Reflexions de bistrot.

Le
Thierry B
Bonsoir le monde.

$BEGIN ma_vie

Voilà, ce soir je suis allé boire des bières avec un ami dans un bar
toulousain, et j'ai fait la rencontre d'un type chercheur théoricien
en traitement du signal dans les transmissions de signaux à long
délais sur des canaux non fiables enfin un truc très spécialisé.

En fait, on a commancé à phraser à propos de la musique qui passait
dans le rade, c'est un peu plus tard qu'on a commencé à parler
technique. C'est un théoricien, et il ne connaissait pas Usenet,
et à fortiori fc.musique :) mais d'un autre coté, il joue de la
basse dans un groupe amateur mi jazz, mi variété. Il connait
donc la chanson. Un de ses "fantasmes" de théoricien du dsp,
c'est d'arriver à <OUPCH>, convertir un fichier son en tablature.

Paf, le troll est lancé. Nous faisons venir quelques mousses de
plus, et j'arrive à lui expliquer que je ne crois pas ça possible.
Les nombreux fils (mp3->midi) que nous avons eu ici en sont la
preuve, je pense.

Par contre, le houblon aidant, nous sommes partis sur une idée
co-latérale: reconnaitre la (ou les) lignes rythmiques d'un
morceau, puis en extraire une 'vision' synthétique permettant
de rejouer cette ligne rythmique sur un truc-machin pilotable.
Même si ça n'a pas grand chose à voir avec le morceau d'origine,
nous en sommes venus à penser qu'il y a une idée à creuser,
des algos à inventer et des expériences à tenter.

Ayant ces derniers temps tenté quelques expérimentations sur le
pilotage d'animations raytracing par une bande son, je pense
que c'est à essayer

$END ma_vie

Pour conclure, si vous avez compris ces trucs un peu flous, en
provenance directe de la terrasse du "Petit London", j'aimerais
bien avoir vos idées et opinions sur la chose.

En espérant être resté dans la charte, je vous souhaite une
bonne nuit à tous.



--
<JX> je vais boire une adelscott
<CleeK> jx : pareil pour moi
<JX> et comme il ne faut JAMAIS boire le ventre vide
<JX> je vais manger une Guinness avec
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Alain Naigeon
Le #13238911
"Thierry B"

Par contre, le houblon aidant, nous sommes partis sur une idée
co-latérale: reconnaitre la (ou les) lignes rythmiques d'un
morceau, puis en extraire une 'vision' synthétique permettant
de rejouer cette ligne rythmique sur un truc-machin pilotable.
Même si ça n'a pas grand chose à voir avec le morceau d'origine,
nous en sommes venus à penser qu'il y a une idée à creuser,
des algos à inventer et des expériences à tenter.



AMHA c'est un truc élémentaire de composition : ne garder
que la quintessence d'une idée selon un certain filtre, le plus
souvent mélodique, ici rythmique, puis habiller avec d'autres
détails que l'original le squelette obtenu.

Sans doute très amusant à essayer sur des trucs ultra-connus,
genre "pom pom pom pom" ou des tas d'autres.

Mais je doute que ça puisse aller au delà de la curiosité. Le
truc de composition décrit ci-dessus aide à repartir quand on
est coincé ou, dans les meilleurs cas, fait partie d'un plan délibéré,
MAIS, à un certain moment le jugement critique et l'écoute -
ou l'inspiration, mais ne soyons pas pompeux - font corriger
le résultat et apporter parfois d'autres idées pas du tout prévues.
Or un programme n'est que l'inscription dans la technique informatique
d'une stratégie figée décidée au départ.

--

Français *==> "Musique renaissance" <==* English
midi - facsimiles - ligatures - mensuration
http://anaigeon.free.fr | http://www.medieval.org/emfaq/anaigeon/
Alain Naigeon - - Oberhoffen/Moder, France
Gerald
Le #13238901
Alain Naigeon
> co-latérale: reconnaitre la (ou les) lignes rythmiques d'un
> morceau, puis en extraire une 'vision' synthétique permettant
> de rejouer cette ligne rythmique sur un truc-machin pilotable.



Sans doute très amusant à essayer sur des trucs ultra-connus,
genre "pom pom pom pom" ou des tas d'autres.

Mais je doute que ça puisse aller au delà de la curiosité.



Détrompe toi : c'est plus ou moins le fonctionnement de tous les outils
"à sampler" actuels, hard ou soft dans leur fonction "auto-divide" dont
le but (après avoir saucissonné un échantillon en tranches fines sur les
variations de niveau) est de les décaler dans le temps (ou diverses
autres manipulation) ce qui atterrit, in fine, sur un ajustement de
tempo sans variation de hauteur ET sans recalcul de la forme d'onde.

La référence historique en la matière me semble être Recycle de
Propellerheads dont le fonctionnement est décrit ici :
<http://www.propellerheads.se/products/recycle/index.cfm?fuseaction=get_
article&article=whatdoesitdo>

C'est aussi une fonction commune dans la plupart des "GrooveBox" ou les
consoles DJ utilisés par les technoïdes.

Pour une utilisation plus fine, il me semble que Max/MSP serait capable
très simplement de filtrer préalablement le signal pour n'agir que sur
un instrument rythmique précis (GC, CC, cymbales ?) puis de détecter ses
variations de niveau (ses passages au-dessus d'un seuil ?) pour
déclencher sélectivement ce qu'on veut ou déduire un tempo..

--
Gérald
Thierry B
Le #13238891
On 2007-06-06, Alain Naigeon

Par contre, le houblon aidant, nous sommes partis sur une idée
co-latérale: reconnaitre la (ou les) lignes rythmiques d'un
morceau, puis en extraire une 'vision' synthétique permettant
de rejouer cette ligne rythmique sur un truc-machin pilotable.
Même si ça n'a pas grand chose à voir avec le morceau d'origine,
nous en sommes venus à penser qu'il y a une idée à creuser,
des algos à inventer et des expériences à tenter.



AMHA c'est un truc élémentaire de composition : ne garder
que la quintessence d'une idée selon un certain filtre, le plus
souvent mélodique, ici rythmique, puis habiller avec d'autres
détails que l'original le squelette obtenu.



Je suis content de voir que quelqu'un a compris mes
élucubrations... Surtout quand je lis "certain filtre",
et plus loin "habillage".

Mais je doute que ça puisse aller au delà de la curiosité. Le



La curiosité, c'est déja bien, c'est ce qui fait avancer
le monde :)

MAIS, à un certain moment le jugement critique et l'écoute -
ou l'inspiration, mais ne soyons pas pompeux - font corriger
le résultat et apporter parfois d'autres idées pas du tout prévues.
Or un programme n'est que l'inscription dans la technique informatique
d'une stratégie figée décidée au départ.



Sauf si chaque étape du traitement accepte un certain[1] nombre
de paramètres. La stratégie sera peut-être figée, mais son
comportement ne le sera pas. Dans l'idéal, on peut même
imaginer une stratégie auto-adaptative...

Bon sang, où est passé mon Bellanger ?-)


[1] Comme le fût du canon...

--
D'un côté, les appels au bios et de l'autre, ceux au noyau Linux.
Si une application a été mal portée dans Linux, il se peut qu'il reste des
appels au bios, quoique ce ne soit pas très habituel sans doute.
--{ DB, in fcol.configuration }--
Gerald
Le #13238881
Thierry B
Bon sang, où est passé mon Bellanger ?-)



j'avoue mon ignorance : c'est quoi ?

Au passage : tu connais naturellement Max/MSP et Pure Data ?


--
Gérald
Thierry B
Le #13238871
On 2007-06-06, Gerald

Bon sang, où est passé mon Bellanger ?-)



j'avoue mon ignorance : c'est quoi ?



"Traitement numérique du signal: théorie et pratique"
de Maurice Bellanger. Editions Dunod.

Au passage : tu connais naturellement Max/MSP et Pure Data ?



Oui, je connais, mais seulement de nom. En fait, dans tout
ce genre de truc, c'est surtout de coder moi-même les idées
àlc qui me passent par la tête. A mon grand regret, je ne
suis pas trop musicien. Ce que j'aime bien, par contre,
c'est faire des sons ou des traitements, et les passer
ensuite à un "zicoss" qui saura les exploiter...


--
C'est pas plutôt du Pu239 dans les bombes ? Ou bien ils font un mélange
des deux, comme ça l'U235 adoucit l'amertume du Pu239, tout en
conservant la force du caractère du Pu ? :)
- MW : de la guerre totale dans f.m.b.l -
Thierry B
Le #13238841
On 2007-06-06, Gerald

Au passage : tu connais naturellement Max/MSP et Pure Data ?



Je suis là en train de regarder Pure Data. A première vue
c'est un beau jouet. Et on peut y rajouter ses propres
plugins codés en C. Je sens que je vais y passer la nuit...

Merci du tuyau.


--
Donc chez VU, on avait mis en place un système de boîtier très design,
qui permettait aux actionnaires de voter en appuyant au choix sur un
des trois boutons disponibles (oui, non, n'a pas compris la question).
Gerald
Le #13238831
Thierry B
Je suis là en train de regarder Pure Data. A première vue
c'est un beau jouet. Et on peut y rajouter ses propres
plugins codés en C. Je sens que je vais y passer la nuit...

Merci du tuyau.



yapadkoi, c'est fait pour ça ici, et c'est même une des rares occasions
qu'on a d'être *totalement* en charte ;-)

J'en rajoute une petite couche : bien que tu saches certainement te
servir de gougeul pour trouver ta vie, pense à visiter ces liens :

- il y a plus que du cousinage entre Max et PD : dès que tu regardes les
anciens patchers de Max (d'avant le Max/MSP commercial de Zicarelli)
c'est évidemment la même chose et il y a plein d'idées à récupérer en
visitant d'anciennes pages de liens pour Max :

- se souvenir que jmax fut la version opensource du max de l'Ircam :

- pense à visiter la page de l'auteur génial (et tellement gentil !
répond même aux mails, à utiliser avec retenue !) de PD qui peut amener
vers d'autres liens (recherche gougeul sur son nom à faire aussi) :

- ne pas oublier que PD fait partie du package opensource proposé par le
CCRMA au sein duquel tu peux aussi trouver d'autres softs "amis" et
surtout un paquet d'externals (descendre dans la liste du package) :
(qu'est-ce que j'aime ce look et c'est esprit de l'internet d'avant : du
condensé d'infos de qualité ! Pas l'ombre d'une pub !)

- parmi les quelques centaines d'objets présents dans Max comme dans PD,
il en est un qui me motive depuis désormais plus de vingt ans (et
continuera probablement longtemps encore) c'est l'objet follow (le
suiveur de partitions). À lui *seul* il représente un monde de création
fabuleux. On rappelle, juste pour faire saliver avant de se reporter à
la doc, que c'est exactement L'INVERSE D'UN SÉQUENCEUR.

Pour finir, je ne te serai pas d'une grande aide sur PD car j'ai opté
jadis pour la version commerciale d'Opcode du Max de l'Ircam sauvée in
extremis du naufrage d'Opcode (racheté par le fossoyeur Gibson) par
l'auteur de cette version commerciale, David Zicarelli et devenu depuis
Max/MSP. Je me souviens d'une vidéoconférence à l'Ircam il y a 5 ans en
direct avec Stanford et de la connivence entre Zicarelli et Puckette qui
en profitaient pour embarquer sur une confrontation technique de la
veille... un régal de voir la pensée créatrice en marche !

Au rapport argent dépensé (150 euros il y a quinze ans + des mises à
jour majeures environ tous les 3 à 5 ans, et même au prix actuel de 400
euros) contre temps de loisir/travail potentiel, il n'y a pas photo,
c'est le soft champion toutes catégories ! Tu n'es limité que par ton
cerveau (cruelle réalité !) et tu as de quoi faire jusqu'à ce que tu ne
puisses plus te servir d'un ordi ! Max/MSP est d'une très belle
convivialité et le confort qu'il procure vaut largement l'argent
dépensé. L'intégration ReWire et audio-MIDI dans Mac OS X en particulier
est fabuleuse. Ne pas oublier que Max/MSP est téléchargeable et
essayable gratuitement en version totalement fonctionnelle pendant 1
mois ! Penser à télécharger préalablement le manuel (à n'aborder qu'avec
un tube d'aspirine à portée de main pour le mal de tête !) pour que
cette période d'essai gratuite soit utilisée avec un "max" d'efficacité.

Sinon, heureusement pour toi, la communauté PD est nombreuse et active
(et que les malpensants retournent à leurs malpensées !). Bon courage !

--
Gérald
Tonton Th
Le #13238821
Gerald a écrit :

- ne pas oublier que PD fait partie du package opensource proposé par le
CCRMA au sein duquel tu peux aussi trouver d'autres softs "amis" et
surtout un paquet d'externals (descendre dans la liste du package) :



Je connais déja ça, mais je vais retourner fouiller.

- parmi les quelques centaines d'objets présents dans Max comme dans PD,
il en est un qui me motive depuis désormais plus de vingt ans (et
continuera probablement longtemps encore) c'est l'objet follow (le
suiveur de partitions). À lui *seul* il représente un monde de création
fabuleux. On rappelle, juste pour faire saliver avant de se reporter à
la doc, que c'est exactement L'INVERSE D'UN SÉQUENCEUR.



Ah, oui, je vois... En fait, je vois pas trop ;)

Sinon, heureusement pour toi, la communauté PD est nombreuse et active
(et que les malpensants retournent à leurs malpensées !). Bon courage !




Encore une petite question. Je pense que mon gamin aimera beaucoup
jouet avec Puredata. Il commence à taquiner Audacity et Wavesurfer,
avec des idées parfois surprenantes. Existe-il un manuel en français
pour Puredata, à 13 ans son anglais n'est pas fameux ?
Gerald
Le #13238791
Tonton Th
> fabuleux. On rappelle, juste pour faire saliver avant de se reporter à
> la doc, que c'est exactement L'INVERSE D'UN SÉQUENCEUR.

Ah, oui, je vois... En fait, je vois pas trop ;)



Pour le détail, naturellement, rtfm... de référence de Max, p. 187,
téléchargeable gratuitement sur le site de Cycling (support /
documentation). :-)

Et si tu as lancé la période d'évaluation, il suffit de faire un nouvel
objet, de taper follow dedans suivi de enter (il devient actif) puis de
cliquer dessus avec la touche alt enfoncée. Ça ouvre une fenêtre d'aide
qui est en fait un "patcher" Max dont tous les éléments sont actifs (et
commentés). J'imagine que Miller a fait pareil pour PD, cette idée est
implémentée depuis les bétas de Max en 1986 sur tous les objets !

Pour résumer ce qui se passe à partir de la copie d'écran ci-après que
j'ai faite de cette fenêtre d'aide :
tu "read" un midi-file qui donne une suite d'évènements de note MIDI.
Quand tu envoies un "bang" sur l'inlet du dessus, follow s'active et
*attend* de voir passer sur ce même inlet la *première* note du fichier
qu'il a en mémoire. Tant qu'il ne la voit pas (ou qu'il en voit
d'autres), il attend. Quand il la voit il incrémente les "pas" sur son
outlet de gauche et attend la seconde etc. ("j'ai vu passer la première
note, puis la deuxième, etc.). On peut paramétrer une fenêtre
d'incertitude (3 notes par défaut) qui permet d'accepter les fausses
notes et de poursuivre la séquence...euh non : le suivi.

Ce que tu peux faire de cette validation des évènements est laissé
entièrement à ton imagination. Tu peux utiliser l'objet "sel", par
exemple, pour dire "sel 3" : quand tu vois passer le 3e évènement, tu
envoies un accord de Gm75-... ou tu déclenches la séquence de l'hymne à
la joie... ou tu allumes le projo de gauche...

Concrètement quand tu appuies sur play (quand tu fais "bang"), cet
"anti-séquenceur" ne se barre pas devant toi et tu ne lui cavales pas
après sans rien maîtriser. Il attend sagement au pied et va te suivre
bravement au fil de ton humeur du moment, rapide ou lente, directe ou
buissonière (un évènement peut parfaitement ouvrir une "gate" accédant
elle-même à un autre "follow" etc !). L'univers que tu crées ainsi a été
nommé par Philippe Manoury (un des premiers compositeurs, à l'Ircam, à
avoir basé son oeuvre dessus) "partitions virtuelles". Moi j'y vois des
univers sonores potentiels, intermédiaires entre le piano préparé et des
Sims en objets sonores...

Existe-il un manuel en français
pour Puredata, à 13 ans son anglais n'est pas fameux ?



Pas que je sache, mais la réponse n'est pas forcément non dans l'absolu.
Il existait des documents en français à l'Ircam dans les années 80 (je
me souviens d'un manuel de Philippe Manoury, justement), à des fins
pédagogiques internes et ces besoins pédagogiques existent peut-être
encore... ceci dit utilisent-ils Pure Data plutôt que la version maison
de Max... ou celle de Zicarelli (à l'époque d'Opcode il y avait des
accords pour qu'ils aient des licences gratuites). Documents peut-être
disponibles en lecture à la bibli de l'Ircam (accessible ?) ou à celle
du centre Georges Pompidou ?

Sinon c'est un univers assez hermétique. Peut-être une bonne solution
pourrait-elle être de mettre une petite annonce à l'accueil de l'Ircam
demandant quelqu'un pour des cours particuliers de Pure Data ? Ces
étudiants ont toujours besoin de trois sous, et d'une part ce sont des
cracks, mais d'autre part des mecs souvent adorables et un peu puérils,
qui jouent aux cow-boys dans les couloirs aussi...

Tout cela est bien loin dans le temps et l'espace pour moi désormais !

--
Gérald
Publicité
Poster une réponse
Anonyme