Le retour de la diffraction

Le
Bour-Brown
Suite aux merveilleux échanges sur la diffraction, et indirectement grâce à
JLG (j'ai suivi le lien de son site), je suis tombé sur ces merveilleux
exemples :
http://www.the-digital-picture.com/Reviews/Sigma-85mm-f-1.4-EX-DG-HSM-Lens-Review.aspx

On passe la souris sur les différentes ouvertures et on regarde l'image
résultante. Vers le bas de la page, c'est super très beaucoup rigolo : plus
on ouvre le diaphragme, plus la diffraction adoucit l'image, qui se retrouve
d'une mollesse tout à fait extraordinaire en dessous de F2. Donc d'un côté
on a la théorie, la diffraction va pourrir les petits capteurs dès qu'on
ferme, et d'un autre la pratique, la diffraction pourrit les grands capteurs
quand on ouvre.

La palme à un Zeiss de plus de 1.000 euros, d'ailleurs.

Pas à dire, j'adore les lois de l'optique et de la physique réunies, moi.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 40
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Stephane Legras-Decussy
Le #24345531
Le 24/03/2012 20:43, Bour-Brown a écrit :

On passe la souris sur les différentes ouvertures et on regarde l'image
résultante. Vers le bas de la page, c'est super très beaucoup rigolo : plus
on ouvre le diaphragme, plus la diffraction adoucit l'image, qui se
retrouve
d'une mollesse tout à fait extraordinaire en dessous de F2. Donc d'un côté
on a la théorie, la diffraction va pourrir les petits capteurs dès qu'on
ferme, et d'un autre la pratique, la diffraction pourrit les grands
capteurs
quand on ouvre.




le diaph max est f11 la diffraction commence là et au dessus...

la mollesse que tu vois n'a rien à voir avec la diffraction, c'est
un autre phénomène.

c'est pas un scoop qu'un objectif est mauvais aux ouvertures
max et min.
Maréchal Nouvoilat.
Le #24345351
"Stephane Legras-Decussy" news:jkl99l$jsk$
Le 24/03/2012 20:43, Bour-Brown a écrit :

On passe la souris sur les différentes ouvertures et on regarde l'image
résultante. Vers le bas de la page, c'est super très beaucoup rigolo :
plus
on ouvre le diaphragme, plus la diffraction adoucit l'image, qui se
retrouve
d'une mollesse tout à fait extraordinaire en dessous de F2. Donc d'un
côté
on a la théorie, la diffraction va pourrir les petits capteurs dès qu'on
ferme, et d'un autre la pratique, la diffraction pourrit les grands
capteurs
quand on ouvre.




le diaph max est f11 la diffraction commence là et au dessus...



La diffraction commence dès f/1 (!) si l'objectif est parfait et si le
capteur a le pouvoir résolvant ad hoc.
Heureusement les aberrations géomètriques et chromatiques défendent ,
en pratique, de vérifier cette limitation due à la nature de la lumière.
La solution est pourtant d'une simplicité biblique, si on veut moins patir
de la diffraction et de son retentissement sur le pouvoir résolvant,
il suffit d'augmenter la focale de l'objectif ET les dimensions
du capteur.
Un FF sera toujours supérieur au DX à la fois par son rapport S/b et
par sa meilleure définition.





la mollesse que tu vois n'a rien à voir avec la diffraction, c'est
un autre phénomène.




c'est pas un scoop qu'un objectif est mauvais aux ouvertures
max et min.



Mais pas pour les mêmes raisons.


--
"Maybe this world is another planet's hell."

Aldous Huxley
Stephane Legras-Decussy
Le #24345251
Le 24/03/2012 22:43, Maréchal Nouvoilat. a écrit :

La diffraction commence dès f/1 (!) si l'objectif est parfait et si le
capteur a le pouvoir résolvant ad hoc.




je veux dire commence à se voir sur un FF ...
Bour-Brown
Le #24345241
Stephane Legras-Decussy a écrit
( jkl99l$jsk$ )

le diaph max est f11 la diffraction commence là et au dessus...



Oui, c'est ce qu'on dit...


la mollesse que tu vois n'a rien à voir avec la diffraction, c'est
un autre phénomène.



Ah bon ? Je serais curieux de savoir lequel.


c'est pas un scoop qu'un objectif est mauvais aux ouvertures
max et min.



À cause de ?
Stephane Legras-Decussy
Le #24345221
Le 24/03/2012 23:50, Bour-Brown a écrit :
Stephane Legras-Decussy a écrit
( jkl99l$jsk$ )

le diaph max est f11 la diffraction commence là et au dessus...



Oui, c'est ce qu'on dit...


la mollesse que tu vois n'a rien à voir avec la diffraction, c'est
un autre phénomène.



Ah bon ? Je serais curieux de savoir lequel.


c'est pas un scoop qu'un objectif est mauvais aux ouvertures
max et min.



À cause de ?



c'est pas ma spécialité l'optique mais il me semble
que fermer le diaph limite la dispersion des rayons
de lumière et donc les défauts de lentilles sont amoindris.

donc en fermant le diaph on améliore l'image en diminuant les
défauts optiques puis ensuite on re-détériore l'image à cause de la
diffraction.

il n'y rien à faire pour vaincre la diffraction mais les
défauts à grandes ouvertures pourraient être 'vaincus' amha.
Bour-Brown
Le #24345891
Stephane Legras-Decussy a écrit
( jklk6h$ed0$ )

fermer le diaph limite la dispersion
[...]
donc en fermant le diaph



La fermeture de diaphragme, genre F5.6 -> F8 -> F11 -> F16 -> F22, on en a
parlé pendant des dizaines et des dizaines de posts. Ici c'est l'ouverture
de diaphragme qui m'intéresse, genre F5.6 -> F4 -> F2.8 -> F2 -> F1.4

Sans aucun renseignement sur l'image - la bonne vieille méthode
d'observation sans préjugé - on assiste à une dégradation visuellement
similaire à la dégradation de fermeture, la même, plus vite même.

Me dire que là-bas cela s'appelle diffraction et qu'ici cela s'appelle
autrement, moi je veux bien, mais cela revient à dire qu'il y a un lutin
bleu qui brouille en fermant, un lutin vert qui brouille en ouvrant, que
c'est brouillé tout pareil, mais que ce n'est pas le même lutin.

(y a pas, j'adore les lois physico-optiques, c'est encore mieux que la
gestion de la couleur ou que la perspective)
Jean-Pierre Roche
Le #24346241
Le 25/03/2012 00:53, Bour-Brown a écrit :

Me dire que là-bas cela s'appelle diffraction et qu'ici cela
s'appelle
autrement, moi je veux bien, mais cela revient à dire qu'il
y a un lutin
bleu qui brouille en fermant, un lutin vert qui brouille en
ouvrant, que
c'est brouillé tout pareil, mais que ce n'est pas le même
lutin.

(y a pas, j'adore les lois physico-optiques, c'est encore
mieux que la gestion de la couleur ou que la perspective)



Finalement tu as posté une multitude de divagations sur un
sujet que tu avoues ne pas connaître...
Alors qu'il fait partie, au moins dans la pratique, du
bagage de tout photographe un peu conséquent !


--
Jean-Pierre Roche

enlever sanspub pour m'écrire...
Charles Vassallo
Le #24346331
Bour-Brown a écrit :
Suite aux merveilleux échanges sur la diffraction, et indirectement grâce à
JLG (j'ai suivi le lien de son site), je suis tombé sur ces merveilleux
exemples :
http://www.the-digital-picture.com/Reviews/Sigma-85mm-f-1.4-EX-DG-HSM-Lens-Review.aspx


On passe la souris sur les différentes ouvertures et on regarde l'image
résultante. Vers le bas de la page, c'est super très beaucoup rigolo : plus
on ouvre le diaphragme, plus la diffraction adoucit l'image, qui se
retrouve d'une mollesse tout à fait extraordinaire en dessous de F2. Donc
d'un côté on a la théorie, la diffraction va pourrir les petits capteurs
dès qu'on ferme, et d'un autre la pratique, la diffraction pourrit les
grands capteurs quand on ouvre.

La palme à un Zeiss de plus de 1.000 euros, d'ailleurs.

Pas à dire, j'adore les lois de l'optique et de la physique réunies, moi.



Pour compléter ta culture, je te suggère de demander à Google ce qu'il
pense de «Aberrations géométriques» et de suivre les liens. Perso, je
sais tout juste que ça existe, et que c'est d'autant plus difficile à
combattre que l'objectif est plus ouvert (autrement dit, qu'on s'écarte
davantage de l'optique paraxiale et des «lentilles minces»). Il y a des
lois dans ce domaine aussi, la nature est ainsi faite.

Par ailleurs
-- l'article ne peut absolument pas montrer l'effet de la diffraction.
Pour cela, il faudrait éplucher des crops à 100% fermés à f/16 ou plus.
Or, ceux de l'article ne vont pas au delà de f/11, ouverture pour
laquelle la théorie ne prévoit aucun effet de diffraction sur un full-frame.
-- ce qui m'étonne davantage est la chute de luminosité de l'image quand
on travaille à pleine ouverture (surtout dans les comparaisons en bas de
l'article). Il faut évidemment supposer que tout a été pris à lumination
théorique constante, ce n'est pas précisé dans l'article ou je ne l'ai
pas vu). J'aurais pensé que cet effet était moins marqué sur un capteur
FF ou sur un caillou de conception récente comme le Sigma ; il n'en est
rien

Charles
Bour-Brown
Le #24346391
Jean-Pierre Roche a écrit
( 4f6ed029$0$16485$ )

Finalement tu as posté une multitude de divagations



T'aimerais bien, mais même pas.


Alors qu'il fait partie, au moins dans la pratique, du bagage de tout
photographe un peu conséquent !



Dire ça, ou ne rien dire...

N'importe qui peut répéter que quand on ferme c'est la diffraction, que
quand on ouvre c'est autre chose, mais qu'il est bête !
(c'est hélas ce que tu es en train de faire, note bien)

Moi je parle de photographie pratique, quand on constate qu'il n'y a pas de
grandes différences visuelles entre la dégradation que l'on observe en
fermant et celle que l'on observe en ouvrant, si ce n'est qu'en ouvrant cela
va bien plus vite.

Ce que j'interroge ici (on va gagner du temps) ce n'est pas le phénomène -
je m'en tamponne un peu - c'est la différence de discours que certains
tiennent devant, je le répète, une dégradation visuelle similaire.

Dans un cas, c'est la faute des petits capteurs, de l'augmentation de
résolution, in fine des gogos qui en veulent toujours plus, mais qu'ils sont
bêtes !

Dans un autre, c'est normal, un bon photographe a toujours fait avec, c'est
le b a ba du métier, faut vraiment tout leur dire, mais qu'ils sont bêtes !
Bour-Brown
Le #24346471
Charles Vassallo a écrit
( 4f6ed56d$0$12487$ )

Il y a des lois dans ce domaine aussi, la nature est ainsi faite.



J'aime bien vous titiller avec ça, parce que pour vous c'est devenu une
religion, grave.


Par ailleurs
-- l'article ne peut absolument pas montrer l'effet de la diffraction.



J'ai délibérément formulé le sujet de la sorte - et la référence aux lutins
n'était pas innocente non plus - pour montrer que l'utilisation de la nature
est toujours au service d'une conviction.

Dans le cas du petit capteur, de la montée en résolution et de la fermeture
du diaphragme, cette dégradation est considérée comme le mal. Elle montre la
limite d'un concept, et le manque de discernement des ignares, bien fait
pour eux.

Dans le cas du grand capteur, d'une résolution habituelle et de l'ouverture
du diaphragme, cette dégradation est considérée comme un compromis tout à
fait acceptable. Elle montre l'équilibre entre différentes contraintes, et
le choix éclairé que doit faire tout bon photographe, c'est une compétence.

Or on peut très bien imaginer l'inverse.


-- ce qui m'étonne davantage est la chute de luminosité de l'image quand
on travaille à pleine ouverture (surtout dans les comparaisons en bas de
l'article).



Oui, moi aussi. En TTL je ne me l'explique pas, c'est comme si l'objectif
informait d'un diaphragme incorrect et que le boîtier appliquait
aveuglément.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme