ses premiers autoportraits ont certainement eu, à
travers la mise en scène, une fonction rassurante. Après avoir imposé son
style et sa plastique elle l'a, *fort judicieusement*, placé dans une
critique, personnelle bis répétita, des représentations féminines de la
société américaine, dans le contexte des années 19.. bien entendu. Donc nous
avons la peur, l'art et la mise en scène artistique de cette peur ; pour
l'amour, ma foi, ça me gène un peu, il faut tout de même avoir un narcicisme
en béton pour réaliser ce genre de choses, car, et il ne faut pas l'oublier,
c'est elle qui s'exposait.



Oui... sauf pour la fin. Je ne suis pas sûr que ce soit du narcicisme,
cela peut-être assez auto destructif, ou très dérisoire ou ... enfin bon
tout ça se rejoint à un endroit.

Merci pour l'info.

FiLH

--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org
Denis Cil
Le #18008981
"FiLH" 1ir8q4j.jgry11phzj6qN%
Denis Cil
Oui... sauf pour la fin. Je ne suis pas sûr que ce soit du narcicisme,
cela peut-être assez auto destructif, ou très dérisoire ou



Je suis entièrement d'accord, j'ai hésité, hésité..

... enfin bon
tout ça se rejoint à un endroit.



Exact

Merci pour l'info.



De rien

--
Denis
filh
Le #18010031
Denis Cil
"FiLH" 1ir8q4j.jgry11phzj6qN%
> Denis Cil >
> Oui... sauf pour la fin. Je ne suis pas sûr que ce soit du narcicisme,
> cela peut-être assez auto destructif, ou très dérisoire ou

Je suis entièrement d'accord, j'ai hésité, hésité..



Ben... pour avoir moi aussi « donné » de ma personne, je ne jurerais de
rien. D'autant que j'ai lu récement cette phrase merveilleuse
l'égocentrisme est une hypotrophie ampliphiante de l'égo, qui dit
finalement qu'un déficit interne d'égo se traduit vu de l'extérieur pas
son contraire...

FiLH

--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org
Denis Cil
Le #18014111
"FiLH" news:1ir9een.1yq2ky9kym80tN%
Denis Cil
"FiLH" 1ir8q4j.jgry11phzj6qN%
> Denis Cil >
> Oui... sauf pour la fin. Je ne suis pas sûr que ce soit du narcicisme,
> cela peut-être assez auto destructif, ou très dérisoire ou

Je suis entièrement d'accord, j'ai hésité, hésité..



Ben... pour avoir moi aussi « donné » de ma personne, je ne jurerais de
rien. D'autant que j'ai lu récement cette phrase merveilleuse
l'égocentrisme est une hypotrophie ampliphiante de l'égo, qui dit
finalement qu'un déficit interne d'égo se traduit vu de l'extérieur pas
son contraire...



Je ne l'aurais pas formulé ainsi, le narcicisme ne se limite pas à
l'apparence, à la peau, comme beaucoup de gens le croient. Un individu *très
narcissique* peut se foutre de l'image qu'il donne à voir parce que c'est
justement cette image qu'il veut donner de lui. Cela suppose un public, c'en
est même la condition sine qua non, pour un jeu de miroirs, l'important
étant de ne pas déchevoir, c'est limpide et ça nous ramene à Sherman. Si
elle avait été un tant soit peu fragile du côté de "l'égo" sa recherche s'en
serait trouvé affaiblie, or, jusqu'à preuve du contraire, elle s'est
enrichie au fil du temps, Wenders. Une faiblesse de ce côté là conduit à une
momification du comportement dans la répétition et un appauvrissement de la
production, brasser du vent et tirer des rideaux de fumée c'est tout de même
très très fatigant, non ? Donc je suis d'accord avec toi sur "vu de
l'extérieur" mais en désaccord sur l'issue d'un tel "déficit".

--
Denis
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #18014411
Denis Cil a écrit :

Ben... pour avoir moi aussi « donné » de ma personne, je ne jurerais de
rien. D'autant que j'ai lu récement cette phrase merveilleuse
l'égocentrisme est une hypotrophie ampliphiante de l'égo, qui dit
finalement qu'un déficit interne d'égo se traduit vu de l'extérieur pas
son contraire...



Je ne l'aurais pas formulé ainsi, le narcicisme ne se limite pas à
l'apparence, à la peau, comme beaucoup de gens le croient.



L'un parle d'égocentrisme, l'autre de narcissisme. Est-ce que c'est
pareil ? J'en doute un peu.
Rien que pour une chose : le tout petit enfant est naturellement
égocentrique, le monde tourne autour de lui et de ses besoins, ses
sensations et sentiments. Peu à peu il prend conscience à la fois du
monde dont il réalise qu'il n'est pas le centre, et de son image dans le
miroir, qui lui permet de se dire "c'est moi, c'est comme ça que les
autres me voient".

Un individu
*très narcissique* peut se foutre de l'image qu'il donne à voir parce
que c'est justement cette image qu'il veut donner de lui.


Je ne comprends pas cette phrase. Il peut vouloir donner l'image de
quelqu'un qui se fout de l'image qu'il donne, c'est ça qu'il faut
comprendre ?
Cela suppose
un public, c'en est même la condition sine qua non, pour un jeu de
miroirs, l'important étant de ne pas déchevoir,


Décevoir déchoir mot valise ou l'un des deux ?
c'est limpide
Heu...
et ça nous
ramene à Sherman. Si elle avait été un tant soit peu fragile du côté de
"l'égo" sa recherche s'en serait trouvé affaiblie, or, jusqu'à preuve du
contraire, elle s'est enrichie au fil du temps, Wenders. Une faiblesse
de ce côté là conduit à une momification du comportement dans la
répétition et un appauvrissement de la production, brasser du vent et
tirer des rideaux de fumée c'est tout de même très très fatigant, non ?
Donc je suis d'accord avec toi sur "vu de l'extérieur" mais en désaccord
sur l'issue d'un tel "déficit".



L'égo existe chez tout le monde, fragile ou solide, relié comme-ci
comme-ça d'une part à la personna qui est donnée à voir, d'autre part à
un soi profond qui est la source de tout désir, y compris celui de
créer, et de toute l'énérgie que ça demande. Je crois pour moi que l'ego
ne crée rien, mais il colore, modèle, et sert de matériau.

Noëlle Adam
Publicité
Poster une réponse
Anonyme