Une règle mal fagotée force la France à donner des millions d'euros à un groupe fondé par un assassin et violeur multi-récidiviste

Le
lareverendemere
La décision effarante de la cour européenne des droits de l'homme concernant
le mandarom and C° démontre, s'il le fallait, que les législateurs qui ont
cru bien faire en essayant de protéger le droit individuel à croire en
n'importe quoi, ont abouti à protéger directement des groupes criminels,
avec l'aide d'une justice devenue aveugle aux crimes commis par ces groupes.

On avait pourtant réussi par le passé à faire en sorte que l'essentiel des
crimes de "l'église" lui soient interdits par nos lois, et on considère
encore aujourd'hui que les crimes commis par des "croyants" islamistes ou
intégristes d'autres croyances relèvent des crimes de guerre, des crimes
contre l'humanité, ou des crimes de droit commun, mais non, voilà que des
juges estiment que le droit des témoins de jéhovah à tuer indirectement
leurs proches dans certaines circonstances, ou le droit des terroristes
ci-avant, devrait être respecté sous le couvert de "religion"?

Je ne pense pas que les juges aient réfléchi jusqu'au bout à ce qu'ils
faisaient en donnant raison à des groupes extrémistes aux mains couvertes de
sang, sous prétexte d'appliquer UN texte, sans prendre le temps de définir
ce que les textes qu'ils sont supposés appliquer n'ont pas défini.

Dans le cas du mandarom, le groupe fondé par le psychopathe violeur
pédophile et assassin (aux milliards de victimes, selon ses dires) Gilbert
Bourdin, l'état doit reverser près de 4 milions d'euros à ses "héritiers",
dont on ignore pour l'instant s'ils se sont vantés eux aussi d'assassiner en
masse des Lémuriens et des Atlantes, depuis que leur gourou est mort.

Ajoutons pour la clarté que les lémuriens sont des bestioles vivant sur
terre, et les Atlantes, des hommes qui auraient vécu en Atlantide, si bien
qu'avouer publiquement en avoir assassinés par milliards constituerait bel
et bien une preuve de ces crimes.

Afin de donner "aux législateurs une bonne leçon de droit" du même ordre
d'ineptie que celle qui vient de condamner la France, voici ce que je
recommande "sans rire".

Je suis d'avis que le procureur de la république de Digne les Bains
(préfecture du 04) devrait poursuivre désormais devant les assises du
département les *complices* de ces assassinats, qui ne sont autres que les
chefs actuels du Mandarom, dont les avocats ont réussi à convaincre les
juges de la CEDH. Après tout, il ne ferait ici qu'appliquer de son plein gré
le même ordre "d'aveuglement" que celui des juges de la CEDH. N'imaginez pas
que je me moque d'eux, non, c'est à des jugements aussi absurdes que je m'en
prends.

Ainsi au moins ne pourraient-ils pas profiter des profits indus de
l'escroquerie en bande organisée qu'a soutenue la CEDH.

Plus sérieusement, aussi longtemps que les législateurs nationaux ou
européens ou américains et d'ailleurs n'auront pas défini convenablement en
droit les termes de religion, secte, escroquerie intellectuelle et termes
associés, on continuera à subir des lois et règlements internationaux
ineptes. Il y a pourtant parfois des lueurs d'espoir lorsqu'on lit la
décision de la Charity Commission anglaise à propos de la secte criminelle
scientologie:
http://www.antisectes.net/charity-uk.htm

Rappel supplémentaire: grosso-modo, la CEDH avait commandé il y a qques
temps à la France de rembourser des dizaines de millions d'euros au
mouvement dangereux des TJs. Mais le prétexte de la religion n'aurait pas dû
être utilisé, car dans les faits, cela revenait pour les juges à autoriser
des groupes entiers à ne pas payer leurs taxes, sous prétexte qu'ils
ignoraient la loi que nul n'est censé ignorer, et surtout pas les avocats
rusés qu'emploient ces sectes dangereuses.



La secte du Mandarom pourrait connaître un nouveau départ

Nice-Matin
le lundi 18 février 2013

Quinze ans après la mort de son gourou, la secte revient dans la lumière
grâce à une décision de la Cour européenne des droits de l’homme. Reportage
autour du monastère de Castellane

Plus de 3,6 millions d'euros ! C'est le pactole que l'État français va
devoir verser au Mandarom(1). Ainsi en a décidé la Cour européenne des
droits de l'homme. «Des droits de l'Aum», s'amusent certains en référence à
l'Aumisme, synthèse de toutes les religions existantes fondée à la fin des
années 1960 par Gilbert Bourdin.
/
http://www.nicematin.com/cote-dazur/la-secte-du-mandarom-pourrait-connaitre-un-nouveau-depart.1149629.html
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
dmkgbt
Le #25233352
lareverendemere

(snip diffamation d'une personne jamais condamnée pour les crimes qui
lui sont imputés)

Allez pondre vos merdes ailleurs que sur fr.misc.droit, RG.

--
Dominique Gobeaut
dmkgbt(at)free(point)fr
.
Le #25236992
"Dominique" 1kyjdtm.1u2gfl8wok1zgN%
lareverendemere

(snip diffamation d'une personne jamais condamnée pour les crimes qui
lui sont imputés)




--
Dominique Gobeaut
dmkgbt(at)free(point)fr




.../...

diffamation?

wiki qui dit :

Mis en examen et en détention provisoire en juin 1995,

suite à une plainte de F. Roncaglia pour viol, 10 ans après les faits,

Gilbert Bourdin est libéré quelques jours plus tard, le 30 juin 1995, pour
raisons de santé d'après la presse

et faute d'éléments probants selon le Mandarom.

Il doit néanmoins verser une caution.

* Il est décédé alors que l'instruction était toujours en cours trois ans
plus tard, *

le 19 mars 1998, ce qui eut pour effet de mettre fin aux poursuites.







V
Publicité
Poster une réponse
Anonyme