Retour de Paris Photo

Le
benoit
Bonjour,


Juste pour dire que j'ai passé la matinée au Grand Palais pour voir
ce que proposais les galleries de photographes à travers le monde.

Encore une fois je suis bluffé par ce que certains font et les
différentes discussions que j'ai eues avec les propriétaires des
galeries de résument à : ils/elles basculent sur le numérique puisque de
toute façon les tirages sont numériques, sauf le n&b.

J'ai eu le droit à quelques leçons de surex (vraiement surex),
sousex (vraiment sousex), flou, piqué, couleurs délavées ou pétantes
bref tout et n'importe quoi, qui m'ont encore une fois démontré qu'il
était possible de faire du beau travail avec énormément d'erreurs. Du
moment qu'on sait qu'on fait des erreurs ;)

J'ai vu des photos qui semblaient « normales » mais construites à
partir de pusieurs images prises au même endroit et d'autres tellement
étonnantes que le fait qu'elles ne soient pas un montage ne faisait que
renforcer la capacité que certains ont d'appuyer sur le bouton
exactement au moment où il le faut ; ni avant, ni après.

Ça me donne envie de continuer de mon côté.

--
"La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La
pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne et
personne ne sait pourquoi !" [ Albert Einstein ]
Questions / Réponses high-tech
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
filh
Le #23959021
Benoit
bref tout et n'importe quoi, qui m'ont encore une fois démontré qu'il
était possible de faire du beau travail avec énormément d'erreurs. Du
moment qu'on sait qu'on fait des erreurs ;)



J'ai du mal à comprendre ici ce que veux dire « erreur », si ce n'est,
déviation par rapport à une norme arbitrairement considérée comme
« normale »... bref tout sauf une erreur, justement.

FiLH

--
Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est-à-dire
une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.
Roland Barthes.
http://www.filh.org
benoit
Le #23959471
FiLH
> bref tout et n'importe quoi, qui m'ont encore une fois démontré qu'il
> était possible de faire du beau travail avec énormément d'erreurs. Du
> moment qu'on sait qu'on fait des erreurs ;)

J'ai du mal à comprendre ici ce que veux dire « erreur », si ce n'est,
déviation par rapport à une norme arbitrairement considérée comme
« normale »... bref tout sauf une erreur, justement.



Une erreur est hors-norme et la norme c'est net, bien éclairé, sujet
central... Dans cette magnifique journée j'ai vu de la norme,
magnifique, et du hors norme bien plus beau.

--
"La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La
pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et
personne ne sait pourquoi !" [ Albert Einstein ]
Alf92
Le #23960891
"FiLH"
bref tout et n'importe quoi, qui m'ont encore une fois démontré qu'il
était possible de faire du beau travail avec énormément d'erreurs. Du
moment qu'on sait qu'on fait des erreurs ;)



J'ai du mal à comprendre ici ce que veux dire « erreur », si ce n'est,
déviation par rapport à une norme arbitrairement considérée comme
« normale »... bref tout sauf une erreur, justement.



y avait un cours de philo sur Voltage FM hier soir ?

--
Alf92
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #23964071
Le 12/11/11 23:27, Benoit a écrit :
FiLH
bref tout et n'importe quoi, qui m'ont encore une fois démontré qu'il
était possible de faire du beau travail avec énormément d'erreurs. Du
moment qu'on sait qu'on fait des erreurs ;)



J'ai du mal à comprendre ici ce que veux dire « erreur », si ce n'est,
déviation par rapport à une norme arbitrairement considérée comme
« normale »... bref tout sauf une erreur, justement.



Une erreur est hors-norme et la norme c'est net, bien éclairé, sujet
central... Dans cette magnifique journée j'ai vu de la norme,
magnifique, et du hors norme bien plus beau.



Bon, on finit par conprendre, mais le terme erreur est ici mal choisi.
Une erreur implique plutôt un résultat qui n'est pas intentionnel, voire
même qui différe fortement de ce que le photographe voulait faire.
Le fait de faire un travail photographique qui ne correspond pas à la
norme définie pour les photos de passeport (qui est la seule à être
vraiment documentée) n'est pas une erreur. C'est une intention qui peut
gratter un peu ci ou là.
Parfois, un photographe peut incorporer de vraies erreurs dans son
travail, des choses de hasard qui n'était pas souhaitées à la prise de
vue, mais qui sont accueillies comme un élément du résultat.

Noëlle Adam
benoit
Le #23964591
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Bon, on finit par conprendre, mais le terme erreur est ici mal choisi.
Une erreur implique plutôt un résultat qui n'est pas intentionnel, voire
même qui différe fortement de ce que le photographe voulait faire.
Le fait de faire un travail photographique qui ne correspond pas à la
norme définie pour les photos de passeport (qui est la seule à être
vraiment documentée) n'est pas une erreur. C'est une intention qui peut
gratter un peu ci ou là.



Je sais, mais tout est fait pour que Monsieur ou Madame Pekinmoyen
appuient sur un seul bouton et la mise au point est impeccable, la
balance des couleurs est faite, la photo est bien exposée, le sujet
principal souri... je me demande même s'il n'analyse pas le mouvement
pour choisir s'il faut privilégier la vitesse ou s'il peut pousser le
diaph pour avoir un maximum de netteté (en plus de détecter et annuler
les vibrations faites par le photographe).

Parfois, un photographe peut incorporer de vraies erreurs dans son
travail, des choses de hasard qui n'était pas souhaitées à la prise de
vue, mais qui sont accueillies comme un élément du résultat.



Un photographe du non-dimanche sait travailler la mise au point et
tout le reste pour obtenir un résultat qui correspond à ce qu'il veut
montrer au tirage. Il a fait des centaines de photos surex, floues,
sousex... et il a appris comment utiliser les techniques.

Dans le genre de maîtrise de l'outil, j'ai apprécié ce que certains
arrivent à faire en surexposant ce qu'il faut pour que les blancs
éclatent, ne soient pas brûler, et que le reste ne soit pas délavé. J'ai
beau essayer de bracketter dans la surex, je n'y arrive jamais et seul
PShop me permet d'y arriver. Idem pour le flou de mouvement, les deux...
Des choses que j'essaye de réussir, mais souvent en bricolant après
coup.

À ce propos, je vais recommencer à analyser la lumière sur ma main
(qui est un gris moyen côté intensité). Si quelqu'un a un meilleur
« truc » pour ça, je suis preneur.

Tiens, une question technique : en studio, j'ai toujours vu
l'analyse de la lumière reçue par le sujet et non renvoyée par lui. Si
quelqu'un peut me réexpliquer le pourquoi du comment je lui en saurai
gré. Parce que si je me mets face au soleil, mon appareil ne durera pas
longtemps et le résultat ne sera pas probant ;)

--
"La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La
pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et
personne ne sait pourquoi !" [ Albert Einstein ]
jdd
Le #23964711
Benoit wrote:

Tiens, une question technique : en studio, j'ai toujours vu
l'analyse de la lumière reçue par le sujet et non renvoyée par lui. Si
quelqu'un peut me réexpliquer le pourquoi du comment je lui en saurai
gré. Parce que si je me mets face au soleil, mon appareil ne durera pas
longtemps et le résultat ne sera pas probant ;)




ben c'est justement pour éviter que la couleur ou l'albedo du sujet
n'intervienne

jdd
--
http://dodin.org
benoit
Le #23964761
jdd
Benoit wrote:

> Tiens, une question technique : en studio, j'ai toujours vu
> l'analyse de la lumière reçue par le sujet et non renvoyée par lui. Si
> quelqu'un peut me réexpliquer le pourquoi du comment je lui en saurai
> gré. Parce que si je me mets face au soleil, mon appareil ne durera pas
> longtemps et le résultat ne sera pas probant ;)
>

ben c'est justement pour éviter que la couleur ou l'albedo du sujet
n'intervienne



Seul l'albedo compte pour moi, la couleur dans un paysage ne tient
pas compte du rose, non ? Et en studio on fait de même pour une nature
morte, non itou ?

--
"La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La
pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et
personne ne sait pourquoi !" [ Albert Einstein ]
jdd
Le #23964751
Benoit wrote:

Seul l'albedo compte pour moi, la couleur dans un paysage ne tient
pas compte du rose, non ? Et en studio on fait de même pour une nature
morte, non itou ?




ben si tu photographie une haie de rosiers :-))

ca dépends aussi si on utilise un flashmètre ou un thermocolorimètre (mais
ce dernier ca doit être plutot en photo industrielle)

jdd

--
http://dodin.org
£g
Le #23964991
"Benoit" 1kapznw.dvrta2cvanp8N%
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle

À ce propos, je vais recommencer à analyser la lumière sur ma main
(qui est un gris moyen côté intensité). Si quelqu'un a un meilleur
« truc » pour ça, je suis preneur.



Il existe des bouchons d'objectifs ayant cette particularité, manière
d'avoir toujours sa charte de gris sous la main.


Tiens, une question technique : en studio, j'ai toujours vu
l'analyse de la lumière reçue par le sujet et non renvoyée par lui. Si
quelqu'un peut me réexpliquer le pourquoi du comment je lui en saurai
gré. Parce que si je me mets face au soleil, mon appareil ne durera
pas
longtemps et le résultat ne sera pas probant ;)




L'utilisation de la mesure réfléchie ou par incidence est utilisée en
fonction de ce que l'on veux obtenir, un sujet qui ressort ou le sujet
dans son ambiance.

Ex: si tu prend un personnage devant une fenêtre, donc en contre jour,
tu prendra la mesure de lumière qu'il réfléchi, ce qui correspond en
gros au deux stops d'ouverture en plus de la lumière ambiante (8 ->
4,5).
Pour avoir l'extérieur et l'intérieur bien visible, il te faudra donc au
minimum deux images à superposer ensuite.
Il va sans dire que ce genre de truc se réalise sur un pied stable.

--
£g
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle
Le #23964981
Le 14/11/11 13:47, �g a écrit :
"Benoit" 1kapznw.dvrta2cvanp8N%
YouDontNeedToKnowButItsNoëlle

À ce propos, je vais recommencer à analyser la lumière sur ma main
(qui est un gris moyen côté intensité). Si quelqu'un a un meilleur
« truc » pour ça, je suis preneur.



Il existe des bouchons d'objectifs ayant cette particularité, manière
d'avoir toujours sa charte de gris sous la main.



Je recommande aussi les gants en polaire grise de Décathlon : il faut
prendre des mitaines-mouffles et y ajouter une paire de sous gants en soie.
Le gant avec une mitaine dessous libère l'extrémité des doigts.
L'ensemble est parfait ; pour prendre des photos on releve la mouffle,
dessous on a les doigts bien chauds dans la double épaisseur polaire et
soie, qui permet de garder l'agilité des doigts et ne glisse pas.
Et c'est d'un gris impeccable.

Ma peau est un ton trop pale pour faire un gris convenable, j'ai un chat
d'un gris très bon mais c'est un peu encombrant à avoir dans le sac photo.

Noëlle Adam
Publicité
Poster une réponse
Anonyme