[Réforme de l'ISF] L'idéologie de Sarko se confirme

Le
Sylvain
http://www.lesechos.fr/patrimoine/impots/0201306371179.htm

L'idéologie de Sarkozy confirmée par la réforme de l'ISF.

Idéologie qui n'est pas l'idéologie de droite républicaine, mais idéologie
corporatiste en faveur des milliardaires rentiers qui n'ont jamais
travaillés de leurs vie.

Regardez sur le tableau que vous trouverez sur le lien.

L'on peut voir ce que dont tous les média ont parlé et ce dont le
gouvernement c'est vanté : c'est a dire le relévement du seuil de l'ISF
passant de 800 000 euros à 1 300 000 euros ce qui semble être plutot
favorable à la classe moyenne, en effet, actuellement beaucoup de personne,
dans la premiére tranche de ISF, payent l'ISF et n'ont pourtant pas
l'impression de faire parti des riches.

Mais regardez ce qui suis dans le tableau, la tranche de 1 300 000 euros à 1
400 000 euros va avoir une augmentation de son ISF, tandi que les tranche au
dela 1 400 000 euros vont avoir une baisse de leur ISF, jusqu'a 61 % pour
les propriétaire de plus de 15 millions d'euros, ce sont les tranches les
plus élevées qui vont bénéficier des baisses les plus importantes.

Et cela passé sous silence du gouvernement et des médias.

L'idéologie de Sarkozy n'est pas une idéologie de mérite au travail, mais
une idéologie de rentiers.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
ZW
Le #23304751
Sylvain wrote:

Idéologie qui n'est pas l'idéologie de droite républicaine, mais
idéologie corporatiste en faveur des milliardaires rentiers qui n'ont
jamais travaillés de leurs vie.



Dire cela est parfaitement absurde, gérer un capital est un travail,
c'est un travail comme un autre, c'est la base du capitalisme
d'ailleurs.

Les questions pertinentes se posent sur l'origine du capital et du
cadre réglementaire de l'investissement ensuite.

--
haveur
Le #23304801
Bonjour,

Quelle votre question de droit ?

Salut.

Le 23/04/2011 10:58, Sylvain a écrit :
http://www.lesechos.fr/patrimoine/impots/0201306371179.htm

L'idéologie de Sarkozy confirmée par la réforme de l'ISF.

Idéologie qui n'est pas l'idéologie de droite républicaine, mais
idéologie corporatiste en faveur des milliardaires rentiers qui n'ont
jamais travaillés de leurs vie.

Regardez sur le tableau que vous trouverez sur le lien.

L'on peut voir ce que dont tous les média ont parlé et ce dont le
gouvernement c'est vanté : c'est a dire le relévement du seuil de l'ISF
passant de 800 000 euros à 1 300 000 euros ce qui semble être plutot
favorable à la classe moyenne, en effet, actuellement beaucoup de
personne, dans la premiére tranche de ISF, payent l'ISF et n'ont
pourtant pas l'impression de faire parti des riches.

Mais regardez ce qui suis dans le tableau, la tranche de 1 300 000 euros
à 1 400 000 euros va avoir une augmentation de son ISF, tandi que les
tranche au dela 1 400 000 euros vont avoir une baisse de leur ISF,
jusqu'a 61 % pour les propriétaire de plus de 15 millions d'euros, ce
sont les tranches les plus élevées qui vont bénéficier des baisses les
plus importantes.

Et cela passé sous silence du gouvernement et des médias.

L'idéologie de Sarkozy n'est pas une idéologie de mérite au travail,
mais une idéologie de rentiers.
Sylvain
Le #23304781
ZW wrote:

Dire cela est parfaitement absurde, gérer un capital est un travail,
c'est un travail comme un autre, c'est la base du capitalisme
d'ailleurs.




N'importe quoi !!

Il se trouve que dans mon existence j'ai été les deux, travailleur laborieux
et rentier.

Et bien rentier, c'est beaucoup plus facile et moins fatigant que
travailleur laborieux, et de plus, il est beaucoup plus facile de
d'enrichire encor plus quand on est rentier, que quand on est travailleur
laborieux, et en plus rentier, c'est moins taxé, que travailleur laborieux.


Les questions pertinentes se posent sur l'origine du capital et du
cadre réglementaire de l'investissement ensuite.



Ca je suis d'accord, il y aurai une différence importante a faire entre
celui qui a acquis le capital par son travail et celui qui l'a acqui par
héritage.
Sylvain
Le #23304771
haveur wrote:
Bonjour,

Quelle votre question de droit ?

Salut.




Ce n'est pas une question, c'est un post sur la loi, le baréme de l'ISF
c'est bien une loi.
haveur
Le #23304821
Bonjour,

Quelle est votre question?

Tel que présenté c'est une affirmation à caractère politique pas une
question.
En reprenant votre message je vais développer, un par un , chaque
article d'un code ou d'un loi sans pour autant poser une question.

Par ailleurs vous ne citez pas le texte de loi (qui comprend un certain
nombre d'articles, chacun pouvant être à la base de plusieurs questions)
mais vous présentez vos objections. Ce qui est très différents.

Stupide!

A voir sur les forum relatifs aux sujets de politique aps sur le forum
de droit où l'on répond aux question relatives au droit.

salut

Le 23/04/2011 11:14, Sylvain a écrit :
haveur wrote:
Bonjour,

Quelle votre question de droit ?

Salut.




Ce n'est pas une question, c'est un post sur la loi, le baréme de l'ISF
c'est bien une loi.
ZW
Le #23307401
Sylvain wrote:

ZW wrote:
>
> Dire cela est parfaitement absurde, gérer un capital est un travail,
> c'est un travail comme un autre, c'est la base du capitalisme
> d'ailleurs.
>

N'importe quoi !!



Non, ce n'est pas n'importe quoi. Les sociétés communistes sont des
également des sociétés capitalistes mais la gestion du capital est
confiée à des fonctionnaires, les résultats sont connus désormais, le
bas de l'échelle travaillait sans relache pour ne rien produire.

Dans une société libérale, le bas de l'échelle travaille et produit des
quantités énormes de richesses car le capital est alloué par des agents
privés qui sont incités à la performance.

Il se trouve que dans mon existence j'ai été les deux, travailleur
laborieux et rentier.

Et bien rentier, c'est beaucoup plus facile et moins fatigant que
travailleur laborieux, et de plus, il est beaucoup plus facile de
d'enrichire encor plus quand on est rentier, que quand on est
travailleur laborieux, et en plus rentier, c'est moins taxé, que
travailleur laborieux.




Il y a du vrai ici, la cause de cela est à rechercher dans le fait que
la comptabilité privée et publique est archaique, elle est une passoire
pour les initiés qui en tirent des profits sans risques d'une façon
quasi infinie.


> Les questions pertinentes se posent sur l'origine du capital et du
> cadre réglementaire de l'investissement ensuite.

Ca je suis d'accord, il y aurai une différence importante a faire
entre celui qui a acquis le capital par son travail et celui qui l'a
acqui par héritage.



Les choses bougent, la finance était devenue totalement destructive en
terme de richesse ou valeur ajoutée depuis mi-2002, les 100 milliards
de dollars de bonus annuel de Wall Street ou de la City correspondent à
de savantes intrigues comptables permettant de defraudés le système,
qu'il s'agisse des actionnaires, des contribuables, bref, des vested
interests au sens large.

Mon message se résume à ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain, c'est
l'erreur habituelle, les gens passent d'un extrème à l'autre et
finalement, rien ne change. Le changement, c'est justement la
modération et la capacité à ne pas suréagir, à réformer tranquillement,
sans relache.


--
tijl.uilenspiegel
Le #23307751
Sylvain wrote:
http://www.lesechos.fr/patrimoine/impots/0201306371179.htm

L'idéologie de Sarkozy confirmée par la réforme de l'ISF.

Idéologie qui n'est pas l'idéologie de droite républicaine, mais
idéologie corporatiste en faveur des milliardaires rentiers qui n'ont
jamais travaillés de leurs vie.

snip



Mais si ils travaillent :gérer c'est bien une forme de travail...
Mais ce travail n'est pas productif de valeur d'usage malheureusement et il
arrive meme à détruire de la valeur consommable.
Keynes pensait que cette classe parasitaire finirait par disparaitre, il
s'est malheureusement planté.
--
Amicalement tijl

Dette,Croissance,Crise,Europe II ( nouveau)

Dette, Croissance ,Crise, Europe I

Les années Mitterrand

http://tinyurl.com/acceuil-Dette-Crise

ou

http://tinyurl.com/tijl-uilenspiegel
ZW
Le #23312381
tijl.uilenspiegel wrote:

Sylvain wrote:
> http://www.lesechos.fr/patrimoine/impots/0201306371179.htm
>
> L'idéologie de Sarkozy confirmée par la réforme de l'ISF.
>
> Idéologie qui n'est pas l'idéologie de droite républicaine, mais
> idéologie corporatiste en faveur des milliardaires rentiers qui
> n'ont jamais travaillés de leurs vie.
>
> snip

Mais si ils travaillent :gérer c'est bien une forme de travail...
Mais ce travail n'est pas productif de valeur d'usage malheureusement
et il arrive meme à détruire de la valeur consommable. Keynes
pensait que cette classe parasitaire finirait par disparaitre, il
s'est malheureusement planté.



S'occuper d'un capital est un travail... la preuve, cela génére du
profit !

Plus sérieusement, c'est bien évidement un travail et c'est un travail
comme un autre en quelque sorte. Le gestionnaire sollicite son cerveau,
son expérience, les savoirs, il

La finance est un secteur d'activité économique tout à fait honorable,
puissament créateur de richesse comme peut l'être le secteur de
l'éducation par exemple, il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du
bain.

Sans banque centrale intègre (comme la BCE), le secteur financier
devient une arme, un levier pour plumer les masses (comme la Fed).

Bref, le protectionnisme financier doit précéder le protectionnisme
commercial.
tijl.uilenspiegel
Le #23319931
ZW wrote:
tijl.uilenspiegel wrote:



snipsnip



Mais si ils travaillent :gérer c'est bien une forme de travail...
Mais ce travail n'est pas productif de valeur d'usage malheureusement
et il arrive meme à détruire de la valeur consommable. Keynes
pensait que cette classe parasitaire finirait par disparaitre, il
s'est malheureusement planté.



S'occuper d'un capital est un travail... la preuve, cela génére du
profit !



Ce n'est pas la gestion qui génère de la valeur mais le travail productif
dont les détenteurs de capital récupèrent une partie, la plus value ou une
rente quand il s'agit d'un monopole.

Plus sérieusement, c'est bien évidement un travail et c'est un travail
comme un autre en quelque sorte. Le gestionnaire sollicite son
cerveau, son expérience, les savoirs, il



C'est un travail mais pas un travail qui génère de la valeur d'usage car on
ne peut pas consommer le produit dela gestion.
Et donc ce travail ne peut pas générer de la valeur d'échange non plus
comme l'a dit Smith

La finance est un secteur d'activité économique tout à fait honorable,



Honorable est un jugement de valeur et n'a pas de rapport avec l'économie
qui ne s'occupe que de jugements de fait

puissament créateur de richesse comme peut l'être le secteur de
l'éducation par exemple, il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du
bain.

Sans banque centrale intègre (comme la BCE), le secteur financier
devient une arme, un levier pour plumer les masses (comme la Fed).



Avec ou sans banque centrale il l'est déja D'ailleurs la solidarité de fait
centre banques et BC est considérable comme l'a montré la dernière crise

Bref, le protectionnisme financier doit précéder le protectionnisme
commercial.



Je le précise de nouveau , le protectionisme n'est pas à mes yeux une
solution au problèmes de l'économie capitaliste.
On peut employer provisoirement le protectionisme comme arme pour mettre au
pas ceux qui mettent en place des termes de l'échange faussés, notamment par
les taux de change artificiels.
Mais ce n'est pas une sollution durable

--
Amicalement tijl

Dette,Croissance,Crise,Europe II ( nouveau)

Dette, Croissance ,Crise, Europe I

Les années Mitterrand

http://tinyurl.com/acceuil-Dette-Crise

ou

http://tompoes.perso.sfr.fr/Page-Accueil-Dette-et-Crise.html
news
Le #23320251
"tijl.uilenspiegel"
Je le précise de nouveau , le protectionisme n'est pas à mes ye ux une
solution au problèmes de l'économie capitaliste.

On peut employer provisoirement le protectionisme comme arme pour mettre au
pas ceux qui mettent en place des termes de l'échange faussés, notamment par
les taux de change artificiels.

Mais ce n'est pas une solution durable



je suis toujours étonné par l'analyse que porte tijl sur le mode de
fonctionnement de la société capitaliste et par les solutions qu' il
nous propose.

je résume:

si le protectionnisme n'est pas à ses yeux une solution,
l'arme est à utiliser quand il juge que les termes de l'
échange sont faussés.

mais son jugement se fait sur quels critères objectifs ?

quand, dit-il, les termes de l'échanges sont faussés
notamment par des taux de change artificiels.

la suite prochaine,

wimps, de la PéA.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme