Sans-papiers : Hortefeux cède bien sûr

Le
Taureau Assis
La lutte contre l’immigration clandestine devait être une des priorités
du gouvernement Sarkozy.

Une annonce qui lui a permis de recueillir, il y a juste un an, beaucoup
de suffrages, émanant notamment de la droite nationale et du monde
ouvrier. Afin de donner un peu de vraisemblance à cette fiction, il
avait créé un ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de
l’Identité nationale et du Codéveloppement, confié à l’un de ses
proches, Brice Hortefeux. Mais ce leurre, qui frisait l’imposture, cette
façade de décor de cinéma ou de théâtre, c'était encore beaucoup trop.

Il a suffi que 600 sans-papiers encadrés par la GCT se mettent en grève
pour que cette illusion de fermeté vole en éclats. Une semaine après le
début de la grève de ces 600 clandestins, la CGT et les associations
pro-immigrés crient victoire, à juste titre, estimant « ouvert le
processus des régularisations ». Les immigrés et leurs complices ont
gagné

Lors d’une rencontre, lundi soir, le cabinet du ministre de
l’Immigration Brice Hortefeux et des représentants de la CGT sont
convenus d’entrer dans un processus de régularisation des salariés sans
papiers en grève depuis une semaine dans la région francilienne. La GCT
se félicite de cette « sortie de crise ». L’association Droits Devant !,
autre soutien actif et même activiste des grévistes, parle de « victoire
», tandis que le ministère de l’Immigration, après sa reculade
express,évoque une « avancée ». Comme dans les bandes dessinées de mon
enfance, Hortefeux a dû retourner ses chaussures pour tenter de se
convaincre que tout en reculant il marchait dans le sens opposé. La
bande dessinée étant une référence adéquate pour ce gouvernement de Mickey.

Six cents dossiers, remis mercredi aux cinq préfectures concernées
(Paris, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne),
amorceront donc la pompe des « régularisations ». D’autres suivront,
«massivement », puisque les clandestins en grève ne veulent pas entendre
parler de « régularisation au cas par cas », formule à laquelle le
gouvernement essaie de se raccrocher pour sauver la face.
«régularisation massive », comme en Italie et en Espagne, et « selon les
besoins du marché », réclament certaines organisations patronales, comme
par exemple l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie.

Ces régularisations massives vont donc relancer à plein régime d’autres
siphons : ceux de l’immigration clandestine, dont la soufflerie ne
s‘était évidemment jamais ralentie – les contrôleurs et inspecteurs du
travail évoquaient lundi le développement continu du travail clandestin
– mais qui va se trouver stimulée de plus belle par la victoire des
sans-papiers sur le gouvernement français.

Il y a des chiffres qu’on ne se lasse pas de citer : 140 000
naturalisations en vrac chaque année.

La naturalisation : c’est, dans leur immense majorité, l’aboutissement
de toutes ces régularisations. Avec, à la clef, le regroupement familial
: femmes, enfants, vieux parents, nièces et neveux… Si ces travailleurs
immigrés, à quelques exceptions près, rentraient chez eux une fois leurs
contrats de travail achevés, tout serait beaucoup plus simple. Mais le
fait que ces travailleurs afro-maghrébins pour la plupart, sont destinés
dans leur grande majorité à devenir français après quelques années de
présence en France, change considérablement les données du problème.

Chaque poussée immigrationniste, qu’elle soit légale ou illégale,
renforce cette colonie de peuplement que les Français de souche
ressentent de plus en plus comme une immigration-invasion. Quand, selon
des statistiques officielles, certains de nos établissements scolaires
abritent entre « 50% et 100% d'élèves ne parlant même pas français », il
y a tout de même de quoi s’inquiéter. Ces statistiques nous renvoient
l’image, non seulement d’une éducation en panne pour cause de moteur
grippé – comment enseigner à des enfants qui ne comprennent même pas
votre langue –, mais également, répétons-le à satiété, d’une France
changeant d’identité, de nature et de passé. Car ces nouveaux arrivants
ne sont pas issus de la même histoire franco-européenne qui a façonné
les Français de souche. Ces étrangers sont le produit d’une histoire
parfois contraire à la nôtre. Leur mémoire historique n’est plus celle
de la France. Et c’est pourtant cette mémoire étrangère, parfois hostile
à la nôtre, comme par exemple sur le fait colonial, qui se substitue de
plus en plus à notre passé.

Quant aux patrons qui ont embauché en toute connaissance (1) de cause
des clandestins, il faudrait bien sûr qu’ils soient sanctionnés et que
l’Etat les frappe à la caisse. Durement… Ce serait une façon, également,
de « régulariser » leur situation.

(1) Ce n’est pas toujours le cas. Les immigrés clandestins disposent
parfois de faux papiers parfaitement bien imités. Achetés à prix d’or
dans des officines de faussaires (celles-ci sont de plus en plus
nombreuses à proposer leurs services aux candidats à l’immigration) ou
fournis gracieusement par des associations pro-immigrés qu'il faudrait
aussi sévèrement sanctionnées plutôt que de faire de la lutte au
néo-fascisme inexistant en France.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 10
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Goulafra
Le #15982411
Taureau Assis
Une annonce qui lui a permis de recueillir, il y a juste un an,
beaucoup de suffrages, émanant notamment de la droite nationale et du
monde ouvrier. Afin de donner un peu de vraisemblance à cette fiction,
il avait créé un ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de
l’Identité nationale et du Codéveloppement, confié à l’un de ses
proches, Brice Hortefeux. Mais ce leurre, qui frisait l’imposture,
cette façade de décor de cinéma ou de théâtre, c'était encore beaucoup
trop.



ça y est enfin ? Hortefeux est viré ?

Si ces travailleurs
immigrés, à quelques exceptions près, rentraient chez eux une fois
leurs contrats de travail achevés, tout serait beaucoup plus simple.



vous confondez "simple" et "simpliste"

Mais le fait que ces travailleurs afro-maghrébins pour la plupart,
sont destinés dans leur grande majorité à devenir français après
quelques années de présence en France, change considérablement les
données du problème.



quel problème ?

Chaque poussée immigrationniste, qu’elle soit légale ou illégale,
renforce cette colonie de peuplement que les Français de souche
ressentent de plus en plus comme une immigration-invasion.



ben non
en tant que Français de souche depuis au moins le XVIe siècle, la seule
chose que je ressens, c'est la honte de partager la même nationalité que
celle dont des personnages tels que vous se réclament.

(1) Ce n’est pas toujours le cas. Les immigrés clandestins disposent
parfois de faux papiers parfaitement bien imités. Achetés à prix d’or
dans des officines de faussaires (celles-ci sont de plus en plus
nombreuses à proposer leurs services aux candidats à l’immigration) ou
fournis gracieusement par des associations pro-immigrés qu'il faudrait
aussi sévèrement sanctionnées



relisez vous, votre français défaille

plutôt que de faire de la lutte au
néo-fascisme inexistant en France.



vous n'existez donc pas ? vous n'êtes que chimère ?
Séb.
Le #15982401
Taureau Assis a écrit :

La lutte contre l’immigration clandestine devait être une des priorités
du gouvernement Sarkozy.

Une annonce qui lui a permis de recueillir, il y a juste un an, beaucou p
de suffrages, émanant notamment de la droite nationale et du monde
ouvrier. Afin de donner un peu de vraisemblance à cette fiction, i l
avait créé un ministère de l’Immigration, de l⠀™Intégration, de
l’Identité nationale et du Codéveloppement, confié à l’un de ses
proches, Brice Hortefeux. Mais ce leurre, qui frisait l’impostu re, cette
façade de décor de cinéma ou de théâtre, c'à ©tait encore beaucoup trop.

Il a suffi que 600 sans-papiers encadrés par la GCT se mettent en grève
pour que cette illusion de fermeté vole en éclats. Une semain e après le
début de la grève de ces 600 clandestins, la CGT et les assoc iations
pro-immigrés crient victoire, à juste titre, estimant « ouvert le
processus des régularisations ». Les immigrés et leurs c omplices ont
gagné...

Lors d’une rencontre, lundi soir, le cabinet du ministre de
l’Immigration Brice Hortefeux et des représentants de la C GT sont
convenus d’entrer dans un processus de régularisation des salariés sans
papiers en grève depuis une semaine dans la région francilien ne. La GCT
se félicite de cette « sortie de crise ». L’asso ciation Droits Devant !,
autre soutien actif et même activiste des grévistes, parle de « victoire
», tandis que le ministère de l’Immigration, aprè s sa reculade
express,évoque une « avancée ». Comme dans les band es dessinées de mon
enfance, Hortefeux a dû retourner ses chaussures pour tenter de se
convaincre que tout en reculant il marchait dans le sens opposé. L a
bande dessinée étant une référence adéquate po ur ce gouvernement de Mickey.

Six cents dossiers, remis mercredi aux cinq préfectures concernà ©es
(Paris, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne),
amorceront donc la pompe des « régularisations ». D†™autres suivront,
«massivement », puisque les clandestins en grève ne veul ent pas entendre
parler de « régularisation au cas par cas », formule à   laquelle le
gouvernement essaie de se raccrocher pour sauver la face.
«régularisation massive », comme en Italie et en Espagne , et « selon les
besoins du marché », réclament certaines organisations p atronales, comme
par exemple l’Union des métiers et des industries de l†™hôtellerie.

Ces régularisations massives vont donc relancer à plein ré gime d’autres
siphons : ceux de l’immigration clandestine, dont la soufflerie ne
s‘était évidemment jamais ralentie – les cont rôleurs et inspecteurs du
travail évoquaient lundi le développement continu du travail clandestin
– mais qui va se trouver stimulée de plus belle par la vic toire des
sans-papiers sur le gouvernement français.

Il y a des chiffres qu’on ne se lasse pas de citer : 140 000
naturalisations en vrac chaque année.

La naturalisation : c’est, dans leur immense majorité, l⠀™aboutissement
de toutes ces régularisations. Avec, à la clef, le regroupeme nt familial
: femmes, enfants, vieux parents, nièces et neveux… Si ces travailleurs
immigrés, à quelques exceptions près, rentraient chez eu x une fois leurs
contrats de travail achevés, tout serait beaucoup plus simple. Mai s le
fait que ces travailleurs afro-maghrébins pour la plupart, sont de stinés
dans leur grande majorité à devenir français après quelques années de
présence en France, change considérablement les données du problème.

Chaque poussée immigrationniste, qu’elle soit légale ou illégale,
renforce cette colonie de peuplement que les Français de souche
ressentent de plus en plus comme une immigration-invasion. Quand, selon
des statistiques officielles, certains de nos établissements scola ires
abritent entre « 50% et 100% d'élèves ne parlant mê me pas français », il
y a tout de même de quoi s’inquiéter. Ces statistique s nous renvoient
l’image, non seulement d’une éducation en panne po ur cause de moteur
grippé – comment enseigner à des enfants qui ne compr ennent même pas
votre langue –, mais également, répétons-le à satiété, d’une France
changeant d’identité, de nature et de passé. Car ces nouveaux arrivants
ne sont pas issus de la même histoire franco-européenne qui a façonné
les Français de souche. Ces étrangers sont le produit d†™une histoire
parfois contraire à la nôtre. Leur mémoire historique n⠀™est plus celle
de la France. Et c’est pourtant cette mémoire étrangà ¨re, parfois hostile
à la nôtre, comme par exemple sur le fait colonial, qui se su bstitue de
plus en plus à notre passé.

Quant aux patrons qui ont embauché en toute connaissance (1) de ca use
des clandestins, il faudrait bien sûr qu’ils soient sancti onnés et que
l’Etat les frappe à la caisse. Durement… Ce serait une façon, également,
de « régulariser » leur situation.

(1) Ce n’est pas toujours le cas. Les immigrés clandestins disposent
parfois de faux papiers parfaitement bien imités. Achetés à   prix d’or
dans des officines de faussaires (celles-ci sont de plus en plus
nombreuses à proposer leurs services aux candidats à l’ immigration) ou
fournis gracieusement par des associations pro-immigrés qu'il faud rait
aussi sévèrement sanctionnées plutôt que de faire d e la lutte au
néo-fascisme inexistant en France.



t'es sûr que ça va ?
Taureau Assis
Le #15982391
Goulafra a écrit :
Taureau Assis
Une annonce qui lui a permis de recueillir, il y a juste un an,
beaucoup de suffrages, émanant notamment de la droite nationale et du
monde ouvrier. Afin de donner un peu de vraisemblance à cette fiction,
il avait créé un ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de
l’Identité nationale et du Codéveloppement, confié à l’un de ses
proches, Brice Hortefeux. Mais ce leurre, qui frisait l’imposture,
cette façade de décor de cinéma ou de théâtre, c'était encore beaucoup
trop.



ça y est enfin ? Hortefeux est viré ?



Bien non, Sarkozy a toujours menti sur ce terrain.


Si ces travailleurs
immigrés, à quelques exceptions près, rentraient chez eux une fois
leurs contrats de travail achevés, tout serait beaucoup plus simple.



vous confondez "simple" et "simpliste"



Et pourtant cette mesure a été appliquée auparavant (et même aux
États-Unis pour les Européens : fin du visa H1B : retour à la maison).


Mais le fait que ces travailleurs afro-maghrébins pour la plupart,
sont destinés dans leur grande majorité à devenir français après
quelques années de présence en France, change considérablement les
données du problème.



quel problème ?



L'immigration-invasion. Vous n'aviez pas remarqué ? Votre idéologie doit
vous aveugler.


Chaque poussée immigrationniste, qu’elle soit légale ou illégale,
renforce cette colonie de peuplement que les Français de souche
ressentent de plus en plus comme une immigration-invasion.



ben non



Quoi ?

en tant que Français de souche depuis au moins le XVIe siècle, la seule
chose que je ressens, c'est la honte de partager la même nationalité que
celle dont des personnages tels que vous se réclament.



Vous êtes très représentatif bien évidemment (voir ci-dessus et les
mensonges de Sarkozy qui l'ont élu).


(1) Ce n’est pas toujours le cas. Les immigrés clandestins disposent
parfois de faux papiers parfaitement bien imités. Achetés à prix d’or
dans des officines de faussaires (celles-ci sont de plus en plus
nombreuses à proposer leurs services aux candidats à l’immigration) ou
fournis gracieusement par des associations pro-immigrés qu'il faudrait
aussi sévèrement sanctionnées



relisez vous, votre français défaille



sanctionner. Heureux ? La grammaire est fasciste.


plutôt que de faire de la lutte au
néo-fascisme inexistant en France.



vous n'existez donc pas ? vous n'êtes que chimère ?



Vous ne connaissez pas le réel sens de fasciste, dans votre mythologie
fanstasmée il s'agit d'un mot (comme pour Roland Barthes, voir plus
haut) pour désigner tout ce qu'on n'aime pas quand on est décadent,
pro-invasion, culpabilisé ou bobo.
Goulafra
Le #15982341
Taureau Assis
vous confondez "simple" et "simpliste"


Et pourtant cette mesure a été appliquée auparavant (et même aux
États-Unis pour les Européens : fin du visa H1B : retour à la maison).



c'est vrai que cette grande nation est un bel exemple en matière de Droits de
l'Homme : Guantanamo, peine de mort, guerres avec objectifs économiques,
communautarisme forcé, sans parler des quelques dizaines de millions d'états-
uniens qui vivent sous le seuil de pauvreté. Un vrai modèle de civilisation !

quel problème ?


L'immigration-invasion. Vous n'aviez pas remarqué ? Votre idéologie
doit vous aveugler.



La dernière invasion (re)connue en France remonte à la seconde guerre
mondiale, et les envahisseurs étaient plutôt blonds.
Quant à l'immigration, de mon point de vue, elle n'est pas un problème, mais
bien plutôt une solution.
Enfin, si mon "idéologie" - comme vous dites - m'aveugle, que dire de la
vôtre ? Au moins la "mienne" n'est-elle basée ni sur la haine, ni sur la
peur.

Vous êtes très représentatif bien évidemment



pas plus ni moins que vous quand vous assénez vos "vérités"

Vous ne connaissez pas le réel sens de fasciste, dans votre mythologie
fanstasmée il s'agit d'un mot (comme pour Roland Barthes, voir plus
haut) pour désigner tout ce qu'on n'aime pas quand on est décadent,
pro-invasion, culpabilisé ou bobo.



c'est vous qui avez utilisé le mot "fascisme", pas moi.
Personnellement, je vous qualifierais plutôt de paranoïaque - au sens
clinique, pas vulgaire.
Séb.
Le #15982311
Goulafra a écrit :
Taureau Assis
vous confondez "simple" et "simpliste"


Et pourtant cette mesure a été appliquée auparavant (et même aux
États-Unis pour les Européens : fin du visa H1B : retour à   la maison).



c'est vrai que cette grande nation est un bel exemple en matière d e Droits de
l'Homme : Guantanamo, peine de mort, guerres avec objectifs économ iques,
communautarisme forcé, sans parler des quelques dizaines de millio ns d'états-
uniens qui vivent sous le seuil de pauvreté. Un vrai modèle d e civilisation !

quel problème ?


L'immigration-invasion. Vous n'aviez pas remarqué ? Votre idé ologie
doit vous aveugler.



La dernière invasion (re)connue en France remonte à la second e guerre
mondiale, et les envahisseurs étaient plutôt blonds.
Quant à l'immigration, de mon point de vue, elle n'est pas un prob lème, mais
bien plutôt une solution.
Enfin, si mon "idéologie" - comme vous dites - m'aveugle, que dire de la
vôtre ? Au moins la "mienne" n'est-elle basée ni sur la haine , ni sur la
peur.

Vous êtes très représentatif bien évidemment



pas plus ni moins que vous quand vous assénez vos "vérité s"

Vous ne connaissez pas le réel sens de fasciste, dans votre mytho logie
fanstasmée il s'agit d'un mot (comme pour Roland Barthes, voir pl us
haut) pour désigner tout ce qu'on n'aime pas quand on est dé cadent,
pro-invasion, culpabilisé ou bobo.



c'est vous qui avez utilisé le mot "fascisme", pas moi.
Personnellement, je vous qualifierais plutôt de paranoïaque - au sens
clinique, pas vulgaire.



Laisse tomber goul, quand monsieur français de pure souche (hum hum, je
pense que dans les générations passées on ne tenait pas un journal précis de
qui passait sous la couette et la génétique n'était pas là   pour les
reconnaissances... et puis ça se fesait pas) acceptera de ramasser l es
poubelles, servir des nantis, faire la plonge ou encore charier du bé ton
sous la pluie ou en plein soleil, tout ça pour le smic, peut êt re qu'on
pourra dire aux immigrés : désolé mais on n'a plus besoin de vous.

en attendons monsieur "plus blanc que blanc" il veut sa maison construite
dans les délais (c'est à dire qu'il signe aujourd'hui, il lui f aut les clés
demain), mettre les pieds sous la table au restau et en sus de raler il
laissera même pas un kopec de pourboire, il fout ses ordures en vrac dans
les poubelles sans tirer le verre et le recyclable. et il bénéf icie de la
redistribution des cotisations de ces travailleurs sans papiers, à q ui
bizarrement quand il faut payer personne ne leur demande la régulari té de
leur situation...
tant qu'ils cotisent, on leur fout la paix ?
2008 en Salopettes
Le #15982281
On Apr 23, 1:17 pm, "Séb."
Goulafra a écrit :





> Taureau Assis
>>> vous confondez "simple" et "simpliste"
>> Et pourtant cette mesure a été appliquée auparavant (et même au x
>> États-Unis pour les Européens : fin du visa H1B : retour à la mai son).

> c'est vrai que cette grande nation est un bel exemple en matière de Dr oits de
> l'Homme : Guantanamo, peine de mort, guerres avec objectifs économique s,
> communautarisme forcé, sans parler des quelques dizaines de millions d 'états-
> uniens qui vivent sous le seuil de pauvreté. Un vrai modèle de civil isation !

>>> quel problème ?
>> L'immigration-invasion. Vous n'aviez pas remarqué ? Votre idéologie
>> doit vous aveugler.

> La dernière invasion (re)connue en France remonte à la seconde guerr e
> mondiale, et les envahisseurs étaient plutôt blonds.
> Quant à l'immigration, de mon point de vue, elle n'est pas un problè me, mais
> bien plutôt une solution.
> Enfin, si mon "idéologie" - comme vous dites - m'aveugle, que dire de la
> vôtre ? Au moins la "mienne" n'est-elle basée ni sur la haine, ni su r la
> peur.

>> Vous êtes très représentatif bien évidemment

> pas plus ni moins que vous quand vous assénez vos "vérités"

>> Vous ne connaissez pas le réel sens de fasciste, dans votre mythologi e
>> fanstasmée il s'agit d'un mot (comme pour Roland Barthes, voir plus
>> haut) pour désigner tout ce qu'on n'aime pas quand on est décadent ,
>> pro-invasion, culpabilisé ou bobo.

> c'est vous qui avez utilisé le mot "fascisme", pas moi.
> Personnellement, je vous qualifierais plutôt de paranoïaque - au sen s
> clinique, pas vulgaire.

Laisse tomber goul, quand monsieur français de pure souche (hum hum, je
pense que dans les générations passées on ne tenait pas un journal p récis de
qui passait sous la couette et la génétique n'était pas là pour le s
reconnaissances... et puis ça se fesait pas) acceptera de ramasser les
poubelles, servir des nantis, faire la plonge ou encore charier du béton
sous la pluie ou en plein soleil, tout ça pour le smic, peut être qu'o n
pourra dire aux immigrés : désolé mais on n'a plus besoin de vous.



Toujours marrant de voir le militant immigrationniste, poussé dans ses
derniers retranchements, qui finit par avouer, surement dans un élan
d'humanisme, qu'un bon immigré est avant tout une sorte de semi-
esclave tout juste bon à "ramasser les poubelles", à faire la plonge
ou à pousser des charriots sur les chantiers.
On ne dira jamais assez que l'immigrationnisme n'est que la
transposition. au sein de nos frontières. de nos bons vieux réflexes
coloniaux.
Goulafra
Le #15982271
2008 en Salopettes :

Toujours marrant de voir le militant immigrationniste, poussé dans ses
derniers retranchements, qui finit par avouer, surement dans un élan
d'humanisme, qu'un bon immigré est avant tout une sorte de semi-
esclave tout juste bon à "ramasser les poubelles", à faire la plonge
ou à pousser des charriots sur les chantiers.



apprenez à lire et à comprendre ce que vous lisez (oui, je sais, c'est
parfois difficile, surtout quand c'est rédigé de façon moins simplifiée que
dans Français d'Abord (rien que le titre me ferait rigoler si son contenu
n'était aussi dramatique)
Poussin fait un constat. Nulle part il ne le justifie, ce que vous vous
empressez pourtant de lui attribuer. Bref, vous mentez.

On ne dira jamais assez que l'immigrationnisme n'est que la
transposition. au sein de nos frontières. de nos bons vieux réflexes
coloniaux.



Restez donc emmuré dans vos croyances d'ignorant.
Séb.
Le #15982241
2008 en Salopettes a écrit :
On Apr 23, 1:17 pm, "Séb."
Goulafra a écrit :





Taureau Assis
vous confondez "simple" et "simpliste"


Et pourtant cette mesure a été appliquée auparavant ( et même aux
États-Unis pour les Européens : fin du visa H1B : retour à   la maison).


c'est vrai que cette grande nation est un bel exemple en matière de Droits de
l'Homme : Guantanamo, peine de mort, guerres avec objectifs écon omiques,
communautarisme forcé, sans parler des quelques dizaines de mill ions d'états-
uniens qui vivent sous le seuil de pauvreté. Un vrai modèle de civilisation !
quel problème ?


L'immigration-invasion. Vous n'aviez pas remarqué ? Votre idà ©ologie
doit vous aveugler.


La dernière invasion (re)connue en France remonte à la seco nde guerre
mondiale, et les envahisseurs étaient plutôt blonds.
Quant à l'immigration, de mon point de vue, elle n'est pas un pr oblème, mais
bien plutôt une solution.
Enfin, si mon "idéologie" - comme vous dites - m'aveugle, que di re de la
vôtre ? Au moins la "mienne" n'est-elle basée ni sur la hai ne, ni sur la
peur.
Vous êtes très représentatif bien évidemment


pas plus ni moins que vous quand vous assénez vos "vérità ©s"
Vous ne connaissez pas le réel sens de fasciste, dans votre myt hologie
fanstasmée il s'agit d'un mot (comme pour Roland Barthes, voir plus
haut) pour désigner tout ce qu'on n'aime pas quand on est dà ©cadent,
pro-invasion, culpabilisé ou bobo.


c'est vous qui avez utilisé le mot "fascisme", pas moi.
Personnellement, je vous qualifierais plutôt de paranoïaque - au sens
clinique, pas vulgaire.


Laisse tomber goul, quand monsieur français de pure souche (hum h um, je
pense que dans les générations passées on ne tenait pas un journal précis de
qui passait sous la couette et la génétique n'était pas là pour les
reconnaissances... et puis ça se fesait pas) acceptera de ramasse r les
poubelles, servir des nantis, faire la plonge ou encore charier du bà ©ton
sous la pluie ou en plein soleil, tout ça pour le smic, peut ê tre qu'on
pourra dire aux immigrés : désolé mais on n'a plus beso in de vous.



Toujours marrant de voir le militant immigrationniste, poussé dans ses
derniers retranchements, qui finit par avouer, surement dans un él an
d'humanisme, qu'un bon immigré est avant tout une sorte de semi-
esclave tout juste bon à "ramasser les poubelles", à faire la plonge
ou à pousser des charriots sur les chantiers.
On ne dira jamais assez que l'immigrationnisme n'est que la
transposition. au sein de nos frontières. de nos bons vieux ré flexes
coloniaux.




je ne suis ni immigrationniste ni anti immigration, je constate que si un
gars fait un boulot dont personne ne veut au fin fond des choses (et pas le
discours con de base : ils prennent le boulot aux français) à u n salaire de
misère, c'est qu'il gagne souvent de quoi "vivoter" chez nous et env oyer de
l'argent à sa familel au pays. et quand il paie des cotisations, des impôts,
quand il consomme il paie aussi la tva, pourquoi il aurait pas les mê me
droits que moi qui suis français, avaec un travil, cotisant, payants impôts,
tva etc. ?

je t'y parie que si on les renvoie tous dans leur pays, disons 200 000
travailleurs clandestins, suis pas sûr que les 200 000 emplois serai ent
pourvus par des franco-français, même au bout de 1 an

quand à mes convictions, je te laisse retourner à tes étud es psychologiques
pour arriver à connaître le fond de ma pensée et surtout m on militantisme
(heu si tu trouves, c'est qu'il te faut arrêter la moquette...)
2008 en Salopettes
Le #15982211
On Apr 23, 1:57 pm, Goulafra
2008 en Salopettes :

> Toujours marrant de voir le militant immigrationniste, poussé dans ses
> derniers retranchements, qui finit par avouer, surement dans un élan
> d'humanisme, qu'un bon immigré est avant tout une sorte de semi-
> esclave tout juste bon à "ramasser les poubelles", à faire la plonge
> ou à pousser des charriots sur les chantiers.

apprenez à lire et à comprendre ce que vous lisez (oui, je sais, c'est
parfois difficile, surtout quand c'est rédigé de façon moins simplif iée que
dans Français d'Abord (rien que le titre me ferait rigoler si son conten u
n'était aussi dramatique)
Poussin fait un constat. Nulle part il ne le justifie, ce que vous vous
empressez pourtant de lui attribuer.



"Poussin" n'est qu'un exemple parmi tant d'autres, et son cas
particulier importe peu. Il est juste représentatif de l'idéologie
immigrationniste et de son hypocrisie qui veut nous faire passer ses
conceptions néo-coloniales pour de l'humanisme et de l'ouverture à l'
"Autre".

Bref, vous mentez.



Attitude classique du pervers que d'accuser quelqu'un de mensonge
juste après avoir balancé une grosse diffamation (je lirais "Français
d'Abord"...)
2008 en Salopettes
Le #15982201
On Apr 23, 2:09 pm, "Séb."
2008 en Salopettes a écrit :





> On Apr 23, 1:17 pm, "Séb." >> Goulafra a écrit :

>>> Taureau Assis >>>>> vous confondez "simple" et "simpliste"
>>>> Et pourtant cette mesure a été appliquée auparavant (et même aux
>>>> États-Unis pour les Européens : fin du visa H1B : retour à la m aison).
>>> c'est vrai que cette grande nation est un bel exemple en matière de Droits de
>>> l'Homme : Guantanamo, peine de mort, guerres avec objectifs économiq ues,
>>> communautarisme forcé, sans parler des quelques dizaines de millions d'états-
>>> uniens qui vivent sous le seuil de pauvreté. Un vrai modèle de civ ilisation !
>>>>> quel problème ?
>>>> L'immigration-invasion. Vous n'aviez pas remarqué ? Votre idéolog ie
>>>> doit vous aveugler.
>>> La dernière invasion (re)connue en France remonte à la seconde gue rre
>>> mondiale, et les envahisseurs étaient plutôt blonds.
>>> Quant à l'immigration, de mon point de vue, elle n'est pas un probl ème, mais
>>> bien plutôt une solution.
>>> Enfin, si mon "idéologie" - comme vous dites - m'aveugle, que dire d e la
>>> vôtre ? Au moins la "mienne" n'est-elle basée ni sur la haine, ni sur la
>>> peur.
>>>> Vous êtes très représentatif bien évidemment
>>> pas plus ni moins que vous quand vous assénez vos "vérités"
>>>> Vous ne connaissez pas le réel sens de fasciste, dans votre mytholo gie
>>>> fanstasmée il s'agit d'un mot (comme pour Roland Barthes, voir plus
>>>> haut) pour désigner tout ce qu'on n'aime pas quand on est décade nt,
>>>> pro-invasion, culpabilisé ou bobo.
>>> c'est vous qui avez utilisé le mot "fascisme", pas moi.
>>> Personnellement, je vous qualifierais plutôt de paranoïaque - au s ens
>>> clinique, pas vulgaire.
>> Laisse tomber goul, quand monsieur français de pure souche (hum hum, je
>> pense que dans les générations passées on ne tenait pas un journa l précis de
>> qui passait sous la couette et la génétique n'était pas là pour les
>> reconnaissances... et puis ça se fesait pas) acceptera de ramasser le s
>> poubelles, servir des nantis, faire la plonge ou encore charier du bé ton
>> sous la pluie ou en plein soleil, tout ça pour le smic, peut être q u'on
>> pourra dire aux immigrés : désolé mais on n'a plus besoin de vous .

> Toujours marrant de voir le militant immigrationniste, poussé dans ses
> derniers retranchements, qui finit par avouer, surement dans un élan
> d'humanisme, qu'un bon immigré est avant tout une sorte de semi-
> esclave tout juste bon à "ramasser les poubelles", à faire la plonge
> ou à pousser des charriots sur les chantiers.
> On ne dira jamais assez que l'immigrationnisme n'est que la
> transposition. au sein de nos frontières. de nos bons vieux réflexes
> coloniaux.

je ne suis ni immigrationniste ni anti immigration, je constate que si un
gars fait un boulot dont personne ne veut au fin fond des choses (et pas l e
discours con de base : ils prennent le boulot aux français) à un salai re de
misère, c'est qu'il gagne souvent de quoi "vivoter" chez nous et envoyer de
l'argent à sa familel au pays. et quand il paie des cotisations, des imp ôts,
quand il consomme il paie aussi la tva, pourquoi il aurait pas les même
droits que moi qui suis français, avaec un travil, cotisant, payants imp ôts,
tva etc. ?



Vous prenez le problème à l'envers. Ces clandestins n'auraient d'une
part jamais du rentrer en France et d'autre part n'auraient jamais du
y travailler. Certains employeurs se sont laissés tromper par de faux
papiers mais la grande majorité d'entre eux, loin d'etre naifs,
savaient très bien à qui ils avaient affaire et sont donc tout aussi
condamnables voire plus que les clandestins qu'ils ont fait
travailler.
Une fois établie la responsabilité des patrons, il n'en reste pas
moins que la destinée d'un clandestin est d'etre reconduit dans son
pays dans les plus brefs délais. D'abord parce qu'il s'agit tout
simplement d'appliquer la loi, ensuite parce que les régulariser
serait envoyer le message à leurs cousins qu'en France les frontières
sont ouvertes pour les clandestins.

je t'y parie que si on les renvoie tous dans leur pays, disons 200 000
travailleurs clandestins, suis pas sûr que les 200 000 emplois seraient
pourvus par des franco-français, même au bout de 1 an



Le taux de chomage des immigrés légaux récents est déja suffisamment
élevé pour qu'on ne s'embarasse pas en plus de masses de clandestins.
Quant aux "français de souche", il me semble qu'avant la grande
invasion qui a commencé dans les années 60-70, ils ne rechignaient pas
à faire ces métiers ingrats. Comment font les pays qui ont moins
d'immigration ?
Publicité
Poster une réponse
Anonyme